La mesure du développement : comment science et politique se conjuguent

La mesure du développement pose de multiples questions. Certaines, d’ordre technique, ont trait aux aspects méthodologiques de la production des données, au choix des indicateurs, aux biais éventuels. D’autres, plus politiques, concernent l’usage de ces données. Sous la direction de chercheurs du Cirad et de l’université Paris 1, la Revue Tiers-Monde publie un ensemble d’articles qui s’intéressent à l’articulation entre science et politique dans la mesure du développement et propose une réflexion sur la construction des chiffres et des normes.

 

Extrait de l'article :

 

La mise en perspective historique de la mesure du développement montre le lien direct entre l’émergence des mesures, d’une part, et les paradigmes et représentations du développement, d’autre part. Les indicateurs ne sont pas mobilisés par hasard, ils s’inscrivent dans des courants de pensée dominants et sont au service de politiques de développement et de coopération.

Des indicateurs au service des politiques de développement et de coopération

La primauté de la comptabilité nationale dans les années 1950 et 1960 permet au PIB de s’imposer comme l’indicateur incontournable qu’il ne cessera d’être jusqu’à aujourd’hui.

L’émergence des préoccupations sociales des années 1970 provoque l’apparition d’indicateurs sociaux dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’accès aux services de base. Le règne sans partage de l’ajustement structurel dans les années 1980 marginalise rapidement ces indicateurs au profit d’indicateurs macroéconomiques et financiers.

Les années 1990 et 2000 se caractérisent comme une période postajustement aux multiples facettes, où la multiplicité des thèmes donne lieu à un foisonnement des indicateurs propres à renseigner chacun de ceux-ci. Les indicateurs de pauvreté côtoient ainsi les indicateurs de développement durable ; les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) deviennent incontournables au point de s’ériger en norme internationale. La crise financière initiée en 2007 fait émerger de nouveaux acteurs porteurs d’une vision restrictive du développement, financière et de court terme.

Des choix techniques, une construction idéologique

La prolifération des données et la multiplication des indicateurs s’accompagnent d’une technicisation marquée dans la construction de la mesure, ainsi que d’une sophistication des méthodes statistiques.

Cette plongée dans la technique prend trop souvent le pas sur le nécessaire regard critique vis-à-vis de la validité des données recueillies et de leur usage politique. La mesure du développement est pourtant tout sauf neutre : elle repose sur des choix, certes techniques au premier abord, mais dont les fondements dépendent de la conception de la société et des objectifs que lui assignent ceux qui élaborent ces indicateurs.

La mesure du développement, un outil de choix et d’évaluation des politiques

La transparence de la production de la mesure, condition essentielle de tout fonctionnement démocratique de la société, est loin d’être atteinte : les acteurs du développement, publics ou privés, sont tentés d’utiliser la mesure pour présenter une image positive d’eux-mêmes, qu’il s’agisse d’annoncer, pour les dirigeants chinois, une croissance à deux chiffres du PIB ou, pour d’autres acteurs, un pourcentage élevé d’aide au développement.

Par ailleurs, le choix des indicateurs influence fortement le choix des politiques et leur évaluation. Cette influence est source de très nombreux biais qu’il convient d’identifier pour ne pas laisser la place à l’arbitraire sous couvert d’objectivité technique.

Les processus d’évaluation eux-mêmes sont l’objet de négociation entre les acteurs du développement, y compris dans le cas où est imposé par l’acteur dominant un type de processus d’évaluation qui, de par sa maîtrise de ce savoir, renforce sa domination.

 

Lire l'article complet dans l'espace "Résultats de recherche"

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 novembre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

OIBT - Plus de professionnels forestiers nécessaires dans le Bassin du Congo

Les marchés de consommation exigent de plus en plus la preuve de la légalité du bois, mais les pays du Bassin du Congo manquent encore de personnel qualifié pour mettre en place des mesures de durabilité et de légalité, selon Claude Kachaka Sudi, coordinateur régional du Réseau des institutions de formation forestière et environnementale en Afrique centrale (RIFFEAC).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019