La mesure du développement : comment science et politique se conjuguent

La mesure du développement pose de multiples questions. Certaines, d’ordre technique, ont trait aux aspects méthodologiques de la production des données, au choix des indicateurs, aux biais éventuels. D’autres, plus politiques, concernent l’usage de ces données. Sous la direction de chercheurs du Cirad et de l’université Paris 1, la Revue Tiers-Monde publie un ensemble d’articles qui s’intéressent à l’articulation entre science et politique dans la mesure du développement et propose une réflexion sur la construction des chiffres et des normes.

 

Extrait de l'article :

 

La mise en perspective historique de la mesure du développement montre le lien direct entre l’émergence des mesures, d’une part, et les paradigmes et représentations du développement, d’autre part. Les indicateurs ne sont pas mobilisés par hasard, ils s’inscrivent dans des courants de pensée dominants et sont au service de politiques de développement et de coopération.

Des indicateurs au service des politiques de développement et de coopération

La primauté de la comptabilité nationale dans les années 1950 et 1960 permet au PIB de s’imposer comme l’indicateur incontournable qu’il ne cessera d’être jusqu’à aujourd’hui.

L’émergence des préoccupations sociales des années 1970 provoque l’apparition d’indicateurs sociaux dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’accès aux services de base. Le règne sans partage de l’ajustement structurel dans les années 1980 marginalise rapidement ces indicateurs au profit d’indicateurs macroéconomiques et financiers.

Les années 1990 et 2000 se caractérisent comme une période postajustement aux multiples facettes, où la multiplicité des thèmes donne lieu à un foisonnement des indicateurs propres à renseigner chacun de ceux-ci. Les indicateurs de pauvreté côtoient ainsi les indicateurs de développement durable ; les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) deviennent incontournables au point de s’ériger en norme internationale. La crise financière initiée en 2007 fait émerger de nouveaux acteurs porteurs d’une vision restrictive du développement, financière et de court terme.

Des choix techniques, une construction idéologique

La prolifération des données et la multiplication des indicateurs s’accompagnent d’une technicisation marquée dans la construction de la mesure, ainsi que d’une sophistication des méthodes statistiques.

Cette plongée dans la technique prend trop souvent le pas sur le nécessaire regard critique vis-à-vis de la validité des données recueillies et de leur usage politique. La mesure du développement est pourtant tout sauf neutre : elle repose sur des choix, certes techniques au premier abord, mais dont les fondements dépendent de la conception de la société et des objectifs que lui assignent ceux qui élaborent ces indicateurs.

La mesure du développement, un outil de choix et d’évaluation des politiques

La transparence de la production de la mesure, condition essentielle de tout fonctionnement démocratique de la société, est loin d’être atteinte : les acteurs du développement, publics ou privés, sont tentés d’utiliser la mesure pour présenter une image positive d’eux-mêmes, qu’il s’agisse d’annoncer, pour les dirigeants chinois, une croissance à deux chiffres du PIB ou, pour d’autres acteurs, un pourcentage élevé d’aide au développement.

Par ailleurs, le choix des indicateurs influence fortement le choix des politiques et leur évaluation. Cette influence est source de très nombreux biais qu’il convient d’identifier pour ne pas laisser la place à l’arbitraire sous couvert d’objectivité technique.

Les processus d’évaluation eux-mêmes sont l’objet de négociation entre les acteurs du développement, y compris dans le cas où est imposé par l’acteur dominant un type de processus d’évaluation qui, de par sa maîtrise de ce savoir, renforce sa domination.

 

Lire l'article complet dans l'espace "Résultats de recherche"

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Deuxième consultation publique relative à la norme de certification de gestion forestière de PAFC bassin du Congo 23 Mai 2020 – 22 Juin 2020

La seconde consultation publique sera ouverte pour une durée de 30 jours à partir du 23 mai 2020 et sera clôturée le lundi 22 juin 2020. La consultation publique est ouverte à toutes les parties prenantes de la gestion forestière dans le Bassin du Congo intéressées à participer au processus d’élaboration des normes de certification PAFC Bassin du Congo.

En savoir plus...

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

UNESCO: Fonds d'intervention d'urgence (RRF) - Parc national des Virunga en RDC

Suite aux événements tragiques au Parc national des Virunga en RDC qui est un site du patrimoine mondial et dans le cadre du projet UNESCO de Rapid Response Facility, une subvention d'urgence d’un montant de 40 000 $ a été octroyée au Parc national des Virunga en RDC.

En savoir plus...

Étude sur l'interaction entre la sécurité et la conservation des espèces sauvages en Afrique subsaharienne – Europa

Cette étude rassemble des informations solides tirées de plus de 20 sites marins et terrestres en Afrique subsaharienne et met en lumière la nature et l'étendue des liens entre la sécurité, y compris la sécurité socio-économique, et la vie sauvage (protection des espèces et des écosystèmes, interactions entre l'homme et la nature, et trafic).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020