Réunion informelle dans le cadre du lancement de la facilitation belge 2018-2019 du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

 

 

La Belgique a accepté de reprendre la Facilitation du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) pour la période 2018-2019. La Belgique a pris ainsi la relève de la Commission européenne, qui a réalisé un travail remarquable afin de mettre en place une structure qui améliore la gouvernance du PFBC, sur laquelle la Facilitation belge peut se reposer aujourd’hui.

 

 

La Belgique a organisé une session informelle à l’occasion du lancement de la facilitation belge 2018-2019 du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo le 13 février 2018.

 

 

Bien vouloir consulter ci-dessous, le compte rendu de ladite réunion informelle qui s’articule autour des points ci-après : (1) Remarques introductives par le Directeur Afrique belge, Ambassadeur Jozef Smets – (2)  Remarques conclusives de la Facilitation européenne du PFBC, 2016-2017, par Monsieur Anders Henriksson, Facilitateur de l’Union européenne précédent du PFBC, Commission européenne, Bruxelles – (3) Priorités des différents collèges et « streams » du PFBC par le Co-Facilitateur, Monsieur Maxime Nzita Nganga – (4)  Premières indications de la feuille de route de la Facilitation belge 2018-2019, par Monsieur le Ministre de Donnéa, Facilitateur belge – (5) Débat / Questions –Réponses et Conclusion….

 

 

Compte rendu de la Réunion informelle dans le cadre de la Facilitation du du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (2018-2019)

 

Facilitation Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC), 2018-2019

Bruxelles, le 13 février 2018

Le 13 février 2018, le Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement a organisée une session informelle à l’occasion du lancement de la facilitation belge 2018-2019 du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo. 

  1. Remarques introductives par le Directeur Afrique belge, Ambassadeur Jozef Smets

 

Suivant une suggestion de la Facilitation de l’Union européenne, la Belgique a décidé de prendre la relève de la Facilitation de l’Union européenne 2016-2017, dans la personne de Monsieur le Ministre de Donnéa (dont l’ engagement dans la région est connu et apprécié notamment dans la Fondation Virunga), dans la foulée des Facilitateurs précédents, depuis 2002, lorsque le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo a été lancé. 

 

Ce Partenariat rassemble aujourd’hui 105 partenaires institutionnels très différents (10 pays d’Afrique Centrale, organismes de coopération, centres de recherche, ONG internationales et de la sous-région, secteur privé…), avec l’objectif commun d’améliorer la gestion et la conservation des forêts dans le Bassin du Congo au sens large. 

 

L’expertise spécifique de la Belgique a été souligné, ainsi que son engagement important dans la région et les activités de ses instituts de recherche et d’autres acteurs belges, que ce soit les universités, les institutions fédérales (MRAC, le Musée d’histoire naturelle) ou régionales (Jardin botanique de Meise, les agences commerciales régionales) ou encore les ONGs.  Des représentants d’un grand  groupe de ces différents acteurs ont participé à la session de lancement de la facilitation belge du PFBC. 

 

Tandis que la facilitation EU a fait un travail remarquable de renforcement des structures du PFBC, la Belgique pourrait faciliter une phase d’approfondissement en mettant de nouveaux accents au niveau du contenu. 

 

  1. Remarques conclusives de la Facilitation européenne du PFBC, 2016-2017, par Monsieur Anders Henriksson, Facilitateur de l’Union européenne précédent du PFBC, Commission européenne, Bruxelles

 

Pendant la période de la Facilitation européenne du PFBC, beaucoup a été fait pour renforcer les structures du Partenariat, et notamment l’intégration par groupe spécifique (ONG, instituts de recherche, autorités, secteur privé) dans des « collèges » qui se réunissent respectivement dans un pays membre africain, et qui à leur tour sont représentés au Conseil, organisé annuellement par la facilitation.   Ce processus et l’intégration dans des collèges permet à chaque groupe de se renforcer.

 

Suite à ce processus « bottom up » des collèges, le Conseil annuel du PFBC devrait développer un dialogue politique et communiquer avec les décideurs dans le but de les impliquer davantage.

 

Le site du PFBC est également à réformer.

 

  1. Priorités des différents collèges et « streams » du PFBC par le Co-Facilitateur, Monsieur Maxime Nzita Nganga

 

Monsieur Maxime Nzita Nganga, le Co-Facilitateur du PFBC,  a présenté de son côté un tableau des résultats des différents collèges, et il a souligné les opportunités et le potentiel qui en découle : le conseil PFBC régional, le collège PFBC de la société civile, le collège PFBC des ONGs internationaux, le collège PFBC du secteur privé, le collège PFBC des partenaires, le collègue PFBC scientifique et académique, et le collège PFBC multilatéral.   Monsieur Maxime Nzita Nganga propose un niveau d’autonomie plus poussé, et souligne l’importance d’un soutien politique du Partenariat.         

 

Des défis spécifiques se présentent au niveau du collège PFBC du secteur privé et plus particulièrement encourager les entreprises à s’engager en faveur de la conservation et en même temps le renforcement de leurs engagements de due diligence d’autre part. 

 

Enfin, il a énuméré les 19 priorités à moyen terme. 

 

  1. Premières indications de la feuille de route de la Facilitation belge 2018-2019, par Monsieur le Ministre de Donnéa, Facilitateur belge

 

Le Facilitateur belge, Monsieur le Ministre de Donnéa, présente de son côté les premières indications de sa stratégie :

 

-La Facilitation s’inscrit dans la foulée de ce qui a été fait par les Facilitateurs précédents.

-Le Facilitateur s’appuie entièrement sur l’équipe de co-Facilitation. 

 

-Le Facilitateur a l’intention de mettre l’accent sur une plus grande implication du niveau politique.  Cela impose un engagement, dans chaque pays, des différentes autorités et des structures concernées (secteur des finances, secteur forestier, développement, etc…). 

 

-La Facilitation propose de réunir dans la deuxième moitié du mois de novembre 2018 à Bruxelles, au Palais d’Egmont, la Réunion annuelle des Parties.  Elle compte inviter des Ministres aussi bien africains qu’européens et américains, ainsi que des experts dans chaque domaine.  Ce serait également l’occasion de mettre à l’honneur l’expertise des institutions scientifiques et académiques.

 

-Le Conseil PFBC aurait lieu en juin à Brazzaville. 

 

-En avril, le Facilitateur a l’intention de se rendre à Yaoundé, où l’équipe de la co-Facilitation réside, ainsi qu’à la COMIFAC (Commission des Forêts d’Afrique Centrale).

 

-Le Facilitateur profitera également des visites à Bruxelles de Présidents ou de Ministres africains, afin d’établir des contacts spécifiques dans le cadre du PFBC.

 

-Monsieur de Donnéa voudrait aussi initier une approche sous-régionale et il compte lancer des initiatives spécifiques par sous-région : par exemple une réunion au deuxième semestre 2018 consacrée à la problématique des pasteurs tchadiens-centrafricains-congolais, à laquelle pourraient être associés des pays comme le Soudan ou le Sud-Soudan. 

 

  1. Débat / Questions –Réponses

 

-      Plusieurs intervenants soulignent l’importance d’une implication politique réelle du Partenariat (PFBC) et d’une harmonisation et intégration dans les structures et initiatives africaines existantes. 

 

-      Des représentants d’ONGs, ainsi que l’équipe de la co-Facilitation plaident en faveur d’une plus grande autonomie des collèges qui pourraient également mobiliser leurs propres ressources.  Par après, le Conseil devrait valider les initiatives prises par les collèges. 

 

-      Le secteur privé (également présent dans l’organigramme du PFBC) mérite une attention particulière, ce qui devrait être traduite par des événements et des initiatives spécifiques.  L’accent devrait être mis sur le « due diligence » des entreprises. 

 

-      La représentante de la coopération allemande confirme l’appui allemand aux étapes suivants du PFBC et elle partage les orientations annoncées du Partenariat. 

 

-      D’autres bailleurs et partenaires intéressés seront approchés.

 

-      La problématique de la lutte contre le braconnage mérite également une attention prioritaire et les états devraient être impliqués via leur plans nationaux PANI (Cameroun, Congo, Gabon, Nigeria, ainsi que la RDC et l’Angola qui sont suivis par CITES).  Dans ce contexte, la Stratégie Africaine Commune, lancée par le Sommet de l’Union Africaine de juin 2015 (Johannesbourg), reste un cadre de référence. 

 

-      La thématique du ODD/ SDG 15 devrait être inséré dans le Plan d’Action, lancé à la suite du Sommet Union Africaine – Union européenne (Abidjan, novembre 2017).

 

-      La feuille de route devrait impliquer les réseaux et instituts de recherche africains, européens qu’américains,  qui s’intéressent à la Région de l’Afrique Centrale.

 

-      La suggestion a été faite de publier sur le site les rapports des réunions annuelles des Parties, ainsi que les comptes-rendus de résultats obtenus au sein des « streams ».

 

Conclusions

Based upon this first informal exchange, at the occasion of the starting-up of the Belgian Facilitation of the Congo Basin Forest Partnership (2018-2019), in presence of a large group of stakeholders, the following first indications on the way forward, facilitated by Minister de Donnéa and the co-Facilitation and his team, could be given as follows :

  1. Work on policymakers : as the actual Facilitator has the stature of a Minister, Ministers will be invited, in further deepening of the Partnership. 

 

  1. Due diligence and clean business, as participation of the Private Sector

 

  1. How integrating African and European R&D institutions and educational expertise in the CBFP organization chart, in a triangular scientific and academic cooperation US-EU-Africa ?

 

  1. Meetings of small sub-regional initiatives in Africa, as a surplus, while the colleges will be held in Africa with as much as possible participation of the Facilitator (to reinforce the backing of the colleges), and the Annual Meeting of Parties in 2018 in Brussels (week of the 26th of November 2018).  For 2019, no plans have already been made.

 

Voir les photos de réunion.

 

Bien vouloir télécharger la liste de la présence

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIFOR : Rejoignez des experts à Nairobi pour promouvoir la restauration des paysages en Afrique

NAIROBI (1er août 2018) - Trouver des solutions pour relever le défi de la restauration des paysages en Afrique, où près de 50 millions d’hectares de terres sont dégradés chaque année, est un défi complexe nécessitant une réponse internationale innovante et coordonnée, déclare un expert en foresterie qui interviendra lors d’une prochaine conférence à Nairobi.

En savoir plus...

IIED long read: Trouver une approche verte pour la Chine et l’Afrique ?

Les entreprises chinoises se répandent sur le sol africain. Les bûcherons, les mineurs, les agriculteurs et les commerçants chinois, ainsi que les investissements d’infrastructure de plusieurs millions de dollars, sont en train de devenir courants à travers le continent. Certains d'entre eux engloutissent des forêts et des bois. Certains apportent d’énormes avantages aux économies africaines. D’autres font les deux. Tous changent l’Afrique.

En savoir plus...

Politique climatique : Quels sont les moteurs du changement de politique pour la REDD + ? Analyse comparative qualitative de l'interaction entre les facteurs institutionnels et politiques

La réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+) est devenue un mécanisme prometteur d’atténuation des changements climatiques dans les pays en développement. Afin d’identifier les conditions propices à la réalisation de progrès dans la mise en œuvre d’une REDD+ efficace, efficiente et équitable, le présent document examine les paramètres politiques nationaux dans une analyse comparative dans 13 pays, en mettant l’accent sur le contexte institutionnel et le cadre réel de la scène politique.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et la surveillance de l’énorme quantité de carbone contenu dans les forêts tropicales, et plus particulièrement dans la biomasse aérienne (BA) des arbres, sont nécessaires pour la mise en œuvre réussie des stratégies d'atténuation des changements climatiques. Sa précision dépend de la disponibilité d’équations allométriques fiables pour convertir les données d’inventaire forestier en estimations de BA. Dans cette étude, nous avons testé si les forêts d’Afrique centrale sont vraiment différentes des autres forêts tropicales en ce qui concerne l’allométrie de la biomasse et nous avons examiné les variations régionales de l’allométrie des arbres tropicaux dans les forêts du Bassin du Congo.

En savoir plus...

CIFOR : Remodeler la restauration des forêts et des paysages sur le terrain au Cameroun

Les efforts de reboisement du Cameroun sont divers en ce qui concerne les acteurs, la géographie et la période pendant laquelle ils ont été réalisés. Les premiers efforts ont eu lieu avant 1990, date à laquelle plus de 11 000 hectares ont été plantés dans la zone forestière dense, selon les chiffres de l'ANAFOR. Entre 1990 et 2000, 2 300 hectares supplémentaires ont été créés avec différents types d’espèces : Eucalyptus, Pinus, Teck, Gmélina, Cyprès, Sapin, Filao, Pygeum, Tetrapleura T, Leuceana dans la savane humide, Neem, Acacia, Leuceana, Gome arabica, Anacardier, Acacia Sénégal, Faidherbia Albida, Citrus spp dans la savane sèche et Terminalia Spp, Voacanga, Wengue, Moabi, Kossipo, Safoutier, Fromager, Acajou, Acajou, Ndjanssang, mangues sauvages dans la zone forestière dense.

 

En savoir plus...

FEM : Construire un monde où les éléphants ne sont pas les prochains dinosaures

Le 12 août, nous célèbrerons la Journée mondiale des éléphants afin de sensibiliser l’opinion publique à la situation critique de la population mondiale d’éléphants. Cette journée est importante pour moi, en tant que gestionnaire de programme du Programme mondial pour la vie sauvage (ou GWP selon son acronyme anglais), lancé il y a deux ans afin de combattre le commerce illégal d'espèces sauvages dans 19 pays d'Asie et d'Afrique.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

Rdp 18 du PFBC – Une journée pour le secteur privé : Les investissements du secteur privé : atout ou menace pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ?

Bruxelles, 27 novembre 2018 se tiendra une journée entière pour le secteur privé au cours duquel entre autres thématiques suivantes seront discutées : (1) Engagements de gestion responsable et contribution du secteur privé au développement (2) L’urgence d’un plan d’affection des terres dans les pays du Bassin du Congo... Bien vouloir télécharger la concept note de la journée secteur privé...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018