Libération: Braconnage : «Nous faisons face à des attaques, parfois avec des armes de guerre»

 

Témoignage: Guillaume Le Flohic, français, 28 ans, travaille au sein du parc national d’Odzala-Kokoua au Congo-Brazzaville. Il y dirige le service Conservation et Recherche depuis juin 2013. En mai, il a contacté «Libération» pour témoigner d’une agression dont a été victime le responsable de la lutte anti-braconnage et au-delà, toute l’équipe du parc, ainsi que de la grande difficulté de poursuivre le travail de conservation en Afrique.

 

«Le parc d’Odzala-Kokoua a été créé en 1935 autour du village de Mbomo, c’est le plus ancien parc national au Congo et l’un des premiers en Afrique. Il est géré depuis 2010 par African Parks, une ONG d’Afrique du Sud, largement financée par l’Union européenne, qui a conclu un accord de partenariat public-privé avec l’Etat congolais. Il abrite notamment des populations d’éléphants de forêt et de gorilles de plaine de l’ouest, deux espèces en danger d’extinction et intégralement protégées, mais intensivement braconnées. Sous la pression du braconnage pour l’ivoire, le nombre d’éléphants ne cesse de diminuer (quatre éléphants de forêt sur cinq ont disparu au cours des vingt dernières années) et, à ce rythme, à l’horizon 2020, il n’y en aura plus.»

 

Des AK47 - «Mon collègue, français comme moi, chef de la lutte anti-braconnage (LAB) (1), arrivé en 2012, a obtenu les meilleurs résultats jamais acquis : en 2013, 33 arrestations pour braconnage aggravé, 65 armes de guerre (principalement des AK47) récupérées et 5 ressortissants chinois arrêtés dont 4 pour trafic d’ivoire. Un baron local du trafic de l’ivoire, Ghislain Ngondjo, surnommé Pépito, a ainsi été condamné à cinq ans de prison et incarcéré à la maison d’arrêt de Brazzaville. Des résultats probablement à l’origine de la crise majeure à laquelle le parc doit faire face.

«Le 11 avril, dans l’après-midi, plus d’une centaine de personnes ont envahi le QG du parc à Mbomo, entonnant des chants de menace à l’encontre du chef LAB et de sa famille, et armés de longs bâtons. Parmi ces personnes, des braconniers connus, mais aussi d’anciens éco-gardes renvoyés pour faute grave, des agents du parc en fonction, une majorité d’hommes de 15 à 35 ans, ivres pour la plupart. Avec la volonté manifeste de lyncher mon collègue.

«Habitué à ce genre de situation de par sa formation militaire, il est parvenu à s’échapper en voiture mais la foule menaçante l’a poursuivi en courant et en criant. Des personnes, dont je fais partie, ont été agressées plus ou moins gravement. Le chef de la lutte anti-braconnage s’est réfugié d’abord à Brazzaville, à 800 km de là, avant de devoir quitter le pays. Il travaille désormais dans un autre parc national africain.»

 

Pour consulter l'article intégral, bien vouloir consulter le site web officiel de Libération:  Braconnage : «Nous faisons face à des attaques, parfois avec des armes de guerre»

 

Image credit: Libération 

Auteur: Eliane PATRIARCA 21 août 2014 à 18:19 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC