sciencedaily : Les coûts écologiques de la guerre : les conflits constituent un tueur constant de la mégafaune africaine

Image: Joshua Daskin, Université de Yale

 

 

Les chercheurs rapportent que la guerre a été un facteur constant dans le déclin des grands mammifères africains au fil des décennies. Mais les chercheurs ont également constaté que les populations fauniques s'effondraient rarement au point où le rétablissement était impossible, ce qui signifie que même les zones protégées gravement touchées par des conflits sont des candidats prometteurs pour les efforts de conservation et de réhabilitation.

 

 

Les chercheurs ont constaté que 71 % des zones protégées d'Afrique ont connu un ou plusieurs conflits entre 1946 et 2010. Les guerres se sont produites dans un quart de ces zones pendant une moyenne de neuf ans ou plus. La carte (figure a) ci-dessus montre les aires protégées en Afrique et le nombre d'années de conflit que chacune a endurées comme indiqué par l'échelle des couleurs. Le bleu n'indique aucune année de conflit et le rouge signifie au plus 35 années de conflit. Le tableau de droite (figure b) répertorie chaque nation et le nombre d'aires protégées qu'elle abrite (extrême droite). Les lignes verticales dans les cases colorées (au centre) indiquent le nombre moyen d'années de conflit pour les aires protégées de chaque nation.

 

 

 

Lorsque Joshua Daskin s'est rendu au Parc national de Gorongosa au Mozambique en 2012, le parc et les grands animaux emblématiques qui l'habitaient se remettaient d'une menace d'extinction. Gorongosa, l'une des réserves fauniques les plus spectaculaires d'Afrique jusque dans les années 1970, a été dévastée par une guerre de libération anticoloniale suivie d'une horrible guerre civile de 15 ans - un coup de poing qui a exterminé plus de 90 % de la faune du parc.

 

 

Le passé violent du parc a intrigué Daskin, alors étudiant de première année à Princeton en écologie et biologie de l'évolution. En explorant les savanes et les prairies de Gorongosa avec son conseiller, Robert Pringle, professeur assistant d'écologie et de biologie évolutionniste, les deux chercheurs se sont demandé si des déclins similaires de la faune auraient pu se produire en Afrique pendant les nombreux conflits du XXième siècle. Si tel était le cas, ils se demandaient si les impacts avaient été graves et si les animaux conservaient généralement la capacité de se reconstituer comme ceux de Gorongosa, ou si la guerre était une pression humaine que la plupart des animaux ne pouvaient pas supporter.

 

 

Après des années d'examen des conflits dans les zones protégées d'Afrique, Daskin et Pringle ont rapporté dans la revue Nature, édition de Jan 10, que la guerre était un facteur majeur du déclin des grands mammifères d'Afrique au fil des décennies. Les populations qui étaient stables dans les zones pacifiques n'avaient besoin que d'une légère augmentation de la fréquence des conflits pour amorcer une spirale descendante. Mais, selon les chercheurs, alors que les populations d'animaux sauvages diminuaient dans les zones de conflit, elles se sont rarement effondrées au point où le rétablissement était impossible.

 

 

L'étude a révélé que plus de 70 % des zones protégées d'Afrique ont été touchées par la guerre entre 1946 et 2010, une période au cours de laquelle le renversement de la domination coloniale européenne a été suivi dans de nombreux pays par de violentes luttes de pouvoir postcoloniales. Les éléphants, les hippopotames, les girafes et d'autres grands mammifères périrent parce que les combattants et les citoyens affamés chassaient les animaux pour la viande et pour des produits commercialisables tels que l'ivoire.

 

 

Néanmoins, a déclaré Daskin, qui a achevé l'étude dans le cadre de sa thèse de doctorat à Princeton, les résultats montrent que même les zones protégées les plus touchées par les conflits restent des candidats prometteurs pour les efforts de conservation et de réhabilitation. L'étude a été soutenue par la National Science Foundation et le Princeton Environmental Institute (PEI).

 

 

« Nous espérons que nos données et conclusions permettront de prioriser ces domaines pour attirer l'attention et le financement de leurs gouvernements et des ONG internationales », a déclaré Daskin, désormais boursier de Donnelley Postdoctoral à l'Université de Yale. « Nous présentons des preuves que bien que les populations de mammifères baissent dans les zones de guerre, elles ne disparaissent pas souvent. Avec les bonnes politiques et ressources, il devrait souvent être possible d'inverser les déclins et de restaurer les écosystèmes fonctionnels, même dans les zones historiquement enclines aux conflits.

 

 

« L'étude était nécessaire pour établir une attente scientifique générale sur la manière dont les conflits affectent généralement les populations fauniques, a déclaré M. Pringle, qui est enseignant associé au PEI. « Il n'était pas évident pour nous à l'avance que le conflit aurait des effets négatifs sur les populations fauniques », a déclaré Pringle. « Différentes études de différents endroits à différents moments ont trouvé à la fois des effets positifs et négatifs des conflits sur la biodiversité, mais l'effet net global n'a jamais été mesuré. » par exemple, des recherches antérieures ont montré que les populations animales se sont accrues dans les régions en proie à des conflits telles que la Zone Coréenne Démilitarisée (DMZ) et le Zimbabwe rural pendant la Guerre du Maquis de ce pays en 1964-1979.

 

 

Daskin et Pringle, cependant, ont trouvé que, à quelques exceptions près, des conflits fréquents ont entraîné une tendance à la baisse parmi les populations de grands animaux. aucun autre facteur évalué n'affichait cet même effet substantiel. Il n'y avait pas d'effet statistiquement détectable sur les trajectoires de faune à cause de l'exploitation minière, du développement urbain, de la corruption, de la sécheresse ou même de l'intensité du conflit, mesurée par le nombre de victimes de batailles humaines.

 

 

« Cela nous a permis de faire des suppositions éclairées sur les mécanismes sous-jacents », a déclaré Daskin. « La plupart des effets des conflits sur les populations sauvages semblent être dus à des effets socio-économiques qui dégradent la capacité institutionnelle pour la conservation de la biodiversité, ou la capacité collective de la société à prioriser et à payer pour cela. »

 

 

Hugh Possingham, scientifique en chef à The Nature Conservancy, a convenu que les structures sociales déterminent en fin de compte le sort des animaux et des aires protégées. Possingham n'a eu aucun rôle dans la recherche, mais il est familier avec elle et a publié sur des sujets connexes.

 

 

« La découverte la plus surprenante est la force de la relation entre la présence de conflits et les déclins chez les grands mammifères », a déclaré Possingham. « On aurait pu imaginer que l'ampleur ou l'étendue du conflit serait un facteur, mais la simple présence d'un conflit semble être un puissant indicateur en soi. »

 

 

« C'est inhabituel et utile », a-t-il poursuivi. cela me laisse penser que tout conflit doit être évité, même à un niveau faible, et que de tels conflits peuvent être révélateurs de problèmes sociaux et institutionnels plus généraux qui sont les principaux facteurs de déclin des mammifères. Ce qui importe - pour arrêter des menaces telles que la chasse pour la viande de brousse, la gouvernance doit vraiment être forte. »

 

 

Daskin and Pringle ont constaté que 71 % des zones protégées d'Afrique ont connu un ou plusieurs conflits entre 1946 et 2010. Un quart de ces aires, a connu la guerre pendant en moyenne neuf ans ou plus Plusieurs grandes nations ont vécu en moyenne 20 ans de conflit ou plus par aire protégée, y compris le Tchad, la Namibie et le Soudan (avant de se diviser en Soudan et Soudan du Sud en 2011).

 

 

Pour effectuer cette analyse, Daskin s'est inspiré de près de 500 sources pour trouver des estimations de l'abondance d'une espèce animale spécifique d'au moins deux ans entre 1946 et 2010. Il a comparé ces estimations afin de calculer le changement de la densité de population pendant un intervalle de temps donné. Daskin a alors utilisé une série de bases de données pour identifier le nombre de conflits qui se sont chevauchés avec chacune des aires protégées d'Afrique au cours de l'intervalle de l'étude. Enfin, les chercheurs ont examiné les tendances de 253 populations animales représentant 36 espèces, allant des antilopes aux éléphants, dans 126 aires protégées dans 19 pays.

 

 

« Personne d'autre n'a fait l'effort de rassembler des données sur les conflits dans cette gamme de parcs et de les confronter aux données sur la faune », a déclaré Daskin. « Ces données étaient toutes disponibles gratuitement, mais pas toujours très accessibles. »

 

 

Gorongosa, le parc mozambicain qui a inspiré l'étude au début, illustre la portée des découvertes, ont déclaré Daskin et Pringle. De 1977 à 1992, des soldats du gouvernement, des milices anti-gouvernementales et des réfugiés ont combattu ou traversé le parc à tour de rôle. Pendant des années après la guerre, les habitants déplacés et dépossédés ont chassé la faune. Au début des années 2000, la population d'éléphants avait chuté de plus de 75 %, tandis que les dénombrements aériens successifs ont révélé que les nombres de buffles, d'hippopotames, de gnous et de zèbres oscillaient entre des effectifs à un ou deux chiffres.

 

 

Pourtant, aucune de ces populations animales n'a complètement disparu. Depuis 2004, la faune de Gorongosa s'est reconstituée à 80 % de l'abondance totale d'avant-guerre. Le personnel du parc, le gouvernement mozambicain et le Projet de Restauration de Gorongosa à but non lucratif ont travaillé avec les communautés voisines pour nourrir les populations animales restantes en supprimant la chasse illégale et en créant des opportunités éducatives et d'emploi pour les villageois du parc.

 

 

« Nos résultats montrent que le cas de Gorongosa pourrait être général », a déclaré Pringle, qui siège au conseil d'administration du Projet Gorongosa. « Gorongosa est sur le point d'éliminer toute une faune sans l'éteindre, et même là, nous voyons que nous pouvons réhabiliter des populations fauniques et repousser un écosystème fonctionnel, ce qui suggère que les autres sites hautement conflictuels de notre étude peuvent, au moins en principe, être également réhabilités.

 

 

« Pringle et Daskin ont souligné dans leur document que le rétablissement de la faune est entre les mains de la population locale. « J'aimerais voir la conservation et les organisations humanitaires collaborer sur le travail de secours post-conflits », a déclaré Pringle. « Le rétablissement à long terme dépend de la santé et de l'espoir des personnes, et des environnements sains favorisent la santé et l'espoir de l'être humain. Il s'agit d'une chaîne de réactions positives. »

 

 

Lorsque les gens ont un intérêt personnel et économique dans un écosystème prospère, ils adoptent des comportements protecteurs tels que la prévention du braconnage et la surveillance de la faune, a déclaré Possingham. « Cette publication confirme la philosophie qui sous-tend cette approche », a-t-il déclaré.

 

 

« Dans tous les domaines où la protection des grands mammifères est une préoccupation, il faut organiser le côté humain de l'initiative de conservation - établir des moyens de subsistance alternatifs, la loi et l'ordre, l'éducation, la lutte contre la corruption, etc. en prenant des mesures de protection de l'habitat et de lutte contre le braconnage sur le terrain », a-t-il déclaré. « Si vous n'abordez pas les facteurs ultimes tels que l'effondrement de la société civile, alors agir sur le terrain et investir dans la gestion du parc pourrait ne pas fonctionner.

 

 

En savoir plus...

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cites : La protection des grands félins, thème de la prochaine Journée mondiale de la vie sauvage, 3 mars 2018

Les grands félins sont les animaux les plus populaires et les plus admirés dans le monde. Néanmoins, ces splendides prédateurs sont confrontés à bien des menaces, dues en majorité à des activités humaines. Leurs populations se réduisent à un rythme inquiétant en raison de la perte d’habitat et de proies, de conflits avec les humains, du braconnage et du commerce illégal. Ainsi, la population de tigres a chuté de 95% au cours des 100 dernières années et celle du lion d’Afrique de 40% en à peine 20 ans. Une série de mesures est entreprise pour enrayer ce déclin.

 

En savoir plus...

Afrique.TV5monde/RDC: réattribution de concessions forestières à des Chinois malgré un moratoire

Greenpeace et d'autres défenseurs de l'environnement ont déploré mardi à Kinshasa la réattribution par les autorités de la République démocratique du Congo de trois concessions forestières à des firmes chinoises malgré un moratoire en vigueur depuis 2002.

En savoir plus...

VRM/Pétition : Que cessent toutes sortes d’abus sur les femmes autour de grandes plantations de monoculture d’arbres

À l’occasion du 21 septembre, Journée internationale de lutte contre les plantations d’arbres, des femmes de plusieurs pays d’Afrique centrale et occidentale ont pris l’initiative de publier simultanément la pétition ci-jointe.

En savoir plus...

OIBT : Il faut s’attaquer à la dégradation des forêts pour faire avancer la REDD+, selon le Directeur exécutif de l’OIBT

En matière de REDD+, il conviendrait de davantage privilégier la lutte contre la dégradation des forêts, qui est aujourd’hui responsable au premier chef des émissions de gaz à effet de serre dans les forêts tropicales, selon le Directeur exécutif de l’OIBT, M. Gerhard Dieterle.

En savoir plus...

IFR : Les concessions forestières en Afrique Centrale : une introduction au numéro thématique

Actuellement, en Afrique, les concessions sont prises en tenaille entre l’augmentation de la densité de population dans les zones rurales et les investisseurs agro-industriels à la recherche de terres. Elles demeurent un instrument controversé de gestion des ressources forestières, bien que la certification ait joué un rôle déterminant dans l’amélioration des pratiques de gestion, en dépit de contextes de mauvaise gouvernance.

En savoir plus...

Ecologiste : Guilaume Pitron. La guerre des métaux rares

La face cachée de la transition énergétique et numérique : écologie, économie, géopolitique, voici une enquête saisissante sur les "métaux rares" devenus indispensables dans notre société actuelle.  Préface d'Hubert Védrine. Paru en janvier 2018.

En savoir plus...

Expertisefrance : Un groupe de travail pour mieux mesurer les progrès faits en matière d’ODD en Afrique

Les 5 et 6 janvier 2018, Expertise France, avec l’appui de l’INSEE et d’AFRISTAT a organisé la première réunion du groupe de travail sur les indicateurs de suivi des Objectifs de développement durable (ODD), dans le cadre du projet d’appui au suivi des ODD en Afrique (SODDA) financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018