Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

 

 

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

 

 

 

Suite à l’entrée en vigueur du Protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages (APA) en octobre 2014, de nombreux pays participent activement à rendre le Protocole opérationnel. L’un des défis majeurs à la mise en œuvre du Protocole est de rassembler les capacités nécessaires pour soutenir les pays souhaitant amender ou établir de nouvelles mesures juridiques, administratives ou politiques pour l’APA. C’est dans ce contexte que l’Organisation Internationale de Droit du Développement (OIDD) et le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (SCDB), avec le financement du Fonds Japonais pour la Biodiversité, ont développé un programme conjoint de renforcement des capacités pour soutenir la mise en œuvre du Protocole de Nagoya.

 

 

En collaboration avec l’OIDD et le SCDB, la COMIFAC a organisé du 16 au 20 avril 2018, à Douala au Cameroun, un atelier sous-régional de renforcement des capacités des juristes et  chargés de politiques publiques des pays membres de la COMIFAC sur l’élaboration de mesures pour la mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Au total, huit pays membres de la COMIFAC incluant le Burundi, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo et le Tchad ont été représentés. Cet atelier s’est tenu avec les appuis financiers et techniques du SCBD, de l’OIDD, du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, du PNUD, du Fonds Japonais pour la Biodiversité, de l’Union Européenne, du FEM et de la GIZ à travers le Projet "Mise en œuvre du processus APA" dans les pays de l’espace COMIFAC.

 

 

Cet atelier, a permis aux participants d’acquérir les connaissances sur huit (08) modules dont : la réforme juridique, la  définition des politiques, l’arrangement institutionnel, l’accès aux ressources génétiques, la conformité, les mesures d’appui, le partage des avantages, les peuples autochtones et les communautés locales.

 

 

Des sessions de World café ont permis d’échanger des connaissances en pairs sur les expériences des différents pays à travers l’analyse des régimes d’accès, les liens entre la propriété intellectuelle et le Traité International sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture, l’utilisation des ressources génétiques dans divers secteurs économiques, les progrès et défis des mesures d’APA.

 

 

De plus, à travers des exercices de parcours vitaux, les représentants des pays ont évalué le stade de mise en œuvre du Protocole de Nagoya dans leurs pays respectifs, incluant une analyse des parties prenantes, des lacunes, la sélection des mesures juridiques et la mise en œuvre des plans de réformes.

 

 

Par ailleurs, des sessions de compétences pratiques ont été présentées portant sur le leadership, la facilitation et la communication afin de permettre aux participants de mieux conseiller les gouvernements et les parties prenantes nationales sur les questions liées à la mise en œuvre du Protocole de Nagoya.

  

 

À l’issue de l’atelier, des engagements ont été pris par les participants en vue de contribuer au développement du processus APA dans leurs pays respectifs avant de recevoir deux attestations chacun dont une pour la formation en ligne et une autre pour la formation en présentielle.

 

Voici quelques réactions des formateurs et des participants :

 

 

Olivier Rukundo, formateur, conseillé juridique à IDLO : En ce qui concerne cette formation, pendant toute cette semaine, on a formé des juristes qui avaient déjà eu au préalable une formation en ligne sur les différents aspects juridiques et techniques de la mise en œuvre du protocole de Nagoya.  Ils sont venus à cet atelier approfondir les acquis de la formation en ligne. Je pense qu’au sortir de cette formation, ces juristes, auront une base nécessaire pour la mise en œuvre du processus APA en Afrique centrale, mais cependant, ceci reste une première étape, ils existent encore des besoins en matières de perfectionnement des capacités notamment ce qui a trait aux négociations et aux conclusions des contrats   sur APA et d’où il va falloir redoubler les efforts pour renforcer les capacités de nos juristes dans ce domaine.

 

 

 

 

Henri Nyembe, chef de division étude juridique du ministère de l’environnement de la RDC : Cette formation nous a apporté beaucoup d’éléments nouveaux et surtout nécessaires pour l’accomplissement de notre mission et fonction. Nous sommes chargés de la supervision de l’élaboration des textes juridiques, notamment les projets de lois, décrets, de textes règlementaires. Ce que nous avons obtenu comme théories et règles et au regard des étapes à suivre pour l’élaboration des textes d’application par rapport à la mise en œuvre du protocole de Nagoya nous est très utile pour l’instant et ça constitue pour nous des outils qui vont nous permettre de faire face aux réalités de notre travail sur le terrain et afin que nous puissions effectivement mettre en œuvre un mécanisme qui soit transparent et clair en matière d’APA en République Démocratique du Congo.

 

 

 

Mawale Estelle en service à la division des affaires juridiques du ministère de l’environnement, de la protection de la nature et du développement durable au Cameroun. Je suis juriste de formation impliquée dans le processus APA depuis pratiquement le début de la stratégie en 2012. Cette formation des juristes et les différents outils qui nous ont été communiqués sont vraiment très importants et fondamentaux dans notre démarche politique, stratégique et même déjà dans l’élaboration des modules législatifs et règlementaires. Elle nous pousse à poser les questions importantes, à susciter les débats de toutes les parties prenantes et surtout à prendre des mesures éclairées, c’est à dire, pouvoir évaluer les avantages et les inconvénients de chaque dispositif que nous voulons mettre en œuvre. Donc c’est une formation importante, nous ferons notre possible à notre niveau pour que les acquis de la formation puissent être utilisés. Dans le cadre de ma fonction au ministère de l’environnement il y’a l’examen des textes automatiques, que ce soient les textes législatifs ou règlementaires, ils seront examinés  à notre niveau avant qu’ils ne soient transmis dans les services du premier ministre donc il y aura un travail à faire.

 

Pour d'amples informations, bien vouloir contacter:

Bernadette Chantal, Edoa Epse WANDJA

Programme Gestion Durable des Forêts dans le Bassin du Congo

Experte Technique Communication

bernadette.wandja@giz.de

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Declaration: London Conference on the Illegal Wildlife Trade 2018

Nous, les représentants des Gouvernements, réunis à Londres les 11 et 12 octobre 2018, reconnaissant l’ampleur des effets néfastes sur l’économie, l’environnement, la sécurité et la société du commerce illicite d’espèces sauvages, prenons l’engagement politique suivant et appelons la communauté internationale à se mobiliser pour soutenir et mettre en place des mesures collectives urgentes pour combattre le commerce illicite d’espèces sauvages comme un crime grave commis par des criminels organisés, et fermer les marchés des espèces de faune et de flore victimes de ce commerce illicite....

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Septembre 2018

En septembre, l'équipe du Parc National de Nouabalé-Ndoki a fait ses adieux à Mr Nicholas Radford, qui a servi comme Chef du Service Administratif et Financier durant ces deux dernières années, et a accueilli Mme Camille Raynaud, qui arrivera bientôt à Bomassa pour assumer ce rôle important. La tâche est ingrate car souvent l'œuvre des services d'appui comme le Service administratif ou le Service logistique du parc n'est visible que dans les coulisses. Pourtant, ces services d'appui sont essentiels pour garantir le bon fonctionnement des opérations du parc.

En savoir plus...

afriquenvironnementplus: l’Hydrométéorologique bientôt au cœur d’un forum sous-régional

La ville de Libreville, au Gabon, va abriter du 14 au 16 novembre 2018, le 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale, sous l’égide de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

En savoir plus...

Burkinademain : La gestion des catastrophes naturelles traitée à Libreville

À l’initiative de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD), les experts et… vont se retrouver à Libreville, du 14 au 16 novembre 2018, au 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale.

En savoir plus...

CEEAC-BAD : signature de l’aide-mémoire sur la préparation du Programme PACEBco2

Libreville(Rép. Gabonaise), le 25 septembre 2018- Le Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), l’honorable Tabu Abdallah Manirakiza et le chef de la mission de la Banque Africaine de Développement (BAD) M.  DIOP Amadou Bamba, Environnementaliste à la BAD, ont procédé à la signature ce matin de l’aide-mémoire pour la préparation du Programme d’Appui à la Conservation des Ecosystèmes et à la Résilience aux changements climatiques en Afrique Centrale (PACEBCo2).

En savoir plus...

CHARTE SUR LES MANGROVES DU GABON

La Charte pour la conservation des mangroves du Gabon a été validée par les parties prenantes le 29 Juin 2018. Cette charte, résultant d'un processus participatif réussi, constitue une base de plaidoyer pour l'engagement de toutes les parties prenantes dans la gestion durable de ce précieux écosystème naturel.

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Septembre/Octobre 2018

Le projet OSFACO "Observation Spatiale des Forêts d'Afrique Centrale et de l'Ouest" vise à améliorer la connaissance des dynamiques passées et actuelles en matière d’occupation des terres et de changement d’usage des sols dans plusieurs pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest, grâce aux outils d’observation spatiale. Le projet vise à mettre à disposition des images satellitaires et promouvoir leur utilisation à travers des projets de recherche et des appuis aux pays.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus : Son Excellence François-Xavier de DONNEA, Facilitateur Belge pour la PFBC

Brazzaville a accueilli le 1er juin la 4e réunion des collèges du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, PFBC. A cet occasion, AEP  a échangé avec  le Facilitateur Belge à la tête  de ce Partenariat, Son Excellence François-Xavier de DONNEA qui nous livre dans cette entretien sa vision globale sur le fonctionnement de cette institution et nous donne une idée de la feuille de route de la nouvelle sa Facilitation.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018