MINFOF: Forêts et faune, l’exploitation illégale en baisse

 

Alors que les entreprises détentrices de titres se conforment, les petits exploitants eux, continuent de sévir. Comme pour chaque trimestre, le ministre des Forêts et de la Faune (Minfof), Ngole Philip Ngwese, vient de publier le sommier des infractions forestières et fauniques. Le document de 12 pages qui répertorie les noms des exploitants forestiers et fauniques illégaux (158 au total) aurait, aux dires de certains responsables au Minfof, perdu du volume. « Le sommier a connu une cure d’amaigrissement car il y a un an, il faisait 24 pages de Cameroon Tribune contre 12 seulement aujourd’hui », constate un responsable de ce ministère. Autre indicateur, la hausse du montant des amendes recouvrées à l’issue des infractions constatées. Il est passé de 150 millions par an à plus d’un milliard de F. Un résultat obtenu grâce aux mesures répressives mises en place par le Minfof. « Lorsque votre nom apparaît dans le sommier, le ministère ne vous délivre pas les documents de travail, à l’instar de la lettre de voiture qui permet de circuler avec son bois », explique notre source. Bien qu’on admette au Minfof que les infractions ont baissé, cela ne se vérifie pas chez tous les exploitants. « La tendance à la baisse est observée chez les exploitants forestiers qui ont des titres légaux. Ce sont des sociétés qui sont engagées dans le processus de certification et elles ont une clientèle très exigeante en matière de respect de la législation », confie Flavien Ngibaot, chef de brigade nationale de contrôle au Minfof. Le souci, d’après lui, se pose beaucoup plus avec les individus qui opèrent sans titres. « Pour ceux-là, la tendance est plutôt à la hausse et on est débordé », ajoute-t-il.

 

S’agissant du cas précis du sommier publié récemment par le Minfof, la plupart des entreprises sont en justice. Il s’agit des opérateurs n’ayant pas versé les amendes correspondantes aux infractions commises après réception d’une notification. Il en existe deux types. D’abord, la notification primitive d’amende qui informe l’exploitant de l’infraction commise et du montant de l’amende à verser. L’opérateur qui la reçoit a 15 jours pour contester l’infraction. Sinon, il reçoit une notification définitive d’amende, suivie d’une mise en demeure, avant d’être traduit en justice, s’il rechigne à verser l’amende. Si la réglementation forestière admet la transaction (possibilité pour un exploitant de payer une amende pour réparer l’infraction), ce n’est pas le cas pour la réglementation faunique car « il n’est pas facile de régénérer la ressource animale ».

 

Pour consulter l'article intégral, bien vouloir cliquer sur le lien ci-après:  Forêts et faune, l’exploitation illégale en baisse - (Cameroon-Tribune 05/11/2013 - 09:40)

 

Image credit:http://fr.africatime.com/cameroun/articles/forets-et-faune-lexploitation-illegale-en-baisse

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC