MINFOF: Forêts et faune, l’exploitation illégale en baisse

 

Alors que les entreprises détentrices de titres se conforment, les petits exploitants eux, continuent de sévir. Comme pour chaque trimestre, le ministre des Forêts et de la Faune (Minfof), Ngole Philip Ngwese, vient de publier le sommier des infractions forestières et fauniques. Le document de 12 pages qui répertorie les noms des exploitants forestiers et fauniques illégaux (158 au total) aurait, aux dires de certains responsables au Minfof, perdu du volume. « Le sommier a connu une cure d’amaigrissement car il y a un an, il faisait 24 pages de Cameroon Tribune contre 12 seulement aujourd’hui », constate un responsable de ce ministère. Autre indicateur, la hausse du montant des amendes recouvrées à l’issue des infractions constatées. Il est passé de 150 millions par an à plus d’un milliard de F. Un résultat obtenu grâce aux mesures répressives mises en place par le Minfof. « Lorsque votre nom apparaît dans le sommier, le ministère ne vous délivre pas les documents de travail, à l’instar de la lettre de voiture qui permet de circuler avec son bois », explique notre source. Bien qu’on admette au Minfof que les infractions ont baissé, cela ne se vérifie pas chez tous les exploitants. « La tendance à la baisse est observée chez les exploitants forestiers qui ont des titres légaux. Ce sont des sociétés qui sont engagées dans le processus de certification et elles ont une clientèle très exigeante en matière de respect de la législation », confie Flavien Ngibaot, chef de brigade nationale de contrôle au Minfof. Le souci, d’après lui, se pose beaucoup plus avec les individus qui opèrent sans titres. « Pour ceux-là, la tendance est plutôt à la hausse et on est débordé », ajoute-t-il.

 

S’agissant du cas précis du sommier publié récemment par le Minfof, la plupart des entreprises sont en justice. Il s’agit des opérateurs n’ayant pas versé les amendes correspondantes aux infractions commises après réception d’une notification. Il en existe deux types. D’abord, la notification primitive d’amende qui informe l’exploitant de l’infraction commise et du montant de l’amende à verser. L’opérateur qui la reçoit a 15 jours pour contester l’infraction. Sinon, il reçoit une notification définitive d’amende, suivie d’une mise en demeure, avant d’être traduit en justice, s’il rechigne à verser l’amende. Si la réglementation forestière admet la transaction (possibilité pour un exploitant de payer une amende pour réparer l’infraction), ce n’est pas le cas pour la réglementation faunique car « il n’est pas facile de régénérer la ressource animale ».

 

Pour consulter l'article intégral, bien vouloir cliquer sur le lien ci-après:  Forêts et faune, l’exploitation illégale en baisse - (Cameroon-Tribune 05/11/2013 - 09:40)

 

Image credit:http://fr.africatime.com/cameroun/articles/forets-et-faune-lexploitation-illegale-en-baisse

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

UNESCO: Fonds d'intervention d'urgence (RRF) - Parc national des Virunga en RDC

Suite aux événements tragiques au Parc national des Virunga en RDC qui est un site du patrimoine mondial et dans le cadre du projet UNESCO de Rapid Response Facility, une subvention d'urgence d’un montant de 40 000 $ a été octroyée au Parc national des Virunga en RDC.

En savoir plus...

Étude sur l'interaction entre la sécurité et la conservation des espèces sauvages en Afrique subsaharienne – Europa

Cette étude rassemble des informations solides tirées de plus de 20 sites marins et terrestres en Afrique subsaharienne et met en lumière la nature et l'étendue des liens entre la sécurité, y compris la sécurité socio-économique, et la vie sauvage (protection des espèces et des écosystèmes, interactions entre l'homme et la nature, et trafic).

En savoir plus...

Le FVC est le plus grand fonds mondial consacré à la lutte contre le changement climatique.

Le Fonds vert pour le climat (FVC) est le plus grand fonds dédié au monde qui aide les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à renforcer leur capacité à répondre au changement climatique. Il a été mis en place par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 2010.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020