Biodiversité - Les éléphants sur les traces des rhinocéros noirs

 

L’acharnement des braconniers sur ces pachydermes ne leur laisse aucune chance de survie d’ici peu, à en croire des experts.

 

Combien d’éléphants trouve-t-on dans les parcs nationaux au Cameroun ? Les chiffres n’ont pas été actualisés après les massacres massifs des pachydermes au parc national de Bouba Ndjidda (à l’extrême Nord) en 2012 et dont l’on se remet difficilement au ministère des forêts et de la faune  ( Minfof). «  Après le passage des assaillants au parc de Bouba Ndjidda, nous n’avons pas fait une évaluation de ce qui reste comme éléphants », confie une source au Minfof.

 

Toutefois, en Mars 2013, des organismes de protection de la biodiversité dont le Fond mondial pour la nature ( WWF), révélaient que 62% des éléphants de savane au Cameroun ont été tués entre 2012 et 2013 dans le seul parc de Bouba Ndjidda. Un parc qui en comptait un millier avant la perpétration des grands massacres par des individus non identifiés. D’autre part, des experts, notamment Germain Ngandjui du Réseau de surveillance du commerce  de la faune et de la flore sauvage (TRAFFIC) et Bas Huijbregt du WWF affirment dans une étude  que «  la population des éléphants de l’Afrique Centrale a sans doute été réduite de 50% entre 1995 et 1997 du fait du braconnage et du commerce illégal d’espèces sauvages. (…) 2011 a été l’année de tous les records en matière de saisies d’ivoires à grande échelle et de braconnage d’éléphants depuis les années 80. »

 

Un  constat corroboré par les autorités en charge des Forets et de la Faune qui indiquent que : 1262 munitions  et 274 pointes d’ivoires ont été saisies et détruites au terme de 631 patrouilles effectuées dans les aires protégées du Cameroun en 2009. » Par simple arithmétique, on remarque qu’au moins 137 éléphants ont été tuées en cette seule année. Sans compter ceux qui ont échappés au contrôle des équipes du Minfof. L’avenir des éléphants inquiète plus d’un. Hanson Njiforti, le directeur national de WWF, juge que «  si rien n’est fait, le sort qu’ont connu les rhinocéros noirs du Cameroun, qui ont totalement disparus de la circulation il y’a cinq ans sera aussi celui des éléphants ».

 

Corruption

 

Les braconniers ne lésinent aucunement sur les moyens pour atteindre leurs objectifs. Même les armes sont utilisées par les assaillants pour abattre leur proie. En 2013, un communiqué signé par le ministre des  Forets et de la Faune a révélé qu’ « ente février et avril 2013, ses services ont organisé des descentes inopinées, avec l’appui financier du WWF, dans les régions de l’Est, du Littoral et du Sud-ouest. 45 armes à feu dont une kalachnikov AK47, trois armes de calibre 458, une autre de calibre 375 et 40 de calibre 12 de fabrication locale ont été saisies. La même opération a permis de confisquer 378 munitions dont 27 d’armes de guerre. » Un autre communiqué signé de la Secrétaire d’Etat au ministère des forets et de la faune  et publiées dans la newsletter de ce ministère revient sur «  une vaste opération coup de poing menée en décembre 2013 qui a permis de mettre la main sur 22 armes à feu dont deux Pmk (kalachnikov), 539 munitions dont 119 munitions d’armes de guerre, deux queues d’éléphants et puis 227 câbles d’acier ». Huit suspects ont été interpellés par la même occasion.


Après les massacres de Bouba ndjidda, le gouvernement a adopté un plan national anti-braconnage, mettant à contribution les éléments du bataillon d’intervention rapide (BIR) pour la surveillance de certains parcs. Ce qui ne dissuade pas les braconniers, motivés par le prix des pointes d’ivoire qui ne cesse d’augmenter dans les pays demandeurs, la Chine et la Thaïlande en l’occurrence. Même les ressortissants des pays qui prônent la protection de la biodiversité  ne résistent pas aux bonnes  affaires du braconnage. Il y’a quelques semaines, l’on signalait  le passage des braconniers lourdement armés au parc de Waza à l’extrême Nord du pays. Ceux-ci ont été repoussés par le BIR. Les organismes de défense  de la biodiversité pensent que la surveillance militaire seule ne suffit plus et qu’il faille intégrer d’autres  actions. Aussi Traffic et WWF conseillent-ils un dialogue avec les pays demandeurs d’ivoires, pour qu’ils prennent conscience des conséquences environnementales, économiques et humaines de leur consommation de biens issus de la criminalité faunique.

 

Ils suggèrent aussi entre autres, la lutte contre la corruption, le durcissement de la loi contre les criminels fauniques et contra la vente d’armes et de munitions de type  grande chasse, un accent sur la protection et la bonne gestion de certaines aires protégées prioritaires qui devraient devenir des noyaux centraux pour la protection de la faune de la sous-région et  à long terme  par des agences  spécialisées. Ceci passera par le recrutement d’un personnel salarié.

 

La liste rouge mondiale des espèces menacées.

 

La liste rouge de l’UICN est un indicateur privilégié pour suivre l’état de la biodiversité dans le monde. Grace à cet état des lieux, on sait aujourd’hui qu’une  espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit, plus d’un amphibien sur trois et un tiers des espèces de confères sont menacés d’extinction mondiale.

 

Qu’est ce que la liste rouge ?

 

La liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces. Ces critères s’appliquent à toutes les espèces et à toutes les parties du monde.

 

Fondée sur une solide base scientifique, la liste rouge de l’UICN est reconnue comme de référence le plus fiable sur l’état de la diversité biologique spécifique. Sur la base d’une information précise sur les espèces menacées, son but essentiel est d’identifier les priorités d’action, de mobiliser l’attention du public et  des responsables politiques sur l’urgence et l’étendue des problèmes de conservation et d’inciter tous les acteurs à agir en vue de limiter le taux d’extinction des espèces.

 

Quelques chiffres clefs.

 

Dans la dernière édition de la liste rouge mondiale (version 2013.2), sur les 71576 espèces étudiées, 21286 sont classées menacées.

 

Parmi ces espèces, 41% des amphibiens, 13% des oiseaux et 25% des mammifères sont menacées d’extinction au niveau mondial. C’est également le cas pour 31% des requins et raines, 33% des coraux constructeurs de  récifs et 34% des conifères. Dans cet état des lieux, la France figure  parmi les 10 pays  hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées, au total 1041 espèces menacées au niveau mondial sont présentes sur son territoire, en métropole et en outre-mer.

 

Source : Bien vouloir suivre le lien ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019