Biodiversité - Les éléphants sur les traces des rhinocéros noirs

 

L’acharnement des braconniers sur ces pachydermes ne leur laisse aucune chance de survie d’ici peu, à en croire des experts.

 

Combien d’éléphants trouve-t-on dans les parcs nationaux au Cameroun ? Les chiffres n’ont pas été actualisés après les massacres massifs des pachydermes au parc national de Bouba Ndjidda (à l’extrême Nord) en 2012 et dont l’on se remet difficilement au ministère des forêts et de la faune  ( Minfof). «  Après le passage des assaillants au parc de Bouba Ndjidda, nous n’avons pas fait une évaluation de ce qui reste comme éléphants », confie une source au Minfof.

 

Toutefois, en Mars 2013, des organismes de protection de la biodiversité dont le Fond mondial pour la nature ( WWF), révélaient que 62% des éléphants de savane au Cameroun ont été tués entre 2012 et 2013 dans le seul parc de Bouba Ndjidda. Un parc qui en comptait un millier avant la perpétration des grands massacres par des individus non identifiés. D’autre part, des experts, notamment Germain Ngandjui du Réseau de surveillance du commerce  de la faune et de la flore sauvage (TRAFFIC) et Bas Huijbregt du WWF affirment dans une étude  que «  la population des éléphants de l’Afrique Centrale a sans doute été réduite de 50% entre 1995 et 1997 du fait du braconnage et du commerce illégal d’espèces sauvages. (…) 2011 a été l’année de tous les records en matière de saisies d’ivoires à grande échelle et de braconnage d’éléphants depuis les années 80. »

 

Un  constat corroboré par les autorités en charge des Forets et de la Faune qui indiquent que : 1262 munitions  et 274 pointes d’ivoires ont été saisies et détruites au terme de 631 patrouilles effectuées dans les aires protégées du Cameroun en 2009. » Par simple arithmétique, on remarque qu’au moins 137 éléphants ont été tuées en cette seule année. Sans compter ceux qui ont échappés au contrôle des équipes du Minfof. L’avenir des éléphants inquiète plus d’un. Hanson Njiforti, le directeur national de WWF, juge que «  si rien n’est fait, le sort qu’ont connu les rhinocéros noirs du Cameroun, qui ont totalement disparus de la circulation il y’a cinq ans sera aussi celui des éléphants ».

 

Corruption

 

Les braconniers ne lésinent aucunement sur les moyens pour atteindre leurs objectifs. Même les armes sont utilisées par les assaillants pour abattre leur proie. En 2013, un communiqué signé par le ministre des  Forets et de la Faune a révélé qu’ « ente février et avril 2013, ses services ont organisé des descentes inopinées, avec l’appui financier du WWF, dans les régions de l’Est, du Littoral et du Sud-ouest. 45 armes à feu dont une kalachnikov AK47, trois armes de calibre 458, une autre de calibre 375 et 40 de calibre 12 de fabrication locale ont été saisies. La même opération a permis de confisquer 378 munitions dont 27 d’armes de guerre. » Un autre communiqué signé de la Secrétaire d’Etat au ministère des forets et de la faune  et publiées dans la newsletter de ce ministère revient sur «  une vaste opération coup de poing menée en décembre 2013 qui a permis de mettre la main sur 22 armes à feu dont deux Pmk (kalachnikov), 539 munitions dont 119 munitions d’armes de guerre, deux queues d’éléphants et puis 227 câbles d’acier ». Huit suspects ont été interpellés par la même occasion.


Après les massacres de Bouba ndjidda, le gouvernement a adopté un plan national anti-braconnage, mettant à contribution les éléments du bataillon d’intervention rapide (BIR) pour la surveillance de certains parcs. Ce qui ne dissuade pas les braconniers, motivés par le prix des pointes d’ivoire qui ne cesse d’augmenter dans les pays demandeurs, la Chine et la Thaïlande en l’occurrence. Même les ressortissants des pays qui prônent la protection de la biodiversité  ne résistent pas aux bonnes  affaires du braconnage. Il y’a quelques semaines, l’on signalait  le passage des braconniers lourdement armés au parc de Waza à l’extrême Nord du pays. Ceux-ci ont été repoussés par le BIR. Les organismes de défense  de la biodiversité pensent que la surveillance militaire seule ne suffit plus et qu’il faille intégrer d’autres  actions. Aussi Traffic et WWF conseillent-ils un dialogue avec les pays demandeurs d’ivoires, pour qu’ils prennent conscience des conséquences environnementales, économiques et humaines de leur consommation de biens issus de la criminalité faunique.

 

Ils suggèrent aussi entre autres, la lutte contre la corruption, le durcissement de la loi contre les criminels fauniques et contra la vente d’armes et de munitions de type  grande chasse, un accent sur la protection et la bonne gestion de certaines aires protégées prioritaires qui devraient devenir des noyaux centraux pour la protection de la faune de la sous-région et  à long terme  par des agences  spécialisées. Ceci passera par le recrutement d’un personnel salarié.

 

La liste rouge mondiale des espèces menacées.

 

La liste rouge de l’UICN est un indicateur privilégié pour suivre l’état de la biodiversité dans le monde. Grace à cet état des lieux, on sait aujourd’hui qu’une  espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit, plus d’un amphibien sur trois et un tiers des espèces de confères sont menacés d’extinction mondiale.

 

Qu’est ce que la liste rouge ?

 

La liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces. Ces critères s’appliquent à toutes les espèces et à toutes les parties du monde.

 

Fondée sur une solide base scientifique, la liste rouge de l’UICN est reconnue comme de référence le plus fiable sur l’état de la diversité biologique spécifique. Sur la base d’une information précise sur les espèces menacées, son but essentiel est d’identifier les priorités d’action, de mobiliser l’attention du public et  des responsables politiques sur l’urgence et l’étendue des problèmes de conservation et d’inciter tous les acteurs à agir en vue de limiter le taux d’extinction des espèces.

 

Quelques chiffres clefs.

 

Dans la dernière édition de la liste rouge mondiale (version 2013.2), sur les 71576 espèces étudiées, 21286 sont classées menacées.

 

Parmi ces espèces, 41% des amphibiens, 13% des oiseaux et 25% des mammifères sont menacées d’extinction au niveau mondial. C’est également le cas pour 31% des requins et raines, 33% des coraux constructeurs de  récifs et 34% des conifères. Dans cet état des lieux, la France figure  parmi les 10 pays  hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées, au total 1041 espèces menacées au niveau mondial sont présentes sur son territoire, en métropole et en outre-mer.

 

Source : Bien vouloir suivre le lien ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ONU et REDD vers un cadre de transparence avec l’Accord de Paris

Pour lutter contre le changement climatique et ses impacts, l'Accord de Paris a été signé par 195 pays qui se sont engagés à limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius. Pour atteindre cet objectif, chaque pays a pris des engagements individuels en matière de climat, connus sous le nom de contributions déterminées au niveau national (CDN). Mais comment les pays peuvent-ils s'assurer que chacun contribue à la cause commune de manière équitable et transparente ?

En savoir plus...

Les peuples autochtones du monde entier participent à l'action pour le climat

« Nos rivières et nos lacs s'assèchent, nos forêts brûlent, nos herbes sont inondées et nos enfants présents sont menacés par un avenir incertain. Les peuples autochtones d'Afrique sont aujourd'hui plus vulnérables que jamais en raison des changements climatiques qui ont un impact direct sur nos moyens de subsistance et notre survie. Nous avons nos grands-parents avec des connaissances traditionnelles incroyables qui peuvent aider à l'adaptation au changement climatique et à l'atténuation de ses effets, mais cela doit être assuré dans le respect de nos droits et de notre CLIP » - Hindou Oumarou Ibrahim

 

En savoir plus...

Conférence africaine sur les risques climatiques (ACRC) 2019 : RAPPORT

La Conférence africaine sur les risques climatiques (ACRC) 2019 s'est achevée le mercredi 9 octobre, avec un programme chargé comprenant des sessions plénières, des tables rondes, des ateliers et des séminaires. Dans la matinée, deux séances plénières ont été consacrées à l'état des services d'information climatique pour l'appui au développement en Afrique et à la mobilisation des investissements dans les services climatiques. Bien vouloir télécharger le rapport...

En savoir plus...

Directives sous-régionales pour le suivi de la contribution des forets aux objectifs de développement durable dans les pays d’Afrique centrale

La date limite pour la réception des commentaires est fixée au 31 octobre (pour nous permettre d’avoir le temps de les insérer dans la version à soumettre à l’examen des participants à l’atelier de validation qui aura lieu le 26 et le 27 novembre à Libreville). Contacts : Valerie Tchuante (tvtchuante@comifac.org ) et Jean Claude Nguinguiri (JeanClaude.Nguinguiri@fao.org)

En savoir plus...

Histoire du projet du Fonds d'adaptation du FA - Projet régional en Éthiopie, au Kenya et en Ouganda

Le premier projet régional du Fonds pour l'adaptation, mis en œuvre par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et ciblant trois pays différents (Éthiopie, Kenya et Ouganda), relie les activités régionales aux mesures d'adaptation locales en adoptant une approche globale.

En savoir plus...

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019