IUCN : Comment savoir si la restauration du paysage forestier a été réalisée ?

 

 

L’une des principales raisons de la restauration d’un paysage est de fournir les services écosystémiques de manière à rendre l'écosystème fonctionnel et productif tout en répondant aux besoins de ceux qui dépendent du paysage. Il peut y avoir quelques indicateurs communs des efforts de restauration qui s'appliquent à un large éventail de besoins et de résultats. Un article récent intitulé “Measuring progress in status of land under forest landscape restoration using abiotic and biotic indicators” (Mesurer le progrès de l’état des terres dans le cadre de la restauration des paysages forestiers à l’aide d’indicateurs abiotiques et biotiques), publié par la revue Restoration Ecology, examine cette question plus en profondeur.

 

 

Qu’est-ce qui détermine le succès ou l’échec des efforts de restauration du paysage forestier (RPF) ? Cette question devient de plus en plus importante à mesure que la dynamique politique et financière de la restauration continue de croître et que les gouvernements s’engagent à restaurer des millions d'hectares. Un paysage restauré semble intrinsèquement différent en fonction de toute une série de facteurs trop innombrables à énumérer. Peu importe les différences, la RPF doit fournir les services écosystémiques qu'elle prétend améliorer. Des méthodes de surveillance rigoureuses sont essentielles et, comme pour de nombreux projets, la clé du suivi de la restauration consiste à choisir et à examiner les réussites individuelles par rapport à un ensemble de résultats préétablis. L’article récent de Dudley et al.  (2018) dans Restoration Ecology établit que :

 

 

 « Les systèmes de surveillance efficaces de la restauration doivent tenir compte de trois éléments clés : (1) les facteurs qui ont causé la dégradation (le statut) ; (2) les changements sur l’écosystème pendant la restauration (les résultats) et (3) les mesures prises par le projet de restauration (les sorties). »

 

 

Cet article se concentre spécifiquement sur la partie des résultats de ces éléments clés dans le but ultime d’identifier les changements dans l'écosystème qui restaurent un certain niveau de leurs services. Cependant, avant que les changements à l'écosystème puissent être validés, des indicateurs individuels doivent être identifiés et des systèmes doivent être mis en place pour permettre leur évaluation. Le choix des indicateurs et la méthode de mesure dépendent de nombreuses variables, y compris les capacités techniques, les finances, les objectifs spécifiques, entre tant d'autres. Les indicateurs sont subdivisés en deux catégories : abiotiques et biotiques.

 

 

L’article examine les indicateurs abiotiques (pensez au profil du sol, à la quantité ou à la qualité de l’eau ou à la contamination) et aux indicateurs biotiques (pensez à une couverture de sol solide, pollinisateurs, espèces indigènes). Ces indicateurs de seuil doivent finalement être choisis pour leur adéquation au paysage et pour une variété d'autres raisons (capacité technique, objectifs d'espèces clés, exigences du projet, implications culturelles, etc.). Cependant, les auteurs proposent une liste minimale d'indicateurs de seuil pour les facteurs biotiques et abiotiques.

 

 

En savoir plus....

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Ecologiste : Guilaume Pitron. La guerre des métaux rares

La face cachée de la transition énergétique et numérique : écologie, économie, géopolitique, voici une enquête saisissante sur les "métaux rares" devenus indispensables dans notre société actuelle.  Préface d'Hubert Védrine. Paru en janvier 2018.

En savoir plus...

Expertisefrance : Un groupe de travail pour mieux mesurer les progrès faits en matière d’ODD en Afrique

Les 5 et 6 janvier 2018, Expertise France, avec l’appui de l’INSEE et d’AFRISTAT a organisé la première réunion du groupe de travail sur les indicateurs de suivi des Objectifs de développement durable (ODD), dans le cadre du projet d’appui au suivi des ODD en Afrique (SODDA) financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Janvier 2018

Ce mois-ci, le parc a connu une augmentation spectaculaire du braconnage ! Deux événements majeurs ont été détectés. Dix carcasses d'éléphants braconnés ont été découvertes dans le parc et sa périphérie, un nombre qui nous stupéfait tous.

En savoir plus...

cop23: La Semaine Africaine du Climat va façonner les stratégies d'actions climatiques

ONU Changements climatiques Infos, 14 fév. 2018 - Organismes publics et entreprises privées sont conviés à la première Semaine Africaine du Climat du 9 au 13 avril 2018, à Nairobi au Kenya, pour aider à concevoir et mener l'action climatique.

En savoir plus...

JOURNÉE MONDIALE DU PANGOLIN 2018

La célébration de la Journée mondiale du Pangolin 2017 (18 février) est un événement international qui se célèbre chaque année le troisième samedi du mois de février. Elle vise à assurer la sensibilisation à l’échelle mondiale sur les pangolins.

En savoir plus...

UICN : Massacre des éléphants à la RFBL

Le grand braconnage (particulièrement pour les ivoires afin d’alimenter la grande demande sur le marché illicite) frappe en ce début d’année 2018 la Réserve de faune de Binder Léré (RFBL) situé dans le Mayo-Kebbi Ouest (Départements de Léré et Binder) avec un bilan très lourd. Pour l’instant, il fait état de 19 éléphants tués entre le 18 et le 30 janvier 2018 dont les carcasses identifiées.

En savoir plus...

Cameroun - Insécurité : Six militaires du BIR et deux civils tués au Parc National de Bouba Ndjidda, région du Nord

Ils sont tombés dans une embuscade tendue par des braconniers dans la nuit du 8 au 9 février 2018. Six militaires du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) et deux villageois qui leur servaient de guides ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi au Parc National de Bouba Ndjidda selon des sources auprès de la 3e région militaire interarmées du Nord.

 

En savoir plus...

environews-rdc-Actualités, Forêt : Forêt : Kinshasa et Brazzaville s’accordent pour promouvoir les tourbières de la cuvette centrale

Le Ministre  de l’Environnement et développement  durable  de la RDC, Amy Ambatobe,  et son homologue  de la République du Congo,  Arlette Soudan  Nonault ont échangé  ce samedi  à  Kinshasa, sur la nécessité  de mettre en place une coordination pour la protection et la valorisation  des tourbières, récemment  découvertes par les scientifiques en RDC et au Congo Brazzaville.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018