IUCN : Comment savoir si la restauration du paysage forestier a été réalisée ?

 

 

L’une des principales raisons de la restauration d’un paysage est de fournir les services écosystémiques de manière à rendre l'écosystème fonctionnel et productif tout en répondant aux besoins de ceux qui dépendent du paysage. Il peut y avoir quelques indicateurs communs des efforts de restauration qui s'appliquent à un large éventail de besoins et de résultats. Un article récent intitulé “Measuring progress in status of land under forest landscape restoration using abiotic and biotic indicators” (Mesurer le progrès de l’état des terres dans le cadre de la restauration des paysages forestiers à l’aide d’indicateurs abiotiques et biotiques), publié par la revue Restoration Ecology, examine cette question plus en profondeur.

 

 

Qu’est-ce qui détermine le succès ou l’échec des efforts de restauration du paysage forestier (RPF) ? Cette question devient de plus en plus importante à mesure que la dynamique politique et financière de la restauration continue de croître et que les gouvernements s’engagent à restaurer des millions d'hectares. Un paysage restauré semble intrinsèquement différent en fonction de toute une série de facteurs trop innombrables à énumérer. Peu importe les différences, la RPF doit fournir les services écosystémiques qu'elle prétend améliorer. Des méthodes de surveillance rigoureuses sont essentielles et, comme pour de nombreux projets, la clé du suivi de la restauration consiste à choisir et à examiner les réussites individuelles par rapport à un ensemble de résultats préétablis. L’article récent de Dudley et al.  (2018) dans Restoration Ecology établit que :

 

 

 « Les systèmes de surveillance efficaces de la restauration doivent tenir compte de trois éléments clés : (1) les facteurs qui ont causé la dégradation (le statut) ; (2) les changements sur l’écosystème pendant la restauration (les résultats) et (3) les mesures prises par le projet de restauration (les sorties). »

 

 

Cet article se concentre spécifiquement sur la partie des résultats de ces éléments clés dans le but ultime d’identifier les changements dans l'écosystème qui restaurent un certain niveau de leurs services. Cependant, avant que les changements à l'écosystème puissent être validés, des indicateurs individuels doivent être identifiés et des systèmes doivent être mis en place pour permettre leur évaluation. Le choix des indicateurs et la méthode de mesure dépendent de nombreuses variables, y compris les capacités techniques, les finances, les objectifs spécifiques, entre tant d'autres. Les indicateurs sont subdivisés en deux catégories : abiotiques et biotiques.

 

 

L’article examine les indicateurs abiotiques (pensez au profil du sol, à la quantité ou à la qualité de l’eau ou à la contamination) et aux indicateurs biotiques (pensez à une couverture de sol solide, pollinisateurs, espèces indigènes). Ces indicateurs de seuil doivent finalement être choisis pour leur adéquation au paysage et pour une variété d'autres raisons (capacité technique, objectifs d'espèces clés, exigences du projet, implications culturelles, etc.). Cependant, les auteurs proposent une liste minimale d'indicateurs de seuil pour les facteurs biotiques et abiotiques.

 

 

En savoir plus....

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

USFWS - MENTOR-POP (Progress on Pangolins) : Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale

Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale - Les pangolins constituent les mammifères les plus traqués au monde. En 2016, le U.S. Fish and Wildlife Service (Organisme fédéral américain chargé de la préservation de la Faune) a lancé MENTOR-POP (Progress on Pangolins) en collaboration avec la Zoological Society of London pour donner une voix aux pangolins d'Afrique centrale.

En savoir plus...

Les PSE dans les pays en développement : compenser ou récompenser ?

Dans de nombreux pays en développement, le caractère domanial des espaces naturels peut poser des problèmes pour la mise en place des PSE : il faut reconnaître aux usagers des écosystèmes dépourvus de titres fonciers la disposition de tels droits, ce qui se traduira assez inévitablement par un raffermissement du sentiment d’appropriation et pourra déboucher, plus tard, sur des revendications politiques concernant les droits fonciers.

En savoir plus...

Rencontre entre le Sahel et le Nord de l'Afrique Équatoriale : Plein succès de la conférence internationale des Ministres en charge de la Défense, de la sécurité et des aires protégées sur la lutte contre le Braconnage de N’Djamena

Environ 350 participants mobilisés  autour du thème central: « Menaces des groupes armés circulant entre le Sahel, le Soudan et le Nord de l’Afrique Équatoriale pour ses aires naturelles protégées et leurs populations riveraines : Analyse et plan d’actions». Une douzaine de Ministres et une cinquantaine de Hauts- Responsables des Institutions régionales, des partenaires techniques et financiers adoptent une déclaration dite de « Déclaration de N’Djamena »... Aussi disponible en téléchargement le communiqué final du huis des Ministres et chefs de délégation aussi bien que le rapport du segment des experts adoptés par les Ministres. 

En savoir plus...

Les partenaires techniques et financiers se concertent avec les Chefs de Délégation des Pays concernés par la conférence de N’Djamena

Les partenaires techniques et financiers se concertent en marge de la conférence internationale des Ministres en charge de la Défense, de la sécurité et des aires protégées sur la lutte contre le Braconnage de N’Djamena- 24 janvier 2019. Bien vouloir télécharger le compte rendu de la réunion des Partenaires techniques et financiers du PFBC:  Réunion des Partenaires techniques et financiers du PFBC.pdf

En savoir plus...

CNULD : Ibrahim Thiaw annoncé comme le nouveau Secrétaire exécutif de la CNULD

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à l'issue de consultations avec le Bureau de la Conférence des Parties à la Convention, a annoncé la nomination d'Ibrahim Thiaw (Mauritanie) comme prochain Secrétaire exécutif de la Convention.

En savoir plus...

CNULD : L’Inde accueillera la CdP14 de la CNULD

Bonn, Allemagne - L’Inde accueillera la prochaine Conférence mondiale sur la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse du 7 au 18 octobre 2019 au centre de conférences Vigyan Bhavan à New Delhi. Les participants de 197 Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) auront accès, pour la première fois, à une multitude de nouvelles données scientifiques vitales.

En savoir plus...

CNULD : CRIC17 | 28-30 Janvier 2019 | Georgetown, Guyane

Le CRIC17 examinera la première évaluation mondiale de la dégradation des terres sur la base des données d’observation de la Terre communiquées par les gouvernements. L'évaluation, qui a été réalisée par les pays ayant soumis un rapport selon une approche harmonisée, montre les tendances de la dégradation des terres entre 2000 et 2015 sur la base des données fournies par 145 des 197 pays qui sont parties à la Convention.

En savoir plus...

COMIFAC : les membres du Comité de Décision du Projet régional GIZ d’appui à la COMIFAC se concertent à Douala

Douala- Cameroun, 04 Février 2019- La 5ième    et dernière session  du Comité de Décision du Projet régional GIZ d’appui à la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) financé par le Ministère Allemand de la Coopération (BMZ) et mis en œuvre par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019