Les autorités traditionnelles de la RDC s’impliquent pour la bonne gouvernance dans la gestion des ressources naturelles.

 

11 chefs traditionnels, influant autour des Aires Protégées (APs) de 4 Provinces de la RDC (Kinshasa, Katanga, Sud-Kivu, Orientale), se sont réunis à Lubumbashi du 22 au 25 Septembre 2013. En effet, ils avaient été conviés par l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) à participer au 2ème atelier de réseautage ICCN organisé avec le soutien de la coopération allemande et du programme « biodiversités et forêts » (PBF). Leur présence s’inscrivant dans le processus de révision de la Stratégie de Conservation Communautaire (SCoCo, 2007-2011) afin d’évaluer et de consolider leurs participations dans la conservation des ressources naturelles des espaces coutumiers et classés qui sont sous leurs mandats. Cela en lien avec le bien-être des populations dont ils sont riverains.

 

Ces majestés ont de prime abord, relevé un certain nombre de problèmes qui minent les APs de leurs zones. A ce sujet, les principaux évoqués sont : i). la gestion caporaliste des aires protégées par l’administration en charge et spécifiquement les agents non-immatriculés (dites Nouvelles Unités – NU), qui n’ont aucune reconnaissance ni mandat légaux ; ii). La non matérialisation des  limites externes des aires protégées ; iii). La recrudescence du grand braconnage dans les APs perpétré par de nombreuses couches de la société dont les agents NU de l’ICCN ; iv). Les conflits entre les animaux et les hommes ; et v). Le manque d’infrastructures pour les services sociaux élémentaires. Ainsi, sur la base des problèmes rencontrés, ces derniers ont évoqué leurs visions de la gestion des ressources naturelles en formulant un certains nombres d’attentes dont l’essentiel est formulé en terme de : i). Impliquer les chefs traditionnelles qui sont des auxiliaires de l’état dans la gestion des aires protégées, ce sont les premiers conservateurs et à ce sujet, certains d’entre eux ont été directement formés à l’issu de cet atelier sur les Lois de la conservation de la nature en RDC ; ii). Ils souhaitent aussi bénéficier des appuis techniques, matériels et financiers pour l’efficacité de leurs implications, notamment pour sensibiliser et informer les autorités politico-administratives provinciales et locales, mais aussi participer à la surveillance et à la définition de Plans de Développement Locaux. Ces derniers passent par la structuration de leurs communautés et le zonage des terroirs. Ainsi, à partir de cette vision cadre du développement des entités dont la gestion est traditionnellement représentée par les chefs coutumiers, les divers acteurs de développement, qu’ils soient ONG ou étatique (dont l’ICCN et les APs), ainsi que tous bailleurs (privés, coopérations multi et bilatérales) pourront orienter leurs appuis en fonction des besoins identifiés, planifiés et budgétisés. Au terme de cette rencontre importante et très appréciée de tous,, ces chefs traditionnels  ont voulu encourager leurs populations et les autorités compétences par le bon exemple. Ainsi, ils ont signés un acte d’engagement signifiant leurs implication dans la mise en place des structures participatives de cogestion décrits dans la SCoCo (Comité de Conservation Communautaire et Conseil de Gestion de Conservation Communautaire), qui sont les plateformes reconnues  d’organisation du développement et de la conservation de la naturel des APs et de leurs zones tampons en RDC.

 

Ces recommandations ne sont déjà pas restées lettres mortes, et l’ICCN avec son partenaire PBF, a soutenu une série de restitution-vulgarisation de cet engagement au niveau des populations locales par les chefs traditionnels présents à l’atelier. Ainsi, pour les Provinces du Sud-Kivu (Domaine de Chasse de Lwama-Kivu et Réserve Naturelle d’Itombwe) et pour Kinshasa (Domaine de Chasse de Bombo Lomene) des réunions se sont déjà tenues, et seront multipliées en cette fin d’année avec les autres communautés des sites des Parcs Nationaux de Kahuzi-Biega, des Kundelungu, d’Upemba, et de la Lomami.   

 

Le rapport de cet atelier de réseautage et l’acte d’engagement des chefs traditionnels sont à élécharger ci-dessous

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

UNESCO: Fonds d'intervention d'urgence (RRF) - Parc national des Virunga en RDC

Suite aux événements tragiques au Parc national des Virunga en RDC qui est un site du patrimoine mondial et dans le cadre du projet UNESCO de Rapid Response Facility, une subvention d'urgence d’un montant de 40 000 $ a été octroyée au Parc national des Virunga en RDC.

En savoir plus...

Étude sur l'interaction entre la sécurité et la conservation des espèces sauvages en Afrique subsaharienne – Europa

Cette étude rassemble des informations solides tirées de plus de 20 sites marins et terrestres en Afrique subsaharienne et met en lumière la nature et l'étendue des liens entre la sécurité, y compris la sécurité socio-économique, et la vie sauvage (protection des espèces et des écosystèmes, interactions entre l'homme et la nature, et trafic).

En savoir plus...

Le FVC est le plus grand fonds mondial consacré à la lutte contre le changement climatique.

Le Fonds vert pour le climat (FVC) est le plus grand fonds dédié au monde qui aide les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à renforcer leur capacité à répondre au changement climatique. Il a été mis en place par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 2010.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020