Mongabay : Une étude révèle que la fragmentation des forêts tropicales approchant du « point critique » !

 

 

 

 

  • En plus d’avoir de graves répercussions sur les animaux comme les jaguars et les tigres qui nécessitent de vastes étendues d’habitat connecté, la fragmentation forestière a une grande empreinte carbone
  • Une nouvelle étude basée sur la physique révèle que la fragmentation des forêts tropicales pourrait atteindre un seuil au-delà duquel la fragmentation s’intensifiera brusquement. À ce seuil, même une quantité relativement faible de déforestation pourrait entraîner une fragmentation dramatique - et une perte significative d’habitat et des émissions de gaz à effet de serre.
  • L’équipe a calculé qu’aux taux actuels de déforestation, le nombre de fragments augmentera de 33 fois en Amérique centrale et du Sud d'ici 2050, et leur taille moyenne passera de 17 hectares à 0,25 hectare.

 

 

La déforestation dans les tropiques est causée par de nombreuses activités humaines différentes dont l'intensité varie selon l'endroit. En Amérique du Sud, l’agriculture industrielle est le principal facteur de déforestation, tandis que les petites exploitations affectent la forêt tropicale au Congo de manière indélébile et tandis que l'abattage des essences forestières de grande valeur a des effets dévastateurs sur les forêts de l'Asie du Sud-Est.

 

 

Pourtant, malgré la diversité de ces activités, une nouvelle étude publiée cette semaine dans Nature  montre qu’ils ont eu un impact global étonnamment similaire sur les forêts tropicales du monde - un impact qui semble atteindre un « point critique » dont le franchissement peut avoir des conséquences catastrophiques.

 

 

Il s’agit ici de la fragmentation. Alors que les humains se déplacent et abattent les arbres, la forêt restante est fragmentée en de plus petits morceaux de plus qui sont de plus en plus éloignés les uns des autres. En plus d’avoir de graves répercussions sur les animaux comme les jaguars et les tigres qui nécessitent de vastes étendues d’habitat connecté, la fragmentation forestière a une grande empreinte carbone

 

 

Recherche publiée en 2017 a révélé que les forêts tropicales du monde sont actuellement découpées en environ 50 millions de fragments, et leurs bords totalisent environ 50 millions de kilomètres - ce qui, ensemble, ferait environ un tiers de la distance qui sépare la terre du soleil. L’étude a révélé que les arbres situés à ces lisières de fragments sont beaucoup plus susceptibles de mourir que ceux qui se trouvent au milieu des forêts, ce qui pourrait ajouter 31 % de plus de gaz à effet de serre à l’atmosphère.

 

 

Mais quel est l’impact global de ces fragments, et à quoi ressembleront-ils dans le futur ? Pour le savoir, les chercheurs du Centre allemand Helmholtz de recherche environnementale (UFZ) ont utilisé la physique pour décrire mathématiquement la fragmentation des forêts tropicales à l'échelle mondiale. L’équipe a identifié des fragments via des données satellitaires à haute résolution qui détectent les lacunes dans les canopées et ont trouvé des modèles de fragmentation dans les principales régions de forêt tropicale du monde - Afrique, Asie du Sud-Est et Amérique centrale - correspond à la « théorie de la percolation » en physique.

 

 

« [La théorie de la percolation] déclare que dans une certaine phase de la déforestation, le paysage forestier présente des structures fractales autosimilaires, c’est-à-dire des structures qui peuvent être retrouvées à différents niveaux », explique le biophysicien Andreas Huth, coauteur de l'étude.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019