The Star Big Read : L’État fait pousser des bambous pour économiser les châteaux d’eau

 

 

Des années de déforestation ont mis le secteur forestier à genoux. Cela a fait craindre une grave pénurie d'eau dans tout le Kenya, les châteaux d'eau ayant été mis à nu.

 

 

Les craintes de sécheresse des robinets, en particulier dans les villes, étaient réelles, car la déforestation avait épuisé les forêts domaniales, laissant les niveaux d’eau des principaux cours d’eau à leur plus bas niveau.

 

 

Mais maintenant une solution émerge sous la forme de l’herbe géante qu’est le bambou. Il est rapidement reconnu en Afrique en raison de sa croissance rapide, de sa résilience et de sa grande capacité à conserver le sol et l’eau. On ne dira jamais assez son potentiel économique.

 

 

Le Kenya réhabilite actuellement les châteaux d’eau grâce à un ambitieux plan de culture du bambou qui devrait permettre de rétablir des niveaux d’eau normaux.

 

 

Par l’intermédiaire de l’Agence des châteaux d’eau du Kenya, l’État prévoit d’établir des plantations de bambou dans tous les châteaux d’eau du pays et de construire des usines de bambou pour encourager les propriétaires agricoles à cultiver le bambou, car l’usine assure un marché prêt.

 

 

Selon les experts, le bambou est l’une des plantes à croissance la plus rapide au monde, certaines espèces poussant à 91 cm en 24 heures, soit un taux de croissance de près de 4 cm par heure.

 

 

KWTA indique qu’elle a lancé un plan de 2 milliards de shillings pour protéger les bassins versants. Margaret Maranga, membre du conseil d’administration, confie que l’agence est en pourparlers avec les gouvernements des comtés dans le cadre d’un effort coordonné visant à sauvegarder la conservation des forêts.

 

 

Maranga avoue que l’agence a identifié 70 bassins versants qui seront bientôt classés comme châteaux d’eau. Le pays compte actuellement 18 bassins versants classés, dont les chaînes de montagnes Abardaere, les monts Elgon, Kulal, Loita, le complexe Mau et les montagnes Cherangany.

 

 

D’autres comprennent les monts Kenya, la forêt de Marmanet, les monts Kipipipiri, Ndotos, Marsabit, les montagnes Huri, Kirisia, Nyambene et la chaîne Mathews.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

BRIEFING NEWS Observation indépendante : Les résultats de trois années de mise en œuvre du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) au Cameroun.

En trois ans de mise en oeuvre du Système normalisé d’Observation indépendante externe (SNOIE), plus de 50% des rapports de dénonciations produits via cette approche normalisée de l’observation indépendante (OI) au Cameroun, ont entraîné des réactions du ministère en charge de la gestion des forêts et de la faune. En effet, sur les 30 rapports d’OI transmis au MINFOF, les faits d’exploitation forestière présumée illégale ont été avérés sur 18 d’entre eux. Ces cas avérés ont suscité des missions de contrôle de la brigade nationale et régionale de contrôle forestier, des saisis, l’ouverture des contentieux à l’encontre des entreprises incriminées dans les rapports et des suspensions de titres.

En savoir plus...

Afrique centrale : Ndjamena accueille la 47e réunion du Comité sur les questions de sécurité du 3 au 7 décembre

Libreville (Gabon), 30 novembre 2018 – La 47e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 3 au 7 décembre 2018 à Ndjamena, la capitale du Tchad. Comme lors des précédentes sessions, elle permettra de faire le point de la situation géopolitique et sécuritaire dans les onze pays membres, notamment l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

En savoir plus...

RFUK- Aires protégées et droits communautaires : utiliser les cartes participatives pour soutenir la conservation durable dans le bassin du Congo

Les meilleurs projets de conservation commencent avec les Hommes. Cependant, des aires protégées continuent à être établies et gérées dans le Bassin du Congo avec peu de considération envers les droits fonciers et les droits aux ressources des communautés locales, ce qui favorise les conflits et les violations des droits de l’homme.

En savoir plus...

Environews-Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

En savoir plus...

RDP18-Rapport-Stream 1. Gouvernance forestière et aménagement du territoire

Notre stream porte sur les questions toujours d’actualité de la gouvernance forestière et de l’aménagement du territoire. Plus que jamais, ces deux thématiques sont des thématiques clés pour les perspectives d’avenir des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la nature vaste des questions de comment aménager l’espace forestier et comment le pouvoir s’exerce dans ces zones nous exigent de prioriser, au sein du stream, nos discussions et interventions.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

RFUK-facteurs de déforestation : sommes-nous sur la bonne voie ?

Ce débat sera l’occasion d’explorer ce que ces nouvelles études révèlent sur les dynamiques de déforestation, d’identifier les zones d’ombres qui persistent, et discuter de ce que cela implique pour les programmes et politiques à mettre en œuvre en RDC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018