The Star Big Read : L’État fait pousser des bambous pour économiser les châteaux d’eau

 

 

Des années de déforestation ont mis le secteur forestier à genoux. Cela a fait craindre une grave pénurie d'eau dans tout le Kenya, les châteaux d'eau ayant été mis à nu.

 

 

Les craintes de sécheresse des robinets, en particulier dans les villes, étaient réelles, car la déforestation avait épuisé les forêts domaniales, laissant les niveaux d’eau des principaux cours d’eau à leur plus bas niveau.

 

 

Mais maintenant une solution émerge sous la forme de l’herbe géante qu’est le bambou. Il est rapidement reconnu en Afrique en raison de sa croissance rapide, de sa résilience et de sa grande capacité à conserver le sol et l’eau. On ne dira jamais assez son potentiel économique.

 

 

Le Kenya réhabilite actuellement les châteaux d’eau grâce à un ambitieux plan de culture du bambou qui devrait permettre de rétablir des niveaux d’eau normaux.

 

 

Par l’intermédiaire de l’Agence des châteaux d’eau du Kenya, l’État prévoit d’établir des plantations de bambou dans tous les châteaux d’eau du pays et de construire des usines de bambou pour encourager les propriétaires agricoles à cultiver le bambou, car l’usine assure un marché prêt.

 

 

Selon les experts, le bambou est l’une des plantes à croissance la plus rapide au monde, certaines espèces poussant à 91 cm en 24 heures, soit un taux de croissance de près de 4 cm par heure.

 

 

KWTA indique qu’elle a lancé un plan de 2 milliards de shillings pour protéger les bassins versants. Margaret Maranga, membre du conseil d’administration, confie que l’agence est en pourparlers avec les gouvernements des comtés dans le cadre d’un effort coordonné visant à sauvegarder la conservation des forêts.

 

 

Maranga avoue que l’agence a identifié 70 bassins versants qui seront bientôt classés comme châteaux d’eau. Le pays compte actuellement 18 bassins versants classés, dont les chaînes de montagnes Abardaere, les monts Elgon, Kulal, Loita, le complexe Mau et les montagnes Cherangany.

 

 

D’autres comprennent les monts Kenya, la forêt de Marmanet, les monts Kipipipiri, Ndotos, Marsabit, les montagnes Huri, Kirisia, Nyambene et la chaîne Mathews.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

USFWS - MENTOR-POP (Progress on Pangolins) : Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale

Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale - Les pangolins constituent les mammifères les plus traqués au monde. En 2016, le U.S. Fish and Wildlife Service (Organisme fédéral américain chargé de la préservation de la Faune) a lancé MENTOR-POP (Progress on Pangolins) en collaboration avec la Zoological Society of London pour donner une voix aux pangolins d'Afrique centrale.

En savoir plus...

Les PSE dans les pays en développement : compenser ou récompenser ?

Dans de nombreux pays en développement, le caractère domanial des espaces naturels peut poser des problèmes pour la mise en place des PSE : il faut reconnaître aux usagers des écosystèmes dépourvus de titres fonciers la disposition de tels droits, ce qui se traduira assez inévitablement par un raffermissement du sentiment d’appropriation et pourra déboucher, plus tard, sur des revendications politiques concernant les droits fonciers.

En savoir plus...

Rencontre entre le Sahel et le Nord de l'Afrique Équatoriale : Plein succès de la conférence internationale des Ministres en charge de la Défense, de la sécurité et des aires protégées sur la lutte contre le Braconnage de N’Djamena

Environ 350 participants mobilisés  autour du thème central: « Menaces des groupes armés circulant entre le Sahel, le Soudan et le Nord de l’Afrique Équatoriale pour ses aires naturelles protégées et leurs populations riveraines : Analyse et plan d’actions». Une douzaine de Ministres et une cinquantaine de Hauts- Responsables des Institutions régionales, des partenaires techniques et financiers adoptent une déclaration dite de « Déclaration de N’Djamena »... Aussi disponible en téléchargement le communiqué final du huis des Ministres et chefs de délégation aussi bien que le rapport du segment des experts adoptés par les Ministres. 

En savoir plus...

Les partenaires techniques et financiers se concertent avec les Chefs de Délégation des Pays concernés par la conférence de N’Djamena

Les partenaires techniques et financiers se concertent en marge de la conférence internationale des Ministres en charge de la Défense, de la sécurité et des aires protégées sur la lutte contre le Braconnage de N’Djamena- 24 janvier 2019. Bien vouloir télécharger le compte rendu de la réunion des Partenaires techniques et financiers du PFBC:  Réunion des Partenaires techniques et financiers du PFBC.pdf

En savoir plus...

CNULD : Ibrahim Thiaw annoncé comme le nouveau Secrétaire exécutif de la CNULD

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à l'issue de consultations avec le Bureau de la Conférence des Parties à la Convention, a annoncé la nomination d'Ibrahim Thiaw (Mauritanie) comme prochain Secrétaire exécutif de la Convention.

En savoir plus...

CNULD : L’Inde accueillera la CdP14 de la CNULD

Bonn, Allemagne - L’Inde accueillera la prochaine Conférence mondiale sur la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse du 7 au 18 octobre 2019 au centre de conférences Vigyan Bhavan à New Delhi. Les participants de 197 Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) auront accès, pour la première fois, à une multitude de nouvelles données scientifiques vitales.

En savoir plus...

CNULD : CRIC17 | 28-30 Janvier 2019 | Georgetown, Guyane

Le CRIC17 examinera la première évaluation mondiale de la dégradation des terres sur la base des données d’observation de la Terre communiquées par les gouvernements. L'évaluation, qui a été réalisée par les pays ayant soumis un rapport selon une approche harmonisée, montre les tendances de la dégradation des terres entre 2000 et 2015 sur la base des données fournies par 145 des 197 pays qui sont parties à la Convention.

En savoir plus...

COMIFAC : les membres du Comité de Décision du Projet régional GIZ d’appui à la COMIFAC se concertent à Douala

Douala- Cameroun, 04 Février 2019- La 5ième    et dernière session  du Comité de Décision du Projet régional GIZ d’appui à la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) financé par le Ministère Allemand de la Coopération (BMZ) et mis en œuvre par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019