The Star Big Read : L’État fait pousser des bambous pour économiser les châteaux d’eau

 

 

Des années de déforestation ont mis le secteur forestier à genoux. Cela a fait craindre une grave pénurie d'eau dans tout le Kenya, les châteaux d'eau ayant été mis à nu.

 

 

Les craintes de sécheresse des robinets, en particulier dans les villes, étaient réelles, car la déforestation avait épuisé les forêts domaniales, laissant les niveaux d’eau des principaux cours d’eau à leur plus bas niveau.

 

 

Mais maintenant une solution émerge sous la forme de l’herbe géante qu’est le bambou. Il est rapidement reconnu en Afrique en raison de sa croissance rapide, de sa résilience et de sa grande capacité à conserver le sol et l’eau. On ne dira jamais assez son potentiel économique.

 

 

Le Kenya réhabilite actuellement les châteaux d’eau grâce à un ambitieux plan de culture du bambou qui devrait permettre de rétablir des niveaux d’eau normaux.

 

 

Par l’intermédiaire de l’Agence des châteaux d’eau du Kenya, l’État prévoit d’établir des plantations de bambou dans tous les châteaux d’eau du pays et de construire des usines de bambou pour encourager les propriétaires agricoles à cultiver le bambou, car l’usine assure un marché prêt.

 

 

Selon les experts, le bambou est l’une des plantes à croissance la plus rapide au monde, certaines espèces poussant à 91 cm en 24 heures, soit un taux de croissance de près de 4 cm par heure.

 

 

KWTA indique qu’elle a lancé un plan de 2 milliards de shillings pour protéger les bassins versants. Margaret Maranga, membre du conseil d’administration, confie que l’agence est en pourparlers avec les gouvernements des comtés dans le cadre d’un effort coordonné visant à sauvegarder la conservation des forêts.

 

 

Maranga avoue que l’agence a identifié 70 bassins versants qui seront bientôt classés comme châteaux d’eau. Le pays compte actuellement 18 bassins versants classés, dont les chaînes de montagnes Abardaere, les monts Elgon, Kulal, Loita, le complexe Mau et les montagnes Cherangany.

 

 

D’autres comprennent les monts Kenya, la forêt de Marmanet, les monts Kipipipiri, Ndotos, Marsabit, les montagnes Huri, Kirisia, Nyambene et la chaîne Mathews.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

afriquenvironnementplus: l’Hydrométéorologique bientôt au cœur d’un forum sous-régional

La ville de Libreville, au Gabon, va abriter du 14 au 16 novembre 2018, le 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale, sous l’égide de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

En savoir plus...

Burkinademain : La gestion des catastrophes naturelles traitée à Libreville

À l’initiative de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) en partenariat avec le Gouvernement du Gabon, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), la Banque Mondiale (BM) et la Banque Africaine de Développement (BAD), les experts et… vont se retrouver à Libreville, du 14 au 16 novembre 2018, au 1er Forum Hydrométéorologique d’Afrique centrale.

En savoir plus...

CEEAC-BAD : signature de l’aide-mémoire sur la préparation du Programme PACEBco2

Libreville(Rép. Gabonaise), le 25 septembre 2018- Le Secrétaire général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), l’honorable Tabu Abdallah Manirakiza et le chef de la mission de la Banque Africaine de Développement (BAD) M.  DIOP Amadou Bamba, Environnementaliste à la BAD, ont procédé à la signature ce matin de l’aide-mémoire pour la préparation du Programme d’Appui à la Conservation des Ecosystèmes et à la Résilience aux changements climatiques en Afrique Centrale (PACEBCo2).

En savoir plus...

CHARTE SUR LES MANGROVES DU GABON

La Charte pour la conservation des mangroves du Gabon a été validée par les parties prenantes le 29 Juin 2018. Cette charte, résultant d'un processus participatif réussi, constitue une base de plaidoyer pour l'engagement de toutes les parties prenantes dans la gestion durable de ce précieux écosystème naturel.

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Septembre/Octobre 2018

Le projet OSFACO "Observation Spatiale des Forêts d'Afrique Centrale et de l'Ouest" vise à améliorer la connaissance des dynamiques passées et actuelles en matière d’occupation des terres et de changement d’usage des sols dans plusieurs pays d’Afrique Centrale et de l’Ouest, grâce aux outils d’observation spatiale. Le projet vise à mettre à disposition des images satellitaires et promouvoir leur utilisation à travers des projets de recherche et des appuis aux pays.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus : Son Excellence François-Xavier de DONNEA, Facilitateur Belge pour la PFBC

Brazzaville a accueilli le 1er juin la 4e réunion des collèges du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, PFBC. A cet occasion, AEP  a échangé avec  le Facilitateur Belge à la tête  de ce Partenariat, Son Excellence François-Xavier de DONNEA qui nous livre dans cette entretien sa vision globale sur le fonctionnement de cette institution et nous donne une idée de la feuille de route de la nouvelle sa Facilitation.

En savoir plus...

Biopama: Le programme BIOPAMA lancé en Afrique Centrale

26 septembre 2018, Douala, Cameoun. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN),  le Centre Commun de recherche de la Commission européenne (CCR) et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) organisent conjointement l’atelier régional de lancement, pour l’Afrique Centrale, de la seconde phase du Programme pour la gestion des aires protégées et la biodiversité (BIOPAMA) du 26 au 28 septembre 2018 à Douala, en République du Cameroun.

En savoir plus...

Unenvironment : Mettre le commerce au service de l'environnement, de la prospérité et de la résilience

Selon la Commission du Commerce et du Développement durable, les nouvelles opportunités d’affaires découlant d’une économie mondiale plus durable pourraient représenter une valeur estimée à 12 milliards USD par année d’ici à 2030.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018