Atelier Bilan d’une année de mise en œuvre du PPECF

 

S’est tenu à Yaoundé le 16 Octobre 2013, l’atelier de présentation du Bilan du Programme « promotion de l'exploitation certifiées des forêts », PPECF après sa première année de mise en œuvre dans l’espace COMIFAC. Il avait pour cadre l’Hôtel Mont Fébé et sa tenue faisait suite à la 1ère réunion du comité de décision et d’orientation qui s’est tenue du 31 juillet au 1er aout 2013 à Yaoundé au Cameroun et où des recommandations fortes ont été formulées.

 

La justification de la tenue de cet atelier réside dans la volonté du KFW et de la COMIFAC, d’étendre le champ d’action du PPECF vers des pays de l’espace COMIFAC qui offre un nombre important de potentiel entreprise pouvant être intéressées par la certification, et d’établir un partenariat d’appui à d’autre standard de certification (FSC et PEFC/PAFC).

 

Pour ce faire, l’atelier s’est déroulé autour de deux sessions marquées par des présentations et discussion en plénière.

 

Session 1 :

Ici les participants à cet atelier ont suivi avec beaucoup d’intérêt les présentations faites premièrement par le Gestionnaire et l’Assistant Technique du programme sur l’historique du PPECF, l’approche d’intervention et les résultats obtenus à ce jour. Et deuxièmement par M. Arthur Bhüler, sur la typologie des entreprises de l’espace COMIFAC. Cette dernière présentation qui présentation qui a suscité des débats a fait des révélations assez bouleversantes sur les activités des entreprises qui constituent une menace pour la suivi des forêts du bassin de Congo.il ressort que :

  • des 375 entreprises recensées, seulement 1/3 opère sous un plan d’aménagement,
  • sur 46 millions d’hectare en cours d’exploitation dans le Bassin du Congo, seul 8,2 millions d’hectare de forêt possède un certificat de certification ou de légalité,
  • sur 340 entreprises actives et présentes dans le Bassin du Congo, 240 opèrent dans l’illégalité totale.

 

Cette triste peinture des activités des entreprises constitue une opportunité pour le PPECF d’œuvrer auprès de ces entreprises afin de les mettre en situation régulière, en conformité avec la réglementation en vigueur et surtout aux exigences de l’APV-Flegt. cet appui  permettra de renforcer le secteur forestier qui fait face à la concurrence des autres secteurs émergents d’activité comme les mines, agro industries, barrages hydroélectriques, bien que sa contribution aux revenus des Etats du bassin du Congo est de 50%.

 

Session 2

 

Sous la modération des expertsWallezack et Bühler, Il s’est agit ici dans un premier temps, d’une démonstration de l’utilisation de l’outil Go Monitor Forest, utile pour l’analyse des impacts de l’exploitation forestière. Un exercice pratique aura permis aux participants d’évaluer la dynamique des populations autour de la concession forestière et le long de la route nouvellement ouverte par l’administration des travaux publique au Sud de l’UFA.

 

Ensuite la présentation qui a suivi l’exercice pratique, a porté sur le logiciel Canopée. Il est actuellement utilisé par 5000 agent de l’ONF en France et permet de faire la programmation et le suivi des activités d’exploitation forestière.

 

La suite de chaque session à fait l’objet des échanges enrichissantes qui ont abouti à des recommandations. Ainsi on retient pour :

 

La session 1 :

  • relancer les partenaires pour faire la sensibilisation sur les avantages de la certification forestière y compris au niveau des consommateurs tel que le propose l’ATIBT à travers ses trois interventions : test sur certaines essences caractéristiques du Bassin du Congo, impression des guides et actions de marketing auprès des consommateurs européens ;
  • diligenter des actions pour le marché intérieur du bois, et faire la promotion de la certification comme instrument du marché et non pas seulement pour le marché export ;
  • provoquer la concurrences des deux principaux systèmes de certification FSC et PEFC/PAFC serait une bonne chose et va réveiller les gouvernements qui vont jouer le rôle d’arbitre ;
  • développer la certification PAFC dans le Bassin du Congo qui est en phase avec le développement du PEFC au sein des grands pays producteur de bois d’Asie du Sud/Est : Malaisie, Indonésie, Chine, ce qui fera une boucle du bois PEFC qui partirait d’Afrique, se transforme en Asie et est revendu en Europe ;
  • appuyer la certification des petites superficies (forêts communautaires et communales) à travers des modèles de certification de groupe qui restent à développer à partir des réseaux des forêts communautaires qui existent dans le Sud et Est du Cameroun ;
  • développer la feuille de route HVC qui prendra en compte les différents types de titre forestiers : UFA, forêt communales, forêt communautaire, etc.
  • promouvoir des outils de bonne gouvernance, de redevabilité et de transparence du secteur forestier ;
  • Les gouvernements doivent s’approprier les HVC au point de l’imposer aux différents opérateurs: agroindustriels, concessionnaires, miniers, etc.

 

La session 2

  • L’administration doit pouvoir utiliser le Go Monitor Forest pour orienter le contrôle du couvert forestier ;
  • Il faut impliquer les administrations locales et décentralisées au suivi de la dynamique des populations autours des UFA certifiées ;
  • Il faudrait développer d’autres intervention avec le Go Monitor Forest, y compris la comparaison des usages au niveau des concessions certifiées et non certifiées ;
  • Organiser les sessions de formations des responsables des cellules d’aménagement à l’interprétation des images satellite, avec l’entrée en fonction du satellite GEOS à partir du Gabon (2014) qui va fournir des images avec une résolution de 30 m ;
  • Les APV devraient exiger des images satellites des concessions forestières sur un intervalle de 4 ans ;
  • Faire usage du logiciel canopée pour la gestion des forêts communautaire, qui souffre d’un manque de standardisation,
  • Encourager les concessionnaires intéressés par cette application à prendre part à la seconde présentation du logiciel dans la salle de réunion du PPECF le 17.10.2013 de 8h à 12H.

 

C’est avec beaucoup de satisfaction que les participants se sont séparés à cet atelier avec une connaissance claire des actions du PPECF est les résultats obtenus.

 

Bien vouloir trouver ci-dessous le compte rendu de l'atelier et une présentation Power Point Issue de l'atelier:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Projet de programme officiel :17ième Réunion des Parties au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo, du 24-27 octobre 2017 Douala, Cameroun, Hôtel Sawa

Bien vouloir télécharger le Projet de programme officiel de la 17ième Réunion des Parties au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo, du 24-27 octobre 2017,  Douala, Cameroun Hôtel Sawa....

 

En savoir plus...

environews-rdc-Conservation : Les marchés domestiques de l’ivoire disparaissent de plus en plus en Afrique centrale

Une étude complète sur le commerce illégal d’ivoire dans cinq pays d’Afrique centrale vient d’être publiée, après près de 20 ans d’enquêtes sur terrain. Réalisé par TRAFFIC, ce rapport dont Environews RDC s’est procuré une copie, présente les résultats des investigations sur les marchés d’ivoire dans les principales villes de cinq pays d’Afrique centrale ( Cameroun, République démocratique du Congo, Congo, République centrafricaine et le Gabon), en 2007, 2009 et 2014 et 2015.

En savoir plus...

Le CBPE en est à sa quatrième session!

La région de l’Adamaoua – château d’eau du Cameroun a été le lieu de la rencontre binationale Cameroun-Tchad  relative à la création et la gestion concertée du Complexe transfrontalier des aires protégées Bouba Ndjidda – Sena Oura (BSB Yamoussa). Cette rencontre organisée par les services de conservation du Complexe BSB Yamoussa a permis au Comité de faire un bilan d’un quinquennat de mise en œuvre de l’Accord binational.

En savoir plus...

L’histoire retiendra ! N’Gaoundéré abrite la toute première session du CTPE

Organisée par le WWF à travers le Programme PCBAC-SEAC avec l’appui technique de la GIZ (Projet d’appui au Complexe BSB Yamoussa) et de l’UICN, la toute première session du Comité Tripartite de Planification et d’Exécution (CTPE) de l’Accord Tripartite (AT) LAB de N’Djamena concernant le Cameroun, la Centrafrique et le Tchad, s’inscrit dans la dynamique de l’opérationnalisation dudit Accord signé par les parties en 2013.

En savoir plus...

Eco-sécurité, conflit homme/faune et utilisation des terres au cœur des débats : Tous les chemins mènent à N’Djamena !

Les  Ministres chargés de la Protection de la Faune, des questions de Défense et de Sécurité, de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Administration du Territoire, des Etats membres de la Communauté  Economique  des  Etats  de  l’Afrique  Centrale (CEEAC) se sont retrouvés à N’Djamena pour donner des orientations politico- juridico-diplomatiques et socio-économiques aux questions relatives à l’éco-sécurité, conflit homme/faune et autres conflits liés à l’utilisation des terres en Afrique centrale.

En savoir plus...

Agripo : Publication du livre "Les vergers écologiques, un modèle d’agriculture climato-intelligente responsable et exemplaire "

Les données présentées dans ce livre mettent l’accent sur la nécessité d’une gestion raisonnée des territoires en favorisant les systèmes agricoles durables. Le livre peut être utilisé par les acteurs de développement, les planificateurs et tous ceux qui sont intéressés par les enjeux du développement durable en milieu rural, afin d’impulser la performance des démarches d’accompagnement des communautés et d’identifier les bonnes pratiques.

En savoir plus...

Mise en ligne site web de SEP2D

Le site web de SEP2D, tant attendu, est enfin en ligne. Vous y trouverez des informations relatives au programme SEP2D, mais également la liste des lauréats aux appels à projets.

 

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030