Sciencedirect-Certification des forêts tropicales : un instrument privé d'intérêt public ? Focus sur le Bassin du Congo

 

 

Cet article fait le point sur le processus actuel d'institutionnalisation de la certification forestière dans le Bassin du Congo et analyse les interactions actuelles entre le processus FLEGT et la certification. L'article souligne les limites des APV conclus entre les pays du Bassin du Congo et l'UE, et propose une nouvelle répartition des rôles entre les instruments publics et privés, à savoir l'appareil combiné FLEGT/EUTR et les certifications, et un mécanisme d'incitations financières basé sur une fiscalité forestière différenciée pour soutenir les entreprises certifiées et encourager les nouvelles à faire autant.

 

Veuillez télécharger le document ci-dessous :

Certification des forêts tropicales : Un instrument privé d'intérêt public ? Focus sur le Bassin du Congo

 

 

Résumé :

La certification de la gestion forestière semble stagner ou même reculer dans le Bassin du Congo. Cela s'explique par les difficultés financières de certaines entreprises européennes, mais pourrait aussi être la conséquence d'interactions inattendues avec le processus FLEGT, qui a pris du retard dans le Bassin du Congo.

 

 

 Bien que ce processus et les certifications privées devraient être complémentaires, la réticence des autorités de l'UE à donner au bois certifié « feu vert » sur le marché européen pourrait décourager les concessionnaires de demander un certificat rigoureux. Dans le même temps, la demande de bois se déplace de plus en plus vers les marchés chinois et d'autres pays émergents qui ne sont pas prêts à payer un « prix supérieur ».

 

 

Une question sous-jacente est la difficulté de qualifier la valeur ajoutée du bois certifié par rapport au bois légal, bien que certaines recherches aient montré comment la certification a comblé des lacunes dans la réglementation publique. La reconnaissance de l'intérêt public de la certification pourrait être obtenue en faisant pleinement confiance aux certificats privés pour les procédures de diligence raisonnable et, à terme, pour l'obtention des autorisations FLEGT.

 

Les efforts de vérification publique et de traçabilité seraient recentrés sur le bois non certifié et le secteur informel, qui recoupe les questions de tenure forestière. Si certains pays souhaitent rendre la certification obligatoire, cet article préfère proposer le recours à des incitations financières par le biais de taxes forestières différenciées, afin de préserver la crédibilité des normes, et précise les mécanismes potentiels qui pourraient renforcer l'indépendance des auditeurs.

 

Veuillez télécharger les documents PDF suivants :

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La COMIFAC et le PFBC main dans la main en faveur du Bassin du Congo : Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC reçu en audience par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond

Yaoundé, le 20 novembre 2019 : Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea reçu en audience par le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC, M. Ndomba Ngoye Raymond.  Dans son mot introductif, le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC a remercié le Facilitateur pour son Engagement, l’énergie investie en faveur du Bassin du Congo et du PFBC, le partenariat demeure dynamique.  

En savoir plus...

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC visite les autorités et partenaires PFBC à Yaoundé (Cameroun)

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du PFBC a fait le point avec les différents interlocuteurs sur plusieurs sujets entre autres : (1) les actions et perspectives du PFBC… (2) L’opérationnalisation de la Déclaration de N’Djamena - au regard de l’ampleur que prend la transhumance incontrôlée entre le sahel et l’Afrique équatoriale…(3) La nécessité d’un sommet des Chefs d’États concernés par ce phénomène…

En savoir plus...

Le PDG du FEM se félicite du pacte de coopération pour la protection du bassin amazonien

Le PDG et président du Fonds pour l'environnement mondial, Naoko Ishii, se félicite de l'engagement pris par les chefs d'État de sept pays du bassin amazonien de collaborer plus étroitement pour valoriser les forêts, protéger la biodiversité et lutter contre la déforestation et la dégradation des terres sur l'ensemble du biome.

En savoir plus...

Le nouveau cours d'apprentissage en ligne du Fonds pour l'adaptation sur l'accès direct conçu pour aider les pays et les parties prenantes à débloquer le financement de la lutte contre le changement climatique

Le nouveau cours d'apprentissage en ligne du Fonds sur l'accès direct donne un aperçu et un guide du processus d'accréditation du Fonds pour devenir une entité d'exécution auprès du Fonds, et couvre également ses processus de conception et de mise en œuvre de projets pour aider les exécutants à élaborer des projets efficaces sur le terrain.

En savoir plus...

Le Conseil d'administration du Fonds Vert pour le Climat engage 407,8 millions de dollars USD supplémentaires pour lutter contre la crise climatique

Le Fonds Vert pour le Climat (FVC) finance maintenant des mesures climatiques dans plus de 100 pays en développement après l'approbation de 13 nouveaux projets lors de la dernière réunion du Conseil en 2019.  

En savoir plus...

Le Conseil d'administration du Fonds pour l'adaptation approuve 63 millions de dollars pour de nouveaux projets, y compris des subventions pour la première innovation et la mise à l'échelle

Washington, D.C. (17 Octobre 2019) — Le Conseil du Fonds pour l'adaptation a obtenu d'excellents résultats malgré agenda chargé lors de sa 34ième réunion la semaine dernière, approuvant plus de 63 millions de dollars pour le financement de nouveaux projets, notamment de nouveaux projets d'innovation et d'élargissement des subventions, tout en poursuivant ses processus administratifs et ses arrangements institutionnels pour continuer à bien servir l'Accord de Paris.

En savoir plus...

COP25 : Des actions concrètes contre la déforestation !

Denis Sassou N’Guesso, choisi porte-parole de l’Afrique centrale, qui reste fidèle à ses engagements a lancé un appel solennel au sommet du climat pour lutter contre la déforestation ; « Je reste plus que jamais fidèle à ma signature de l’Accord de Paris et j’ai décidé d’aller, encore plus loin, dans notre engagement concret contre la déforestation, en dépassant les discours incantatoires ».

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019