PFBC Partenaire du mois d'octobre 2014: Rainforest Alliance - Rainforest Alliance dans le Bassin du Congo et dans la région des Grands Lacs

 

 Rainforest Alliance (www.rainforest-alliance.org)  est une organisation internationale à but non lucrative qui œuvre à la conservation de la biodiversité et assure la durabilité des moyens de subsistance par la transformation des pratiques d’utilisation des terres et du comportement des consommateurs. Nous rêvons d’un monde où les personnes peuvent exploiter leurs terres sans dégrader ou épuiser les ressources et la biodiversité, et tirer un revenu viable de leur travail. À travers des partenariats avec des communautés, les gouvernements et des entreprises, nous contribuons au développement et à la mise en œuvre des pratiques de durabilité qui profitent à l’économie, aux populations locales à un paysage sain et productif. De nos jours, les responsables d’entreprises s’engagent de plus en plus à soutenir des systèmes qui proposent des produits et services de qualité supérieure et assurent une vie décente à leurs producteurs. En s’appuyant sur cet engagement et en développant les outils et les aptitudes des populations locales à mettre à en œuvre des systèmes de gestion durables des terres agricoles et des forêts, Rainforest Alliance facilite le changement économique, social et environnemental positif tout le long de la chaîne de valeur, de la culture au consommateur.

 

Des grandes multinationales aux petites et moyennes entreprises, Rainforest Alliance  implique les producteurs, les entreprises et les consommateurs tout le long de la chaîne de valeur dans le but de véhiculer les produits et services produits de façon responsable sur un marché mondial où l’exigence de la durabilité est augmente constamment. Depuis nos premières interventions en Amérique Centrale près de 30 ans dans le passé, nous sommes devenus un innovateur mondial de solutions basées sur le marché en faveur de la conservation et du développement économique, et sommes désormais présents dans plus de 80 pays.

 

En Afrique Centrale, Rainforest Alliance contribue au développement de la foresterie viable et durable et de l’agriculture durable dans le Bassin du Congo et dans la région des Grands Lacs. Bien que nous ayons commence seulement avec quelques exploitations agricoles et opérations forestières au début des années 2000, plus de 1,5 millions d’hectares de terres bénéficient d’une gestion durable et plus de 732 000 exploitations ont acquis la certification Rainforest Alliance dans 16 pays en Afrique de l’Ouest, de l’Est et méridionale, notamment au Cameroun, en République Démocratique du Congo, au République du Congo, en Guinée Équatoriale, au Gabon, au Rwanda, au Burundi, en Ouganda et bien plus.

 

Foresterie durable dans le Bassin du Congo

 

Grace à des partenariats avec le Fonds pour l’Environnement Mondial (GEF) et le PNUE, le Fonds des Forêts du Bassin du Congo (FFBC) et des entreprises privées dans les secteurs du cacao et de la foresterie, Rainforest Alliance et ses partenaires œuvrent au développement de la foresterie communautaire et des modèles agroforestiers qui répondent aux objectifs économiques et environnementaux.   

 

Dans la riche biodiversité des forêts du Sud Cameroun, Rainforest Alliance travaille en collaboration avec le Cercle de Promotion de la Forêt Camerounaise et de ses Ressources (OPFCR) pour définir un modèle de gestion durable et de croissance des entreprises de foresteries communautaire. Avec le financement du FFBC, le projet permet d’assister douze communautés qui gèrent 50 000 hectares dans les régions de Campo-Ma'an et Djoum dans le Sud Cameroun en renforçant leurs capacités pour une gestion des forêts plus efficiente et plus efficace et un meilleur accès aux marchés nationaux et internationaux des produits forestiers ligneux et non ligneux. Des familles constituées de plus de 60 000 âmes bénéficient d’une gestion transparente et efficace et des ventes de leurs ressources forestières, d’une voix plus porteuse pour les femmes et les minorités dans la planification et la prise de décision dans le secteur forestier et de sources de revenus plus diversifiées. Pour en savoir plus sur nos activités au Cameroun, visitez le site: http://www.rainforest-alliance.org/work/forestry/community-forestry/regions/cameroon 

 

Dans un projet régional finance par le GEF et mis en œuvre par le PNUE, le World Resources Institute (WRI) et Rainforest Alliance travaillent avec la COMIFAC afin d’améliorer la gestion durable du bois dans le Bassin du Congo. Le projet promeut une approche harmonisée de la gestion durable des forêts de production en combattant l'exploitation illégale, en développant les marchés et des incitations fiscales qui favorisent la gestion durable et légale des forêts, et en soutenant le développement des conditions de gouvernance qui permet une participation et un partage équitable des bénéfices parmi toutes les parties prenantes du secteur.

 

Agriculture durable dans la région des Grands Lacs

Grace à des partenariats public-privé entre le Département Britannique pour le Développement International (DFID) et Bettys & Taylors of Harrogate, à travers le Food Retail Industry Challenge Fund (FRICH), ainsi que la Dutch Sustainable Trade Initiative (IDH) et Unilever Plc, et des subventions du Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF), Rainforest Alliance travaille avec des centaines de milliers de groupes de producteurs de thé et de café au Rwanda, en Ouganda, au Burundi, en Tanzanie et au Kenya pour conserver la biodiversité, améliorer les rendements et renforcer la capacité locale.

En 2009, Rainforest Alliance a commencé à travailler avec Betty’s and Taylors of Harrogate au Rwanda afin d’améliorer la régularité du thé d’excellente qualité, réduire les impacts négatifs de la production du thé sur le paysage et générer des avantages pour les communautés locales. À ce jour, plus 3 600 hectares de thé disposent d’une certification Forest Alliance à travers ce projet, avec plus de 10 000 petits exploitants qui apprennent de meilleures pratiques environnementales sur leurs exploitations, et plus de 46 000 arbres locaux plantés pour soutenir la biodiversité. Depuis le début du projet, le salaire minimum dans le secteur du thé au Rwanda a augmenté de 40 %. Pour plus amples informations sur nos activités au Rwanda, y compris sur des vidéos concernant ce projet, consulter : http://www.rainforest-alliance.org/multimedia/rwanda-tea-exploration

 

Rainforest Alliance travaille à travers le monde avec des groupes d’agriculteurs dans des écosystèmes critiques, offrant des formations sur meilleures pratiques des normes SAN (www.sanstandards.org) qui couvrent actuellement 97 produits agricoles et systèmes de production bovine dans 43 pays.  Plus de 1 800 000 hectares de terres de culture du café, du thé et du cacao en Afrique de l’Est et de l’Ouest ont reçu une certification parce que satisfaisant aux normes SAN, qui définissent des critères rigoureux de conformité légale, de conservation des écosystèmes (y compris l’eau et les sols), de protection de la faune, de gestion des cultures intégrées et des déchets, de conditions de travail équitables et bien plus. Ce programme comprend 73 000 hectares de production de café et plus de 200 000 hectares de production de thé.  L’adoption des normes SAN et la formation sur les stratégies d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques mènent à des améliorations tangibles et durables de la qualité du thé et du café disponibles sur le marché et renforce également les chaines de valeur entre les producteurs et les acheteurs internationaux, comme Bettys et Taylors of Harrogate.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir contacter Meghan Madden, Coordinator, Government and Multilateral Grants - Rainforest Alliance  [mailto:mmadden@ra.org]  

 

Images credits: from top to down: (2)  A Ugandan coffee farmer participating in Rainforest Alliance training - (3)  Group certification in Rwanda.

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cinq priorités pour les lois relatives à la foresterie communautaire en République du Congo

La foresterie communautaire peut avoir des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques en améliorant la gestion des forêts et les moyens de subsistance des communautés locales. Tanja Venisnik, conseillère en droit et politique publique à ClientEarth, explique que des lois claires et cohérentes sont indispensables au succès de la foresterie communautaire.

En savoir plus...

Alwihdainfo-Innovation environnementale : la tchadienne Hindou Oumarou remporte le prix Pritzker de 100 000 dollars

Native du Tchad, Hindou Oumarou reçoit 100 000 dollars pour un travail d'unification des cultures autour d'une ressource en eau qui se raréfie et qui dessert quatre pays africains.

En savoir plus...

mediaterre-Participation de la Francophonie à la CdP - COP25

À chaque Conférence des Parties négociant sur le climat depuis la CdP21 en 2015, la Francophonie a réservé et aménagé un Pavillon pour les acteurs francophones. Le pavillon mis à disposition permet durant deux semaines de la CdP permet d'abriter des événements, totalisant une participation de près de 2000 personnes à chaque édition. Cette expérience a toujours été couronnée de succès et beaucoup appréciée par les États et Gouvernements membres de la Francophonie ainsi que par les acteurs de la société civile et du privé!

En savoir plus...

SNOIE* I Note d’information I Numéro 8

Deux entreprises forestières dénoncées pour exploitation forestière illégale par le Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) suspendues.

En savoir plus...

Lemonde-Après le désistement du Chili, la COP25 sur le climat sera organisée en Espagne en décembre

Après le renoncement du président chilien, Sebastian Piñera, en raison des troubles dans le pays, l’Espagne organisera la conférence aux dates prévues, du 2 au 13 décembre.

En savoir plus...

Lemonde-L’Afrique incontournable pour conduire la transition énergétique mondiale

L’Afrique subsaharienne consomme à peine plus d’électricité que l’Espagne. C’est pourtant sur le continent que se joue une importante bataille contre le dérèglement climatique. A quelques semaines de la 25e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP25), l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publie, vendredi 8 novembre, un rapport que les négociateurs africains auraient tort de ne pas mettre dans leurs valises avant de s’acheminer vers Madrid. Ils y trouveront de solides arguments pour faire entendre leurs voix à côté des pays gros émetteurs de gaz à effet de serre. « La façon dont l’Afrique parviendra à satisfaire ses besoins énergétiques est cruciale pour l’avenir du continent, et du monde », posent d’emblée les auteurs de cette deuxième édition des Perspectives économiques de l’Afrique, une somme de près de 300 pages.

En savoir plus...

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019