Le Réseau africain de Forêts Modèles (RAFM) – Succès palpables : gouvernance représentative, révolution agricole et durabilité des forêts

 

« Accroissement de la productivité agricole grâce au bio fertilisants mycorhiziens pour soutenir la sécurité alimentaires des populations et assurer l’adaptation au changement climatique » ; « Restauration du paysage et son articulation avec une Forêt Modèle au Nord-ouest du Rwanda » ; « Expérimentation du concept d’éco-village par la mise en place des infrastructures de formation en aquaculture  dans les Forêts Modèles » ; « Développement d’entreprises locales de transformation, conditionnement et mise en marchés des produits forestiers ligneux et non ligneux et sous produits du bois »...

 

Bien vouloir télécharger en PDF l'article complet: Le Réseau africain de Forêts Modèles (RAFM) – Succès palpables : gouvernance représentative, révolution agricole et durabilité des forêts 

 

 

Le processus Forêts Modèles

… dans le monde 

Depuis plus de 20 ans déjà, les Forêts Modèles existent dans le monde. Expérimenté au Canada au début des années 90, le concept est adopté au Sommet de la Terre Rio de Janeiro en 1992 comme une approche majeure de gestion des conflits et de gouvernance participative, intégrée et durable de vastes territoires forestiers. Depuis 1994, un vaste Réseau international s’est constitué, avec la création du Réseau International de Forêts Modèles (RIFM) et de son Secrétariat crée en 1995 ... 

Les Forêts Modèles sont toutes fondées sur les mêmes principes de base (Territoires, Partenariats, Durabilité, Gouvernance, Programme d’activité, Réseautage et mutualisation des savoirs www.rifm.net ; http://www.africanmodelforests.net ) tout en restant uniques, autonomes et ancrées dans les priorités localement établies.

 

… et en Afrique

 

...le Secrétariat du RAFM a entrepris depuis 2010 une démarche d’extension et de création de nouvelles Forêts Modèles africaines, notamment dans les pays du Bassin du Congo. Appuyés par les gouvernements, neuf (9) Forêts Modèles sont actuellement en construction au Cameroun (2), en RDC (4), en RCA (1), au Rwanda (1) et au Congo Brazzaville (1)...

 

...Près de 20 pays ont déjà manifesté un intérêt à développer cette approche Forêt Modèle en Afrique lorsqu’ils ne sont pas déjà engagés dans la construction de Forêt Modèle africaine. Il s’agit actuellement en Afrique du Nord de l’Algérie, le Maroc et la Tunisie.

 

Au cœur de son programme économique 

 

Un des principes fondateurs des Forêts Modèles est un « Vaste programme d’activités », devant permettre la réalisation de la vision de la Forêt Modèle. Ainsi, des projets concrets et activités économiques doivent compléter le dialogue territorial de la structure de gouvernance, afin de matérialiser les valeurs des Forêts Modèles et la collaboration multi-acteur, en plus de permettre l’implication des industries et autres grands acteurs du paysage. Dans le contexte africain, le respect d’un autre principe de base des Forêts Modèles, l’ « engagement vers la durabilité », ne peut être effectif que si la situation socioéconomique des populations locales est améliorée et un programme d’émergence économique fonctionnel mis en place. 

 

… le "One programme" du RAFM

Le ‘’One Programme’’ du RAFM est un instrument d’alignement des partenariats, des rôles et des visions stratégiques vers l’atteinte des priorités des Forêts Modèles. Il met en évidence des questions économiques pas suffisamment encadré dans le Plan Stratégique du RAFM...

… un programme de vie

 

Le Réseau Africain de Forêts Modèles, dans son approche de gouvernance économique, favorise une logique d’entreprise plutôt qu’une approche de projets de développement classiques à durée déterminée. Pour le RAFM, en 50 ans d’indépendance, les programmes d’aide et les projets de développement réalisés jusqu’à présent ont démontré leur limité en terme de lutte contre la pauvreté et de développement économique réel. 

 

Infrastructures de durabilité des Forêts Modèles

 

Diversité de partenaires stratégiques

 

...Le volet partenariat développé par le Secrétariat du RAFM est une activité transversale du fait de son ancrage sur tous les sept axes de son plan stratégiques. Durant ces trois premières années, des contacts ont été établis et des accords de collaboration opérationnels signés avec des partenaires locaux, nationaux, sous-régionaux, régionaux et internationaux...

 

École Pratique Itinérante des Forêts Modèles 

Depuis Aout 2011, le Réseau Africain de Forêts Modèles a démarré une séquence de formation-accompagnement dans les deux Forêts Modèles du Cameroun sous le nom d’École Pratique Itinérante des Forêts Modèles (EPI). L’EPI comporte essentiellement deux modules au stade actuel, soit le Conduite et la Création d’Entreprise et le Suivi-Évaluation Participatif...

 

Les cours de création et conduite d’entreprises

 Le Secrétariat du Réseau Africain de Forêts Modèles, en collaboration ont développé dans le contexte de l’EPI des cours en Conduite et Création d’entreprises adaptés aux contextes rural africain. Loin d’être un blueprint exécuté dans les Forêts Modèles, il s’agit plutôt d’un canevas de base itératif et adaptable dans le temps et dans l’espace....

 

Formation en gestion des conflits 

La formation en gestion des conflits est une articulation importante de la stratégie de consolidation des Forêts Modèles. Par ces formations, le RAFM  voudrait développer les capacités d’évaluation des conflits et des tensions pour déterminer la meilleure stratégie à appliquer dans la conduite de projets et aider les acteurs des FM à apprivoiser le conflit afin qu’il soit un outil de développement. Il s’agit de recueillir les besoins exprimés préalablement par les participants pour les intégrer dans les modules programmés. L’expérience locale de résolution de conflits

 

Programme de formation des formateurs en artisanat basée sur la valorisation des essences forestières  non ligneuses (rotin, bambous, pailles)

 

De la maîtrise de l’entreprenariat à la maîtrise des techniques productives 

 

Ce programme s’inscrit dans la dynamique de l’EPI (Ecole Pratique Itinérante des Forêts Modèles). 

 

Suivi Evaluation Participatif (SEP-multipartenaires)

Pour une meilleure maîtrise des changements au niveau des paysages forestiers et des incidences  dans les sites de Forêts Modèles, Le Secrétariat du RAFM et ses différents partenaires se sont organisés pour assurer un suivi à trois niveaux... Cette approche de SEP développé par le Secrétariat du RAFM et ses partenaires prend en compte les variable suivantes : le milieu naturel, livelihoods (moyens d’existence), le développement organisationnel et l’institutionnel, et enfin la cartographie des incidences/impacts liés au développement des forêts modèles.

 

Réseau des Femmes Entrepreneurs des FM d’Afrique (RFE-RAFM)

Les femmes sont l'un des groupes d'acteurs les plus dynamiques et engagés dans le succès des Forêts Modèles. Depuis 2012, les femmes de toutes les Forêts Modèles en construction dans le Bassin du Congo (Cameroun, RDC, RCA, Rwanda et Congo) y compris les femmes des Forêts Modèles du Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) ont décidé de concilier leurs efforts et entreprises dans le cadre de Réseau. Il s'agit du premier du genre dans le contexte des Forêts Modèles en général. 

 

Label Model Forest Green Business 

 

Mise en œuvre depuis Avril 2011, le processus de label Forêt Modèle se présente comme un levier de construction des dynamiques de l’économie locale. C’est un processus endogène, une volonté manifeste des acteurs locaux à s’auto-construire et produire de la qualité environnementale, sociale, culturelle, économique, et de gouvernance dans une optique de conquête de marché...

 

Démarche auprès des structures de micro-finances

Avec les structures de micro-finance, le RAFM travaille dans une optique de cash flow. Une place de choix est accordée aux acteurs locaux dans cette démarche en vue de renforcer leur capacité sur les questions d’accès au crédit, de liquidité, de remboursement, d’optimisation de leurs entreprises. Pour le RAFM en effet, l’Afrique compte de millions de producteurs, potentiels clients des structures de finances. Or, ils n’ont pas toujours accès aux services de ces structures de micro-finances qui ne sont très souvent pas adaptées à leurs réalités...

 

Quelques projets prioritaires : "succès stories"

 

Le projet B-ADAPT : booster le business local pour la sécurité alimentaire et la résilience climatique

 

♦ Travail concerté avec une diversité de Ministères

♦  Formations et renforcement des capacités

♦ Le projet a assuré la formation et le renforcement des capacités de

  • 11 points Focaux ou coordonnateurs communaux et 250 Producteurs et Productrices Modèles chargés de vulgariser dans la communauté les bonnes pratiques et enseignements reçus sur les techniques de production à partir des fertilisant biologique, de semences, de semences améliorées, d’élevage non conventionnel et de productions à base de PFNL.
  • 07 agents du MINADER dans la Région du Sud et de 04 agents du MINADER dans la Région de l’Est, ainsi que 24 autres Experts Facilitateurs du projet sur les techniques agronomiques améliorées (semis en ligne, gestion intégrée de la fertilité des sols, mise en place et entretient de germoirs, jachère améliorée et utilisations des biofertilisants mycorhiziens et de rhizobium).

♦ Distribution des biofertilisants et semences améliorées aux « producteurs modèles »

250 producteurs modèles ont été appuyés dans les Régions du Sud (150) et la Région de l’Est (100) avec des biofertilisants mycorhiziens, de rhizobium, des semences d’arachides, de cajanus, de mais, de gombo, de piment, de légume-feuilles et de boutures de manioc. 

 

Le projet d’écomusée : l’arbre Roi de Dipikar

 

Un projet éco-muséum de Campo Ma’an  a commencé à être élaboré pour le Parc National de Campo-Ma’an, en collaboration partenariat avec la Conservation du Parc et WWF Kudu-Zombo. L’objectif fondamental de ce projet est de transformer dans les représentations, le parc National de Campo Ma’an (souvent perçu à tord comme une source de subsistance spoliée par les pouvoirs publics et des organisations internationales aux communautés locales), en un vaste Musée naturel. En clair, il s’agit de promouvoir des initiatives innovantes susceptibles de métamorphoser les perceptions et les attitudes traditionnelles vis-à-vis du parc, pour en faire non plus une des sources de contrainte et de pauvreté, ...

 

Projet de valorisation des ressources naturelles et savoir-faire traditionnels (VaRNaST)

 

Le projet VaRNaST est une composante du "One Programme" du RAFM. Il est développé avec l’appui de la Forêt Modèle du Lac Saint Jean et a pour objectif de :1) Promouvoir et valoriser les filières de PFNL dans la Forêt Modèle de Campo-Ma’an (CAMAMF) et de Dja & Mpomo (FOMOD) ; 2) Créer deux parcs sacrés dans les deux sites Forêts Modèles camerounaises; 3) Mettre en œuvre une campagne de communication (media/communication qui pourra couvrir toutes les étapes du projet); 4)Identifier et sécuriser des droits légitimes des communautés autochtones et locales ; 5) Identifier et sécuriser les droits de propriétés intellectuelles des savoirs traditionnels développés pour la valorisation des ressources naturelles. L’encrage local de ces projets démontre l’intérêt de la Forêt Modèle, en tant que véhicule de long terme des projets, et la nécessité de capitaliser le potentiel économique à la bonne gouvernance forestière. Au cours des cinq dernières années, la Forêt Modèle s’est ainsi illustrée comme une approche innovante de gouvernance participative, de dialogue territorial multi-acteurs et de partenariats public-privé permettant de répondre simultanément aux défis de la pauvreté, de la déforestation et de l’atténuation des effets du changement climatique....

 

Bien vouloir télécharger en PDF l'article complet: Le Réseau africain de Forêts Modèles (RAFM) – Succès palpables : gouvernance représentative, révolution agricole et durabilité des forêts 

 

Auteurs : Julie Gagoé, Jean Claude Njomkap, Chimère Diaw et Gabriel Sarasin (Secrétariat du RAFM)

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019