Participation du Facilitateur Délégué au Forum Mondial des Responsables des Forêts (16 et 17 septembre)

La réunion était co-organisée par la Banque Mondiale et The Forests Dialogue (TFD) et parrainée respectivement par l’UICN, le WBCSD (World Business Council for Sustainable Development) et le WRI (World Resources Institute). Le Forests Dialogue, faut-il le rappeler, a été mis en place en 1998 à l’issue du premier forum forestier des responsables forestiers organisé par la Banque Mondiale. L’objectif de la réunion du 16 septembre 2008 était donc d’affiner et finaliser une vision multi-partenaire sur le rôle que les forêts devaient jouer dans les arrangements futurs sur le changement climatique et d’obtenir la caution des Responsables des forêts à ce sujet.

 

On a vu la participation de plus 100 responsables représentant les gouvernements, les institutions internationales, les organisations de conservation, les groupes de peuples autochtones, les associations des propriétaires forestiers, les organismes de recherches et le secteur privé. Elle avait comme animateurs successifs : M. Jürgen Blaser, Chef de l’Equipe de l’environnement forestier à Inter-Coopération (Suisse), M. William Jackson, Directeur Général-Adjoint de l’UICN, Mme Julia Marton-Lefèbre, Directrice Générale de l’UICN et M. Jonathan Lash, Président de du WRI. L’allocution de bienvenue a été prononcée par M. Robert Zoellick, Président de la Banque Mondiale et l’exposé magistral a été délivré par M. Pavan Sukhdev, Directeur Général de la Deutsche Bank AG.

Les deux jours de travaux ont permis aux participants d’examiner et d’enrichir six principes directeurs et leurs activités de suivi contenus dans le projet de « Déclaration sur les forêts et le changement climatique ». Ces principes portent essentiellement sur les forêts et devront guider les dispositifs sur le changement climatique pendant la période post-Kyoto (après 2012). Il s’agit de :

i) la complémentarité des mesures d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à ses effets en ce qui concerne les forêts avec les actions de développement durable des forêts,
ii) .la maîtrise des facteurs favorisant le déboisement et dont la plupart sont extérieurs au secteur forestier, i
ii) la reconnaissance et l’élimination des obstacles à une gestion transparente et solidaire des forêts,
iv) le respect et le soutien aux processus locaux qui précisent et renforcent les droits d’occupation, les droits de propriété et les droits sur le carbone, v) l’observation dans tous les pays boisés ou non d’un équilibre entre les stratégies d’atténuation du changement climatique et celles d’adaptation à ses effets et
vi) l’augmentation notable sur les 4 prochaines années des fonds nécessaires au renforcement des capacités des parties prenantes.

A l’issue de ces travaux, les participants ont adopté tel qu’amendé le projet de Déclaration sur les forêts et le changement climatique dont les principes directeurs, désormais orientés vers des actions ciblées, stipulent clairement que la gestion forestière durable (aménagement forestier) occupe une place centrale dans le combat à mener contre le changement climatique et devrait à ce titre avoir une place de choix dans les discussions en cours sur le changement climatique. La Déclaration adoptée représente une vaste gamme d’intérêts. Elle sera rendue publique en octobre 2008 à Barcelone lors du Congrès de l’UICN sur la conservation et présentée à la 14ème Session de la Conférence des Parties de la Convention sur le Changement Climatique qui aura lieu en Décembre à Poznan (Pologne).

 

Elle est destinée aux négociateurs du secteur public et privé sur le régime post-Kyoto pour lequel elle devrait servir de fil conducteur et permettre d’aboutir à un accord acceptable par tous en Décembre 2009 à Copenhague (Danemark). Les pays du Bassin du Congo devraient s’en servir pour bâtir leur position commune à défendre dans les discussions sur le régime post-Kyoto en 2012.

Monsieur Samuel Makon a profité de la journée du 18 septembre pour faire deux rencontres importantes :
1) La première rencontre s’est déroulée au Département d’Etat et a permis des échanges avec des partenaires du PFBC des Etats Unis. Cette réunion était présidée par Dan Reifsnyder (Deputy Assistant Secretary, Bureau of Oceans, Environment and Science U.S. Department of State) et a connu la participation de Mme Ellen Shaw (Bureau of Oceans, Environment and Science U.S. Department of State), Mme Julie Wood (USAID Africa Bureau), M. Andrew Tobiason (USAID Biodiversity Team), M. Keith Brown (Jane Goodall Institute), M. Dirck Byler (U.S. Fish and Wildlife Service), M. Jim Beck (U.S. Forest Service), Mme Alice Altstatt (University of Maryland), M. Allard Blom (WWF) et Kelly Aylward (Wildlife Conservation Society). Les échanges très animés, ont porté sur les objectifs de la Facilitation du PFBC et le processus de prise de décision, les résultats de la réunion du Conseil ordinaire des Ministres de la COMIFAC tenu à Bangui du 9 au 11 septembre 2008, les objectifs et les agendas de la prochaine réunion du CCR prévue à Brazzaville le 30 octobre 2008, les objectifs du Forum Mondial du Développement durable prévu également à Brazzaville du 27-30 octobre 2008 et le Sommet des Chefs d’Etat prévu à Kinshasa en 2009 pour marquer le 10ème anniversaire de la Déclaration de Yaoundé sur la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale.

2) La deuxième rencontre était avec M. Ken Creighton du WWF où les échanges ont porté sur le projet d’organisation le 23 Octobre 2008 à Washington, par le PFBC et le WWF, d’une réunion de concertation sur les financements du processus REDD pour les pays du Bassin du Congo.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIFOR : Rejoignez des experts à Nairobi pour promouvoir la restauration des paysages en Afrique

NAIROBI (1er août 2018) - Trouver des solutions pour relever le défi de la restauration des paysages en Afrique, où près de 50 millions d’hectares de terres sont dégradés chaque année, est un défi complexe nécessitant une réponse internationale innovante et coordonnée, déclare un expert en foresterie qui interviendra lors d’une prochaine conférence à Nairobi.

En savoir plus...

IIED long read: Trouver une approche verte pour la Chine et l’Afrique ?

Les entreprises chinoises se répandent sur le sol africain. Les bûcherons, les mineurs, les agriculteurs et les commerçants chinois, ainsi que les investissements d’infrastructure de plusieurs millions de dollars, sont en train de devenir courants à travers le continent. Certains d'entre eux engloutissent des forêts et des bois. Certains apportent d’énormes avantages aux économies africaines. D’autres font les deux. Tous changent l’Afrique.

En savoir plus...

Politique climatique : Quels sont les moteurs du changement de politique pour la REDD + ? Analyse comparative qualitative de l'interaction entre les facteurs institutionnels et politiques

La réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+) est devenue un mécanisme prometteur d’atténuation des changements climatiques dans les pays en développement. Afin d’identifier les conditions propices à la réalisation de progrès dans la mise en œuvre d’une REDD+ efficace, efficiente et équitable, le présent document examine les paramètres politiques nationaux dans une analyse comparative dans 13 pays, en mettant l’accent sur le contexte institutionnel et le cadre réel de la scène politique.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et la surveillance de l’énorme quantité de carbone contenu dans les forêts tropicales, et plus particulièrement dans la biomasse aérienne (BA) des arbres, sont nécessaires pour la mise en œuvre réussie des stratégies d'atténuation des changements climatiques. Sa précision dépend de la disponibilité d’équations allométriques fiables pour convertir les données d’inventaire forestier en estimations de BA. Dans cette étude, nous avons testé si les forêts d’Afrique centrale sont vraiment différentes des autres forêts tropicales en ce qui concerne l’allométrie de la biomasse et nous avons examiné les variations régionales de l’allométrie des arbres tropicaux dans les forêts du Bassin du Congo.

En savoir plus...

CIFOR : Remodeler la restauration des forêts et des paysages sur le terrain au Cameroun

Les efforts de reboisement du Cameroun sont divers en ce qui concerne les acteurs, la géographie et la période pendant laquelle ils ont été réalisés. Les premiers efforts ont eu lieu avant 1990, date à laquelle plus de 11 000 hectares ont été plantés dans la zone forestière dense, selon les chiffres de l'ANAFOR. Entre 1990 et 2000, 2 300 hectares supplémentaires ont été créés avec différents types d’espèces : Eucalyptus, Pinus, Teck, Gmélina, Cyprès, Sapin, Filao, Pygeum, Tetrapleura T, Leuceana dans la savane humide, Neem, Acacia, Leuceana, Gome arabica, Anacardier, Acacia Sénégal, Faidherbia Albida, Citrus spp dans la savane sèche et Terminalia Spp, Voacanga, Wengue, Moabi, Kossipo, Safoutier, Fromager, Acajou, Acajou, Ndjanssang, mangues sauvages dans la zone forestière dense.

 

En savoir plus...

FEM : Construire un monde où les éléphants ne sont pas les prochains dinosaures

Le 12 août, nous célèbrerons la Journée mondiale des éléphants afin de sensibiliser l’opinion publique à la situation critique de la population mondiale d’éléphants. Cette journée est importante pour moi, en tant que gestionnaire de programme du Programme mondial pour la vie sauvage (ou GWP selon son acronyme anglais), lancé il y a deux ans afin de combattre le commerce illégal d'espèces sauvages dans 19 pays d'Asie et d'Afrique.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

Rdp 18 du PFBC – Une journée pour le secteur privé : Les investissements du secteur privé : atout ou menace pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ?

Bruxelles, 27 novembre 2018 se tiendra une journée entière pour le secteur privé au cours duquel entre autres thématiques suivantes seront discutées : (1) Engagements de gestion responsable et contribution du secteur privé au développement (2) L’urgence d’un plan d’affection des terres dans les pays du Bassin du Congo... Bien vouloir télécharger la concept note de la journée secteur privé...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018