Comprendre les enjeux de la gestion durable à Lomié

Yaoundé, 14 mai 2009 - Afin de mieux comprendre les relations entre le secteur formel d'exploitation du bois et les gestionnaires des forêts communautaires, le Facilitateur Hans Schipulle a participé à une visite de terrain à Lomié, « zone pionnière de la foresterie communautaire au Cameroun », organisé par le Facilitateur Délégué Samuel Makon et des collègues du Bureau d'Appui à la COMIFAC. Télécharger le rapport de la mission

Une rencontre avec des organisations d'un réseau regroupant les coopératives agro-forestières et des autorités administratives a confirmé l'avis positif que portent ces ONGs sur la certification.

Selon les représentants du réseau ROLD, le plus grand défis reste le renforcement des capacités des acteurs clés pour valoriser le potentiel dynamisant qu’un processus de certification puisse exercer sur le développement de l' économie et la gouvernance locale. A la recherche d’un échange encore plus direct avec des villageois engagés dans le processus de foresterie communautaire, le petit groupe autour du Facilitateur a ensuite pénétré la forêt profonde. « Avec les sociétés forestières, nous vivons dans un climat de convivialité qui s’est d’ailleurs consolidé au cours de leur engagement pour respecter les indicateurs sociaux retenus par des organismes de certification » ont constaté les habitants du village de Payo. Il reste pourtant le faible impact sur le marché d’emploi local, où les villageois se voient rarement recrutés par des sociétés forestières, et où une véritable coopération avec des artisans locaux, pour travailler davantage et commercialiser les produits dérivés des résidus de bois sur des marchés de proximité, se fait encore attendre.
docs/fotos/Consultations_ONG_Lomie.jpg
Photo (Hans Schipulle): Le Facilitateur PFBC à l'écoute des représentants du réseau "ROLD" des ONG basés à Lomié

Suite à ces consultations, le Facilitateur a profité d’une rencontre avec le Ministre Camerounais en charge des forêts, Elvis Ngolle Ngolle, pour évoquer les aspects de la gouvernance qui empêchent encore la commercialisation du bois à l’intérieur du pays et dans la sous-région, notamment des contrôles parfois arbitraires des véhicules de transport, des « taxes informelles » informelles imposées au niveau des "check-points", diverses autres tracasseries de route sans oublier des lacunes évidentes dans la coordination des autorités chargées du contrôle. Conscient de cette problématique, le Ministre a informé le Facilitateur qu’une amélioration nette de la situation se fera bientôt sentir avec l’introduction prochaine du système de traçabilité automatisé prévu par l’accord FLEGT entre l’Union Européenne et le Cameroun.

Marqué par les réalités du terrain, le Facilitateur a personnellement encouragé le PDG de la société minière GEOVIC de nouer des relations plus transparentes avec la population des villages riverains afin qu’elle puisse participer à des décisions qui affectent directement leurs conditions de vie. Finalement, il a invité un représentant du réseau ROLD à l’atelier PFBC sur la place de l’exploitation forestière industrielle pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo, tenu les 19 et 20 mai 2009 à Douala en marge du CCR. Ensemble, ils ont cherché à nouer le dialogue avec les représentants des entreprises en voie de certification afin d'explorer des options pour une coopération plus accentuée avec des communautés riverains des concessions sous-aménagement en quête de possibilités de transformer et commercialiser les résidus de bois sur le marché local.


La Réserve de Biosphère du Dja est la plus grande aire protégée du Cameroun avec une superficie de 560 000ha, située à cheval sur deux régions administratives du Cameroun (les régions du Sud et de l’Est), et couvrant les arrondissements de Lomié, Abong-Mbang, Bengbis, Mintomb, Meyomessala, et Djoum. À l'instar de l'arrondissement de Lomié, la diversité des acteurs à la périphérie de la réserve demande une conciliation perpétuelle des intérêts souvent divergents des exploitations forestiers, des sociétés d'exploitation minière et des gestionnaires locaux des forêts communautaires.

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Lancement du programme ECOFAC6 (Volet Cameroun) et du projet RIOFAC

Ce 25 octobre s’est tenu marge de la 17ème réunion du Partenariat des Forêts du bassin du Congo à Douala, la réunion de lancement de Volet Cameroun du Programme ECOFAC 6. Ce volet, d’un montant 10 milliards de CFA (12.5 millions d’euros) sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale, est destiné au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale ». Pour en savoir plus sur le projet d’appui à l’OFAC.

En savoir plus...

cop23.unfccc : La conférence climat de Bonn, tremplin pour de plus hautes ambitions

Dynamique de nouveaux engagements financiers sur l'assurance et les forêts pour intensifier l’action des gouvernements, villes et entreprises...ONU Changements Climatiques Infos, 18 nov. 2017 - Les pays se sont mis d'accord aujourd'hui pour mettre en œuvre les prochaines étapes en vue d’une plus grande ambition en matière d'action climatique avant 2020, à l'issue de la conférence annuelle de l’ONU sur le climat qui s'est tenue dans la ville allemande de Bonn.

En savoir plus...

La FAO a mis en avant les avancées de la foresterie participative en Afrique centrale réalisées par trois projets financés par le Fonds pour l’Environnement Mondial et les défis qui restent à relever.

En droite ligne avec les engagements internationaux et politiques des Etats d’Afrique centrale en matière de conservation de la biodiversité et de sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations qui dépendent des produits forestiers pour leurs moyens d’existence, quelques pays d’Afrique centrale se sont engagés dans des tests pilotes pour démontrer que la gestion participative peut être une option viable pour conserver la fonction, l’intégrité et la biodiversité des écosystèmes forestiers dans le bassin du Congo.

En savoir plus...

CV4C Newsletter : Surveillance des forêts dans le Bassin du Congo

« Bienvenue au premier numéro de la Newsletter trimestrielle CV4C. Nous avons été très occupés avec la mise au point ce projet et les évaluations des besoins en capacités, ainsi que dans les activités liées à la phase initiale de la formation, le renforcement des capacités et la surveillance des forêts. Cette correspondance vous propose un aperçu des étapes franchies dans le cadre de cet important projet. Veuillez partager ce message avec vos collègues et contacts. »

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030