CIFOR : Pour préserver les écosystèmes, le commerce intra-africain doit s’améliorer, dit un scientifique du CIFOR

 

 

NAIROBI (Landscape News) — Alors que l’Afrique connait une rapide croissance démographique et un rapide développement, la demande de produits forestiers sur le continent est en hausse.

 

 

Cette demande a amplifié le commerce, en particulier dans le secteur informel, où il n’y a ni contrôle ni surveillance, ce qui peut avoir des conséquences dommageables pour l’environnement.

 

 

Dans le passé, la plus grande partie de la demande sur le marché des forêts d’Afrique provenait des marchés étrangers, le secteur informel fournissant les marchés intérieurs et nationaux en utilisant des pratiques qui seraient considérées illégales par les normes internationales, selon Richard Eba’a Atyi, un expert en gestion forestière africaine et en économie pour le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR).

 

L’ampleur de la déforestation et de la dégradation des terres représente déjà près d’un tiers de la masse continentale de l’Afrique. Sans mise en œuvre de bonnes pratiques et d’un commerce transparent, les forêts africaines courent un plus grand risque.

 

Eba’a Atyi, originaire du Cameroun et avec plus de 30 ans d’expérience sur le terrain, a partagé ses points de vue, éclairant l’un des sujets en discussion au Forum mondial sur les paysages (GLF) à Nairobi.

 

Q : Quelle est l’importance des forêts africaines ?

 

    A : Nos forêts sont très importantes pour le reste du monde car nous avons la deuxième plus grande base forestière en Afrique, la forêt du bassin du Congo. Lorsque vous pensez au changement climatique ou à la stabilité de manière globale, nous avons certainement un rôle plus important à jouer pour le bénéfice du monde entier. Mais ces forêts sont également très importantes pour nous-mêmes – nous devrions toujours avoir ces deux aspects en tête. Notre richesse – et le fait que nous contribuons à stabiliser le climat mondial grâce à nos forêts. Et à ce titre, nous devrions également obtenir le soutien du monde entier afin de maintenir, gérer et préserver nos forêts.

 

 

Q : Au cours de vos 30 années d’expérience dans le domaine des forêts, quels sont les principaux changements que vous avez constatés ?

 

 

    A : Au début, du moins dans le Bassin du Congo et en Afrique centrale, les forêts étaient d’abord considérées comme des obstacles à l’agriculture et les terres couvertes de forêts étaient considérées du moins par les politiciens comme des terres libres à convertir pour d’autres usages.

 

En savoir plus...

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ClientEarth : Le nouveau partenaire du PFBC !!!

Bruxelles, le 6 novembre 2018 ; ClientEarth a officiellement rejoint les membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Pour ce faire, ClientEarth a soumis les documents requis et a accepté de respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour promouvoir la gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale.

En savoir plus...

COMPTE RENDU : Atelier préparatoire de la conférence internationale de N’Djamena sur la lutte contre le braconnage a haut niveau

Dans le cadre de sa feuille de route, la Facilitation du PFBC projette d'organiser en Janvier 2019 sous l'égide du Gouvernement de la République du Tchad, une Conférence Internationale sur le braconnage, la sécurité et la stabilité ainsi que le contrôle de la transhumance armée des groupes pastoralismes entre l'Afrique Équatoriale, le Sahel, les deux Soudans et la RDC. Bien vouloir télécharger le compte rendu de l'atelier préparatoire de Douala Cameroun du 12 au 13 novembre 2018.

En savoir plus...

Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC reçu par le ministre Rwandais de l’environnement Dr Vincent Biruta

Kigali, 8 et 9 novembre 2018 : Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) a été reçu à Kigali au cours d’une mission par le ministre Rwandais de l’Environnement Dr Vincent Biruta par ailleurs président en exercice de la Comifac. 

En savoir plus...

CAWHFI NEWS N° 002

Le projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) est mis en œuvre dans les pays d’Afrique Centrale dans un contexte dominé par un braconnage transfrontalier intensif, notamment celui des éléphants.Les activités du projet se concentrent sur la protection de la biodiversité et contribuent à réduire l’impact du braconnage dans les sites de mise en œuvre. A travers la lutte anti-braconnage qui suit une approche concertée et efficace, impliquant le renforcement des capacités matérielles et humaines, la multiplication des patrouilles, l’utilisation des outils innovants dans la collecte des données et le renforcement du volet judiciaire, la gestion du Dja et du TNS, deux sites fortement soumis aux pressions des braconniers s’améliore.

En savoir plus...

Le PFBC mobilisé à N’Djamena pour préparer la conférence internationale ministérielle sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières

Signature du protocole d’entente concernant l’organisation de la Conférence et ses termes de référence… le Facilitateur du PFBC est reçu par son Excellence Monsieur Idriss Deby, président de la République du Tchad… le Facilitateur du PFBC remet aux diplomates de la sous-région les termes de références de la Conférence… Définition des thèmes de la session des experts des 23/24 janvier 2019 et désignation des chefs de file des 4 thématiques retenues…

En savoir plus...

Sciencesetavenir : Le changement climatique pose un risque "extrême" pour deux tiers des villes africaines

Un rapport émanant d'un cabinet de conseil met en garde sur la vulnérabilité économique au changement climatique, qui concerne tout particulièrement les grandes villes africaines...Bangui, capitale et plus grande ville de la République centrafricaine, est l'une des villes les plus vulnérables au changement climatique selon ce rapport.

En savoir plus...

Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC reçu en audience par le Président Idriss Deby ITNO

N’Djamena, le 23 octobre 2018Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC), le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC M. Ndomba Ngoye Raymond et le Co-Facilitateur Maxime Nzita ont été reçus par son Excellence Monsieur Idriss Deby ITNO, Président de la République du Tchad.  

En savoir plus...

UEREDD Facility-Insights sur les chaînes d'approvisionnement en produits présentant des risques pour la forêt

Le mécanisme UEREDD a le plaisir de partager avec vous quelques mises à jour sur l’initiative Transparence pour des économies durables (Trase), qui vise à améliorer la transparence, la clarté et l’accessibilité de l’information sur les chaînes d’approvisionnement en produits de base qui sont à l’origine du déboisement tropical.

 

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018