SEEAC: Evolution des systèmes d’étude d’impact sur l’environnement en Afrique centrale : Rôle des associations nationales de professionnels

 

Le document disponible en téléchargement sur le lien ci-après: Evolution des systèmes d’étude d’impact sur l’environnement en Afrique centrale : Rôle des associations nationales de professionnels

 

…des analyses et conclusions du présent ouvrage collectif, les chantiers nécessaires pour y parvenir, sont autant de points de rencontre possibles entre le SEEAC et toutes les autres parties prenantes qui contribuent au développement durable, d’où la nécessité de mutualiser les moyens autour de la promotion de l’Évaluation Environnementale, tant au niveau national que sous-régional…

 

 

Avant-Propos

 

Pour une mutualisation des efforts de promotion de l’évaluation environnementale en Afrique centrale.

 

L’Evaluation environnementale pourrait se définir comme l’ensemble des processus qui visent l’intégration des aspects liés à l’environnement naturel et humain dans la prise des décisions relatives à la conception, la planification, la mise en oeuvre et le suivi des interventions en vue d’un développement équilibré et durable. La forme de l’évaluation environnementale la plus connue en Afrique centrale reste l’Etude d’Impacts sur l’Environnement (EIE) qui s’applique aux projets en cours d’instruction. De plus en plus, il est fait recours aux audits environnementaux qui concernent les projets déjà en exécution et aux Évaluations Environnementales dites Stratégiques (EES) qui couvrent les politiques, plans ou programmes.

 

Incontestablement, l’évaluation environnementale apparaît comme un des principaux leviers concrets dont disposent les acteurs du développement durable pour contribuer à l’intégration des aspects relatifs à la gouvernance et de la durabilité dans les processus de développement des pays de l’Afrique centrale. En effet, c’est un outil :

 

1-intégré explicitement par la plupart des conventions internationales et accords multilatéraux relatifs à la gestion des ressources naturelles et de l’environnement ;

2-accepté et prescrit par le cadre juridique de la quasi-totalité des pays et les procédures des partenaires au développement de l’Afrique centrale ;

3-qui fait l’objet d’arrangements institutionnels spécifiques et prône, notamment, l’implication des parties prenantes, dont des populations et les organisations de la Société Civiles (OSC), dans la prise des décisions.

 

Toutefois, et en dépit de son potentiel reconnu, son effectivité dans les pays de l’Afrique centrale, bien qu’en amélioration, reste relativement faible à cause d’une multitude de contraintes qu’il importe de lever. Le Secrétariat pour l’Evaluation Environnementale en Afrique Centrale (SEEAC) qui se veut être un regroupement des associations nationales pour l’évaluation environnementale, et un espace neutre d’échanges scientifiques et professionnels, est une des réponses des professionnels des pays de l’Afrique centrale à cet égard. En outre, et tel qu’il ressort des analyses et conclusions du présent ouvrage collectif, les chantiers nécessaires pour y parvenir, sont autant de points de rencontre possibles entre le SEEAC et toutes les autres parties prenantes qui contribuent au développement durable, d’où la nécessité de mutualiser les moyens autour de la promotion de l’Évaluation Environnementale, tant au niveau national que sous-régional.

En partant de l’exemple de quelques pays et du Projet d’Appui aux Associations Nationales pour l’Evaluation Environnementale d’Afrique Centrale (PAANEEAC), cet ouvrage voudrait se positionner comme la première édition d’une plateforme qui rendra compte de l’évolution des systèmes d’EIE des pays de l’Afrique centrale à l’aune des efforts consentis par les uns et les autres.

Voilà, parmi tant d’autres, un champ d’application, qui pourrait cristalliser notre solidarité en faveur de la promotion de l’évaluation environnementale en Afrique centrale, auquel nous sommes tous conviés.

 

Dieudonné Bitondo, Ir, PhD.

Secrétaire Exécutif du SEEAC

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

ATIBT -PFBC: Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC

L’ATIBT a co-facilité la mobilisation du secteur privé de la filière bois pour participer à la première réunion du collège du secteur privé du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo avec le nouveau facilitateur Dr Christian Ruck et son équipe de la Facilitation allemande.

En savoir plus...

Deuxième consultation publique relative à la norme de certification de gestion forestière de PAFC bassin du Congo 23 Mai 2020 – 22 Juin 2020

La seconde consultation publique sera ouverte pour une durée de 30 jours à partir du 23 mai 2020 et sera clôturée le lundi 22 juin 2020. La consultation publique est ouverte à toutes les parties prenantes de la gestion forestière dans le Bassin du Congo intéressées à participer au processus d’élaboration des normes de certification PAFC Bassin du Congo.

En savoir plus...

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020