RdP 17 – FLAG Side Event : Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile .

 

 

Bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

 

En marge de la 17e rencontre des parties du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo tenue en octobre 2017 à Douala, Field Legality Advisory Group a organisé une réflexion dont le thème était « Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile ».  

 

 

A cette occasion, les principales parties prenantes invitées ont présenté des communications PowerPoint, qui ont servi de base pour les discussions animées qui s’en sont suivies. Les liens suivants permettent de revivre la session : ICI et ICI

 

 

L’on retient globalement que OI progresse en termes de couverture territoriale et se diversifie aussi sur le plan des approches de mise en œuvre. Toutefois des problèmes persistent du fait des appréhensions qui continuent d’exister au sujet de l’OI en ce qui concerne l’appropriation et l’institutionnalisation du mécanisme. Il en est de même pour la qualité entendue ici comme la légitimité des acteurs chargés de la mise en œuvre de l’OI mais aussi et surtout de la compétence ou la capacité requise pour mettre en œuvre l’OI. La question de la durabilité de la mise en œuvre par le biais d’un mécanisme pérenne de financement et de la sécurité des observateurs qui sont des éléments essentiels pour une mise en œuvre sereine de l’O demeure.

 

 

De même, l’OI joue un rôle multidimensionnel.

  • L’OI permet aux communautés de mieux s’imprégner de la gestion des ressources de leurs terroirs et contribuant de ce fait de mieux défendre leurs intérêts.
  • Lorsqu’elle est menée en partenariat avec une administration, l’OI permet de crédibiliser le contrôle mais aussi de renforcer les capacités techniques et opérationnelles de l’administration.
  • Vis-à-vis du secteur privé, l’OI contribue à la réalisation de la diligence raisonnée des opérateurs et aide à faire le tri entre les acteurs du secteur privé en contribuant à diminuer la concurrence déloyale.

 

Néanmoins ces points positifs sont minorés par certains facteurs qui sont de nature à limiter l’impact de la mise en œuvre de l’OI. Parmi les plus importants figurent, les difficultés à obtenir des financements pour mettre en œuvre l’OI, les interprétations divergentes de l’approche OI et l’absence de données fiables sur l’impact de l’OI par rapport aux moyens investis.

 

En guise de recommandation pour la suite, les points suivants ont été retenus comme pistes d’approfondissement pouvant permettre de déboucher sur des relations apaisées entre les  OI et les acteurs du secteur privé :

  • Les OSC doivent des synergies entre elles au niveau national et sous régional afin de faciliter la cohérence de leurs actions ;
  • Mettre en œuvre des actions pouvant permettre d’évaluer l’impact de l’OI sur le recul de l’illégalité ;
  • Rechercher de nouveaux modes de financement des actions d’OI y compris les financements étatiques tout en garantissant l’indépendance de l’OI ;
  • Développer des mécanismes pour assurer la protection des observateurs et acteurs communautaires de l’OI ;
  • Mettre en œuvre des actions de renforcement des capacités et de professionnalisation des acteurs de l’OI.

 

 

Bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SEP2D : Lancement de la seconde revue de l'évaluation mondiale de l'IPBES par les gouvernements et les experts

L’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) lance une revue externe de l’évaluation mondiale de la biodiversité jusqu’au 29 juin 2018 (documents disponibles depuis le 14 mai). Le souhait de l’IPBES est que cette démarche concerne le plus large panel de réviseurs : « experts intéressés et qualifiés, y compris scientifiques, décideurs, praticiens et autres détenteurs de connaissances ».

En savoir plus...

FNUF : Le Forum sur les forêts achève ses travaux en adoptant une stratégie de communication sur la mise en œuvre du Plan stratégique de l’ONU sur les forêts

Pendant une semaine, le Forum a examiné, à titre prioritaire, la mise en œuvre du Plan stratégique sur les forêts qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  La planète perd en moyenne 13 millions d’hectares de couvert forestier par an.

En savoir plus...

Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

En savoir plus...

Harmattan : La gouvernance climatique au Cameroun

La multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations) du fait de la hausse de la température mondiale a conduit les États de la planète à mettre la question du changement climatique sur leur agenda politique. Le Cameroun n’en fait pas exception. Traiter de la gouvernance climatique au Cameroun conduit nécessairement à analyser comment se construit l’action publique de lutte contre le changement climatique au Cameroun. Elle apparaît comme une configuration d’action publique multi-niveaux. Ainsi, la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en constitue l’arène climatique globale.

En savoir plus...

L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

Le Gabon et la République du Congo font des déclarations forte sur le point concernant les discussions générales (point 6) et sur les remarques de clôtures… la COMIFAC rehaussée dans le plaidoyer des Ministres au FNUF 13...

En savoir plus...

Afdb : Afrique de l’Ouest : le 3 ème Forum sur le financement climatique et des énergies propres s’achève à Abidjan sur un succès

La troisième édition du Forum sur le financement climatique et des énergies propres en Afrique de l’Ouest (WAFCCEF-3, sigle en anglais) a eu lieu jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye de la Banque africaine de développement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence de représentants d’institutions internationales, de promoteurs privés, d’experts en énergie ainsi que de nombreux enseignants-chercheurs et étudiants.

En savoir plus...

Entrée diplomatique et politique réussie du Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de la Belgique du PFBC

Du 19 au 20 avril 2018, le Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC a effectué une mission à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Entre autres au programme de cette importante mission, une table ronde des Chefs de Missions des partenaires du PFBC, une visite du Facilitateur au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des réunions avec les partenaires techniques et les représentants des différents collèges du PFBC au tour de la nouvelle vision et orientation stratégique de la Feuille de route de la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC.

En savoir plus...

Le Facilitateur du PFBC à la rencontre des acteurs de la société civile et du Secteur privé…

Durant sa mission du 19 au 20 Avril 2018, Le Facilitateur du PFBC a rencontré successivement les acteurs de la société civile et du Secteur privé..

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018