RdP 17 – FLAG Side Event : Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile .

 

 

Bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

 

En marge de la 17e rencontre des parties du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo tenue en octobre 2017 à Douala, Field Legality Advisory Group a organisé une réflexion dont le thème était « Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile ».  

 

 

A cette occasion, les principales parties prenantes invitées ont présenté des communications PowerPoint, qui ont servi de base pour les discussions animées qui s’en sont suivies. Les liens suivants permettent de revivre la session : ICI et ICI

 

 

L’on retient globalement que OI progresse en termes de couverture territoriale et se diversifie aussi sur le plan des approches de mise en œuvre. Toutefois des problèmes persistent du fait des appréhensions qui continuent d’exister au sujet de l’OI en ce qui concerne l’appropriation et l’institutionnalisation du mécanisme. Il en est de même pour la qualité entendue ici comme la légitimité des acteurs chargés de la mise en œuvre de l’OI mais aussi et surtout de la compétence ou la capacité requise pour mettre en œuvre l’OI. La question de la durabilité de la mise en œuvre par le biais d’un mécanisme pérenne de financement et de la sécurité des observateurs qui sont des éléments essentiels pour une mise en œuvre sereine de l’O demeure.

 

 

De même, l’OI joue un rôle multidimensionnel.

  • L’OI permet aux communautés de mieux s’imprégner de la gestion des ressources de leurs terroirs et contribuant de ce fait de mieux défendre leurs intérêts.
  • Lorsqu’elle est menée en partenariat avec une administration, l’OI permet de crédibiliser le contrôle mais aussi de renforcer les capacités techniques et opérationnelles de l’administration.
  • Vis-à-vis du secteur privé, l’OI contribue à la réalisation de la diligence raisonnée des opérateurs et aide à faire le tri entre les acteurs du secteur privé en contribuant à diminuer la concurrence déloyale.

 

Néanmoins ces points positifs sont minorés par certains facteurs qui sont de nature à limiter l’impact de la mise en œuvre de l’OI. Parmi les plus importants figurent, les difficultés à obtenir des financements pour mettre en œuvre l’OI, les interprétations divergentes de l’approche OI et l’absence de données fiables sur l’impact de l’OI par rapport aux moyens investis.

 

En guise de recommandation pour la suite, les points suivants ont été retenus comme pistes d’approfondissement pouvant permettre de déboucher sur des relations apaisées entre les  OI et les acteurs du secteur privé :

  • Les OSC doivent des synergies entre elles au niveau national et sous régional afin de faciliter la cohérence de leurs actions ;
  • Mettre en œuvre des actions pouvant permettre d’évaluer l’impact de l’OI sur le recul de l’illégalité ;
  • Rechercher de nouveaux modes de financement des actions d’OI y compris les financements étatiques tout en garantissant l’indépendance de l’OI ;
  • Développer des mécanismes pour assurer la protection des observateurs et acteurs communautaires de l’OI ;
  • Mettre en œuvre des actions de renforcement des capacités et de professionnalisation des acteurs de l’OI.

 

 

Bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Projet APA GIZ COMIFAC : Formation sur la Gestion du Centre d’Echanges sur le mécanisme APA au Cameroun

22 Chefs de Services en charge d’information environnementale des Délégations Régionales du MINEPDED ont été formés sur les techniques de collecte et de publication sur le Centre d’Echange APA au Cameroun.

En savoir plus...

Projet GIZ APA-COMIFAC : Les premiers accords d’accès aux ressources génétiques d’APA au Cameroun évalués

Les premières expériences des Conditions Convenues d’un Commun Accord (CCCA) sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des plantes Echinops giganteus et Mondia whitei ont été évalués.  Il est ressorti que d’une manière générale, que les clauses des accords entre les parties signataires dans les deux CCCA sont bien respectées.

 

En savoir plus...

Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision. Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

En savoir plus...

Les chercheurs et les juristes se mettent à l’école de l’APA

Pour une meilleure implication effective de toutes les parties prenantes au mécanisme d’Accès et de Partage des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. 13 chercheurs et 15 juristes des pays de l’espace COMIFAC ont été sensibilisés et formés sur le Protocole de Nagoya et la Convention sur la biodiversité Biologique. Des cahiers de charges ont été élaborés par ces acteurs en vue de leur participation à la mise en place des processus nationaux dans leurs pays respectifs.

En savoir plus...

La sonnette d’alarme est tirée !

Mme la Secrétaire Adjointe du MEP, représentant le Ministre de l’Elevage et des Pêches (MEP), a ouvert l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’aménagement (PA) du PNSO. La Mission d’évaluation confiée au Dr Dolmia Malachie (consultant), avait pour objectif global d’évaluer la mise en œuvre du PA du parc suscité dans ses aspects techniques et financiers pour la période allant de 2010 à 2016, afin de proposer des mesures correctives transitoires et de formuler des orientations à soumettre à l’appréciation des parties prenantes pour leur prise en compte lors de sa révision.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo mobilise au cœur de la COP 23 à Bonn…

Bonn (Allemagne) -14 novembre 2017 – s’est tenu dans la salle de Réunion Brum -  BULA ZONE 3,  un événement parallèle de haut niveau organisé par la COMIFAC. La session a été rehaussée par la participation de plusieurs ministres des pays membres de la COMIFAC et des autres pays partis, la CEEAC et les représentants des organisations internationales.  

En savoir plus...

Note additionelle: Formation accréditée Lead Auditeur FSC en GF et CoC- Rainforest Alliance

Suite à de nombreux questionnements au sujet de la dite formation, Rainforest Alliance souhaite apporter clarifications sur les points suivants : ASI ayant renforcé ses procédures de qualification d’auditeurs FSC, toute personne ayant suivi précédemment une formation d’auditeur FSC FM-CoC mais SANS s’être qualifiée lors du FSC TRANSITION EXAM de Juillet 2017, se voit perdre son statut d’auditeur...

En savoir plus...

Résumé Evénement parallèle du REPALEAC à la 17è RdP à la PFBC: Comment renforcer la coordination régionale et l’efficacité des appuis aux Peuples Autochtones et Communautés locales

Le Réseau des Peuples Autochtones et Communautés Locales pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale (REPALEAC), réseau membre de la CEFDHAC, a organisé un évènement parallèle à la 17ième RdP du CBFP le mercredi 25 octobre, auquel ont participé plus de 80 personnes de tous horizons, autour du thème de la participation des Peuples Autochtones et Communautés Locales (PACL) dans la gestion durable des forêts d’Afrique Centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030