Le sommet Franco-africain face au braconnage des Eléphants et des Rhinocéros

 

Bien vouloir télécharger la Déclaration finale de la Table ronde de Haut Niveau

Le sommet Franco-africain qui s’est tenu à Paris du 6 au 7 Décembre 2013 sur la Paix et la Sécurité en Afrique, a mobilisé près de 53 délégations de pays africains et la France, ainsi que les représentants des Nations Unies, de l'Union Africaine, de l'Union Européenne, du Fonds Monétaire International, de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement. Ces derniers ont débattu sur les épineux problèmes de la paix et de la sécurité en Afrique, sur le partenariat économique et le développement et sur le changement climatique.

 

La veille de cette rencontre de haut niveau entre la France et l’Afrique a été marquée par la tenue d’une table ronde sur«la lutte contre le braconnage et le trafic des espèces menacées. Ce side-event est venu donner le ton à ce sommet des chefs d’état avec l’adoptiond’une déclaration appelée « déclaration de Paris », où les pays signataires se sont engagés « à agir sans délai et de manière résolue » contre le braconnage et le trafic des espèces fauniques.

 

Il convient de signaler ici que cette table ronde s’est tenu dans un contexte où le trafic d’ivoire et de corne de rhinocéros a atteins la vitesse de croisière sur le continent africain. En effet, 20 000 environ disparaissent chaque année, et d’après certaines études réalisées, le taux d’éléphants braconnés est de (7,4%) à l’échelle du continent est désormais supérieur au taux de renouvellement naturel de l’espèce (5 à 6%). ce malgré le moratoire sur le commerce de l’ivoire adopté en 1989. A ce rythme on avance irréversiblement à l’extinction des éléphants.

 

Actuellement cette activité mine la stabilité de plusieurs Etats et de ce fait, le braconnage ne devrait plus être traité comme une simple menace pour la biodiversité mais traité au même titre que le terrorisme, car des enquêtes réalisées sur le terrain et porté à l’attention de la communauté internationale, établies clairement le lien entre le trafic des ivoires et le financement des groupes armés dans les pays en guerre.

 

Face à ce fléau, les pays africains présents à cette rencontre reconnaissent que la lutte contre le braconnage ne peut en effet être efficace que si elle est intégrée dans les politiques de développement durable appuyées par les institutions internationales et les grands bailleurs de fonds, avec la mise en œuvre de la déclaration de Marrakech (adoptée le 30 mai 2013) ainsi qu'aux conclusions politiques et opérationnelles du sommet international de Gaborone (3-4 décembre 2013).

 

La France, pour matérialiser son engagement dans cette lutte, a procédé à la création d’un plan national d’action de : « Lutte contre le braconnage d’éléphants et contre le trafic d’ivoire et d’autres espèces protégées ». Ce plan prévoit entre autres :

 

  • une augmentation des amendes ( par exemple, passage de 150 000 à 750 000 euros en cas de trafic en bande organisée)
  • un renforcement des pouvoirs des officiers de police judiciaire (OPJ), avec l’élargissement des techniques d’enquête.
  • des instructions spéciales pour les procureurs sur la lutte contre le trafic des espèces protégées afin de professionnaliser le traitement des affaires de trafic illicite en ayant recours aux juridictions interrégionales spécialisées (JIRS).
  • etc .

 

Elle compte aussi bruler son stock d'ivoire  illégale en marge du sommet de Londres des 12 et 13 février à Londres -

 

Et très récemment, la France a octroyé une enveloppe de 10 Million d’Euro au Gabon dans la lutte contre le braconnage, ce qui traduit la ferme volonté de Paris à lutter contre la criminalité de la faune et une invitation à d’autre pays et institutions internationales à faire comme elle, pour sauver les derniers éléphants en Afrique.

 

La déclaration de Paris et les articles similaires peuvent être consultés ici :

 

Déclaration finale du Sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique

 

Video - Trafic et braconnage des espèces menacées

Video : Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s’engagent 

 

Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s'engagent

 C'EST PAS DU VENT: 2 - Les chefs d'Etat africains s'engagent dans la lutte contre le braconnage

 

Pour lutter contre le braconnage, la France va brûler son stock d'ivoire

Table ronde sur le braconnage : Ali Bongo Ondimba se prononce et propose

Les États africains et la France s’engagent pour lutter contre le trafic et le braconnage des espèces menacées

 

Les autres liens disponibles :

-        http://www.nostalgieguinee.net/actualite/politique-1/samedi-07-decembre-2013-declaration-finale-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique-1004.html

-        http://www.actuniger.com/societe/7586-sommet-afrique-france-declaration-finale-issue-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique.html

-        http://www.rtb.bf/infos/article/la-declaration-finale-du-sommet-de

-        http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=29885

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019