Le sommet Franco-africain face au braconnage des Eléphants et des Rhinocéros

 

Bien vouloir télécharger la Déclaration finale de la Table ronde de Haut Niveau

Le sommet Franco-africain qui s’est tenu à Paris du 6 au 7 Décembre 2013 sur la Paix et la Sécurité en Afrique, a mobilisé près de 53 délégations de pays africains et la France, ainsi que les représentants des Nations Unies, de l'Union Africaine, de l'Union Européenne, du Fonds Monétaire International, de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement. Ces derniers ont débattu sur les épineux problèmes de la paix et de la sécurité en Afrique, sur le partenariat économique et le développement et sur le changement climatique.

 

La veille de cette rencontre de haut niveau entre la France et l’Afrique a été marquée par la tenue d’une table ronde sur«la lutte contre le braconnage et le trafic des espèces menacées. Ce side-event est venu donner le ton à ce sommet des chefs d’état avec l’adoptiond’une déclaration appelée « déclaration de Paris », où les pays signataires se sont engagés « à agir sans délai et de manière résolue » contre le braconnage et le trafic des espèces fauniques.

 

Il convient de signaler ici que cette table ronde s’est tenu dans un contexte où le trafic d’ivoire et de corne de rhinocéros a atteins la vitesse de croisière sur le continent africain. En effet, 20 000 environ disparaissent chaque année, et d’après certaines études réalisées, le taux d’éléphants braconnés est de (7,4%) à l’échelle du continent est désormais supérieur au taux de renouvellement naturel de l’espèce (5 à 6%). ce malgré le moratoire sur le commerce de l’ivoire adopté en 1989. A ce rythme on avance irréversiblement à l’extinction des éléphants.

 

Actuellement cette activité mine la stabilité de plusieurs Etats et de ce fait, le braconnage ne devrait plus être traité comme une simple menace pour la biodiversité mais traité au même titre que le terrorisme, car des enquêtes réalisées sur le terrain et porté à l’attention de la communauté internationale, établies clairement le lien entre le trafic des ivoires et le financement des groupes armés dans les pays en guerre.

 

Face à ce fléau, les pays africains présents à cette rencontre reconnaissent que la lutte contre le braconnage ne peut en effet être efficace que si elle est intégrée dans les politiques de développement durable appuyées par les institutions internationales et les grands bailleurs de fonds, avec la mise en œuvre de la déclaration de Marrakech (adoptée le 30 mai 2013) ainsi qu'aux conclusions politiques et opérationnelles du sommet international de Gaborone (3-4 décembre 2013).

 

La France, pour matérialiser son engagement dans cette lutte, a procédé à la création d’un plan national d’action de : « Lutte contre le braconnage d’éléphants et contre le trafic d’ivoire et d’autres espèces protégées ». Ce plan prévoit entre autres :

 

  • une augmentation des amendes ( par exemple, passage de 150 000 à 750 000 euros en cas de trafic en bande organisée)
  • un renforcement des pouvoirs des officiers de police judiciaire (OPJ), avec l’élargissement des techniques d’enquête.
  • des instructions spéciales pour les procureurs sur la lutte contre le trafic des espèces protégées afin de professionnaliser le traitement des affaires de trafic illicite en ayant recours aux juridictions interrégionales spécialisées (JIRS).
  • etc .

 

Elle compte aussi bruler son stock d'ivoire  illégale en marge du sommet de Londres des 12 et 13 février à Londres -

 

Et très récemment, la France a octroyé une enveloppe de 10 Million d’Euro au Gabon dans la lutte contre le braconnage, ce qui traduit la ferme volonté de Paris à lutter contre la criminalité de la faune et une invitation à d’autre pays et institutions internationales à faire comme elle, pour sauver les derniers éléphants en Afrique.

 

La déclaration de Paris et les articles similaires peuvent être consultés ici :

 

Déclaration finale du Sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique

 

Video - Trafic et braconnage des espèces menacées

Video : Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s’engagent 

 

Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s'engagent

 C'EST PAS DU VENT: 2 - Les chefs d'Etat africains s'engagent dans la lutte contre le braconnage

 

Pour lutter contre le braconnage, la France va brûler son stock d'ivoire

Table ronde sur le braconnage : Ali Bongo Ondimba se prononce et propose

Les États africains et la France s’engagent pour lutter contre le trafic et le braconnage des espèces menacées

 

Les autres liens disponibles :

-        http://www.nostalgieguinee.net/actualite/politique-1/samedi-07-decembre-2013-declaration-finale-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique-1004.html

-        http://www.actuniger.com/societe/7586-sommet-afrique-france-declaration-finale-issue-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique.html

-        http://www.rtb.bf/infos/article/la-declaration-finale-du-sommet-de

-        http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=29885

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

La gestion participative pour une conservation durable des complexes d’aires protégées de BSB Yamoussa et du TNS

Du 14 au 16 août 2019 à Douala en République du Cameroun, s’est tenu, l’atelier de cadrage de l’évaluation socio-culturelle des services écosystémiques pour les populations autochtones et communautés locales de BSB Yamoussa et du TNS. Bien vouloir télécharger le Communiqué Final de l'atelier...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019