Conférence de Londres sur le commerce illégal des espèces sauvages

Au cours de la conférence, 46 pays s’accordent sur une déclaration forte pour combattre le commerce illégal des espèces sauvages qui décime des milliers d’éléphants, de rhinos et d’autres espèces menacées chaque année. La déclaration de Londres se décline en trois points : (1) renforcer le respect de la loi et l’application du système de justice pénale (2) réduire la demande en produits fauniques illégaux (3) appuyer le développement de moyens de subsistance durables au sein des communautés affectées par le commerce illégal de la faune...

 

Bien vouloir télécharger  La Déclaration de Londres sur le commerce illégal des espèces sauvages (13 pages)

 

 

Londres (Royaume-Uni) – 13 février 2014 -  Le gouvernement britannique a abrité à Lancaster House, une conférence internationale sur le commerce illégal des espèces sauvages. Afin de contribuer à l’éradication du commerce illégal des espèces sauvages et de mieux protéger les espèces les plus emblématiques du monde et menacées d’extinction, la conférence de Londres a réuni le Prince de Galles et ses fils, le Duc de Cambridge et le Prince Harry, quatre chef d’État africains et une "brochette" de célébrités liguées contre le braconnage, la star du film d’action Jackie Chan, le footballeur David Beckham et l’ex-jouer de basketball, Yao Ming.

 

Cette conférence visait à parvenir à un engagement politique de haut niveau en vue d’une action urgente contre le commerce illégal des espèces sauvages. La conférence de Londres, qui était focalisée sur les éléphants, les rhinos et les tigres, entendait s’attaquer à trois aspects liés du commerce illégal de la faune.

 

  • Renforcer le respect de la loi et du système de justice pénale
  • Réduire la demande en produits fauniques illégaux
  • Appuyer le développement de moyens de subsistance durables au sein des communautés affectées par le commerce illégal des espèces sauvages

 

Ainsi se résume l'enjeu: Le commerce illégal des espèces sauvages est une véritable industrie criminelle grave qui brasse plus de 6 milliards de livres chaque année. Non seulement il menace l’existence future d’espèces entières, il dévaste des communautés vulnérables, alimente la corruption et compromet les efforts de lutte contre la pauvreté. Il existe des risques que des insurgés ou des groupes terroristes bénéficient de ce commerce qui remet en question l’état de droit à l’international et affecte les économies de nos partenaires commerciaux africains.

 

L’Éthiopie, le Botswana, le Tchad, le Rwanda et l’Ouganda ont lance une initiative de protection des éléphants au cours de ce sommet. Le Botswana abritera une réunion de suivi de haut niveau en 2015 avec pour objectif de faire le bilan de la lutte contre le commerce des espèces sauvages.

 

Dans la presse :

 

  • Accord mondial sur la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages signé par 46 nations

Pour William Hague, l’évènement de Londres est un « tournant décisif » dans la lutte contre l’abattage de milliers de rhinos et d’éléphants chaque année – quarante-six pays ont signé jeudi une déclaration sur la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages qui cause chaque année la perte de milliers d’éléphants, de rhinos et d’autres espèces menacées. Le ministre des Affaires étrangère, William Hague, a déclaré qu’il pense que l’évènement de haut niveau inédit de Londres sera une conférence historique et un tournant décisif dans la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages qui se chiffre à 12 milliards de livres par an et est considéré comme le quatrième crime le plus lucratif derrière le trafic des être humains, le commerce des armes et de la drogue… en savoir plus…

 

·      Les princes s’en prennent aux braconniers : Charles se joint aux fils William et Harry pour demander aux dirigeants du monde de suivre la piste de l’argent et de fermer le robinet aux gangs de criminels fauniques

  • Le futur roi prend la parole au cours de la réunion des dirigeants du monde et des ministres des affaires étrangères

  • Charles tire la sonnette d’alarme d’une crise qui a atteint une « ampleur inimaginable »

  • Il a révélé aux délégués qu’il avait été approché par des dirigeants africains appelant à son intervention

  • David Beckham, Yao Ming et Jackie Chan apparaissent tous dans la campagne vidéo de WildAid


En savoir plus...

 

 

  • À Londres, le Prince Charles et des poids lourds mondiaux s’attaquent au braconnage

 

Les dirigeants du monde se sont retrouvés à Londres et ont convenu de combattre le commerce illégal des espèces sauvages. Ils sont particulièrement préoccupés pas le sort des éléphants, des rhinos et des tigres, recherchés, respectivement pour leurs défenses, leurs cornes et leur peau. En savoir plus…

 

  • Conférence de Londres contre le commerce illégal des espèces sauvages 2014

Le gouvernement britannique a abrité une conférence internationale sur le commerce illégal des espèces sauvages le 13 février. La conférence a réuni des leaders mondiaux afin d’éradiquer le commerce illégal des espèces sauvages et mieux protéger les espèces les plus emblématiques de la menace d’extinction. En savoir plus… 

 

  • David Cameron s’en prend au commerce illégal des espèces sauvages par un sommet mondial

Cinquante chefs d’État invités au sommet de Londres qui vise à estomper la demande croissante en produits à base d’ivoire et de corne de rhino. - David Cameron accueillera le sommet mondial au plus haut niveau de tous les temps sur la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages à Londres… En savoir plus...

 

  •  L’Allemagne demande une résolution des Nations Unies sur le braconnage

 

Le braconnage et le commerce illégal des espèces sauvages constituent une menace non seulement contre les animaux mais aussi contre les humains. Leurs retombées financent la violence et le terrorisme. L’Allemagne et le Gabon en appellent à une résolution des Nations Unies. En savoir plus…

 

Source images -  voir dans la presse

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019