TRAFFIC-Un symposium pour examiner des approches innovantes contre les atteintes à faune sauvage

 

 

 

Muldersdrift, Afrique du Sud, 26 février 2015 - Des approches communautaires innovantes pour combattre les crimes fauniques dans le monde seront au centre d'un symposium international qui aura lieu à Muldersdrift, près de Johannesbourg du 26 au 28 février, avec la participation de chercheurs, de groupes communautaires, de pouvoirs publics, d'agences de l'ONU et d’ONG.

 

 

 Intitulé Beyond enforcement: Communities, governance, incentives and sustainable use in combating wildlife crime ( Au delà de la répression: Communités, gouvernance, incentations et utilisation durable dans la lutte contre les atteintes à la faune sauvage), le symposium recherche les voies et moyens d'engager ces communautés qui côtoient la faune mondiale, et de protéger les principales espèces protégées ciblées par le commerce illégal tout en sécurisant leur avenir.

Le symposium sera ouvert par Edna Molewa, le Ministre sud-africain de l'Eau et des Affaires Environnementales.

 

 

La presse est invitée à prendre part à la table-ronde de clôture avec les représentants de haut niveau des principaux gouvernements, les donateurs et les institutions stratégiques, pour réfléchir sur les implications des résultats du symposium le 28 février.

 

 

Dr Rosie Cooney, Présidente du Groupe des spécialistes de l'Utilisation durable et des Moyens de Subsistance de l'IUCN CEESP/SSC a déclaré : « Nous nous réjouissons de voir une aussi grande variété d'exemples d'approches communautaires de lutte contre les atteintes à la faune représentés ici au symposium Beyond Enforcement. Ils sont la preuve que la réussite de la conservation des espèces emblématiques n'implique pas nécessairement un coût humain. »

 

 

En dépit de l'intérêt mondial pour les atteintes à la faune sauvage, les réactions internationales à ce jour sont essentiellement concentrées sur le renforcement des efforts d'application des lois et la réduction de la demande des consommateurs en produits fauniques illégaux. Très peu d'accent a été mis sur le rôle des communautés locales qui vivent avec les espèces sauvages, ou sur la nécessité d'inclure cet aspect comme une question importante dans les discussions plus générales sur le développement durable.

 

 

Nick Ahlers de TRAFFIC a affirmé : « Les communautés jouent un rôle important dans la gestion et l'utilisation durable des ressources sauvages. Dans le contexte de la crise du braconnage actuelle et des risques y afférents pour les communautés, nous envisageons d'explorer les leçons sur le terrain concernant les moyens d'empêcher que les espèces menacées ne se retrouvent sur le marché par des voies illégales. »

 

 

Le commerce illégal des espèces sauvages est de plus en plus courant, une menace croissante pour la conservation des moyens de subsistance humains et des espèces. Au cours des dernières années, il est devenu de plus en plus sophistiqué et dangereux. 

 

 

Des rapports actuels le relient non seulement au crime organisé mais désormais plus souvent aux milices armées ; cette question est désormais une préoccupation majeure pour la sécurité des hommes, la conservation et le développement de politiques. 

 

 

Les menaces sécuritaires suscitées par les atteintes à la faune sauvage peuvent occulter une question de développement plus préoccupante. Les espèces sauvages peuvent être un atout clé pour les communautés rurales, constituant une base d'investissement et de développement économique, par exemple à travers le tourisme ou l'exploitation forestière. La destruction de cet atout par une exploitation illégale peut compromettre cette base, réduisant ainsi les possibilités de développement durable à l'échelle locale et nationale.

 

 

Dr Dilys Roe, Chef de l'Equipe Biodiversité à l'Institut International pour l'Environnement et le Développement (IIED) a déclaré : « Nous sommes persuadés que les efforts visant à combattre les atteintes à la faune sauvage ne seront efficaces qu'à long terme s'ils impliquent les populations locales qui côtoient les espèces sauvages. » 

 

 

Le symposium a été organisé par le Groupe des Spécialistes CEESP/SSC pour l'Utilisation durable et les Moyens de Subsistance (SULI) de l'Union International pour la Conservation de la Nature (UICN), l'Institut International pour l'Environnement et le Développement (IIED), le Ministère australien de l'Environnement, l'Université de Queensland/le Centre de l'Excellence pour les Décisions Environnementales (CEED), la North West University (Afrique du Sud) - le Centre Africain pour l'Etude des Catastrophes et TRAFFIC - le réseau de contrôle du commerce des espèces sauvages.

 

 

Les organisateurs espèrent que le symposium aboutira sur des leçons utiles à la création d'une approche inclusive de lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages, permettant aux populations de profiter des activités telles que le tourisme des espèces sauvages cibles du commerce illégal, plutôt que subir simplement le coût imposé par la répression afin d'éradiquer les atteintes organisées contre la vie sauvage. 

 

 

Les dirigeants du monde de plus de 40 pays ont pris part à la Conférence de haut niveau de Londres sur le commerce illégal des espèces sauvages l'année dernière, avec également la présence du Prince de Gales, du Duc de Cambridge et du Prince Harry et se sont engagés à éradiquer le marché des produits fauniques illégaux, à renforcer les mesures législatives et de lutte contre la criminalité faunique et à travailler avec les communautés pour assurer des moyens de subsistance durables qui protègent également les espèces menacées. 2

 

 

En fin mars 2015, une autre Conférence de haut niveau sur le commerce illégal des espèces sauvages à Kasane, 3 Botswana, évaluera le chemin parcouru depuis l'adoption de la Déclaration de Londres l'année dernière, et les résultats de ce symposium de Johannesbourg seront utilisés pour informer cette importante discussion.

 

Pour d'amples informations, pour s'inscrire à la session de presse de clôture, veuillez contacter :

Katharine Mansell, Chargé de Presse IIED +44 (0)7814 455639 / katharine.mansell@iied.org

 Programme du symposium (PDF, 1 MB)

 

 

NOTES AUX EDITEURS :

1.    Des exemples de référence comprennent le Sommet de l'Eléphant Africain (Botswana, Décembre 2013), la Résolution du Parlement Européen sur les Atteintes à la faune sauvage (Janvier 2014) et la Conférence de haut niveau de Londres sur le commerce illégal des espèces sauvages (Février 2014). 

2.    Le texte intégral de la Déclaration de la Conférence de haut niveau de Londres est disponible ici (PDF).

3.    Le Gouvernement du Botswana a confirmé la date de la Conférence de Kasane pour le 25 mars 2015.

 

Pour plus amples informations sur les partenaires du symposium, visitez :

 

www.acds.co.za
www.ceed.edu.au
www.iied.org
www.iucn.org
https://www.iucn.org/about/union/commissions/sustainable_use_and_livelihoods_specialist_group
www.traffic.org
www.usaid.gov

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019