Talla M., Calaque R. 2014. Durabilité de la foresterie en Afrique Centrale ? En luttant contre la corruption !

 

 

 

 

Leçons tirées des IRR au Cameroun. Document de travail. Yaoundé, Cameroun

 

Les titres : (1)  La corruption : cause majeure de la mauvaise gestion des ressources forestières en Afrique Centrale ? Exemple du racket au Cameroun (2)  La lutte contre la corruption (LCC) pour sortir d’un problème forestier : test de la méthode « Initiative à Résultats Rapides » (IRR) par le MINFOF du Cameroun (3)  Perspectives pour l’amélioration de la gestion forestière en Afrique centrale par la lutte contre la corruption (LCC

 

 

En plus d’être menacée par la démographie et la mauvaise gouvernance territoriale, la forêt d’Afrique Centrale est également menacée par les activités forestières non-durables. La plupart sont illégales et nuisent simultanément à l’autonomie financière de l’Etat, à la pérennité des entreprises vertueuses, à la qualité de vie des communautés rurales et à la survie de la biodiversité. Des techniques à faibles impacts et des incitations politico-économiques ont été validés, via la certification principalement, mais cela reste marginal par rapport aux mauvaises pratiques : cette crise n’est donc pas technique, mais de gouvernance. Les modalités de prise de décision dans le secteur forestier, en particulier concernant l’application des lois, sont minées en premier lieu par la corruption, qui conduit à la surexploitation et donc au déclin.

 

Cependant, la lutte contre la corruption (LCC) dans le secteur forestier s’élève dans la sous-région, notamment au Cameroun, où des méthodes innovantes ont été testées, telles que les Initiatives à Résultats Rapides (IRR). Appliquée au transport des débités issus des forêts communautaires de l’Est Cameroun entre Bertoua et N’gaoundéré, l’IRR a permis en 100 jours de supprimer entièrement les contrôles forestiers illégaux qui reposaient sur un racket, élément parmi d’autre de la corruption du secteur forestier local. Basées sur le coaching des acteurs de terrain autour d’objectifs concrets atteignables rapidement, cette méthode adaptée a démontré pouvoir favoriser des pratiques pertinentes et surtout un changement des mentalités, malgré les multiples obstacles dressés par la corruption. La lutte contre la corruption au Cameroun repose sur une stratégie nationale et nécessite la conjonction de multiples approches, telles que le suivi des dépenses publiques ou la promotion des lanceurs d’alertes. En associant de manière subsidiaire l’IRR à ces autres outils de LCC, les acteurs probes du secteur forestier, qu’ils soient publics, privés, communautaires ou partenaires internationaux, peuvent simultanément contribuer à la conservation des ressources forestières pour les générations futures, et montrer l’exemple à d’autres secteurs pour consolider l’Etat de droit, qui est indispensables pour l’émergence durable et équitable de l’Afrique Centrale.

 

 

Bien vouloir télécharger le document de travail ci-dessous :

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019