Talla M., Calaque R. 2014. Durabilité de la foresterie en Afrique Centrale ? En luttant contre la corruption !

 

 

 

 

Leçons tirées des IRR au Cameroun. Document de travail. Yaoundé, Cameroun

 

Les titres : (1)  La corruption : cause majeure de la mauvaise gestion des ressources forestières en Afrique Centrale ? Exemple du racket au Cameroun (2)  La lutte contre la corruption (LCC) pour sortir d’un problème forestier : test de la méthode « Initiative à Résultats Rapides » (IRR) par le MINFOF du Cameroun (3)  Perspectives pour l’amélioration de la gestion forestière en Afrique centrale par la lutte contre la corruption (LCC

 

 

En plus d’être menacée par la démographie et la mauvaise gouvernance territoriale, la forêt d’Afrique Centrale est également menacée par les activités forestières non-durables. La plupart sont illégales et nuisent simultanément à l’autonomie financière de l’Etat, à la pérennité des entreprises vertueuses, à la qualité de vie des communautés rurales et à la survie de la biodiversité. Des techniques à faibles impacts et des incitations politico-économiques ont été validés, via la certification principalement, mais cela reste marginal par rapport aux mauvaises pratiques : cette crise n’est donc pas technique, mais de gouvernance. Les modalités de prise de décision dans le secteur forestier, en particulier concernant l’application des lois, sont minées en premier lieu par la corruption, qui conduit à la surexploitation et donc au déclin.

 

Cependant, la lutte contre la corruption (LCC) dans le secteur forestier s’élève dans la sous-région, notamment au Cameroun, où des méthodes innovantes ont été testées, telles que les Initiatives à Résultats Rapides (IRR). Appliquée au transport des débités issus des forêts communautaires de l’Est Cameroun entre Bertoua et N’gaoundéré, l’IRR a permis en 100 jours de supprimer entièrement les contrôles forestiers illégaux qui reposaient sur un racket, élément parmi d’autre de la corruption du secteur forestier local. Basées sur le coaching des acteurs de terrain autour d’objectifs concrets atteignables rapidement, cette méthode adaptée a démontré pouvoir favoriser des pratiques pertinentes et surtout un changement des mentalités, malgré les multiples obstacles dressés par la corruption. La lutte contre la corruption au Cameroun repose sur une stratégie nationale et nécessite la conjonction de multiples approches, telles que le suivi des dépenses publiques ou la promotion des lanceurs d’alertes. En associant de manière subsidiaire l’IRR à ces autres outils de LCC, les acteurs probes du secteur forestier, qu’ils soient publics, privés, communautaires ou partenaires internationaux, peuvent simultanément contribuer à la conservation des ressources forestières pour les générations futures, et montrer l’exemple à d’autres secteurs pour consolider l’Etat de droit, qui est indispensables pour l’émergence durable et équitable de l’Afrique Centrale.

 

 

Bien vouloir télécharger le document de travail ci-dessous :

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SYNTHESES DES RAPPORTS D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - CAMEROUN - [Rapports produits en Septembre-Novembre 2019] via les procédures du SNOIE (SYSTEME NORMALISE D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - SNOIE)

Le Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), et ses délégations régionales de l’Est et du Centre ont depuis le 10 décembre 2019, sur leur table quatre rapports de dénonciations des cas d’exploitation forestière illégale dans les régions du Centre et de l’Est. Dans ces rapports produits par les OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015, plusieurs infractions présumées ont été relevées.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC