theguardian : La population de gorilles de montagne dépasse 1 000

 

 

Le nouveau total représente une augmentation de 25 % depuis 2010 dans son centre de l’Afrique centrale. L’augmentation du nombre de gorilles de montagne est un succès pour les efforts de conservation intensifs dans une région troublée. Photo : Brent Stirton/WWF

 

 

C’est l’un des animaux les plus reconnaissables au monde et l’un des plus menacés, mais un nouveau recensement révèle que la population de gorilles de montagne survivants est maintenant supérieure à 1 000 individus.

 

 

Cela représente une augmentation de 25 % depuis 2010 dans son centre du massif de Virunga en Afrique centrale. Il marque également le succès d’un travail de conservation intensif dans une région déchirée par un conflit armé et où six éco-guardes ont été assassinés en avril.

 

 

Le nombre de gorilles de montagne augmente de 10 %

 

 

Sir David Attenborough, dont la rencontre en 1979 avec les grands singes reste un grand moment de la télévision, a déclaré : « Lorsque j’ai visité les gorilles de montagne pour la première fois, la situation était désastreuse : le nombre de ces animaux remarquables était terriblement réduit. Il est donc extrêmement réconfortant de voir comment les efforts de tant de groupes différents - communautés, gouvernements, ONG - ont porté du fruit. »

 

 

Mais Attenborough, un ambassadeur de WWF Royaume-Uni, a mis en garde : « Les menaces pesant sur les gorilles de montagne n’ont évidemment pas complètement disparu, alors maintenant le défi doit être de s’assurer que ces succès surpassent le temps. »

 

 

La rencontre de 1979 l’a fait réfléchir : « Il y a plus de sens et de compréhension mutuelle en échangeant un regard avec un gorille que n’importe quel autre animal que je connais - ils sont tellement comme nous. »

 

 

La nouvelle étude a impliqué 12 équipes couvrant plus de 2 000 km de terrain boisé difficile aux frontières de la République Démocratique du Congo, de l’Ouganda et du Rwanda. Ils ont recherché les signes des animaux, tels que les sites de nidification, et recueilli des échantillons de matières fécales pour une analyse génétique.

 

 

L’étude a révélé que la population de Virunga est passée à 604, dans 41 groupes sociaux, comparé aux 480 individus recensés lors de la dernière étude de 2010. Le seul autre endroit où survivent les gorilles de montagne est le parc national Impénétrable de Bwindi en Ouganda, où le dernier recensement en 2012 avait permis d’identifier plus de 400 animaux.

 

 

L’augmentation du nombre suit l’introduction de gardes de parc, de soins vétérinaires, de projets de soutien de la communauté et du tourisme régulé. Cependant, l’enquête a révélé que les menaces directes provenant des pièges à câbles ou à cordes persistent. Ceux-ci sont posés par des gens pour attraper les antilopes pour la subsistance, mais peuvent tuer ou nuire aux gorilles.

 

Rangers dans le parc national de Virunga. Le mois dernier, cinq rangers et un chauffeur ont été tués dans une embuscade. Photo : Brent Stirton/WWF

 

 

Six gardes du parc des Virunga tués dans le sanctuaire de faune en RDC

Les équipes de recherche ont détruit plus de 380 pièges et en ont découvert une contenant un gorille de montagne mort. Selon WWF, d'autres nouvelles menaces planent à l'horizon, notamment le changement climatique et la destruction de l'habitat pour le développement.

Publicité

Alison Mollon, de Fauna & Flora International, a déclaré que le gorille de montagne était au bord de l’extinction dans les années 1970 : « [Mais] nous devons rester extrêmement vigilants, en particulier pour la menace que représente la transmission de maladies transmises par l’homme qui sont relativement inoffensives pour nous mais potentiellement mortelles pour d’autres primates. »

En avril, cinq rangers et un chauffeur ont été tués dans une embuscade dans le parc national des Virunga en République Démocratique du Congo. La perte de la vie a été la pire de l’histoire du parc national, où plus de 170 gardes sont morts en protégeant les animaux au cours des 20 dernières années.

 

Les gorilles sont beaucoup plus nombreux qu’on ne le pensait, révèle une étude

 

Toujours en avril, une autre étude majeure a révélé qu’il y a beaucoup plus de gorilles des plaines de l’Ouest  qu’on ne le pensait auparavant, soit autant que le double des estimations antérieures. Le gorille des plaines de l’ouest, qui représente 99 % de tous les gorilles vivants, compte maintenant environ 360 000 animaux. Mais ces populations ont chuté de 20 % en seulement huit ans en raison des menaces qui selon les chercheurs, se résument « armes à feu, germes [arbres abattus] ».

 

 

Puisque que vous êtes là...

...Nous avons une petite faveur à vous demander. Plus de personnes lisent le Guardian que jamais, mais les revenus publicitaires dans les médias baissent rapidement. Et contrairement à de nombreuses organisations de presse, nous n'avons pas mis en place de pare-feu - nous voulons garder notre journalisme aussi ouvert que possible. Vous pouvez donc voir pourquoi nous avons besoin de votre aide. Le journalisme d’investigation indépendant du Guardian demande beaucoup de temps, d’argent et de travail. Mais nous le faisons parce que nous croyons que notre point de vue est important - parce que cela pourrait bien être aussi votre point de vue.

 

 

 

J’apprécie qu’il n’y ait pas de paywall : il est plus démocratique que les médias soient disponibles pour tous et non pas une marchandise à la portée de seulement quelques privilégiés. Je suis heureux d’apporter une contribution afin que les moins nantis aient encore accès à l’information. Thomasine, Suède.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Etude sur la valorisation durable de la faune dans le bassin du Congo occidental : avant qu’il ne soit trop tard !

Le bassin du Congo occidental se vide rapidement de sa faune. Le bassin du Congo occidental (défini ici comme regroupant le Cameroun, le Gabon, la République centrafricaine, et la République du Congo) perd rapidement une grande partie de ses animaux sauvages à cause du braconnage et de la chasse non durable. Cette tendance touche de nombreuses espèces qui subissent la pression de la chasse pour la viande de brousse et pour l’exportation commerciale, pour des produits animaliers de haute valeur, ainsi que la dégradation de l’habitat.

En savoir plus...

Enregistrer la date : 18ème Réunion des Parties du PFBC - Bruxelles, Royaume de Belgique, 27 au 28 novembre 2018

La 18ème Réunion des Parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) aura lieu les 27 et 28 novembre 2018 à Bruxelles en Belgique. Thème central : « Vers un avenir durable pour les forêts du bassin du Congo, leurs habitants, leur flore et leur faune »

En savoir plus...

ATIBT-Aux arbres : l’ATIBT intervient au 1er événement de sensibilisation grand public aux forêts

15.06.2018 C’est une première ! Vendredi et samedi derniers était organisé par la Fondation Maisons du Monde un événement grand public autour de la préservation des forêts, du climat et de la biodiversité, à Nantes.

En savoir plus...

ATIBT : Nouvelle édition du Racewood au sein du Gabon WoodShow

Les 21 et 22 juin, l’ATIBT a organisé le Racewood à Libreville, dans le cadre plus large du Gabon WoodShow, premier salon du bois dans le bassin du Congo. L’ATIBT a décidé de profiter du lancement du premier salon du bois et de la technologie au Gabon cette année, le Gabon WoodShow, pour s’associer à l’événement et y tenir une nouvelle édition du Racewood.

En savoir plus...

L’ATIBT et la COMIFAC signent une convention de collaboration lors du Racewood

 L’ATIBT et la COMIFAC ont signé une convention de collaboration lors du Racewood le 21 juin, à Libreville (Gabon). Le Racewood de l’ATIBT demeure l’un des évènements essentiels de la filière bois tropicaux. Il représente une occasion majeure sur le continent africain de mise en relation multi-partenaire. Pendant deux jours, les acteurs clefs de la filière se rencontrent et échangent : bailleurs, agences de développement, décideurs politiques, ONG, société civile, représentants des pays, chercheurs, scientifiques, organismes de formation, syndicats, producteurs, aménagistes, importateurs et industriels.

En savoir plus...

UICN: La France accueillera le Congrès mondial de la nature de l'UICN 2020

Marseille, France - Le ministère français de la Transition écologique et solidaire et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ont signé aujourd’hui un accord afin d’organiser conjointement le prochain Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en 2020 à Marseille.

En savoir plus...

UICN : Dire « non » à l’huile de palme ne ferait que déplacer la perte des espèces, sans y mettre un terme - le rapport de l’UICN

Paris, 26 juin 2018 (UICN) - Interdire l’huile de palme augmenterait très certainement la production d’autres cultures oléagineuses pour répondre à la demande d’huile, et ne ferait ainsi que déplacer, sans arrêter, l’appauvrissement significatif de la biodiversité à l’échelle mondiale causé par l’huile de palme, met en garde un rapport de l’UICN publié aujourd’hui.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo au cœur de l'Assemblée générale du FEM - Secrétariat du FEM: Table-Ronde de Haut Niveau sur les Paysages du Bassin du Congo, 28 Juin 2018, Assemblée du FEM, Da Nang, Viet Nam

GEF - Secrétariat : Résumé de la Table ronde de haut niveau sur les Paysages du Bassin du Congo du 28 juin 2018, Salle de bal Ariyana, Assemblée GEF, Da Nang, Viet Nam - Environ 70 personnes ont participé à cette table ronde de haut niveau modérée par Mme Cyriaque Sendashonga, Directrice Globale des Programmes et Politiques à l’UICN. Les discussions ont porté sur la protection de la biodiversité mondiale importante dans les aires protégées, la gestion de la biodiversité hors des aires protégées à travers des approches paysages à grande échelle, l'importance des communautés dépendantes des forêts et des connaissances traditionnelles ...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018