Unenvironment : Signature d’un accord historique pour protéger la plus grande tourbière tropicale au monde

 

 

  • L'équivalent de trois années d'émissions mondiales de gaz à effet de serre est stocké dans les tourbières du Congo.
  • La Déclaration de Brazzaville vise à mettre en œuvre la coordination et la coopération entre différents secteurs gouvernementaux pour protéger les avantages procurés par les écosystèmes de tourbières.
  • L’accord est le début d’une collaboration étroite entre l’Indonésie - couverte par de vastes étendues de tourbières - et le Bassin du Congo. 

 

 

Brazzaville, 23 mars 2018 - Dans une action sans précédent pour protéger la région de la Cuvette Centrale dans le Bassin du Congo, les plus grandes tourbières tropicales du monde, de l’utilisation non réglementée des terres et empêcher son drainage et sa dégradation, la République Démocratique du Congo (RDC), le Congo et l'Indonésie ont signé conjointement la déclaration de Brazzaville qui promeut une meilleure gestion et conservation de ce magasin de carbone d'importance mondiale.

 

 

L’enjeu de la protection de ces tourbières est important : l’équivalent de trois années d’émissions mondiales de gaz à effet de serre est stocké dans le Bassin du Congo ; ces émissions qui pourraient être dégagées si les tourbières se dégradaient ou si les zones humides naturelles étaient drainées.

 

 

Pour préserver l’avenir de ces précieuses tourbières naturelles - qui sont à peu près de la taille de l’Angleterre et qui n’ont été cartographiées scientifiquement dans leur intégralité pour la première fois l’année dernière - la RDC et la République du Congo ont établi un accord de collaboration transfrontalière. L’accord a souligné l’importance d’une bonne utilisation des terres et d’une planification des infrastructures qui tiennent compte de la nature des tourbières.

 

 

« La conservation et le développement peuvent aller de paire », a déclaré Erik Solheim, Chef de ONU Evironnement. « Nous parviendrons à conserver les tourbières si nous accordons la priorité aux besoins des populations. Nous pouvons aider les pays à mieux comprendre la nature unique des tourbières et à planifier très soigneusement leur utilisation potentielle. »

 

 

Les tourbières sont des milieux humides qui contiennent un mélange de matières organiques décomposées, partiellement submergées dans une couche d'eau, manquant d'oxygène. La biodiversité complexe des tourbières signifie qu'elles abritent une variété d'espèces, mais leur teneur élevée en carbone les rend particulièrement vulnérables à l'incinération si elles sont drainées.  La déclaration reconnaît l’importance de la percée scientifique de la cartographie de la plus grande zone de tourbières tropicales au monde.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Environews : Mise au point des activités du Groupe inter-bailleurs pour l’Environnement, GIBE en RDC

Cette rencontre a permis aux participants de faire un point sur la réponse conjointe du GIBE au ministre des hydrocarbures concernant le déclassement d’une partie des parcs nationaux de Virunga et Salonga.  Sur ce, l’USAID a informé le groupe que la lettre a été revue à la demande des Ambassadeurs de l’Union européenne, des Etats-Unis, du Canada et de la Suisse pour qu’elle soit élevée au niveau des Ambassadeurs et qu’elle soit plutôt adressée au Premier Ministre.

En savoir plus...

Rainforest Pétition : Non au sacrifice des primates pour le pétrole !

Des grands singes menacés par les hommes et leur soif de pétrole. Ainsi se résume le destin des gorilles et des bonobos dans le bassin du Congo. Le gouvernement veut réduire les aires protégées des Virunga et de la Salonga car elles renferment du pétrole. Empêchons l’exploitation des ressources naturelles au détriment des primates.

En savoir plus...

IISD: Congrès mondial sur le bambou et le rotin

25-27 Juin 2018 | Beijing, Chine. Le dernier jour du Congrès mondial du bambou et du rotin (BARC 2018) a porté sur les innovations technologiques et les affaires. Les scientifiques et les entrepreneurs ont présenté leur travail de développement de matériaux à base de bambou de haute performance qui ont été utilisés dans une grande variété de contextes, par exemple, dans la construction de bâtiments, le transport et les poteaux du réseau électrique. Les participants ont également discuté des aspects sociaux du bambou et du rotin dans les moyens de subsistance et l'autonomisation des femmes.

En savoir plus...

GEF: Nouveau programme de travail du FEM au profit des pays les plus vulnérables

Les communautés locales en Afrique bénéficieront d’une aide pour préserver leurs forêts tropicales, la deuxième plus petite nation du monde sera accompagnée dans le passage des combustibles fossiles aux énergies renouvelables et 13 gouvernements seront soutenus dans la préparation des rapports sur les progrès qu’ils font pour lutter contre le changement climatique, à travers des projets approuvés aujourd’hui par le 54e Fonds pour l’environnement mondial (GEF) à Da Nang, au Vietnam.

En savoir plus...

GEF : Sommet des leaders virtuels sur le climat annoncé lors de l’Assemblée du FEM

Une cinquantaine de chefs de gouvernement tiendront le premier sommet virtuel au monde pour renouveler l’élan politique dans la lutte contre le changement climatique, a annoncé Hilda Heine, Présidente des Îles Marshall lors de l’ouverture de l’Assemblée du Fonds pour l’Environnement Mondial le 27 juin à Da Nang, Vietnam, à l’appréciation de la communauté internationale. Photo par IISD/ENB | Sean Wu

En savoir plus...

Le FVC et le FEM harmonisent les mesures pour suivre le leadership des pays en développement dans le financement climatique

DA NANG, 27 JUIN 2018. Le Fonds Vert pour le Climat (FVC) et le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) ont convenu hier de prendre des mesures conjointes pour améliorer les flux de financement climatique afin de répondre au mieux aux besoins des pays en développement.

En savoir plus...

Willagri : La crise de la filière européenne du bois tropical en Afrique centrale

Début 2018, la branche Afrique du Groupe Rougier annonce son dépôt de bilan. C’est un choc pour la profession forestière tropicale et les observateurs de l’industrie du bois en Afrique. Entreprise familiale cotée en bourse, la société Rougier fondée en 1923 à Niort, est une des plus anciennes et des plus importantes sociétés exploitant du bois en Afrique. Ses premières exploitations d’okoumé ayant commencé dans les années 1950 au Gabon, elle est également présente au Cameroun, au Congo et, depuis 2015, en Centrafrique (RCA). La surface totale détenue en concession par le groupe Rougier s’élève à plus de 2,3 millions d’hectares et il emploie 3000 salariés, essentiellement en Afrique. Il devrait se désengager totalement ou partiellement de ses activités d’exploitation, sauf au Gabon.

En savoir plus...

6 ième Assemblée Générale du FEM au Vietnam : La COMIFAC pour le Bassin du Congo mobilise avec succès, rehausse son importance et sa visibilité au niveau international

Da Nang, Vietnam, 27 et 28 juin 2018 – La Commission des Forêts d’Afrique centrale a organisé en étroite collaboration avec le Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC, au « Gallery Room » du Furama Resort du Centre de Conférences Da Nang, un événement parallèle de haut niveau en marge de la 6 ième  Assemblée Générale du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) sous le thème central : « Les écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale : Poumon méconnu de la planète, enjeux nouveaux, défis et perspectives ».

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018