TRAFFIC : Wildlife TRAPS - Réponse, évaluation et établissement des priorités en matière de lutte contre le commerce des espèces sauvages

 

Wildlife TRAPS : « Protégera la biodiversité mondiale de la menace du commerce illicite des espèces sauvages à travers le renforcement de la base de connaissances, la détermination et de la coopération des gouvernements, des organisations intergouvernementales, du secteur privé et des ONG, dans la lutte contre le trafic des espèces sauvages entre l'Afrique et l'Asie...

 

Quel est le problème ?

 

Au cours de la dernière décennie, une forte augmentation de la demande en ressources naturelles africaines est devenue perceptible en Asie. Le commerce entre la Chine et des pays tels que le Cameroun, la République du Congo, la Guinée équatoriale et le Gabon se chiffre désormais à plus de 160 milliards de dollars USD p/a. L'ampleur des investissements consentis dans les mines, la fabrication, la foresterie et la pêche permet de dynamiser des économies fragiles, de développer les infrastructures et de fournir des opportunités essentielles de progrès significatifs par rapport aux OMD.

 

Néanmoins, des défis majeurs émergent également, notamment la montée rapide du braconnage et du commerce des espèces menacées. L'abattage illégal des espèces terrestres de taille telles que les éléphants et les rhinocéros, et des espèces marines telles les requins et les ormeaux, est désormais à l'origine d'une crise de la conservation. L'Assemblée générale des Nations Unies a exprimé sa préoccupation selon laquelle le phénomène porte préjudice à la souveraineté de l'État et à l’État de droit ; la criminalité faunique est également soupçonnée de favoriser d'autres types de crimes transfrontaliers organisés tels que le trafic de drogues et la traite des humains.

 

L'année dernière, plus de 25 000 éléphants ont été tués à travers l'Afrique et 668 rhinocéros ont été tués en Afrique du Sud seulement – soit une augmentation de 5 000 % par rapport à 2007

 

Ces tendances alarmantes sont principalement dues à la richesse accrue en Asie de l'Est et du Sud-est, où certains consommateurs acquièrent des produits illicites comme stratégie d'investissement, ou pour étaler leur richesse, pour des raisons présumées de santé ou pour consolider ou améliorer leur statut social. Les interventions visant à lutter contre ces facteurs ne seront pas efficaces sans une action internationale urgente pour endiguer l'offre en plein essor.

 

Que va faire Wildlife TRAPS à ce sujet ?

 

Wildlife TRAPS : « Protégera la biodiversité mondiale de la menace du commerce illicite des espèces sauvages à travers le renforcement de la base de connaissances, de la détermination et de la coopération des gouvernements, des organisations intergouvernementales, du secteur privé et des ONG, dans la lutte contre le trafic des espèces sauvages entre l'Afrique et l'Asie »

 

Avec le soutien de l'USAID, sur les trois prochaines années, TRAFFIC, en collaboration avec l'UICN, concevra, développera et établira une série de partenariats et d’approches novateurs pour lutter contre la criminalité faunique entre l'Afrique et l'Asie.

 

L'initiative Wildlife TRAPS visera à accroître la compréhension du caractère et de l'ampleur réels de la réponse internationale nécessaire pour atteindre cet objectif, comme une première étape essentielle à l'établissement des priorités, l'identification des points d'intervention et de test d’approches non traditionnelles.

 

Une approche en trois phases sera adoptée dans le cadre de cette initiative. L'accent sera mis sur :

 

1. Phase I : L’amélioration de la compréhension de la situation et des tendances du commerce illégal des espèces sauvages, en mettant l'accent sur les canaux de commercialisation des espèces menacées entre l'Afrique et l'Asie

 

2. Phase II : L’accroissement de la collaboration internationale autour des actions visant à réduire et à contrôler le commerce illégal des espèces sauvages entre l'Afrique et l'Asie ;

 

3. Phase III : L’identification, l’information et la facilitation des efforts gouvernementaux et intergouvernementaux, des ONG et des collaborateurs du secteur privé touchés par le trafic illégal des espèces sauvages.

 

Certains des principes qui seront utilisées dans Wildlife TRAPS comprendront :

 

Mettre l'accent sur le commerce entre l'Afrique et l'Asie, assurer que Wildlife TRAPS intègre de façon productive les structures et les relations qui combattent déjà la criminalité faunique en Afrique et en Asie

 

• Adopter une approche perspicace/basée sur des faits

• Développer la confiance et faciliter le dialogue entre les acteurs établis, ainsi qu’avec les acteurs moins traditionnels de la conservation

 

Pour de plus amples informations et la source des images, bien vouloir consulter ci-après  le dépliant du projet: ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC