WWF-TRAFFIC: La Chine détruit l’ivoire saisi dans une manœuvre symbolique

 

Guangdong (Chine), 6 Janvier 2014 - Le gouvernement chinois a détruit 6.15 tonnes d’ivoire illégal saisies pour démontrer le soutien absolu de la Chine à l’action internationale de s’attaquer au braconnage effréné des éléphants et le commerce illégal de l’ivoire. La Chine est le premier pays au monde en termes de consommation d’ivoire trafiqué, la majorité duquel vient des éléphants tués en Afrique.

 

Tom Miliken, l’expert sur le commerce de l’ivoire à TRAFFIC a dit : « La destruction de l’ivoire saisi est un acte public très important qui a le potentiel d’avoir un effet significatif sur le commerce illégal d’ivoire, ainsi que les autres efforts du gouvernement pour réduire la demande.»

 

La Chine a indiqué auparavant son empressement à lutter contre le commerce illégal d’ivoire : la destruction de l’ivoire se déroule juste quelques semaines après que huit citoyens chinois aient été détenus et condamnés de 3 à 15 ans de prison pour le trafic de 3.2 tonnes d’ivoire.

 

Fan Zhiyong, chef du programme sur les espèces sauvages  au WWF-Chine a dit : « Le WWF croit que la destruction de l’ivoire est une signe du soutien du gouvernement pour améliorer l’application de la loi contre le commerce illégal de l’ivoire et qu’il soutiendra l’action internationale contre le braconnage des éléphants et le commerce illicite des espèces sauvages. »

 

« Des dizaines de milliers d’éléphants africains sont tués par les braconniers à cause de la forte demande en ivoire. Le geste de la Chine est une implication totale du gouvernement à anéantir le marché illégal de l’ivoire en Chine et à garantir la survie des éléphants de l’Afrique. »

 

Bien que la Chine ait un marché légal de l’ivoire basé sur des stocks qui datant d’avant  l’interdiction du commerce internationale de l’ivoire et la vente ‘exceptionnelle’ de l’ivoire avec quatre pays africains en 2008, selon les règles de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages (CITES), l’ivoire saisi ne peut pas être utilisé pour les raisons commerciales.

 

Miliken a ajouté : « Les actions de la Chine ont plus de potentiel qu’aucun autre pays à renverser les tendances en hausse du braconnage des éléphants et le trafic illégal d’ivoire.»

 

Les officiels du gouvernement avec des observateurs, dont les représentants de plusieurs ambassades en Chine, CITES, le Bureau du Programme des Nations Unies pour l'environnement, le bureau de l’IUCN en Chine, et certains organisations internationales non-gouvernementales comme le WWF et TRAFFIC, étaient présents à la cérémonie de destruction de l’ivoire aujourd’hui.

 

Le Gabon, les Philippines et les Etats Unis ont tous détruit leurs stocks d’ivoire récemment et la France a indiqué son intention de le faire prochainement.

 

Le WWF et TRAFFIC croient que la façon la meilleure et la plus transparente de détruire les stocks d’ivoire est par la mise en place d’un système fiable de gestion des stocks d’ivoire. La documentation rigoureuse de tous les stocks d’ivoire doit être assurée et il faut produire un inventaire détaillé de l’ivoire en attente d’être détruit. Les contrôles indépendants peuvent s’assurer que la quantité de l’ivoire destinée à la destruction correspond vraiment au total détruit, pour s’assurer que l’ivoire ne puisse pas retourner dans les marchés illégaux et par conséquence nourrir encore le commerce illégal.

 

Pour  plus  d'informations  et  de  renseignements,  veuillez  contacter :

 

WWF: Alona Rivord, arivord@wwfint.org, direct +41 22 364 9250, mobile +41 79 959 1963

 

TRAFFIC: Richard Thomas, richard.thomas@traffic.org, direct +44 1223 279 068, mobile +44 752 6646 216

 

Images credits: TRAFFIC

La version PDF du communiqué de presse est disponible ci-dessous:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SEP2D : Lancement de la seconde revue de l'évaluation mondiale de l'IPBES par les gouvernements et les experts

L’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) lance une revue externe de l’évaluation mondiale de la biodiversité jusqu’au 29 juin 2018 (documents disponibles depuis le 14 mai). Le souhait de l’IPBES est que cette démarche concerne le plus large panel de réviseurs : « experts intéressés et qualifiés, y compris scientifiques, décideurs, praticiens et autres détenteurs de connaissances ».

En savoir plus...

FNUF : Le Forum sur les forêts achève ses travaux en adoptant une stratégie de communication sur la mise en œuvre du Plan stratégique de l’ONU sur les forêts

Pendant une semaine, le Forum a examiné, à titre prioritaire, la mise en œuvre du Plan stratégique sur les forêts qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  La planète perd en moyenne 13 millions d’hectares de couvert forestier par an.

En savoir plus...

Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

En savoir plus...

Harmattan : La gouvernance climatique au Cameroun

La multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations) du fait de la hausse de la température mondiale a conduit les États de la planète à mettre la question du changement climatique sur leur agenda politique. Le Cameroun n’en fait pas exception. Traiter de la gouvernance climatique au Cameroun conduit nécessairement à analyser comment se construit l’action publique de lutte contre le changement climatique au Cameroun. Elle apparaît comme une configuration d’action publique multi-niveaux. Ainsi, la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en constitue l’arène climatique globale.

En savoir plus...

L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

Le Gabon et la République du Congo font des déclarations forte sur le point concernant les discussions générales (point 6) et sur les remarques de clôtures… la COMIFAC rehaussée dans le plaidoyer des Ministres au FNUF 13...

En savoir plus...

Afdb : Afrique de l’Ouest : le 3 ème Forum sur le financement climatique et des énergies propres s’achève à Abidjan sur un succès

La troisième édition du Forum sur le financement climatique et des énergies propres en Afrique de l’Ouest (WAFCCEF-3, sigle en anglais) a eu lieu jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye de la Banque africaine de développement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence de représentants d’institutions internationales, de promoteurs privés, d’experts en énergie ainsi que de nombreux enseignants-chercheurs et étudiants.

En savoir plus...

Entrée diplomatique et politique réussie du Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de la Belgique du PFBC

Du 19 au 20 avril 2018, le Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC a effectué une mission à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Entre autres au programme de cette importante mission, une table ronde des Chefs de Missions des partenaires du PFBC, une visite du Facilitateur au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des réunions avec les partenaires techniques et les représentants des différents collèges du PFBC au tour de la nouvelle vision et orientation stratégique de la Feuille de route de la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC.

En savoir plus...

Le Facilitateur du PFBC à la rencontre des acteurs de la société civile et du Secteur privé…

Durant sa mission du 19 au 20 Avril 2018, Le Facilitateur du PFBC a rencontré successivement les acteurs de la société civile et du Secteur privé..

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018