WWF-TRAFFIC: La Chine détruit l’ivoire saisi dans une manœuvre symbolique

 

Guangdong (Chine), 6 Janvier 2014 - Le gouvernement chinois a détruit 6.15 tonnes d’ivoire illégal saisies pour démontrer le soutien absolu de la Chine à l’action internationale de s’attaquer au braconnage effréné des éléphants et le commerce illégal de l’ivoire. La Chine est le premier pays au monde en termes de consommation d’ivoire trafiqué, la majorité duquel vient des éléphants tués en Afrique.

 

Tom Miliken, l’expert sur le commerce de l’ivoire à TRAFFIC a dit : « La destruction de l’ivoire saisi est un acte public très important qui a le potentiel d’avoir un effet significatif sur le commerce illégal d’ivoire, ainsi que les autres efforts du gouvernement pour réduire la demande.»

 

La Chine a indiqué auparavant son empressement à lutter contre le commerce illégal d’ivoire : la destruction de l’ivoire se déroule juste quelques semaines après que huit citoyens chinois aient été détenus et condamnés de 3 à 15 ans de prison pour le trafic de 3.2 tonnes d’ivoire.

 

Fan Zhiyong, chef du programme sur les espèces sauvages  au WWF-Chine a dit : « Le WWF croit que la destruction de l’ivoire est une signe du soutien du gouvernement pour améliorer l’application de la loi contre le commerce illégal de l’ivoire et qu’il soutiendra l’action internationale contre le braconnage des éléphants et le commerce illicite des espèces sauvages. »

 

« Des dizaines de milliers d’éléphants africains sont tués par les braconniers à cause de la forte demande en ivoire. Le geste de la Chine est une implication totale du gouvernement à anéantir le marché illégal de l’ivoire en Chine et à garantir la survie des éléphants de l’Afrique. »

 

Bien que la Chine ait un marché légal de l’ivoire basé sur des stocks qui datant d’avant  l’interdiction du commerce internationale de l’ivoire et la vente ‘exceptionnelle’ de l’ivoire avec quatre pays africains en 2008, selon les règles de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages (CITES), l’ivoire saisi ne peut pas être utilisé pour les raisons commerciales.

 

Miliken a ajouté : « Les actions de la Chine ont plus de potentiel qu’aucun autre pays à renverser les tendances en hausse du braconnage des éléphants et le trafic illégal d’ivoire.»

 

Les officiels du gouvernement avec des observateurs, dont les représentants de plusieurs ambassades en Chine, CITES, le Bureau du Programme des Nations Unies pour l'environnement, le bureau de l’IUCN en Chine, et certains organisations internationales non-gouvernementales comme le WWF et TRAFFIC, étaient présents à la cérémonie de destruction de l’ivoire aujourd’hui.

 

Le Gabon, les Philippines et les Etats Unis ont tous détruit leurs stocks d’ivoire récemment et la France a indiqué son intention de le faire prochainement.

 

Le WWF et TRAFFIC croient que la façon la meilleure et la plus transparente de détruire les stocks d’ivoire est par la mise en place d’un système fiable de gestion des stocks d’ivoire. La documentation rigoureuse de tous les stocks d’ivoire doit être assurée et il faut produire un inventaire détaillé de l’ivoire en attente d’être détruit. Les contrôles indépendants peuvent s’assurer que la quantité de l’ivoire destinée à la destruction correspond vraiment au total détruit, pour s’assurer que l’ivoire ne puisse pas retourner dans les marchés illégaux et par conséquence nourrir encore le commerce illégal.

 

Pour  plus  d'informations  et  de  renseignements,  veuillez  contacter :

 

WWF: Alona Rivord, arivord@wwfint.org, direct +41 22 364 9250, mobile +41 79 959 1963

 

TRAFFIC: Richard Thomas, richard.thomas@traffic.org, direct +44 1223 279 068, mobile +44 752 6646 216

 

Images credits: TRAFFIC

La version PDF du communiqué de presse est disponible ci-dessous:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019