UA-CEAC-CEEAC-FAO: Gouvernance foncière en Afrique Francophone

 

Du 04 au 06 Décembre 2012,  s’est tenu à Yaoundé-Cameroun, un important atelier technique sur le thème la gouvernance des régimes fonciers en Afrique francophone : enjeux et opportunités.

 

Organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement rural du Cameroun et la Commission Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), cet atelier a connu la participation d’une centaine de participants venus de plusieurs pays d’Afrique francophone (Afrique centrale, Afrique de l’Ouest et l’Océan indien) et de représentants des institutions régionales ou internationales (FAO, UNECA, CEEAC, FIDA) afin d’changer autour d’un outil élaboré par la FAO, pour promouvoir la gouvernance foncière, à savoir : les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

 

Cet atelier dont l’objectif était de faciliter aux participants une compréhension des directives volontaires et d’impulser la réflexion sur l’utilisation de ces Directives dans les pays, a été marqué par trois (03) temps forts.

 

  1. 1.     La cérémonie d’ouverture

Elle a été marquée par deux allocutions de circonstance prononcées par le Représentant résident de la FAO Cameroun et le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural.  Ces derniers ont relevé le fait que les Directives volontaires constituent un instrument qui se veut une contribution pour la gouvernance des terres, des pêches et des forêts.et de ce fait l’atelier se présente comme une opportunité donnée aux participants de s’approprier de cet instrument pour une meilleure mise en œuvre dans les différents pays de l’espace de la francophone .

 

  1. 2.     Séance plénière

Il a été question des présentations et des débats en plénière et travaux en groupe

 

Les présentations ont porté sur :

 

  • Les directives volontaires, où jean-Claude Nguinguiri a parlé du contexte, Patrice Talla du contenu et Anni Arial du développement.
  • Les initiatives régionales et nationales relatives aux politiques foncières à travers divers expérience : Sénégal, Cameroun, République Démocratique du Congo et Madagascar, à travers l’expérience « ELGAF ».
  • Les expériences menées ou en cours comme le « REDD+ » par « Land and Policy Initiative ».
  • Les études de cas  préparées et présentées par les Représentants de la République Centrafricaine, de la Côte-d’Ivoire, de la Guinée,
  • Le FIDA le programme de son institution et les activités menées, présenté par son Représentant.

 

Chacune de ces présentations a donné lieu a de vive contribution de la part des participants en plénière et groupe. Ces échanges sont venus enrichir les directives volontaires et conduit à la formulation des recommandations dont les principales sont les suivantes :

 

  • Mise en cohérence de la législation en vigueur dans chaque pays ;
  • Cadre de référence à adapter selon les pays ; opportunités pour des plateformes d’échanges ;
  • Faire des Directives volontaires un outil de renforcement des capacités et d’évaluation de la mise en œuvre de la politique de réforme ; d’harmonisation des programmes ; un guide permettant une meilleure prise de décisions ; une motivation pour une meilleure gouvernance foncière ; un instrument de plaidoyer pour les politiques agricoles ;
  • Les Directives volontaires : occasion de revoir le cadre juridique et la politique foncière ; de procéder à une élaboration ou révision des textes existants sur le genre, les peuples indigènes… ;
  • Réduction des crises, des conflits, notamment ceux résultant des situations informelles;
  • Mettre en place une structure de veille ; création d’un processus endogène de gestion et de pilotage des questions foncières ; informations, sensibilisation, diffusion et vulgarisation par les médias ;
  • Impliquer les universitaires, former les producteurs, parlementaires et les médias.

 

Pour une meilleure implémentation de ces Directives volontaires tant à l’échelle étatique que sous régionale, les participants ont identifié certaines activités prioritaires. A savoir :

 

  • Remise officielle des Directives volontaires par la FAO ;
  • Désignation par chaque Etat d’un point focal et mise en place de commissions au niveau des Etats sur le foncier ;
  • Organisation d’un atelier national de partage des directives (sensibilisation et formation) et de développement des thématiques ;
  • Création par le point focal d’un cadre pour l’évaluation de la gouvernance foncière ;
  • Appui du plaidoyer des acteurs de la société civile ; établissement d’un lien avec les autres réseaux/initiatives (LPI, LGAF) ;
  • Vulgarisation des Directives volontaires et sensibilisation sur les politiques nationales foncières ;
  • Renforcement des capacités par des formations pour une appropriation adéquate des Directives volontaires par toutes les parties prenantes, y compris les populations ;
  • Appui des partenaires techniques et financiers ;
  • Interface entre acteurs (société civile/ONG) et les Etats.
  1. 3.     La cérémonie de clôture

Deux prises de parole ont marqué cette étape finale. Celle du Représentant de la FAO au Cameroun et celle du Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Dans leur intervention, ils ont exprimé leur reconnaissance à tous ceux qui de près ou de loin ont participé à la réussite de cet atelier, notamment la FAO, le CEEAC, le CEA, les institutions, les participants, le rapporteur général et le modérateur. Et ils ont reconnu que cet atelier aura permis aux différents pays représentés d’avoir des bases pour une bonne gouvernance foncière.

 

Pour votre information, veillez consulter les documents ci-dessous en cliquant ici.

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Proposition de plan d’action pour l’amélioration de la transparence dans les processus APV FLEGT et REDD+

Dans l’optique de contribuer à l’amélioration de la transparence dans les processus APV FLEGT et REDD+, un plan d’action triennal (2018-2020) a été proposé par les acteurs du secteur forêt et environnement, réunis à un atelier pour l'évaluation de la transparence dans les deux processus (APV et REDD+).

En savoir plus...

Conférence Internationale « La recherche pour la conservation de la Biodiversité et des Services Ecosystémiques (CIBES 18)

Aux lendemains de la publication des résultats de la première évaluation Afrique de l’IPBES, s’est tenue à Kinshasa du 24 au 26 juillet 2018, une conférence internationale sur le thème : « la recherche pour la conservation de la biodiversité et des services écosystémiques. Etat des lieux, enjeux et solutions pour la RDC », CIBES 18 en sigle. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

COMMUNIQUE FINAL : Atelier d’évaluation participative de la transparence dans le secteur forestier et environnemental au Cameroun

Du 03 au 04 juillet 2018, s'est tenu dans la salle de conférence Chalet Bantu de l’hôtel Le Paradis à Kribi, un atelier d’évaluation participative de la transparence dans le secteur forestier et environnemental au Cameroun.

En savoir plus...

Rapport annuel 2017 de la Fondation pour le Trinational de la Sangha-FTNS

Du 1er janvier au 31 décembre 2017, le bilan risque d’être long à dresser, tellement les actions menées sont nombreuses et variées ! Que retenir donc parmi la multitude de projets mis en œuvre dans le complexe transfrontalier du TNS ?

En savoir plus...

Radiookapi-Haut-Uele : la délégation chargée d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens à Dungu

La délégation déployée lundi 23 juillet dans le territoire de Dungu pour le lancement de l’opération d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens et éprouve d’énormes difficultés pour remplir sa mission.

En savoir plus...

Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux, Belgique devient le 108e membre du PFBC

C’est avec beaucoup de plaisir que la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC et l'ensemble des partenaires du PFBC accueillent chaleureusement l’adhésion de Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux qui s’engage à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC.

En savoir plus...

REDD+ au Cameroun : 850 millions de Fcfa pour cinq projets développés au sein des Communes/Groupements de communes par Le PNDP

Dans le cadre de l’implémentation du processus REDD+ et de la lutte contre les changements climatiques au Cameroun, le Programme National de Développement Participatif (PNDP) participe comme acteur majeur, au niveau national avec la mise en œuvre des projets pilotes REDD+ et accompagne le gouvernement à travers le Secrétariat Technique REDD+ à la réalisation des études et réflexions, à l’élaboration des outils et documents de stratégie pour l’implémentation du processus REDD+ au Cameroun.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier national de lancement de la Composante CAMEROUN du projet régional CBSP-Partenariats pour la conservation de la biodiversité : financement durable des systèmes d’aires protégées dans le Bassin du Congo-PIMS 3447

L’atelier national de lancement de la composante Cameroun du Projet Régional s’est tenu le 5 juillet 2018 à l’Hôtel Djeuga Palace à Yaoundé. Au terme des présentations et des échanges, les participants ont formulé les recommandations suivantes :A l’endroit du PNUD: Prendre le « lead » en vue de coordonner le plaidoyer en vue de la signature et la mise en place de l’agence de gestion des aires protégées...A l’endroit du MINFOF: Relancer le projet de création de l’agence de gestion des aires protégées...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018