UA-CEAC-CEEAC-FAO: Gouvernance foncière en Afrique Francophone

 

Du 04 au 06 Décembre 2012,  s’est tenu à Yaoundé-Cameroun, un important atelier technique sur le thème la gouvernance des régimes fonciers en Afrique francophone : enjeux et opportunités.

 

Organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement rural du Cameroun et la Commission Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), cet atelier a connu la participation d’une centaine de participants venus de plusieurs pays d’Afrique francophone (Afrique centrale, Afrique de l’Ouest et l’Océan indien) et de représentants des institutions régionales ou internationales (FAO, UNECA, CEEAC, FIDA) afin d’changer autour d’un outil élaboré par la FAO, pour promouvoir la gouvernance foncière, à savoir : les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

 

Cet atelier dont l’objectif était de faciliter aux participants une compréhension des directives volontaires et d’impulser la réflexion sur l’utilisation de ces Directives dans les pays, a été marqué par trois (03) temps forts.

 

  1. 1.     La cérémonie d’ouverture

Elle a été marquée par deux allocutions de circonstance prononcées par le Représentant résident de la FAO Cameroun et le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural.  Ces derniers ont relevé le fait que les Directives volontaires constituent un instrument qui se veut une contribution pour la gouvernance des terres, des pêches et des forêts.et de ce fait l’atelier se présente comme une opportunité donnée aux participants de s’approprier de cet instrument pour une meilleure mise en œuvre dans les différents pays de l’espace de la francophone .

 

  1. 2.     Séance plénière

Il a été question des présentations et des débats en plénière et travaux en groupe

 

Les présentations ont porté sur :

 

  • Les directives volontaires, où jean-Claude Nguinguiri a parlé du contexte, Patrice Talla du contenu et Anni Arial du développement.
  • Les initiatives régionales et nationales relatives aux politiques foncières à travers divers expérience : Sénégal, Cameroun, République Démocratique du Congo et Madagascar, à travers l’expérience « ELGAF ».
  • Les expériences menées ou en cours comme le « REDD+ » par « Land and Policy Initiative ».
  • Les études de cas  préparées et présentées par les Représentants de la République Centrafricaine, de la Côte-d’Ivoire, de la Guinée,
  • Le FIDA le programme de son institution et les activités menées, présenté par son Représentant.

 

Chacune de ces présentations a donné lieu a de vive contribution de la part des participants en plénière et groupe. Ces échanges sont venus enrichir les directives volontaires et conduit à la formulation des recommandations dont les principales sont les suivantes :

 

  • Mise en cohérence de la législation en vigueur dans chaque pays ;
  • Cadre de référence à adapter selon les pays ; opportunités pour des plateformes d’échanges ;
  • Faire des Directives volontaires un outil de renforcement des capacités et d’évaluation de la mise en œuvre de la politique de réforme ; d’harmonisation des programmes ; un guide permettant une meilleure prise de décisions ; une motivation pour une meilleure gouvernance foncière ; un instrument de plaidoyer pour les politiques agricoles ;
  • Les Directives volontaires : occasion de revoir le cadre juridique et la politique foncière ; de procéder à une élaboration ou révision des textes existants sur le genre, les peuples indigènes… ;
  • Réduction des crises, des conflits, notamment ceux résultant des situations informelles;
  • Mettre en place une structure de veille ; création d’un processus endogène de gestion et de pilotage des questions foncières ; informations, sensibilisation, diffusion et vulgarisation par les médias ;
  • Impliquer les universitaires, former les producteurs, parlementaires et les médias.

 

Pour une meilleure implémentation de ces Directives volontaires tant à l’échelle étatique que sous régionale, les participants ont identifié certaines activités prioritaires. A savoir :

 

  • Remise officielle des Directives volontaires par la FAO ;
  • Désignation par chaque Etat d’un point focal et mise en place de commissions au niveau des Etats sur le foncier ;
  • Organisation d’un atelier national de partage des directives (sensibilisation et formation) et de développement des thématiques ;
  • Création par le point focal d’un cadre pour l’évaluation de la gouvernance foncière ;
  • Appui du plaidoyer des acteurs de la société civile ; établissement d’un lien avec les autres réseaux/initiatives (LPI, LGAF) ;
  • Vulgarisation des Directives volontaires et sensibilisation sur les politiques nationales foncières ;
  • Renforcement des capacités par des formations pour une appropriation adéquate des Directives volontaires par toutes les parties prenantes, y compris les populations ;
  • Appui des partenaires techniques et financiers ;
  • Interface entre acteurs (société civile/ONG) et les Etats.
  1. 3.     La cérémonie de clôture

Deux prises de parole ont marqué cette étape finale. Celle du Représentant de la FAO au Cameroun et celle du Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Dans leur intervention, ils ont exprimé leur reconnaissance à tous ceux qui de près ou de loin ont participé à la réussite de cet atelier, notamment la FAO, le CEEAC, le CEA, les institutions, les participants, le rapporteur général et le modérateur. Et ils ont reconnu que cet atelier aura permis aux différents pays représentés d’avoir des bases pour une bonne gouvernance foncière.

 

Pour votre information, veillez consulter les documents ci-dessous en cliquant ici.

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Lancement du programme ECOFAC6 (Volet Cameroun) et du projet RIOFAC

Ce 25 octobre s’est tenu marge de la 17ème réunion du Partenariat des Forêts du bassin du Congo à Douala, la réunion de lancement de Volet Cameroun du Programme ECOFAC 6. Ce volet, d’un montant 10 milliards de CFA (12.5 millions d’euros) sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale, est destiné au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale ». Pour en savoir plus sur le projet d’appui à l’OFAC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030