UICN-PACO: FIPAC 3 - Le savoir faire traditionnel des populations autochtones et locales d’Afrique centrale célébré : Impfondo 2014 – Les bases d’un avenir prometteur

Comme le disait un sage africain rien de grand dans ce monde ne s’est réalisé sans un rêve. Telle une histoire contée à une communauté au couché du soleil sous un baobab en pleine forêt d’Afrique, le FIPAC, le Forum International sur les Peuples Autochtones et locales d’Afrique Centrale initié par la République du Congo, marque la genèse du  développement d’un outil de communication, de promotion et de marketing des savoir-faire traditionnels aussi bien des populations autochtones que locales. Il constitue un lieu d’échanges sur les progrès réalisés en Afrique centrale sur l’économie des savoir-faire traditionnels au service de l’utilisation des ressources biologiques et non biologiques.

 

L’histoire nous a offert une nouvelle page, du 4 au 7 mars 2014, au village du FIPAC qui, entièrement rénové et modernisé en plein cœur du département de la Likouala au nord du Congo, a accueilli les travaux de sa troisième édition sous le thème : « populations autochtones, savoir-faire traditionnels et économie verte en Afrique centrale » sous l’égide de la CEEAC, le REPALEAC, la COMIFAC, et la république du Congo. Le FIPAC 3 a connu une forte participation des communautés autochtones et locales venues des quatre coins de la sous région. Ont également pris part aux travaux les Ministres des pays membres de la CEEAC en charge de l’environnement et des forêts; les partenaires au développement ; les ONGs ; les délégués des peuples autochtones des différents pays ; les universitaires ; les élus et les plus hautes autorités de trois Etats. Chefs d’Etats. En effet, le Forum a été rehaussé par la présence de trois Chefs d’Afrique,  Denis SASSOU-N’GUESSO du Congo, Idriss DEBY ITNO du Tchad, par ailleurs président en exercice de la CEEAC, et Boni YAYI du Benin président en exercice de l’Union Africaine.

 

Outre le coté festif de l’événement marqué par de nombreuses prestations des groupes de danses traditionnelles et un vaste marché d’exposition des produits des savoir-faire traditionnels. Le FIPAC 3 avait pour objectifs de faire le point des recommandations du FIPAC 2 ; de valider le système de l’économie des savoir-faire traditionnels en Afrique centrale et le programme de l’économie des savoir-faire traditionnels en Afrique centrale et de procéder au transfert de la gestion de l’organisation du FIPAC à la CEEAC.

 

Trois temps fort ont marqué les travaux, à savoir : (i) cérémonie d’ouverture du segment technique présidée par le Ministre Henri DJOMBO de l’Economie Forestière et du Développement Durable du Congo ; (ii) réflexions en groupes qui ont planchés sur plusieurs thématiques, notamment le savoir-faire traditionnel, le cadre juridico-institutionnel et diplomatie, les enjeux traditionnels et entreprises, la recherche, le renforcement des capacités et innovations, le partenariat et finances et enfin les produits forestiers non ligneux ; (iii) la cérémonie de la signature de la convention qui marque l’inauguration et la rétrocession officielle du site du FIPAC à la CEEAC par l’Etat du Congo. C’est par une cérémonie protocolaire que les deux Chefs d’Etat posent leurs signatures au bas du document officiel sous le regard du président de l’Union Africaine Boni YAYI et de nombreux invités. Enfin le segment de haut niveau des Ministres de la CEEAC en charge des questions des forêts et des peuples autochtones présidé à l’ouverture par le président Denis SASSOU-N’GUESSO.

 

 

 

Au terme des travaux, on note l’adoption d’un cadre de travail matérialisé par la validation d’une feuille de route post-FIPAC 3, et surtout d’une déclaration des ministres symbole de l’engagement des pays de la sous région à faire du FIPAC un outil d’intégration et de développement par la mise en place de manière participative des mécanismes juridiques et institutionnels, au développement et à la promotion de l’économie des savoir-faire traditionnels en vue de leur contribution au développement durable et à l’amélioration des conditions de vie des populations autochtones et locales.

 

 La suite de l’histoire reste simplement un défi car le rêve FIPAC devenu réalité, interpelle toutes les communautés autour des nombreuses recommandations formulées. Entre autres défis, on peut citer : l’entretien du site, la recherche des financements, l’amélioration du cadre juridique, le renforcement des capacités, la mise sur pied d’un programme de développement des savoir-faire traditionnels des Populations autochtones etc. En somme un ensemble de mécanismes en vue de garantir au mieux le développement de l’économie verte autour des savoir-faire traditionnels des populations autochtones et locales d’Afrique centrale.

 

Pour en savoir plus sur le contenu de cet article, bien vouloir contacter: 

 

MBENDA Rosette

Assistante technique CEFDHAC

UICN PACO Programme Cameroun

UICN (Union internationale pour la conservation de la nature)
Yaoundé Cameroun

Rosette.MBENDA@iucn.org
www.iucn.org, www.worldparkscongress.org

 

Bien vouloir télécharger:

 

Communiqué final du segment technique du FIPAC 3

Communiqué final du segment de haut niveau du FIPAC 3

(1) du haut vers le bas: © Photo prise par par Parfait BAKABANA de l’UICN

(2) du haut vers le bas: © Photo prise par Jérôme NGUEFACK du PACEBCo

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Worldmigratorybirdday-10 Mai 2017 : Journée mondiale des oiseaux migrateurs. Thème 2017 : Leur avenir est notre avenir

La JMOM 2017 mettra en évidence l'interdépendance des peuples et de la nature, et plus particulièrement les personnes et les animaux migrateurs - en particulier les oiseaux, car ils partagent la même planète et donc les mêmes ressources limitées. La campagne 2017 vise à sensibiliser le public sur la nécessité d'une gestion durable de nos ressources naturelles, ce qui démontre que la conservation des oiseaux est également cruciale pour l'avenir de l’humanité.

En savoir plus...

Worldmigratorybirdday: Quelle est la Journée mondiale des oiseaux migrateurs?

Chaque année, les gens du monde entier prennent des mesures et organiser des événements publics tels que les festivals d'oiseaux, des programmes d'éducation, des expositions et des excursions d'observation d'oiseaux pour célébrer la JMOM.

En savoir plus...

RECEIAC: Des journalistes et communicateurs se dotent des outils de vulgarisation sur les changements climatiques et la REDD+

Douala (Cameroun), 5 au 7 avril 2017 - S’est tenu un atelier du réseau des communicateurs pour l’environnement et l’information en Afrique centrale (RECEIAC). Les travaux de cet atelier sous régional portaient sur le renforcement des capacités des journalistes et communicateurs en matière de Changements Climatiques et REDD+ pour la Gestion durable des écosystèmes du Bassin du Congo.

En savoir plus...

Les pays membres de la COMIFAC se préparent pour la 12ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF)

Les 10 et 11 avril 2017, s’est tenue à Douala (Cameroun) à l’hôtel La FALAISE, un atelier préparatoire des pays membres de la COMIFAC à la 12ème session du Forum des   Nations Unies sur les Forêts (FNUF).

En savoir plus...

CIFOR : Les approches intégrées du paysage ont-elles réconcilié les problèmes sociétaux et environnementaux dans les tropiques ?

Les approches paysagères de la gestion intégrée des terres ont récemment attiré beaucoup d'attention dans la littérature scientifique et les forums internationaux. Cette approche est de plus en plus préconisée au niveau gouvernemental et intergouvernemental, et est également adoptée par un grand nombre d'organismes internationaux de recherche et de développement.

En savoir plus...

Daily Nation : Laisser les forêts subsister pour en profiter davantage

En résumé : En aidant à réguler les précipitations et à maintenir la qualité du sol, les forêts nous fournissent des terres agricoles productives ; en dégradant les forêts dans les châteaux d'eau, les collectionneurs de bois perdent des revenus d'environ 1,1 milliard de dollars par an.

En savoir plus...

Page : Les dirigeants de l'économie verte mondiale cherchent des moyens de lancer une nouvelle révolution verte - et s'inscrire dans l'agenda 2030

27 mars 2017, Berlin, Allemagne - Une vingtaine de ministres, des PDG, des représentants de haut niveau des agences des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et des syndicats, ainsi que plus de 300 experts en développement durable se réunissent ce jour à Berlin pour le deuxième forum mondial sur l'économie verte. Ils sont rejoints par des économistes de renom, dont Jeffrey Sachs et PavanSukhdev, pour explorer les moyens de lutter contre les inégalités et la dégradation de l'environnement, en fonction des objectifs et cibles de transformation de l'Agenda pour le développement durable de 2030.

En savoir plus...

IISD : 3ième Forum sur l'énergie durable pour tous (SEforAll) - Aller plus loin, plus vite - Ensemble

Le troisième et dernier jour du Forum, la sonnette d'alarme quotidienne a contraint les pénalistes à considérer l'accès universel à l'énergie dans le contexte de la durabilité, suggérant que la réalisation des ODD imposera des compensations sur une base inégale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030