Un atelier de réflexion sur la certification crédible dans le Bassin du Congo

L’Atelier sous régional de réflexion sur la certification crédible dans le Bassin du Congo, organisé par le WWF-CARPO, sous l’égide de la COMIFAC et avec l’appui financier de la Coopération Allemande, de la Coopération Espagnole, de l’Union Européenne, de l’USAID, de la Coopération Française et du WWF, s’est tenue le 25 février 2009 à Douala, en marge des ateliers de la COMIFAC sur l’évaluation du Plan de Convergence et d’IFIA/ATIBT sur les Forêts à Haute Valeur de Conservation (FHVC).


Près de 70 participants y ont assisté, représentant les opérateurs économiques du secteur forestier, les référentiels de certification FSC et PAFC (Pan African Forest Certification), les Bureaux de certification et prestataires de service, la société civile, les administrations forestières, les institutions de recherche, les organisations intergouvernementales et les partenaires au développement.


Au cours de cette réunion, les participants ont écouté les exposés sur le partenariat pour la promotion de la foresterie responsable dans le Bassin du Congo (bilan, défis, opportunités et perspectives), le fonctionnement et la certification FSC dans le Bassin du Congo, l’état de la promotion du système de certification forestière PAFC en Afrique Centrale (Cas du PAFC-Gabon), les expériences des entreprises forestières du Bassin du Congo dans la certification forestière, le rôle des administrations forestières dans le processus de certification forestière (cas du Congo) et l’impact de la crise financière actuelle sur la gestion durable des forêts et la certification forestière en Afrique Centrale. Ces exposés étaient suivis de discussions vives et constructives.

Photo (Hans Schipulle): Vue sur les assises de la réunion avec Marie Mbolo, FSC Cameroun, Elie Hakizumwami, WWF CARPO et le Modérateur Isaac Njifakue


docs/fotos/reflexion_certification_douala_25-02-2009.jpg

Il est revenu, grâce à ces exposés et échanges, que 11 millions d’ha de forêts du Bassin du Congo seraient ainsi actuellement gérées suivant des plans d’aménagement adoptés par l’administration forestière et près de 3,0 millions d’ha seraient déjà certifiés FSC, alors que près de dix (10) millions d'hectares de forêts pourraient l’être à l'horizon 2012. Ces données ont soulevé l’enthousiasme de M. Roberto Waack, Président du FSC  qui a exprimé sa surprise et son appréciation pour les rapides progrès réalisés dans les pays du Bassin du Congo en matière de certification forestière et promis une place de choix au sein du Conseil d’Administration du FSC aux réseaux et initiatives régionales du Bassin du Congo . Il a toutefois insisté sur la nécessité de finaliser rapidement les standards de certification que les certificateurs et les sociétés forestières devront intégrer dans les opérations de certification pour en conférer une plus grande crédibilité.


Pour M. Hans Schipulle, Facilitateur du PFBC qui intervenait au début de la réunion, tout ce qui concourt à la préservation des rôles économique, écologique, social et culturel des forêts devrait être encouragé. Il en est ainsi de la certification forestière grâce à la quelle les progrès concernant la protection de la biodiversité, y compris au niveau des zones à haute valeur de conservation, le respect des règles et législations en vigueur, la lutte contre la pauvreté et le respect des droits des populations autochtones sont mesurables dans la sous région. C’est également au niveau des concessions forestières certifiées que la protection de la faune est plus effective et bien plus que dans toute autre forme de gestion forestière, y compris dans les aires protégées dont la plupart souffrent encore d’un manque de contrôle flagrant imputable à la précarité des moyens publics.


A l’issue de la réunion, 14 points qui constituent autant de préoccupations ont été relevés et feront l’objet d’une réflexion plus approfondie par un Comité ad hoc piloté, sous l’égide de la COMIFAC, par le WWF et dont la composition sera rendue publique sous peu.


Ces préoccupations concernent :

1. Le référentiel FSC de certification
2. Le rôle de l’Etat dans la certification forestière
3. Le renforcement des capacités en matière d’audit forestier
4. La certification forestière et le développement local (partage des responsabilités, y compris avec les peuples autochtones)
5. Le coût de la certification
6. Les PCI (Principes, Critères, Indicateurs) de l’OIBT/OAB et le processus de certification
7. Les impacts de la crise financière mondiale  sur le processus de  certification
8. La certification, la communication et le marketing
9. Les partenariats dans la certification
10. Les objectifs quantitatifs réalistes de certification dans la sous-région
11. La crédibilité des initiatives de certification
12. La légalité et la certification
13. La communication et la désinformation dans le processus de certification
14. La certification et le marché local des produits forestiers


La mise en place d’un « Groupe de Réflexion sur la certification forestière crédible dans le Bassin du Congo » et qui aurait pour objectif principal de discuter des sujets liés aux problèmes stratégiques et pratiques de certification forestière en Afrique centrale, reste toujours à l’ordre du jour et interviendra après ce travail du groupe ad hoc.

Il reste à regretter l’absence à cette réunion des ténors de Greenpeace International, pourtant à l’origine de la tenue de cette rencontre de Douala, comme il a été planifié lors d’un rencontre de certains acteurs interessés en marge de l’Assemblée Générale en Novembre passé à Cape Town. Leur présence aurait peut-être permis aux discussions d’être encore plus constructives et dans l’intérêt de la gestion durable des ressources forestières du Bassin du Congo.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Journée internationale des forêts - 21 mars: Apprends à aimer les forêts!

.. Explorer, s'émerveiller et apprendre à aimer les forêts - Lorsque nous buvons un verre d'eau, écrivons dans un cahier, prenons des médicaments contre la fièvre ou construisons une maison, nous ne faisons pas toujours le lien entre ces actions et les forêts. Pourtant, tous ces aspects de notre vie - et de nombreux autres - sont liés aux forêts, d'une manière ou d'une autre...

En savoir plus...

Bienvenue à notre nouveau partenaire, l’Institut Terre et Vie de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain) !!!!

Bruxelles, le 12 mars 2019, L’Institut Terre et Vie de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain), a officiellement rejoint les membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d’adhésion, UCLouvain a présenté les documents requis et s’est engagé à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea participe à l’atelier sous régional du Groupe de travail Climat de la COMIFAC des négociateurs climats.

Du 05 - 07 mars 2019 à Malabo (Guinée Équatoriale), s’est tenu un atelier du Groupe de travail Climat de la COMIFAC.  Il portait sur le décryptage de la COP 24, de préparation des échéances futures sous la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et validation des notes conceptuelles des projets régionaux. 

En savoir plus...

Déjeuner de travail de haut niveau entre les Chefs de Missions diplomatiques des pays de l’UE en Guinée Équatoriale et le Facilitateur du PFBC

Le 5 mars 2019, Son Excellence Monsieur Fred CONSTANT, Ambassadeur de France en Guinée Équatoriale a offert un déjeuner de Travail de haut niveau à l’occasion de la visite du Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur Belge du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo à Malabo.

 

En savoir plus...

Les hautes autorités de Malabo (Guinée Équatoriale) mobilisées pour l’organisation de la septième Réunion du Conseil du PFBC en juin 2019

Le Ministre d’État François-Xavier de Donnea, Facilitateur Belge du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo a été reçu en audience d’une part par Messieurs Pedro Antonio OLIVEIRA BORUPU et Santiago Francisco ENGONGA OSONO respectivement Secrétaire d’État à l’Agriculture et à l’Élevage et Secrétaire d’État aux Forêts et Environnement. D’autre part, par le Ministre délégué aux Affaires étrangères de la Guinée Équatoriale.

En savoir plus...

Lemonde : En Tanzanie, la « reine de l’ivoire » condamnée à quinze ans de prison

La Chinoise Yang Fenlan, surnommée la « reine de l’ivoire », a été condamnée mardi 19 février à quinze ans de prison par un tribunal tanzanien pour son rôle dans le trafic de 860 défenses d’éléphant entre 2000 et 2014. Agée de 69 ans et présente en Tanzanie depuis les années 1970, elle a été reconnue coupable d’avoir joué, pendant plus de dix ans, le rôle d’intermédiaire entre un réseau de braconnage local et des acheteurs internationaux. 

En savoir plus...

Mission du PFBC à Libreville : Le Facilitateur rencontre le secteur privé du Gabon

Le Facilitateur du PFBC a eu à échanger avec Mme Jacqueline Van De Pol, représentante de l’ATIBT (Association Technique Internationale des Bois Tropicaux) à Libreville et M. Lee White, Secrétaire exécutif de l’Agence nationale des Parcs nationaux du Gabon.

En savoir plus...

Mission du PFBC à Libreville : Le Ministre d'état François Xavier de Donnea échange avec les Partenaires Techniques et Financiers

Le Facilitateur du PFBC a eu plusieurs séances de travail entre autres avec : l’Ambassadeur François Fall, Représentant spécial du SG des Nations Unis pour l’Afrique centrale ; la Secrétaire Générale Adjointe de la CEEAC, Mme Marie-Thérèse Mfoula ; l’Ambassadeur Helmut Kulitz, entouré de M. Jean Huchon et Ignacio Sobrino de la DUE et de Mme Muriel Soret de l’Ambassade de France ; des représentants de la BAD, de la Banque Mondiale et de l’UNODC à Libreville.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019