Partenariat International sur la Gestion des Écosystèmes du PNUE abrité par l’Académie Chinoise des Sciences sous le thème « Le passage au vert de la coopération Chine-Afrique. » Passage au vert de la coopération Chine-Afrique

 

"Passage au vert de la coopération Chine-Afrique"  dans Bulletin trimestriel du PNUE-IEMP

 

Au cours de la dernière décennie, on a assisté à la multiplication des partenariats Chine-Afrique, notamment en matière de commerce international, d’assistance technique et de renforcement des capacités. Les investissements directs étrangers en Afrique seuls ont augmenté considérablement au cours des cinq dernières années pour atteindre 13 milliards USD en 2010. Le volume total des échanges entre l’Afrique et la Chine se chiffre à 168 milliards USD en 2011, traduisant ainsi les ambitions mondiales de la Chine. À ce jour, la coopération Chine-Afrique s’est étendue à des secteurs nouveaux tels que l’environnement, la science et la technologie, la culture, la santé et l’agriculture.

 

« La coopération économique actuelle entre la Chine et l’Afrique en termes de volume d’échanges s'est intensifiée rapidement, passant de 10 milliards USD en 2000 à 200 milliards en 2012… » Mme Wenping He Directrice des Études Africaines, CASS »

 

Ces développements sont également perçus par beaucoup comme une opportunité pour intégrer la gestion et la planification de l’environnement dans le développement économique national et promouvoir la bonne gouvernance et les bonnes pratiques environnementales. C’est dans cette optique que le PNUE-IEMP, en collaboration avec la CCAP (Chinese Agricultural Policy), le CIFOR (Center for International Forestry Research) et l’ICRAF (World Agroforestry Center), a organisé un séminaire international sur le passage au vert de la coopération Chine-Afrique : Œuvrer en vue du développement durable. »  Les objectifs du séminaire consistaient à partager les résultats des recherches récentes sur le rôle de la Chine dans l’environnement africain, notamment dans les secteurs tels que l’agriculture, la foresterie et les mines, ainsi que les efforts bilatéraux pour la gestion des services écosystémiques réciproquement bénéfiques.

 

Ce séminaire d’un jour comprenait différentes présentations sur la gestion des écosystèmes actuellement entreprise ou effectuée en Afrique par le CIFOR, l’IEMP et la CCAP.

 

Ce séminaire a réuni près de 50 experts nationaux et internationaux, des bailleurs de fonds et la société civile intervenant dans le cadre d’initiatives Chine-Afrique à travers le partage de connaissances, des partenariats de recherche et l’identification d’opportunités futures pour la collaboration internationale sur la gestion des écosystèmes.

 

Le point fort du séminaire a été les échanges interactifs sur des questions de l’heure relatives à l’environnement et leur lien avec le développement et un message à retenir sur les nouvelles opportunités à explorer afin d’intégrer la gestion des écosystèmes dans le développement de la coopération.

 

Le séminaire a permis aux participants de mieux comprendre les défis et les opportunités liés à la gestion des écosystèmes en Afrique et de renforcement d’une coopération gagnant-gagnant pour le développement humain. Il a également constitué une plateforme permettant au PNUE-IEMP de faire la lumière sur sa vision du rôle de la gestion des écosystèmes et les pratiques d'économie verte à travers nos projets pilotes sur la surveillance environnementale, l’adaptation aux changements climatiques et les moyens de subsistance intégrés.

 

 

 

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le Bulletin de PNUE-IEMP.

 

 

 

Lancement du premier projet FEM d’adaptation basé sur les écosystèmes

 

L’atelier de lancement visait quatre objectifs principaux: (i) élaborer et convenir d’un plan d'activité avec les partenaires clés au cours de la première année de mise en œuvre et au-delà ; (ii) Faire le bilan de l'évolution récente des initiatives d’adaptation basée sur les écosystèmes (EbA) dans les écosystèmes pertinents (montagnes, cotes et déserts) et dans les réseaux régionaux d’adaptation ; (iii) proposer des ajustements aux activités du projet, de projets de référence, d’indicateurs et de cibles en fonction des derniers développements et, (iv) orienter les arrangements institutionnels du projet, notamment la création d’équipes locales.

  

Les changements climatiques sont petit à petit reconnus comme une des menaces majeures pour l’environnement et le bien-être de l’Homme. En conséquence, plusieurs initiatives et partenariats ont vu le jour en réponse à ces préoccupations, notamment dans les pays en développement. Un projet mondial commun UNEPNDRC intitulé « Renforcement du soutien en termes de capacités, de connaissances et de technologies en faveur du développement de la résilience au climat des pays en développement vulnérables ». Ce projet est financé à travers le Fonds spécial pour les changements climatiques (FEM-SCCF) et a été officiellement lancé le 22 avril 2013 à Beijing, en Chine. Ce projet est également financé en collaboration avec la Commission Nationale de Chine pour le Développement et la Réforme (CNDR), le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), l’Académie Chinoise des Sciences (ACS). Il bénéficie également de cofinancements par d’autres partenaires dont ceux des pays pilotes. L’atelier de lancement était co-organisé par UNEP-IEMP et l’Institut de Recherche en Sciences Géographiques et Ressources Naturelles, l’Académie Chinoise des Sciences (IGSNRR, ACS).

 

Comme l’a précisé M. Wei Su, Directeur Général de la NDRC dans son propos d’ouverture à l’atelier de lancement, « les changements climatiques constituent l’un des défis majeurs qui interpellent l’humanité au 21ième siècle. Nous devons conjuguer nos efforts en tant que communauté internationale afin d’inscrire nos actions à cet égard dans le cadre global du développement durable. » Ses propos ont été relayés par M. Ziqian liang, Directeur général adjoint  du Département de la Coopération Internationale au ministère chinois des Finances, qui a relevé la volonté de son pays à partager les leçons et les expériences avec d’autres pays en développement et la communauté internationale dans le cadre de la coopération sud-sud. Les effets des changements climatiques s’étendent au-delà des frontières nationales. Pour cela, il faut des actions de portée régionale et internationale, a déclaré Mme Lok-Desallien dans son discours-programme. Mme Bonizella Biagini du Secrétariat de la FEM a salué le projet pour son approche innovante et intégrée en réponse aux questions d'adaptation et de changements climatiques.

 

Pour en savoir plus, veuillez télécharger le Bulletin trimestriel du PNUE-IEMP pour vous informer sur les actions   et les leçons apprises au fil des projets et activités mis en œuvre. Vos commentaires concernant nos activités et les informations diffusées sont les bienvenues. Pour cela, vous pouvez vous adresser à info@unep-iemp.org

 

La version anglaise de cet article fait foi: http://www.unep.org/ecosystemmanagement/Portals/7/Documents/UNEP-IEMP/4.%20UNEP-IEMP%20Bulletin%20~%20April-June%202013.pdf 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Lancement du programme ECOFAC6 (Volet Cameroun) et du projet RIOFAC

Ce 25 octobre s’est tenu marge de la 17ème réunion du Partenariat des Forêts du bassin du Congo à Douala, la réunion de lancement de Volet Cameroun du Programme ECOFAC 6. Ce volet, d’un montant 10 milliards de CFA (12.5 millions d’euros) sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale, est destiné au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale ». Pour en savoir plus sur le projet d’appui à l’OFAC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030