Richard Ruggiero, J. Michael Fay et Lee White – Pourquoi les éléphants sont-ils importants ? (National Geographic Society)

 

Richard Ruggiero, J. Michael Fay et Lee White écrivent que le trafic des espèces sauvages fera enfin l’objet d’une attention à l’échelle mondiale longtemps attendue cette semaine lors de l'Assemblée Générale des Nations Unies et de la part de la Clinton Global Initiative et d'autres plateformes importantes. « L’abattage continu des éléphants d'Afrique sera au cœur des débats, au moment où les États africains et leurs partenaires cherchent à trouver un consensus sur la meilleure façon de sauver le plus grand mammifère terrestre de l'extinction. »

 

Il y a des considérations écologiques et morales liées à la survie des espèces, mais au vu du grand nombre de personnes de par le monde qui sont victimes des effets de la guerre et des privations, l’on est en droit de se demander pourquoi nous devons nous préoccuper des éléphants. (Photo à gauche).

 

La raison : Il existe un lien palpable entre le trafic des espèces sauvages et la sécurité humaine. Les pays qui ne valorisent ni ne peuvent protéger leur patrimoine naturel sont généralement moins stables, moins sécurisés et moins soumis aux normes mondiales, avec les risques qui en découlent pour nous tous. La question s’étend au-delà des tensions locales entre les communautés et la faune auxquelles sont confrontés les agriculteurs et les éleveurs du monde entier. De façon croissante, les organisations extrémistes violentes et criminelles opèrent dans des réseaux complexes et multinationaux. Ces réseaux visent agressivement les points faibles du système mondial pour s’enrichir et gagner du pouvoir, soit comme unique but ou à d'autres fins idéologiques. Le trafic illégal à travers les frontières, d'armes, de pierres précieuses, de la drogue, de la faune et des êtres humains--est leur source de richesse et de pouvoir.

 

L’ivoire renforce les réseaux criminels

 

Les réseaux criminels savent ce qui rapporte : l'ivoire est plus rentable que l'héroïne ou les diamants bruts. Un kilogramme d'ivoire peut rapporter jusqu'à 3000 dollars sur les marchés finaux, contre seulement 100 à 300 USD de prix d’achat dans les Etats de l’aire de répartition. Il n'est donc pas surprenant que ces groupes se saisissent de ce qu'ils considèrent comme une source majeure de profits pour massacrer les derniers troupeaux d'éléphants. Les États faibles le sont pour des raisons complexes. Les crimes liés à la faune ne sont pas le seul moteur des conflits. Toutefois ils affaiblissent l'État de droit et peuvent alimenter les conflits. Leur menace pour les Etats se propage comme le cancer. Il suffit d’avoir un fusil pour abattre un éléphant. Lorsque les éléphants sont tués, suivis d'autres animaux sauvages, les hommes qui gagnent leur vie par l’utilisation des armes à feu se tournent vers d'autres activités illicites, menaçant les populations civiles et les autorités gouvernementales qui leur barrent le chemin. En Afrique de l'Est, des économies touristiques pesant plusieurs milliards de dollars, qu’il a fallu des décennies pour construire, sont menacées. Les éléphants de Tanzanie sont en proie au massacre, avec environ 50 pourcent de la population d’éléphants décimés au cours des six dernières années. Comme le président Tanzanien Kikwete l’a dit récemment : « Nous sommes pris d’assaut. » Pour les Etats-Unis et leurs partenaires, ces conflits ne sont plus un problème local.

 

Risques de propagation

 

 

Lorsque les extrémistes déstabilisent les Etats, les risques de sécurité font inévitablement tâche d’huile au-delà de leurs frontières.

 

Il n’est plus question d’anecdotes, il existe des preuves claires qui démontrent que les organisations extrémistes violentes se servent de l’ivoire comme une de leurs nombreuses sources de financement.

Au début de cette année, des défenses d'éléphants ont été retrouvés dans un camp de l'Armée de Résistance du Seigneur à l'Est de la République centrafricaine.

Les Shiftas, le terme usité pour désigner les bandits somaliens responsables de la mort de dizaines de milliers d'éléphants et un nombre incalculable de personnes au Kenya dans les années 70 et 80, continuent de tuer des éléphants dans les parcs nationaux du Kenya et à s’opposer aux autorités de protection de la faune du Kenya (Kenya Wildlife Service) par des échanges de tirs meurtriers.

L’on estime que l'ivoire qui se déplace au nord vers la Somalie est une source de financement pour Al-Shabab, un groupe affilié à Al-Qaïda qui a revendiqué les attaques meurtrières perpétrés samedi dernier dans un centre commercial de Nairobi.

Les réseaux criminels multinationaux savent que les crimes liés à la faune comportent un risque plus faible et plus de bénéfices que d’autres crimes, étant donné que la protection de la faune n'est en général pas considérée comme une question de sécurité nationale et bénéficie de beaucoup moins de ressources que les efforts de lutte contre les stupéfiants ou le terrorisme.

 

Lire plus (1) Arrêter les criminels (2) Un partenariat efficace sous le lien suivant : Pourquoi les éléphants sont-ils importants ?   

 

Provenance des photos  du haut vers le bas : (1) Deux taureaux en joute dans le Dzanga Bai, en République Centrafricaine, 2011. Copyright : R.G. Ruggiero (2) Des défenses saisies en attente de l’enregistrement et la destruction éventuelle à Libreville, Gabon, 2012. Copyright : R.G. Ruggiero (3) Éléphant mâle du Dzanga Bai, République Centrafricaine, 2011. C'est à cet endroit que s’est déclenché une série de tueries plus tôt cette année lorsque des mercenaires soudanais ont attaqué le bai et ont tué 26 éléphants en seulement quelques heures.Copyright : R.G Ruggeiro soushttp://newswatch.nationalgeographic.com/2013/09/25/why-elephants-matter/ 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Proposition de plan d’action pour l’amélioration de la transparence dans les processus APV FLEGT et REDD+

Dans l’optique de contribuer à l’amélioration de la transparence dans les processus APV FLEGT et REDD+, un plan d’action triennal (2018-2020) a été proposé par les acteurs du secteur forêt et environnement, réunis à un atelier pour l'évaluation de la transparence dans les deux processus (APV et REDD+).

En savoir plus...

Conférence Internationale « La recherche pour la conservation de la Biodiversité et des Services Ecosystémiques (CIBES 18)

Aux lendemains de la publication des résultats de la première évaluation Afrique de l’IPBES, s’est tenue à Kinshasa du 24 au 26 juillet 2018, une conférence internationale sur le thème : « la recherche pour la conservation de la biodiversité et des services écosystémiques. Etat des lieux, enjeux et solutions pour la RDC », CIBES 18 en sigle. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

COMMUNIQUE FINAL : Atelier d’évaluation participative de la transparence dans le secteur forestier et environnemental au Cameroun

Du 03 au 04 juillet 2018, s'est tenu dans la salle de conférence Chalet Bantu de l’hôtel Le Paradis à Kribi, un atelier d’évaluation participative de la transparence dans le secteur forestier et environnemental au Cameroun.

En savoir plus...

Rapport annuel 2017 de la Fondation pour le Trinational de la Sangha-FTNS

Du 1er janvier au 31 décembre 2017, le bilan risque d’être long à dresser, tellement les actions menées sont nombreuses et variées ! Que retenir donc parmi la multitude de projets mis en œuvre dans le complexe transfrontalier du TNS ?

En savoir plus...

Radiookapi-Haut-Uele : la délégation chargée d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens à Dungu

La délégation déployée lundi 23 juillet dans le territoire de Dungu pour le lancement de l’opération d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens et éprouve d’énormes difficultés pour remplir sa mission.

En savoir plus...

Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux, Belgique devient le 108e membre du PFBC

C’est avec beaucoup de plaisir que la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC et l'ensemble des partenaires du PFBC accueillent chaleureusement l’adhésion de Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège – Gembloux qui s’engage à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC.

En savoir plus...

REDD+ au Cameroun : 850 millions de Fcfa pour cinq projets développés au sein des Communes/Groupements de communes par Le PNDP

Dans le cadre de l’implémentation du processus REDD+ et de la lutte contre les changements climatiques au Cameroun, le Programme National de Développement Participatif (PNDP) participe comme acteur majeur, au niveau national avec la mise en œuvre des projets pilotes REDD+ et accompagne le gouvernement à travers le Secrétariat Technique REDD+ à la réalisation des études et réflexions, à l’élaboration des outils et documents de stratégie pour l’implémentation du processus REDD+ au Cameroun.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier national de lancement de la Composante CAMEROUN du projet régional CBSP-Partenariats pour la conservation de la biodiversité : financement durable des systèmes d’aires protégées dans le Bassin du Congo-PIMS 3447

L’atelier national de lancement de la composante Cameroun du Projet Régional s’est tenu le 5 juillet 2018 à l’Hôtel Djeuga Palace à Yaoundé. Au terme des présentations et des échanges, les participants ont formulé les recommandations suivantes :A l’endroit du PNUD: Prendre le « lead » en vue de coordonner le plaidoyer en vue de la signature et la mise en place de l’agence de gestion des aires protégées...A l’endroit du MINFOF: Relancer le projet de création de l’agence de gestion des aires protégées...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018