Richard Ruggiero, J. Michael Fay et Lee White – Pourquoi les éléphants sont-ils importants ? (National Geographic Society)

 

Richard Ruggiero, J. Michael Fay et Lee White écrivent que le trafic des espèces sauvages fera enfin l’objet d’une attention à l’échelle mondiale longtemps attendue cette semaine lors de l'Assemblée Générale des Nations Unies et de la part de la Clinton Global Initiative et d'autres plateformes importantes. « L’abattage continu des éléphants d'Afrique sera au cœur des débats, au moment où les États africains et leurs partenaires cherchent à trouver un consensus sur la meilleure façon de sauver le plus grand mammifère terrestre de l'extinction. »

 

Il y a des considérations écologiques et morales liées à la survie des espèces, mais au vu du grand nombre de personnes de par le monde qui sont victimes des effets de la guerre et des privations, l’on est en droit de se demander pourquoi nous devons nous préoccuper des éléphants. (Photo à gauche).

 

La raison : Il existe un lien palpable entre le trafic des espèces sauvages et la sécurité humaine. Les pays qui ne valorisent ni ne peuvent protéger leur patrimoine naturel sont généralement moins stables, moins sécurisés et moins soumis aux normes mondiales, avec les risques qui en découlent pour nous tous. La question s’étend au-delà des tensions locales entre les communautés et la faune auxquelles sont confrontés les agriculteurs et les éleveurs du monde entier. De façon croissante, les organisations extrémistes violentes et criminelles opèrent dans des réseaux complexes et multinationaux. Ces réseaux visent agressivement les points faibles du système mondial pour s’enrichir et gagner du pouvoir, soit comme unique but ou à d'autres fins idéologiques. Le trafic illégal à travers les frontières, d'armes, de pierres précieuses, de la drogue, de la faune et des êtres humains--est leur source de richesse et de pouvoir.

 

L’ivoire renforce les réseaux criminels

 

Les réseaux criminels savent ce qui rapporte : l'ivoire est plus rentable que l'héroïne ou les diamants bruts. Un kilogramme d'ivoire peut rapporter jusqu'à 3000 dollars sur les marchés finaux, contre seulement 100 à 300 USD de prix d’achat dans les Etats de l’aire de répartition. Il n'est donc pas surprenant que ces groupes se saisissent de ce qu'ils considèrent comme une source majeure de profits pour massacrer les derniers troupeaux d'éléphants. Les États faibles le sont pour des raisons complexes. Les crimes liés à la faune ne sont pas le seul moteur des conflits. Toutefois ils affaiblissent l'État de droit et peuvent alimenter les conflits. Leur menace pour les Etats se propage comme le cancer. Il suffit d’avoir un fusil pour abattre un éléphant. Lorsque les éléphants sont tués, suivis d'autres animaux sauvages, les hommes qui gagnent leur vie par l’utilisation des armes à feu se tournent vers d'autres activités illicites, menaçant les populations civiles et les autorités gouvernementales qui leur barrent le chemin. En Afrique de l'Est, des économies touristiques pesant plusieurs milliards de dollars, qu’il a fallu des décennies pour construire, sont menacées. Les éléphants de Tanzanie sont en proie au massacre, avec environ 50 pourcent de la population d’éléphants décimés au cours des six dernières années. Comme le président Tanzanien Kikwete l’a dit récemment : « Nous sommes pris d’assaut. » Pour les Etats-Unis et leurs partenaires, ces conflits ne sont plus un problème local.

 

Risques de propagation

 

 

Lorsque les extrémistes déstabilisent les Etats, les risques de sécurité font inévitablement tâche d’huile au-delà de leurs frontières.

 

Il n’est plus question d’anecdotes, il existe des preuves claires qui démontrent que les organisations extrémistes violentes se servent de l’ivoire comme une de leurs nombreuses sources de financement.

Au début de cette année, des défenses d'éléphants ont été retrouvés dans un camp de l'Armée de Résistance du Seigneur à l'Est de la République centrafricaine.

Les Shiftas, le terme usité pour désigner les bandits somaliens responsables de la mort de dizaines de milliers d'éléphants et un nombre incalculable de personnes au Kenya dans les années 70 et 80, continuent de tuer des éléphants dans les parcs nationaux du Kenya et à s’opposer aux autorités de protection de la faune du Kenya (Kenya Wildlife Service) par des échanges de tirs meurtriers.

L’on estime que l'ivoire qui se déplace au nord vers la Somalie est une source de financement pour Al-Shabab, un groupe affilié à Al-Qaïda qui a revendiqué les attaques meurtrières perpétrés samedi dernier dans un centre commercial de Nairobi.

Les réseaux criminels multinationaux savent que les crimes liés à la faune comportent un risque plus faible et plus de bénéfices que d’autres crimes, étant donné que la protection de la faune n'est en général pas considérée comme une question de sécurité nationale et bénéficie de beaucoup moins de ressources que les efforts de lutte contre les stupéfiants ou le terrorisme.

 

Lire plus (1) Arrêter les criminels (2) Un partenariat efficace sous le lien suivant : Pourquoi les éléphants sont-ils importants ?   

 

Provenance des photos  du haut vers le bas : (1) Deux taureaux en joute dans le Dzanga Bai, en République Centrafricaine, 2011. Copyright : R.G. Ruggiero (2) Des défenses saisies en attente de l’enregistrement et la destruction éventuelle à Libreville, Gabon, 2012. Copyright : R.G. Ruggiero (3) Éléphant mâle du Dzanga Bai, République Centrafricaine, 2011. C'est à cet endroit que s’est déclenché une série de tueries plus tôt cette année lorsque des mercenaires soudanais ont attaqué le bai et ont tué 26 éléphants en seulement quelques heures.Copyright : R.G Ruggeiro soushttp://newswatch.nationalgeographic.com/2013/09/25/why-elephants-matter/ 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SEP2D : Lancement de la seconde revue de l'évaluation mondiale de l'IPBES par les gouvernements et les experts

L’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) lance une revue externe de l’évaluation mondiale de la biodiversité jusqu’au 29 juin 2018 (documents disponibles depuis le 14 mai). Le souhait de l’IPBES est que cette démarche concerne le plus large panel de réviseurs : « experts intéressés et qualifiés, y compris scientifiques, décideurs, praticiens et autres détenteurs de connaissances ».

En savoir plus...

FNUF : Le Forum sur les forêts achève ses travaux en adoptant une stratégie de communication sur la mise en œuvre du Plan stratégique de l’ONU sur les forêts

Pendant une semaine, le Forum a examiné, à titre prioritaire, la mise en œuvre du Plan stratégique sur les forêts qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  La planète perd en moyenne 13 millions d’hectares de couvert forestier par an.

En savoir plus...

Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

En savoir plus...

Harmattan : La gouvernance climatique au Cameroun

La multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations) du fait de la hausse de la température mondiale a conduit les États de la planète à mettre la question du changement climatique sur leur agenda politique. Le Cameroun n’en fait pas exception. Traiter de la gouvernance climatique au Cameroun conduit nécessairement à analyser comment se construit l’action publique de lutte contre le changement climatique au Cameroun. Elle apparaît comme une configuration d’action publique multi-niveaux. Ainsi, la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en constitue l’arène climatique globale.

En savoir plus...

L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

Le Gabon et la République du Congo font des déclarations forte sur le point concernant les discussions générales (point 6) et sur les remarques de clôtures… la COMIFAC rehaussée dans le plaidoyer des Ministres au FNUF 13...

En savoir plus...

Afdb : Afrique de l’Ouest : le 3 ème Forum sur le financement climatique et des énergies propres s’achève à Abidjan sur un succès

La troisième édition du Forum sur le financement climatique et des énergies propres en Afrique de l’Ouest (WAFCCEF-3, sigle en anglais) a eu lieu jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye de la Banque africaine de développement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence de représentants d’institutions internationales, de promoteurs privés, d’experts en énergie ainsi que de nombreux enseignants-chercheurs et étudiants.

En savoir plus...

Entrée diplomatique et politique réussie du Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de la Belgique du PFBC

Du 19 au 20 avril 2018, le Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC a effectué une mission à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Entre autres au programme de cette importante mission, une table ronde des Chefs de Missions des partenaires du PFBC, une visite du Facilitateur au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des réunions avec les partenaires techniques et les représentants des différents collèges du PFBC au tour de la nouvelle vision et orientation stratégique de la Feuille de route de la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC.

En savoir plus...

Le Facilitateur du PFBC à la rencontre des acteurs de la société civile et du Secteur privé…

Durant sa mission du 19 au 20 Avril 2018, Le Facilitateur du PFBC a rencontré successivement les acteurs de la société civile et du Secteur privé..

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018