Participation du Bassin du Congo au Congrès mondial des parcs – Une histoire à succès

En route dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs de Aichi -  2020 et 2050 ...  Une grande mobilisation en faveur de la mise en œuvre des objectifs de Aichi...  6ème édition du Congrès Mondial des Parcs – Le Bassin du Congo mobilise... De grandes annonces par un pays du Bassin du Congo qui se distinguent … Gabon Bleu ...  Un Pavillon « Congo Basin Initiative » mobilisateur à WPC -  Le Monde entier autour du Bassin du Congo

 

En route dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs de Aichi -  2020 et 2050

 

"Vivre en harmonie avec la nature", avec comme vision l'horizon 2050. Que d'ici là, « la diversité biologique soit  valorisée, conservée, restaurée et utilisée avec sagesse, en assurant le maintien des services fournis par les écosystèmes, en maintenant la planète en bonne santé et en procurant des avantages essentiels à tous les peuples » - Nouveau « cadre général sur la biodiversité non seulement pour les conventions relatives à la biodiversité, mais pour le système des Nations unies en entier… »

 

Une grande mobilisation en faveur de la mise en œuvre des objectifs de Aichi

Les « Objectifs d'Aichi » au nombre de vingt, constituent le nouveau "Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020" pour la planète, adopté par les Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) en octobre 2010), Les parties de la CDB convention se sont notamment mis d’accord pour

  • réduire au moins de moitié, ou lorsque c’est possible à près de zéro, le taux de perte d’habitats naturels, y compris les forêts ;
  • fixer un objectif de sauvegarde de la biodiversité pour 17 % des zones terrestres et des eaux continentales et pour 10 % des zones marines et côtières ;
  • Les gouvernements se sont engagés en outre à restaurer au moins 15 % des zones dégradées et feront un effort spécial pour réduire les pressions affligeant les récifs coralliens.

Dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs de Aichi, les aires protégées ont connu une croissance exponentielle au cours des dernières décennies, couvrant désormais plus de 14% de la surface de la terre et passant de quelques milliers à plus de 200 000 aujourd’hui. Elles occupent 12% des 300 Millions d’hectares de forêts que constitue le Bassin du Congo. L’Afrique centrale est ainsi en route pour atteindre l’objectif mondial adopté par la Convention sur la diversité Biologique en 2010 : qu’au moins 17% des terres et 10% des océans fassent partie du réseau mondial des aires protégées d’ici 2020.

 

 6ème édition du Congrès Mondial des Parcs – Le Bassin du Congo mobilise...

 

6ème édition du Congrès Mondial des Parcs organisée par l’UICN de Sydney (Australie) du 12 au 19 novembre 2014 se voulait de réaffirmer et valoriser pleinement la contribution des aires protégées pour la conservation de la biodiversité, l’adaptation aux changements climatiques, la santé et le bien-être des populations, la gouvernance des territoires et plus globalement pour répondre aux défis du développement.

Environ 6000 Participants réunis autour du thème : Des parcs, la planète et nous : des solutions, sources d’inspiration, trois priorités stratégiques ont guidé le  Congrès : (1) conserver et mieux valoriser la nature au travers des parcs (2) trouver des solutions « naturelles » face aux changements globaux qui impactent la planète ; (3)     et asseoir une gouvernance efficace et équitable des services que la nature nous.

 

De grandes annonces par un pays du Bassin du Congo qui se distingue … Gabon Bleu

 

Lors du Congrès mondial des parcs, S.E.M Ali Bongo Ondimba, Président de la République du Gabon a fait part de la volonté du Gabon de créer un réseau de parcs marins au sein desquels aucune pêche commerciale ne sera autorisée. La gestion durable du territoire océanique, ce sanctuaire du Gabon Bleu, mérite tout autant d’attention que les vastes forêts vertes. Le Président Gabonais annonce la délimitation de parcs marins qui feront passer de 1% à 23% des eaux territoriales et de la ZEE la surface du territoire océanique protégée. Une décision qui répond aux recommandations des biologistes marins pour le maintien de la biodiversité. « Au sein de ce réseau, souligne l’hôte de marque du congrès, aucune pêche commerciale ne sera autorisée. Cela inclut une extension de 27.000 kilomètres carrés du parc national de Mayumba, l’étendant jusqu'à la limite de notre zone économique exclusive ». À cet effet, un équilibre délicat serait  à trouver, poursuivant son discours: “Le reste de la zone économique exclusive, sera divisé en zones de pêche communautaires et commerciales et en zones d'exclusion pétrolières, où la pêche industrielle ne sera pas autorisée près des infrastructures économiques stratégiques. Nous avons déjà pris des mesures pour éliminer la pêche illicite dans nos eaux territoriales. Nous planifions actuellement d'étendre ces actions dans les limites de notre zone économique exclusive». Il a relevé le plan climat, la lutte contre le braconnage, la création d’un département chargé du développement durable dans chaque département ministériel, la mise en place d'un plan national d'affectation des terres, le lancement du Gabon Bleu, l'Initiative de protection de l'éléphant - et très récemment l’« Initiative climat du Sud » prévue en mars 2015 - témoignent d’un engagement au plus haut niveau de l’État. Pour finir son Propos, il a rappelé l’urgente nécessité de « soutenir les femmes et les hommes qui consacrent leur vie à la protection de nos parcs » afin d’atteindre les objectifs internationaux de protection de la biodiversité et de « préserver l'intégrité de la planète ».

 

Un Pavillon « Congo Basin Initiative » mobilisateur à WPC -  Le Monde entier autour du Bassin du Congo

Point de rencontre des partenaires et représentants des pays du bassin du Congo présents au WPC, le « Pavillon » situé juste à l’entrée du Centre d’exposition du Congrès mondial  des parcs a de part la qualités des produits proposés attirer des participants du WPC y compris des VIP du notamment, Ambassadeur délégué de la France pour l'environnement, M. Xavier Sticker, SEM Henri Djombo, Minitre de l’économie forestière et du développement durable du Congo, SEM Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar. Cette occasion a donné à la COMIFAC et à la Facilitation l’opportunité de rehausser la visibilité de l’Afrique centrale.

Le produit phare du « Pavillon » du Bassin du Congo qui a retenu l’attention des participants du Bassin du Congo  est l’expérience du Bassin du Congo en matière d’aires protégées transfrontalière, ainsi les 7 aires protégées transfrontalières ont été présentées aux participants et un document de synthèse de guide de mise en place de ces aires protégés ont étés distribués aux participants en français et en anglais.  De plus, le RAPAC a présenté le document présentant l’état des aires protégées en Afrique centrale aussi bien que plusieurs produits issues des activités du RAPAC. Par ailleurs, plusieurs partenaires du PFBC ont utilisé ce cadre pour faire de la publicité autour de leurs évènements parallèles.

 

Des journées thématiques ouvrant le dialogue au congrès autour des expériences uniques du Bassin du Congo en matière de gestion des aires protégées  -

Trois journées thématiques organisées par la COMIFAC sont venues rehausser la participation du Bassin du Congo avec une série de thématiques percutantes et informatives sur le Bassin du Congo et ces réalisations en matière de Gestion des aires protégées et disponibles ci-dessous en anglais uniquement :

  • Journée 1 : Governance: lands use planning, landscapes, Legislations - Moderator: Dr. Sébastien-Luc KAMDEM KAMGA (RAPAC) 
  • Journée 2 : Protected Areas and communities livelihoods improvement: innovative local initiatives to combat poverty and promotion of the economic growth    - Moderator: Dr. Leonard USONGO (IUCN)
  • Journée 3 : Transboundary Protected Areas and Wildlife crime  in Central Africa - Moderator: Dr. Paul Scholte (GIZ)

 

Le Bassin du Congo vers une participation plus au Congrès forestier mondial et au congrès mondial de la conservation -  La préparation s’est maintenant …

À l’issu de cette participation, le rendez-vous a été donné en septembre 2015 au Congrès forestier mondial  qui aura lieu pour la première fois en Afrique. Ce 14e Congrès forestier mondial hébergé par la République d’Afrique du Sud réunira du 7 au 11 septembre 2015 la communauté mondiale des forestiers pour passer en revue et analyser des questions clés et partager les moyens de les affronter… En savoir plus sur le congrès des forestiers http://www.fao.org/forestry/wfc/en/  De plus se tiendra en 2016 le Congrès mondial de la conservation  qui aura lieu à Hawaii. Tenu tous les quatre ans, le Congrès réunit des dirigeants issues des gouvernements, du secteur public, des organisations non-gouvernementales, des entreprises, des agences onusiennes et des organisations autochtones et locales pour discuter et décider des solutions pour faire face aux plus grands défis du monde en matière d'environnement et de développement. «Après un processus d'évaluation rigoureux et un examen attentif des deux propositions exceptionnelles reçues de Hawaï et de la Turquie, nous sommes très heureux d'annoncer qu’Hawaï sera l’hôte du prochain Congrès Mondial pour la Conservation de l’UICN », déclare Julia Marton-Lefèvre, Directrice générale de l'UICN. "J’ai la certitude que Hawaï, fort de ses installations exceptionnelles, sa riche diversité biologique, sa culture indigène exceptionnelle, « l'esprit Aloha» et son engagement fort envers la conservation et le développement durable, fournira un cadre exceptionnel pour notre Congrès de 2016».  En savoir plus sur ce Congrès...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019