Congrès mondial sur les parcs : Les promesses de la Vision de Sydney

 

Plus de 6 000 participants venus de plus de 170 pays se sont réunis au Congrès mondial sur les parcs 2014 de l’UICN à Sydney, en Australie. Reconnaissant les propriétaires traditionnels de la terre où nous nous sommes réunis, nous avons célébré une grande variété de moyens stimulants de répondre aux défis auxquels la planète fait face, à travers des approches d’aires protégées qui respectent et conservent la nature, tout en profitant de la santé et de la prospérité humaine. Nous avons reconnu que le rééquilibrage de la relation entre la société humaine et la nature est essentiel, et que les écosystèmes et leur diversité de vie soutiennent pleinement notre existence, l'identité culturelle et spirituelle, l'économie et le bien-être.

 

Nous célébrons l'expansion et l'amélioration de la gouvernance et de la gestion des aires protégées et conservées à travers le monde,  le leadership et les initiatives de nombreuses régions, y compris le tout premier Congrès sur les Parcs d’Asie, depuis notre rencontre à Durban en 2003.  En particulier, nous saluons la mise en place de nouvelles aires marines protégées, étant donné que la santé des océans est essentielle à la vie sur terre et doit être protégée à une échelle beaucoup plus grande. Nous reconnaissons le rôle croissant des peuples et communautés autochtones, des régions et territoires privés conservés pour réaliser la conservation de la biodiversité, les objectifs sociétaux, et les opportunités offertes par la nouvelle communication et d'autres technologies afin de mieux comprendre et engager de nouvelles cibles, dont les jeunes dans les villes à croissance rapide à travers le monde. Nous nous félicitons de nombreuses améliorations de pratiques d'entreprise, et de nombreuses réussites et partenariats variés dans tous les secteurs en faveur de la conservation de la nature et de la durabilité.

 

Malgré ces avancées, nous reconnaissons que les menaces contre la nature, sa diversité biologique et les aires protégées sont maintenant à leur plus haut niveau de toute l'histoire de l’humanité, en raison d'une convergence à grande échelle des impacts des modes de consommation, de la croissance démographique et de l'activité industrielle. De nombreuses aires protégées et conservées sont menacées ou sont mal gérées, et de nombreux gardes forestiers en première ligne ont tout sacrifié pour cette cause.  Cette réalité doit être confrontée directement, honnêtement et en concertation. Une vision audacieuse et une action concertée sont nécessaires si nous voulons atteindre les objectifs de conservation et les aspirations humaines pour les générations actuelles et futures. Il n'y a pas de temps à perdre.

 

Par conséquent, nous :

 

Promettons d’ACCENTUER... nos efforts pour assurer que les aires protégées ne régressent pas, mais progressent. Nous allons intensifier la protection de paysages, des terres humides et des milieux marins pour représenter tous les sites essentiels pour la conservation de la nature, en particulier dans les océans. Nous allons améliorer la diversité, la qualité et la vitalité de la gouvernance et de la gestion, y compris la reconnaissance et le soutien des aires conservées par les populations autochtones, les communautés locales et les entités privées appropriées. Nous nous efforcerons de promouvoir les utilisations durables des terres et éliminer les activités et les politiques qui dégradent, menacent ou entraînent l'extinction ou la perte d'écosystèmes et de leur biodiversité, y compris le commerce illégal endémique des espèces sauvages et l'impact des espèces exotiques envahissantes. Nous allons reconnaître, respecter, équiper et soutenir notre personnel de première ligne pour qu’ils remplissent leur mission souvent dangereuse, mais toujours essentielle.

 

Promettons d'INSPIRER...   toutes les personnes, de toutes les générations, de toutes les régions du monde et de toutes les cultures pour qu’elles expérimentent les merveilles de la nature à travers les aires protégées, qu’elles engagent leurs cœurs et leurs esprits et qu’elles suscitent une association du bien-être physique, psychologique, écologique et spirituelle pour toute la vie. Nous allons motiver et engager une nouvelle génération de communautés urbaines et rurales, comme un investissement essentiel dans l'avenir de la durabilité de la planète, et dans la qualité de vie des individus partout à travers le monde. Par ailleurs, en travaillant en partenariat avec et en tenant compte des traditions et des connaissances de longue date, des droits et responsabilités collectifs des populations autochtones et des communautés locales vis-à-vis de la terre, de l'eau, des ressources naturelles et de la culture, nous allons chercher à redresser et à corriger les injustices passées et continues conformément aux accords internationaux.

 

Promettons d'INVESTIR... dans les solutions qu’offre la nature, soutenus par les politiques publiques, les incitations, les outils et les garanties qui permettent d’arrêter la perte de la biodiversité, d’atténuer et de répondre au changement climatique, de réduire le risque et l'impact des catastrophes, d’améliorer la sécurité alimentaire et de l'eau, et de promouvoir la santé et la dignité humaine. Nous allons travailler pour permettre aux aires protégées et conservées et à leurs gestionnaires de concevoir et de surveiller des ripostes efficaces, fondées sur des faits et adaptées à la culture face à ces défis, et de fournir des arguments convaincants pour une reconnaissance, des incitations, des capacités et des financements directs accrus. Nous allons encourager les réseaux et les initiatives d’apprentissage régionaux qui soutiennent ces objectifs. Nous allons collaborer avec de nouveaux partenaires pour promouvoir les économies durables et équitables qui respectent les limites planétaires et la justice sociale.

 

À lire aussi : Le Sommet de l'UICN aboutit sur d'importants engagements pour sauver les zones naturelles les plus précieuses de la Terre – Le Congrès mondial sur les parcs 2014 s’achève aujourd'hui à Sydney

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cinq priorités pour les lois relatives à la foresterie communautaire en République du Congo

La foresterie communautaire peut avoir des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques en améliorant la gestion des forêts et les moyens de subsistance des communautés locales. Tanja Venisnik, conseillère en droit et politique publique à ClientEarth, explique que des lois claires et cohérentes sont indispensables au succès de la foresterie communautaire.

En savoir plus...

Alwihdainfo-Innovation environnementale : la tchadienne Hindou Oumarou remporte le prix Pritzker de 100 000 dollars

Native du Tchad, Hindou Oumarou reçoit 100 000 dollars pour un travail d'unification des cultures autour d'une ressource en eau qui se raréfie et qui dessert quatre pays africains.

En savoir plus...

mediaterre-Participation de la Francophonie à la CdP - COP25

À chaque Conférence des Parties négociant sur le climat depuis la CdP21 en 2015, la Francophonie a réservé et aménagé un Pavillon pour les acteurs francophones. Le pavillon mis à disposition permet durant deux semaines de la CdP permet d'abriter des événements, totalisant une participation de près de 2000 personnes à chaque édition. Cette expérience a toujours été couronnée de succès et beaucoup appréciée par les États et Gouvernements membres de la Francophonie ainsi que par les acteurs de la société civile et du privé!

En savoir plus...

SNOIE* I Note d’information I Numéro 8

Deux entreprises forestières dénoncées pour exploitation forestière illégale par le Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) suspendues.

En savoir plus...

Lemonde-Après le désistement du Chili, la COP25 sur le climat sera organisée en Espagne en décembre

Après le renoncement du président chilien, Sebastian Piñera, en raison des troubles dans le pays, l’Espagne organisera la conférence aux dates prévues, du 2 au 13 décembre.

En savoir plus...

Lemonde-L’Afrique incontournable pour conduire la transition énergétique mondiale

L’Afrique subsaharienne consomme à peine plus d’électricité que l’Espagne. C’est pourtant sur le continent que se joue une importante bataille contre le dérèglement climatique. A quelques semaines de la 25e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP25), l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publie, vendredi 8 novembre, un rapport que les négociateurs africains auraient tort de ne pas mettre dans leurs valises avant de s’acheminer vers Madrid. Ils y trouveront de solides arguments pour faire entendre leurs voix à côté des pays gros émetteurs de gaz à effet de serre. « La façon dont l’Afrique parviendra à satisfaire ses besoins énergétiques est cruciale pour l’avenir du continent, et du monde », posent d’emblée les auteurs de cette deuxième édition des Perspectives économiques de l’Afrique, une somme de près de 300 pages.

En savoir plus...

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019