Congrès mondial sur les parcs : Les promesses de la Vision de Sydney

 

Plus de 6 000 participants venus de plus de 170 pays se sont réunis au Congrès mondial sur les parcs 2014 de l’UICN à Sydney, en Australie. Reconnaissant les propriétaires traditionnels de la terre où nous nous sommes réunis, nous avons célébré une grande variété de moyens stimulants de répondre aux défis auxquels la planète fait face, à travers des approches d’aires protégées qui respectent et conservent la nature, tout en profitant de la santé et de la prospérité humaine. Nous avons reconnu que le rééquilibrage de la relation entre la société humaine et la nature est essentiel, et que les écosystèmes et leur diversité de vie soutiennent pleinement notre existence, l'identité culturelle et spirituelle, l'économie et le bien-être.

 

Nous célébrons l'expansion et l'amélioration de la gouvernance et de la gestion des aires protégées et conservées à travers le monde,  le leadership et les initiatives de nombreuses régions, y compris le tout premier Congrès sur les Parcs d’Asie, depuis notre rencontre à Durban en 2003.  En particulier, nous saluons la mise en place de nouvelles aires marines protégées, étant donné que la santé des océans est essentielle à la vie sur terre et doit être protégée à une échelle beaucoup plus grande. Nous reconnaissons le rôle croissant des peuples et communautés autochtones, des régions et territoires privés conservés pour réaliser la conservation de la biodiversité, les objectifs sociétaux, et les opportunités offertes par la nouvelle communication et d'autres technologies afin de mieux comprendre et engager de nouvelles cibles, dont les jeunes dans les villes à croissance rapide à travers le monde. Nous nous félicitons de nombreuses améliorations de pratiques d'entreprise, et de nombreuses réussites et partenariats variés dans tous les secteurs en faveur de la conservation de la nature et de la durabilité.

 

Malgré ces avancées, nous reconnaissons que les menaces contre la nature, sa diversité biologique et les aires protégées sont maintenant à leur plus haut niveau de toute l'histoire de l’humanité, en raison d'une convergence à grande échelle des impacts des modes de consommation, de la croissance démographique et de l'activité industrielle. De nombreuses aires protégées et conservées sont menacées ou sont mal gérées, et de nombreux gardes forestiers en première ligne ont tout sacrifié pour cette cause.  Cette réalité doit être confrontée directement, honnêtement et en concertation. Une vision audacieuse et une action concertée sont nécessaires si nous voulons atteindre les objectifs de conservation et les aspirations humaines pour les générations actuelles et futures. Il n'y a pas de temps à perdre.

 

Par conséquent, nous :

 

Promettons d’ACCENTUER... nos efforts pour assurer que les aires protégées ne régressent pas, mais progressent. Nous allons intensifier la protection de paysages, des terres humides et des milieux marins pour représenter tous les sites essentiels pour la conservation de la nature, en particulier dans les océans. Nous allons améliorer la diversité, la qualité et la vitalité de la gouvernance et de la gestion, y compris la reconnaissance et le soutien des aires conservées par les populations autochtones, les communautés locales et les entités privées appropriées. Nous nous efforcerons de promouvoir les utilisations durables des terres et éliminer les activités et les politiques qui dégradent, menacent ou entraînent l'extinction ou la perte d'écosystèmes et de leur biodiversité, y compris le commerce illégal endémique des espèces sauvages et l'impact des espèces exotiques envahissantes. Nous allons reconnaître, respecter, équiper et soutenir notre personnel de première ligne pour qu’ils remplissent leur mission souvent dangereuse, mais toujours essentielle.

 

Promettons d'INSPIRER...   toutes les personnes, de toutes les générations, de toutes les régions du monde et de toutes les cultures pour qu’elles expérimentent les merveilles de la nature à travers les aires protégées, qu’elles engagent leurs cœurs et leurs esprits et qu’elles suscitent une association du bien-être physique, psychologique, écologique et spirituelle pour toute la vie. Nous allons motiver et engager une nouvelle génération de communautés urbaines et rurales, comme un investissement essentiel dans l'avenir de la durabilité de la planète, et dans la qualité de vie des individus partout à travers le monde. Par ailleurs, en travaillant en partenariat avec et en tenant compte des traditions et des connaissances de longue date, des droits et responsabilités collectifs des populations autochtones et des communautés locales vis-à-vis de la terre, de l'eau, des ressources naturelles et de la culture, nous allons chercher à redresser et à corriger les injustices passées et continues conformément aux accords internationaux.

 

Promettons d'INVESTIR... dans les solutions qu’offre la nature, soutenus par les politiques publiques, les incitations, les outils et les garanties qui permettent d’arrêter la perte de la biodiversité, d’atténuer et de répondre au changement climatique, de réduire le risque et l'impact des catastrophes, d’améliorer la sécurité alimentaire et de l'eau, et de promouvoir la santé et la dignité humaine. Nous allons travailler pour permettre aux aires protégées et conservées et à leurs gestionnaires de concevoir et de surveiller des ripostes efficaces, fondées sur des faits et adaptées à la culture face à ces défis, et de fournir des arguments convaincants pour une reconnaissance, des incitations, des capacités et des financements directs accrus. Nous allons encourager les réseaux et les initiatives d’apprentissage régionaux qui soutiennent ces objectifs. Nous allons collaborer avec de nouveaux partenaires pour promouvoir les économies durables et équitables qui respectent les limites planétaires et la justice sociale.

 

À lire aussi : Le Sommet de l'UICN aboutit sur d'importants engagements pour sauver les zones naturelles les plus précieuses de la Terre – Le Congrès mondial sur les parcs 2014 s’achève aujourd'hui à Sydney

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC