Une journée des Nations Unis pour la lutte contre le commerce illégal des espèces faunique (Elephants et Rhinocéros)

 

La journée des Nations Unis célébrée le 03 Mars à travers le monde, a été marquée par la place accordée à la lutte contre le commerce illégale de la faune.

 

Du fait que cette journée de célébration coïncide avec date de l'adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) en 1973, la communauté internationale a voulu prendre à bras le corps ce fléaux de commerce illégal des espèces sauvages, qui de nos jours est classé le quatrième plus grand fléau dans le monde après la drogue , la contrefaçon et le trafic d'êtres humains, avec des conséquences sur la paix et la sécurité internationales .

 

Le lancement de l’évènement qui a eu lieu à Nairobi au Kenya, a été une occasion pour les organisateurs de passer en revu les grands actes internationaux visant à faire face au phénomène de braconnage et commerce illicite de la faune. Il s’agit de :

 

  • L’adoption récemment par le Conseil de sécurité des Nations Unies de deux résolutions reconnaissant le lien direct entre l'exploitation illégale des animaux sauvages et les conflits en cours en Afrique centrale ;
  •  L’application en 2012, de la loi d’Assistance pour les forêts, qui se veut un consortium de forêts et des initiatives sur le climat qui vise à lutter contre l'exploitation forestière illégale et le crime forestier organisé. Elle est dirigée par le Programme de la criminalité environnementale d'INTERPOL et le centre de collaboration du PNUE en Norvège (GRID-Arendal ) ;
  • Au cours de la 16e Conférence des Parties à la CITES à Bangkok en Mars 2013, environ 170 pays présents se sont accordés pour un meilleur statut de protection à des centaines d'espèces de bois, les tortues et d'autres espèces végétales et animales ;
  • L’approbation d’une motion par le Parlement Européen en Janvier 2014, avec une résolution concernant la criminalité de la faune et des mesures qui la place au même titre que le trafic de la drogue, ce qui a appelé à la mise en place d'un plan d'action contre le commerce illégal de la faune en zone UE,
  • la prise de décision par le gouvernement des États-Unis en Février 2014, de travailler à protéger les espèces emblématiques comme les éléphants et les rhinocéros à travers l’interdiction d'importer, d’exporter ou de revendre aux États-Unis de l'ivoire d'éléphant. ceci dans le cadre d'une stratégie nationale de lutte contre la traite de la faune.
  • A la conférence de Londres sur le commerce illicite de la faune en Février 2014, 46 pays ont adopté une déclaration contenant une série d'engagements  parmi les quelles la  lutte contre la corruption, l'adoption de la législation des sanctions plus sévères contre les braconniers, et de recruter davantage d'agents de l’administration pour l’application de la loi.

 

Cette rencontre de haut niveau a étalé sur la table des efforts à fournir pour maintenir le cap sur la lutte contre le commerce illicite des espèce sauvage, en tenant compte de la diversité des dynamiques socio -économiques , juridiques et commerciales à travers la gamme de transit et des pays consommateurs. Pour cela, il faut :

 

  • La promotion du renforcement des forces de l’ordre, du renforcement des capacités humaines et financières suffisantes, de la sensibilisation du public et de la lutte contre la corruption, ainsi que de soutenir la législation nationale et de réduire la demande pour les produits de la faune qui sont illégalement surexploités ;
  • le développement économique durable, fondé sur les priorités pour garantir à long terme la durabilité des ressources naturelles ;
  • La mise en œuvre des stratégies et des objectifs de biodiversité à l'échelle nationale et internationale comme les « Objectifs d'Aichi » fixés par la Convention, sur son Plan stratégique 2011-2020 de la biodiversité
  • un soutien financier et politique approprié est nécessaire pour garantir l’efficacité de cette lutte.

 

Par ailleurs, il convient de signaler ici, que cet évènement a été l’occasion de présenter les résultats des études réalisées sur la faune et la flore. Il s’agit de :

 

  • Les éléphants dans la poussière
  • Rhinocéros en voie d'extinction
  • singes volés
  • L'exploitation forestière illégale

 

Ces publications pleines de précieuses informations, font un état des lieux de ces différents espèces animales et végétales, avec des projections sur le devenir sur le long terme.

 

Pour plus d’information sur l’évènement, veillez consulter le site : http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2764&ArticleID=10729&l=en

Autre informations pertinentes :

 

Vous pouvez consulter sur les liens ci-dessous, des informations sur l’hommage rendu au prof Wangari Maathai décédée en 2011 :

 

www.unep.org/newscentre/multimedia/default.asp?cat=int&ct=vid‎

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019