WWF Virunga campaign: Plainte de WWF International à l’OCDE contre SOCO International plc ACCEPTÉE-

 

Le Document : « Évaluation initiale par le Point de Contact national britannique pour les directives de l’OCDE relatives aux multinationales: plainte de WWF International contre SOCO International plc »

 

La présente déclaration contient la décision de la NCP (National Contact Point) d’accepter d’examiner une plainte de WWF International contre SOCO International plc, une société britannique installée en République Démocratique du Congo.

 

Bien vouloir télécharger aussi : WWF - KEY ELEMENTS OF THE DECISION AGAINST SOCO

 

Un extrait du Communiqué de WWF  disponible ci-dessous: WWF Virunga Campagn : Une grande victoire pour la conservation de la nature remportée contre une compagnie pétrolière

 

Londres, 14 Fev 2014 – Une grande agence de responsabilité sociétale des entreprises a annoncé aujourd’hui qu’elle allait analyser la plainte déposée contre Soco International PLC, qui concerne des violations présumées des droits de l’homme et des protections environnementales liées aux opérations de l’entreprise dans un site africain Patrimoine Mondial de l’Humanité.

 

Cette plainte a été introduite par le WWF qui affirme que Soco a enfreint les standards les plus respectés en matière de responsabilité sociétale des entreprises dans sa recherche de pétrole au Parc national des Virunga, en République Démocratique du Congo (RDC). L’agence britannique de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) a déclaré que le WWF a exposé « des éléments et des problèmes qui méritent un examen approfondi » dans son évaluation initiale publiée aujourd’hui.

 

Dans sa plainte, le WWF fournit des preuves des violations présumées de Soco des ‘Principes Directeurs pour les Entreprises Multinationales’  incluant de l’intimidation, des menaces et des détentions illégales d’activistes locaux, ainsi que de la rétention d’information concernant les risques sociaux et environnementaux envers les personnes susceptibles d’être impactées par les activités de l’entreprise.

 

« Aujourd’hui, les inquiétudes du WWF quant aux activités de Soco ont été validées. Ce premier jugement est une victoire pour la conservation de la nature et envoie un signal fort à toute entreprise qui pense qu’elle peut s’en sortir en ne respectant pas les standards internationaux » a déclaré Lasse Gustavsson, Directeur Exécutif de la Conservation  au WWF. « Nous appelons tous les gouvernements et les institutions financières à nous rejoindre pour dire à Soco de quitter les Virunga. Si Soco refuse, l’entreprise risque d’endommager sa réputation et celle de l’industrie qu’elle représente de manière irréversible. »

 

Le Royaume-Uni, la Belgique et l’Allemagne ont tous exprimé leur désaccord face aux activités de Soco dans les Virunga, et plus de 600000 supporters du WWF ont signé une pétition contre l’entreprise. Egalement, l’UNESCO a demandé l’annulation du permis de l’entreprise et le géant pétrolier Total s’est engagé publiquement à ne pas entrer dans ce Patrimoine Mondial de l’Humanité.

                                       

Le WWF est la première organisation de cette ampleur à utiliser le mécanisme de plainte à l’OCDE contre une entreprise. Les principes directeurs de l’OCDE s’appliquent aux entreprises qui opèrent dans et à partir de 45 pays qui adhèrent à ces principes. Dans le cadre de son mandat de promotion du développement responsable à l’étranger, l’OCDE a développé ce processus transparent pour obliger les entreprises multinationales à remplir leurs obligations sociétales.

 

« Cette décision constitue un précédent et ouvre un nouveau chemin à la communauté de la conservation de la nature pour préserver l’environnement à l’aide de l’OCDE » a dit Gustavsson. « En travaillant avec les gouvernements et les entreprises responsables, nous pourront contrer les pressions qui augmentent sur les endroits les plus précieux de la planète. »

 

Le Parc national des Virunga est le plus vieux parc d’Afrique et abrite plus de plantes et d’espèces que toute autre zone protégée du continent. 85 pourcents du parc ont été alloués en concessions pétrolières, mais Soco est la seule entreprise qui veut y pratiquer de l’exploration pétrolière.

 

«Des investissements responsables pourront assurer aux Virunga un avenir prospère qui amènera du développement durable à la région et protègera les ressources naturelles dont les populations locales ont besoin » a dit Gustavsson. « Le pétrole met le parc en danger, donc nous demandons à Soco de se retirer immédiatement du Parc national des Virunga. »

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019