REDD +: When land issues get into the mix!

 

"The drive to reduce carbon emissions from deforestation and forest degradation (REDD+) is at risk of losing momentum due to issues of land ownership and economic viability". This is an excerpt from the report of the CIFOR study conducted as part of the Global Comparative Study on REDD + and the CGIAR Research Program on Forests, trees and agroforestry, with the support of NORAD , USAID, DFID and the European Commission , entitled ‘The Challenge of establishing REDD + on the ground : Insights from 23 sub-national initiatives in six countries.’


 
The study comes at a time when REDD + initiatives have long been considered as potential income sources for forest managers, and as such constitute a form of compensation for their efforts to reduce emissions or sequester carbon stocks through forest conservation and preservation and this trend has equally made carbon financially valuable.


 
It is clear that after almost a decade of implementation of REDD + processes, incentive programmes to reduce carbon emissions are losing steam due to land tenure insecurity caused by the influx of foreigners seeking to develop agriculture. Thus, CIFOR researchers, pondering  the relevance and impact of these initiatives, have delved into the intricacies of the various projects related to REDD + in order to identify the main constraints to the achievement of its assigned objectives namely, generating revenue to compensate forest managers for their efforts. Another aim of the study was to draw attention to a crucial factor undermining these efforts: land tenure insecurity.


 
According to the study, tenure insecurity currently stands as the greatest challenge facing proponents of REDD + projects. Details of the findings of the study can be found here: The challenge of establishing REDD + on the ground: insights from 23 sub-national initiatives in six countries or by contacting


 
♦ CIFOR: www.cifor.org
♦ Forest news: http://blog.cifor.org/fr/
Information Portal on Forests and Climate Change: www.forestsclimatechange.org
CGIAR research programme on forests, trees and agroforestry: www.foreststreesagroforestry.org
 
Kindly find the CIFOR press release below (in French only)

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 

Une étude mondiale fait la lumière sur les défis liés au programme de changement climatique pour les forêts

 

 

 

 

 

 

 

14 avril 2014 — Un programme d'incitation pour réduire les émissions de carbone issus de la déforestation et de la dégradation des forêts — connu sous l'acronyme REDD+ — risque de perdre de sa dynamique à cause de problèmes de propriété foncière et de viabilité économique, indique une nouvelle étude. Les défis sont surmontables, disent les chercheurs, ajoutant qu'un accord international contraignant sur le climat pourrait contribuer à renforcer les perspectives d'atténuation du changement climatique du programme REDD+.

 

 

 

L'étude est basée sur 23 initiatives REDD+ locales à travers le monde. Des centaines de ces initiatives, qui visent à tester la faisabilité de REDD+, ont été menées ces dernières années. Mais certains porteurs d'initiatives perdent leur enthousiasme pour la REDD+, selon l'étude dirigée par le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR).

 

 

 

« Les porteurs d'initiatives sont des groupes de personnes motivés et déterminés qui croient en ce qu'ils font pour protéger les forêts », affirme William Sunderlin, scientifique chevronné du CIFOR et principal auteur de Le défi d'établir REDD+ sur le terrain: zoom sur 23 initiatives infra-nationales dans six pays (The Challenge of Establishing REDD+ on the Ground: Insights from 23 Subnational Initiatives in Six Countries.) (www.cifor.org/Establishing_REDD_on_ground)

 

 

 

« Mais ils font face actuellement à des défis majeurs, dont les causes trouvent leur origine en dehors des frontières de leur projet, en particulier dans l'insécurité foncière et ce qu'on appelle 'l'économie défavorable' de la REDD+ », dit Sunderlin. « Ces initiatives infra-nationales ont besoin d'un soutien plus sérieux de la part des processus nationaux et internationaux pour créer des circonstances qui permettent à la REDD+ de fonctionner comme prévu. » REDD+ signifie Réduction des émissions liées au déboisement et à la dégradation des forêts; le « + » signale une conservation de l'écosystème plus vaste.

 

 

 

Ce qui rend la REDD+ différente des efforts précédents — et généralement infructueux — pour réduire la déforestation, c'est qu'elle se base sur des incitations financières conditionnées par les performances. A l'origine, la REDD+ devait générer un flux de revenus en donnant une valeur financière au carbone. Les gestionnaires des forêts recevaient alors une partie de ce revenu, seulement à condition d'avoir réellement obtenu des réductions d'émission ou d'avoir augmenté le stock de carbone.

 

 

 

L'insécurité foncière – le droit de posséder, accéder ou utiliser la terre — demeure le principal défi pour les porteurs de projet, constate l'étude. «La REDD+ est établie dans des endroits où les régimes fonciers sont souvent flous et contestés», dit Sunderlin. «Mais le système de récompense REDD+ requiert de la clarté: qui possède les forêts ou le carbone, qui est responsable de la réduction d'émissions, et qui peut en réclamer les bénéfices?»

 

 

 

Dans un sondage antérieur sur les villages de cinq pays engagés dans la REDD+, plus de la moitié des personnes ont répondu qu'au moins une partie de leur régime foncier n'est pas en sécurité, et plus d'un cinquième n'a pas été en mesure d'exclure les étrangers indésirés. De plus, comme les problèmes fonciers sont généralement de portée et d'origine nationales, leur résolution est souvent hors de portée des porteurs de projet.

 

 

 

Sunderlin note, cependant, que des réformes foncières novatrices sont en train de prendre forme : en Indonésie par exemple, le gouvernement a lancé One Map Initiative pour améliorer le régime foncier et la planification de l'utilisation des terres, et l'an dernier, une décision de la Cour Constitutionnelle visait à accorder aux peuples indigènes des droits de propriété sur les terres.

 

 

 

Mais pour que quelqu'un puisse en bénéficier, la REDD+ doit d'abord générer des revenus. Au départ, on envisageait que la source de revenu de la REDD+ provienne du commerce des crédits carbone sur les marchés du carbone, mais elle a manqué son objectif. L'absence d'un accord international sur le climat contraignant pour amener des changements de réglementation, un marché du carbone faible et la domination continue d'intérêts économiques puissants ont sapé les efforts pour générer du revenu, selon l'étude.

 

 

 

« Imaginons que la REDD+ est un processus contraignant dans une vente aux enchères, où ceux qui présentent l'offre la plus élevée peuvent contrôler l'utilisation des terres forestières. L'offre proposée par de grandes entreprises agricoles surpasse souvent ce qui peut être offert par la REDD+ », dit Sunderlin. « Cela pourrait changer si on établissait de nouvelles conditions – une combinaison d'assistance au développement, de fonds internationaux ou nationaux, ou un mécanisme basé sur le marché – qui génèrerait un flux de revenus de la REDD+ et couvrirait les coûts de la renonciation à une reconversion de la forêt. »

 

 

 

Le trou financier existant est estimé de 15 à 48 milliards de dollars US pour 2020, avec l'apport de crédit carbone qui dépasserait de 13 à 39 fois la demande, selon to the International Forest Finance Project.

 

 

 

Cependant, avec la recherche qui braque le projecteur sur les défis et les solutions possibles, les développements positifs en cours et une envie croissante d'agir peuvent mener à des 'percées capitales' : « Les gouvernements sont de plus en plus conscients que les problèmes fonciers et les économies de la REDD+ sont fondamentales et ont besoin d'être résolues rapidement », dit Sunderlin.

 

 

 

Cette recherche a été menée dans le cadre du Global Comparative Study on REDD+ et du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie, avec le soutien de NORAD, AusAID, DFID, la Commission européenne.

 

 

 

La REDD+ sera un thème central des discussions lors du prochain Sommet de l'Asie sur les Forêts, les 5 et 6 mai à Jakarta, en Indonésie. Lors de ce Sommet, les intervenants examineront  comment les initiatives REDD+ peuvent fournir des exemples de stratégies de développement à faible émission et contribuer au développement durable. Plus d'informations sur forestsasia.org.

 

 

 

###

 

 

 

 
 
Le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR) œuvre pour le bien-être humain, la préservation de l'environnement et l'équité en menant des recherches pour éclairer les politiques et les pratiques qui affectent les forêts dans les pays en développement. Le CIFOR aide à assurer que la prise de décision qui affecte les forêts est basée sur une science solide, des principes de bonne gouvernance et reflète les points de vue des pays moins développés et des personnes dépendantes des forêts. Le CIFOR est un des 15 membres du Consortium CGIAR

CIFOR: www.cifor.org
Nouvelles des forêts: http://blog.cifor.org/fr/ 
Portail d'information sur les forêts et le changement climatique: www.forestsclimatechange.org 
Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l'agroforesterie:www.foreststreesagroforestry.org

 

Go back

CBFP News

Forests play a key role in tackling climate change

This briefing note from Coordination SUD and Fern analyses the issues we need to address to ensure forests help deliver tropical forested countries’ Nationally Determined Contributions (NDCs). This includes respect for communities’ rights and preserving their livelihoods, protecting and restoring biodiversity, and improved forest governance. Tackling these challenges will require effective civil society participation.

Read more …

Cbd-Zero Draft of the Post-2020 Global Biodiversity Framework published by the Secretariat

The Open-Ended Working Group on the Post-2020 Global Biodiversity Framework has been tasked with advancing preparations for the development of the post-2020 global biodiversity framework. It is expected that this process will culminate in the adoption of a post-2020 global biodiversity framework by the Conference of the Parties to the CBD, at the UN Biodiversity Conference in 2020 in Kunming, China as a stepping stone towards achieving the 2050 Vision of “Living in harmony with nature".

Read more …

Ecozona-The Screaming Forest: An Ecocritical Assessment of Le Cri de la forêt

From a postcolonial ecocritical standpoint, this essay analyzes the play Le Cri de la forêt (2015) co-authored by Henri Djombo, a cabinet minister from Congo-Brazzaville, and Osée Colin Koagne, a stage director and environmental activist from Francophone Cameroon. Mindful of the rich biodiversity of the Congo Basin where the playwrights originate, the essay interrogates why the forest in the play is screaming and moves on to engage with related ecological questions such as the scapegoating of witchcraft and doubtful traditional beliefs amidst climate change.

Read more …

FERN: Five EU forest trends to watch out for in 2020 & Save the Date - February 2020 (Brussels)

In 2019, forests and forest peoples’ rights rose up the global political – and spiritual - agenda, and the EU made high profile commitments to protect forests abroad and at home as part of their European Green Deal.  But will 2020 see such commitments turned into action? Here are five questions we hope to give positive answers to at the end of the year...

Read more …

Overview and analyses of key national policies, strategies and action plans relevant to deforestation, child and forced labour, and smallholder inclusion in Cameroon

The overarching objective of this study is to identify laws and policies on deforestation, child labour, force labour and smallholder inclusion in Cameroon, and analyze how these policies support the private sector to align with the sustainable production of timber, palm oil, cocoa and rubber. This review clearly demonstrates that both government and private sector can achieve targets of curbing deforestation and ensuring effective respect of human rights along the supply chains of the selected commodities.

Read more …

Statement on the situation of wildlife in the Congo Basin (and in Cameroon in particular) - Resolving Conservation Conflicts in West/Central African Protected Areas

The statement is the outcome of a meeting of various CBFP partners at the Congo Basin Institute in Yaounde:  ...We are a group of scientists, including faculty members from respected universities in Cameroon and abroad, representatives of protected areas management units, law enforcement organisations (LAGA), rangers, and international organisations (TRAFFIC, WWF). In October 2019, we met in Yaoundé to assess the current status of conservation in the country and discuss ways forward to solve what we consider to be a conservation crisis...

Read more …

Final Communiqué of the Experts’ Meeting to Follow up on the N’Djamena Conference on The Sahel-Congo Basin Roadmap on the Operational Implementation of the N'Djamena Declaration Synthesis

The Kingdom of Belgium Facilitation of the Congo Basin Forest Partnership (CBFP), in close collaboration with the Central African Forest Commission (COMIFAC) and the Government of the Republic of Cameroon, hosted from 16 to 17 December 2019 in Douala, Cameroon, the Experts’ Meeting for the follow up of the International conference on Security, Poaching, Transhumance Management and the Movements of Armed Groups between the Sahel and Equatorial Africa.

Read more …

CAFI and EU join forces for the future of Central African Forests

Brussels, 4 November:  As part of growing commitments from donors to Central African forests and people, matching growing concern about accelerating forest loss of Earth’s 2nd lung, the  European Commission signed a15 million euros (16 million dollars) funding agreement to the Central African Forest Initiative (CAFI) Trust Fund.

Read more …

CBFP News Archive