PFBC Partenaire du mois d'avril : African Wildlife Foundation

Partenaire PFBC du mois: Avril 2015 – L’African Wildlife Foundation – L’AWF donne aux Africains une voix dans la lutte contre le commerce de la faune

 

Depuis quelques années, le groupe africain de conservation, l’African Wildlife Foundation (AWF) s’attaque au problème du commerce illégal de la faune en œuvrant pour: (1) Arrêter le massacre sur le terrain en renforçant les actions de lutte contre le braconnage visant les  populations fauniques africaines critiques; (2) Arrêter le trafic d’organes d'animaux sauvages vers l’extérieur du continent en établissant un programme de détection canine de qualité supérieure capable d’être déployé sur des ports africains clés et en offrant des formations magistrales pour sensibiliser les magistrats, les procureurs, les agents de douanes et autres sur les questions et les lois liées à la criminalité de la faune; et (3) Arrêter la demande grâce à une campagne de sensibilisation en Asie visant à alerter le public sur l'impact de leur demande en ivoire et en corne de rhinocéros...


 
Le commerce illégal des espèces sauvages est un marché de grande ampleur, qui s’étend à travers le monde et génère jusqu’à 23 milliards de dollars en revenus par an. Plus de 35 000 éléphants et 1000 rhinocéros sont tués chaque année en Afrique pour alimenter ce commerce, et la crise a atteint un point critique. Si le commerce des espèces sauvages continue à prospérer et le braconnage se poursuit sans répit, les décès finiront par dépasser les taux de natalité pour certaines des mégafaunes les plus emblématiques d'Afrique.


 
Depuis quelques années, le groupe africain de conservation, l’African Wildlife Foundation (AWF) s’attaque au problème du commerce illégal de la faune en œuvrant pour:

 

  • Arrêter le massacre sur le terrain en renforçant les actions de lutte contre le braconnage visant les populations fauniques africaines critiques;
  •  Arrêter le trafic d’organes d'animaux sauvages vers l’extérieur du continent en établissant un programme de détection canine de qualité supérieure capable d’être déployé sur des ports africains clés et en offrant des formations magistrales pour sensibiliser les magistrats, les procureurs, les agents de douanes et autres sur les questions et les lois liées à la criminalité de la faune; et
  •   Arrêter la demande grâce à une campagne de sensibilisation en Asie visant à alerter le public sur l'impact de leur demande en ivoire et en corne de rhinocéros...

 

Cette approche échelonnée touche à tous les principaux aspects de la chaîne d'approvisionnement. L’AWF a cependant reconnu, qu'en plus de ces efforts, les Africains avaient toujours besoin de faire entendre leur voix dans la lutte contre le trafic de la faune. Ainsi l’AWF s’est inspiré de sa longue expérience de plusieurs décennies en Afrique pour lancer une nouvelle campagne de sensibilisation du public en Afrique sur le commerce de la faune. La campagne, intitulée «Thrive» (S’épanouir), est menée conjointement avec WildAid, le principal partenaire de l’AWF dans ses efforts de sensibilisation du public asiatique. Son slogan-  Pour que l’Afrique s’épanouisse, il faut que sa faune survive-fait une allusion indirecte au fait que le tourisme de la faune contribue fortement au PIB de l'Afrique subsaharienne.


 
Déploiement en Afrique orientale


 
La campagne se déploie lentement pour commencer à conscientiser le public africain au fait que la criminalité de la faune touche tout le monde, qu'ils vivent ou non dans les zones rurales aux côtés de la faune.


C’est ainsi que des actions ont été initié à travers une banderole enroulée autour du bus de l’AWF à Nairobi, siège de l'organisation. La banderole sélectionnée montrait la photo d'un éléphant dans le collimateur d'une arme, avec un Africain debout devant l'éléphant, comme pour le protéger, avec la main levée en direction du spectateur,  en signe d’«arrêt». Le message d’accompagnement imprimé en swahili et en anglais appelait les Kenyans à mettre fin au braconnage de la faune en Afrique.


En février, l’AWF s’est joint à d'autres groupes de conservation pour parrainer un concert dans le cadre de la Kenya Wildlife Festival (Fête de la faune du Kenya), dont les revenus  ont été dédiés à la conservation des éléphants- renforcer le message de la conservation dans un autre lieu. Un clip vidéo mettant en vedette des grands chanteurs Kenyans est actuellement en cours de préparation.


Entretemps, en Tanzanie, l’AWF a affiché des panneaux en Novembre 2014 à des intersections majeures à l’extérieur de la ville d'Arusha, offrant une récompense pour toute information qui pourrait mener à l'arrestation de braconniers. Le choix du moment était stratégique: Parce que le gouvernement tanzanien tenait un sommet régional sur le trafic de la faune à Arusha au même moment, les panneaux d'affichage ont joui d’une plus grande visibilité grâce à la couverture médiatique de l’événement, et la prise de conscience croissante des citoyens, des problèmes de criminalité de la faune.


WildAid et l’AWF ont abondé dans le sens des panneaux d'affichage en s’adressant aux chefs religieux en Tanzanie, qui ont l'influence nécessaire et peuvent convaincre les Africains de tous les jours d’apporter leur aide dans la conservation de leur patrimoine naturel. Ils peuvent non seulement diffuser le message au sein de leurs congrégations, mais ces dirigeants peuvent également servir de vedettes dans les messages d’intérêt public.

 

Une distribution plus large


 
Tout comme les campagnes de sensibilisation du public sur le VIH / SIDA, la santé publique et d'autres sujets peuvent entraîner des changements de comportement, la campagne «Thrive» vise à modifier les attitudes des personnes vis à vis de la faune et de leur environnement-des sujets qui ne sont pas souvent d’un grand intérêt pour la plupart des Africains dans la vie de tous les jours. En cas de succès, la campagne pourrait s’étendre à l’apport de nouveaux renseignements sur d'autres problèmes environnementaux, tels que l'utilisation des terres, le changement climatique, la sécurité de l'eau entre autres.


Pour le moment, l’AWF et WildAid s’attendent à ce que la campagne prenne de l'ampleur et à voir  notre message anti-braconnage atteindre un public plus large à travers le continent africain, non seulement en Afrique de l’Est, mais aussi en Afrique australe, centrale et occidentale. Des chefs d'Etat aux agriculteurs locaux, nous espérons que la campagne offrira aux Africains la possibilité de s’approprier le message anti-braconnage, de prendre activement part aux débats sur la conservation de la faune et, en définitive, d’aider à assurer non seulement la survie mais également l’épanouissement de l'Afrique et de sa faune.


 
Pour plus d'informations, veuillez contacter: Mayu Mishina (mmishina@awf.org)

 

The credit information should be available with these photos, but just in case:

 

 

 

  • Billy_Dodson-la_20C0080: African Wildlife Foundation/Billy Dodson
  • IMG_12124: African Wildlife Foundation/Peter Chira
  • JS-Makuyuni DSC01716: African Wildlife Foundation/John Salehe
  • WildAid_TZ-Meetings1: WildAid  
  • WildAid_TZ-Meetings2: WildAid