thegef-Évaluer les avantages du développement d'une économie de la faune

 

 

Les communautés locales devraient être enrôlées comme « première ligne de défense » contre le commerce illégal d'animaux et de plantes sauvages, qui est beaucoup plus répandu et complexe qu'on ne le croit généralement, a déclaré le Directeur exécutif de TRAFFIC, Steve Broad, aux participants des réunions de consultation de la société civile du FEM qui se sont tenues à Washington cette semaine.

 

 

« Le commerce des espèces sauvages est une activité à fort volume, et il concerne plusieurs milliers d'espèces animales. On entend beaucoup parler d'éléphants, de tigres et de rhinocéros, mais c'est beaucoup plus important que cela », a-t-il affirmé aux représentants de la société civile de la Chine, de l'Inde, du Népal, de la Tanzanie, du Kenya, de la Namibie, du Panama, de la Colombie, de Trinité-et-Tobago et d'ailleurs, qui se sont dits préoccupés par le fait que le commerce des espèces sauvages est en plein essor malgré les interdictions légales.

 

 

« Le problème sous-jacent est la demande qui entraîne la surexploitation de la nature », a déclaré M. Broad, décrivant les avantages potentiels de l'investissement des communautés rurales et locales dans la gestion plutôt que dans l'exploitation des espèces sauvages, en même temps que les responsables des pays de destination se concentrent sur la modification et la réduction de la demande des consommateurs.

 

 

Les approches conventionnelles pour arrêter le braconnage ne sont tout simplement pas suffisantes, a convenu M. Kaddu Sebunya, PDG de African Wildlife Foundation, qui a décrit un impératif urgent pour « arrêter le massacre, arrêter le trafic, arrêter la demande » avec des actions tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

  1. Sebunya a offert un point de vue optimiste sur le pouvoir de transformation des jeunes gens engagés à travers l'Afrique, qui remettent de plus en plus en question l'idée que la modernisation et la croissance doivent se faire aux dépens de la nature.« Nous avons besoin d'un espace pour la faune : c'est un élément central de nos aspirations en matière de développement », a-t-il indiqué.

 

 

Plusieurs délégués, dont Rodgers Lubilo, du Forum de gestion communautaire des ressources naturelles de Zambie, ont déclaré que la collaboration entre les gouvernements et la société civile était essentielle pour instaurer la confiance et obtenir l'adhésion aux efforts de conservation et pour aider les populations des zones rurales à considérer les animaux sauvages qui se trouvent parmi elles comme une opportunité.

 

 

« Nous sommes prêts à construire l'économie de la faune parce qu'elle génère de nombreux avantages », a déclaré M. Lubilo lors de la session.« Nous savons, en tant que communautés, que nous devons sécuriser les ressources de la faune. Quand nous perdons les éléphants, ou les lions, les léopards ou les buffles, nous perdons notre richesse ».

 

 

Dans les pays à faible revenu, les moyens de subsistance dépendent de manière disproportionnée du capital naturel. Selon un nouveau rapport publié par Programme mondial pour les espèces sauvages, ces gouvernements renoncent chaque année à des recettes fiscales potentielles estimées entre 7 et 12 milliards de dollars qui ne sont pas perçues en raison de l'exploitation illégale du bois, de la pêche et du commerce des espèces sauvages.

 

 

Au cours de la discussion, qui s'est tenue avant la 57ième session du Conseil du FEM à Washington, plusieurs dirigeants d'OSC ont fait part de leurs expériences réussies en matière d'aide aux collectivités rurales pour qu'elles puissent coexister avec la faune et la flore et d'aide aux gouvernements pour qu'ils améliorent la surveillance à l'intérieur et autour des zones protégées, notamment par le déploiement de femmes gardes forestières comme dans le parc national de Gorongosa au Mozambique.

 

 

Clara Sierra, d'ASOCAIMAN (Colombie), a décrit un projet qui a permis à d'anciens chasseurs de crocodiles de surveiller l'espèce, ce qui a permis d'augmenter le nombre de crocodiles de 200 % au cours des deux dernières décennies.

 

 

Et Divya Khandal, qui a assisté aux consultations des OSC avec son fils de quatre ans, a déclaré que l'entreprise artisanale locale qu'elle a fondée aidait deux femmes d'une ancienne tribu braconnière de tigres en leur offrant à la fois une formation et une source de revenus provenant du tourisme au Rajasthan.

 

 

Broad de TRAFFIC a indiqué qu'il y avait aussi des exemples de récolte durable de plantes sauvages, décrivant par exemple la société zimbabwéenne B'Ayoba, qui produit des baobabs biologiques, et d'autres qui ont obtenu la certification FairWild pour leurs pratiques.

 

 

« Il y a des moyens de subsistance durables à tirer du commerce durable des espèces sauvages », a-t-il déclaré.

La consultation de la société civile s'est tenue juste avant la 57ième réunion du Conseil du FEM à Washington, et a été organisée en collaboration avec le Réseau FEM-OSC, le Programme des petites subventions du FEM, le Groupe consultatif des populations autochtones et le Programme mondial pour les espèces sauvages financé par le FEM et piloté par la Banque mondiale.

 

 

Le Fonds pour l'environnement mondial est l'un des plus importants bailleurs de fonds publics dans la lutte contre le commerce illicite des espèces sauvages. Il a alloué 168 millions de dollars sur son nouveau cycle de financement - dénommé FEM-7 - aux travaux dans ce domaine, contre 131 millions de dollars sur la période précédente de quatre ans. 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC