Telos-Total et les forêts

 

 

Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, a annoncé le 6 juillet « constituer une ‘business unit’ pour investir dans des projets qui préserveront les forêts pour un budget de 100 millions de dollars par an ». Il ajoute « Le moyen le plus efficace aujourd'hui d'éliminer le carbone, pour moins de dix dollars la tonne, c'est la reforestation (…) Ce n'est pas de la philanthropie, ça se veut être de l'investissement à moyen et long terme ».[1] Cette annonce emboîte le pas aux intentions de Shell, exprimées en 2017, qui visent à « réduire l'empreinte carbone nette de ses produits énergétiques d'environ la moitié d'ici 2050 » (Les Echos, 29/11/17)[2].

 

 

Le groupe Total a déjà manifesté son intérêt pour des projets forestiers en réorientant, en 2017, les missions de mécénat de sa Fondation sur des soutiens à des projets visant à conserver des forêts, développer l’agroforesterie, reboiser des espaces dégradés ou stocker du carbone dans les sols à travers des pratiques agricoles. Mais si la Fondation intervient à la hauteur de quelques millions d’euros par an, un investissement de 100 millions par an représente un changement d’échelle considérable. Le PDG de Total laisse entendre que ces investissements permettront au Groupe de compenser au moins une partie de ses émissions liées aux activités de production, de transport et de raffinerie du pétrole. De fait, la « compensation carbone » est de plus en plus mise en avant par de nombreuses entreprises, mais aussi par l’aviation civile internationale qui s’est engagée à plafonner ses émissions globales au niveau qui sera atteint en 2022. Traduisez : les émissions réelles vont continuer à s’accroitre avec le trafic passager, mais les compagnies compenseront en achetant des crédits carbone à des projets ou des territoires ayant « réduit leurs émissions » ou séquestré du CO2. Parmi eux, des projets forestiers.

 

 

Planter des arbres ou protéger des forêts permet-il de compenser des émissions de gaz à effet de serre d’une manière telle qu’elle puisse autoriser à parler de « compensation » voire de « neutralité » carbone, surtout quand il s’agit d’entreprises pétrolières et gazières dont l’empreinte directe et indirecte est considérable ?

 

 

Il est clair que les arbres, lorsqu’ils sont en croissance, absorbent du CO2 via la photosynthèse. C’est pourquoi on parle d’un « puit de carbone » biologique. On estime, même si de très grandes incertitudes entourent ces chiffres, que les écosystèmes terrestres (forêts, mais aussi prairies, cultures, sols…) retirent chaque année (période 2008-2017) environ 29 % du CO2 émis par l’homme[3]. Les océans en absorbent environ 22%. Très utile, mais insuffisant pour empêcher la croissance du stock de dioxyde de carbone dans l’atmosphère d’environ 17 milliards de tonnes (17 Gt CO2) par an, sans compter les autres gaz à effet de serre.

 

 

Il y a cependant plusieurs problèmes, bien connus des scientifiques mais moins du public, qui sont la surface nécessaire à consacrer aux forêts (les forêts plantées entrant potentiellement en concurrence avec les cultures alimentaires et les pairies), le temps nécessaire pour fixer du CO2 dans les arbres (alors que les émissions se retrouvent immédiatement dans l’atmosphère) et la durée de stockage du carbone dans les arbres. Sur ce dernier point, quelques approfondissements sont nécessaires.

 

 

La « non-permanence » du stockage dans les écosystèmes terrestres

 

Le GIEC ayant fixé, de manière conventionnelle, le temps de résidence dans l’atmosphère (donc la durée de son effet de « forçage radiatif ») d’une molécule de CO2 à 100 ans (étalon pour mesurer les pouvoirs radiatifs des autres gaz), il est souvent suggéré que la neutralisation complète de l’effet climatique de l’émission d’une unité de CO2 implique une séquestration équivalente de ce gaz dans la biomasse pour une durée d’un siècle. Ceci est plus une convention nécessaire à la comparaison avec les autres gaz à effet de serre qu’une donnée de la chimie atmosphérique (le GIEC indique que le temps de résidence varie entre 5 et 200 ans[4]), puisqu’une fraction du CO2 émis reste très longtemps dans l’atmosphère. En fait, il n’y a pas de réaction purement chimique au sein de l’atmosphère qui élimine le CO2 (contrairement au méthane). C’est l’absorption biologique ou sa dissolution par les océans qui joue ce rôle. Ce qui compte dans le forçage radiatif global c’est la quantité de CO2 en excès qui reste dans l’atmosphère (lié au fait qu’il y a plus d’émissions que d’absorption au niveau global). Plus le stock de CO2 dans l’atmosphère est élevé, plus le temps moyen de résidence s’accroit. Le spécialiste de la chimie atmosphérique, D. Möller, estimait à 500 ans le temps moyen de résidence du CO2 dans l’atmosphère à la fin des années 2000, mais celui-ci passerait à 650 ans avec un niveau de concentration de 500 ppm (parties par million) dans l’atmosphère (à 415 ppm aujourd’hui)...

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

IHC -La protection des gorilles au Congo remporte le plus prestigieux des prix allemands sur les films de la nature

‘Paradis naturels retrouvés : République du Congo – La forêt des gorilles’, le film que Thomas Weidenbach a produit pour ARTE, a reçu le Prix allemand du film sur la nature le samedi 5 octobre 2019. Commandé par la chaîne de télévision ARTE, connue pour diffuser des programmes culturels, le film a été diffusé fin juin.

En savoir plus...

Culturebene-Les jeunes africains à l’école du climat à Yaoundé

Du 08 au 10 octobre à la Chambre d’agriculture de Yaoundé se tient un atelier sous régional de formation des jeunes et femme leaders vers la COP 25 sous le thème «Temps pour l’action – Genre et Finance Climat.

En savoir plus...

24 octobre: Journée mondiale d’information sur le développement

« Les technologies de l’information et des communications ouvrent des perspectives nouvelles pour le règlement des problèmes de développement, en particulier dans le contexte de la mondialisation, et peuvent favoriser la croissance économique, la compétitivité, l’accès à l’information et au savoir, l’élimination de la pauvreté et l’inclusion sociale. » — Résolution de l'Assemblée générale.

En savoir plus...

Willagri-REDD+ : les bases ambigües du « paiement aux résultats » obtenu par le Gabon

Le 22 septembre, à l’occasion du Sommet de l’ONU sur le Climat, la coalition de bailleurs de fonds regroupés au sein de CAFI (Initiative pour les forêts d’Afrique centrale, financée en très grande partie par la Norvège) a annoncé que le Gabon allait potentiellement recevoir jusqu’à 150 millions de dollars au titre d’un « paiement au résultat » pour la conservation du stock de carbone contenu dans ses forêts. Le préambule de l’accord indique qu’il s’agit de « récompenser le Gabon pour le maintien d’un couvert forestier élevé et d’un faible taux de déforestation, en reconnaissant les services écosystémiques rendus par les forêts naturelles et les efforts réels et additionnels qui sont nécessaires pour maintenir un faible taux de déforestation ».

En savoir plus...

ITTO-Bassin du Congo: il faut davantage de professionnels de la foresterie

Sudi s’exprimait lors de la manifestation de l’OIBT en marge de la TICAD-7 à Yokohama, au Japon, tenue le 28 août dernier, qui était coorganisée par l’OIBT, l’Agence japonaise des forêts et l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), avec le concours du Ministère japonais des affaires étrangères, de la Ville de Yokohama et du département de Kanagawa.

En savoir plus...

ITTO-La gestion durable des forêts sonne à l'oreille comme une musique

Japon, tenue le 28 août dernier. Il a expliqué que la manufacture d’instruments de musique nécessite des bois de haute qualité, l’ébène tanzanien étant utilisé pour fabriquer des clarinettes, des hautbois et des cornemuses. Cette essence étant inscrite à l’annexe II à la Convention sur le commerce international d’espèces sauvages de faune et de flore menacées d’extinction (CITES), son commerce est réglementé.

En savoir plus...

ITTO-Pour réaliser la GDF dans le bassin du Congo, il faut accroître la collaboration et la participation

La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) est une rencontre d’échelon international initiée par le Gouvernement japonais et coparrainée par les Nations Unies, le Programme des Nations Unies pour le développement, la Commission de l’Union africaine et la Banque mondiale. Au cours de son allocution prononcée lors de l’ouverture de cette manifestation de l’OIBT, Mme Matondo a indiqué que les partenaires internationaux pouvaient aider les populations du bassin du Congo à surmonter les diverses contraintes auxquelles est confrontée la sous-région s’agissant de concrétiser les Objectifs de développement durable 1 (Pas de pauvreté), 13 (Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques) et 15 (Vie terrestre) en faisant appel à des technologies innovantes, aux savoir-faire, à l’entrepreneuriat et au renforcement des capacités.

En savoir plus...

Revue Africaine de Droit de l'Environnement (RADE) 2

La Revue Africaine de Droit de l'Environnement (RADE) est publiée sous la responsabilité de l'Université Cheick Anta Diop de Dakar, avec le soutien de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et l'Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD). Elle vise à promouvoir l'essor du droit de l'environnement et à renforcer son effectivité en Afrique, moyennant la diffusion d'informations et d'idées, et le partage d'expériences et de bonnes pratiques. Bien vouloir télécharger la revue...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019