Bbc : Le pays qui a ramené ses éléphants du bord du gouffre

 

 

Le prince Harry est le nouveau président d'un groupe de conservation appelé African Parks, qui prend en charge les parcs nationaux et donne aux rangers une formation de type militaire pour affronter les braconniers et protéger la faune. La BBC a visité l'un des parcs qu'il gère, à Zakouma au Tchad.

 

 

Un barrissement lointain, guttural d'éléphants, et la trompette occasionnelle, survole l'épaisse végétation luxuriante et la broussailles asséchée. Les appels les plus proches sont à proximité, les plus éloignés un kilomètre et demi ou plus : c'est le grand troupeau que nous recherchons.

 

 

Des colliers de repérage les avaient signalés à l'aube, mais ces éléphants se déplacent rapidement, et après des siècles de chasse, ils courent s'ils voient, ou même sentent, la présence d'humains.

 

 

Les rangers bien armés de l'équipe d'intervention rapide de Mamba Two se sont déployées à gauche et à droite, ne voulant pas surprendre, ou être surpris par un animal solitaire. Ils nous ont demandé avec enthousiasme de les suivre lentement et prudemment dans une section plus épaisse d'arbres.

 

 

C'était un vol de trois heures dans un petit avion, de N'Djamena, la capitale du Tchad, au Parc National de Zakouma, et trois heures de route à cet endroit à la recherche du troupeau, le dernier des éléphants du parc.

 

Des dizaines de milliers de personnes vivaient dans cette réserve couvrant 3 800 kilomètres carrés, mais pendant des siècles, c'était l'endroit le plus proche des cavaliers soudanais qui pouvaient trouver de l'ivoire, très convoité par les commerçants arabes le long du Nil. 

 

 

À l'origine, ils chassaient avec des lances et des épées, mais les fusils d'assaut AK47 modernes permettaient de tuer à l'échelle industrielle. 

 

 

Les mercenaires Janjaweed du Darfour, dans l'ouest du Soudan, continuent d'être la plus grande menace de braconnage, avec des raids lourdement armés et entraînés par des militaires à cheval, ciblant les troupeaux d'éléphants pour leurs défenses. 

 

 

Zakouma a perdu 90 % des 22 000 éléphants qu'il abritait au milieu des années 1970.

  • Profil pays du Tchad
  • En images : L'effet des attaques Janjaweed au Tchad
  • Comment l'armée britannique combat le braconnage des éléphants
  • Les États-Unis lèvent l'interdiction de l'importation des trophées de chasse à l'éléphant

 

Au début des années 2000, la guerre avec la Libye et la recrudescence de la demande d'ivoire ont réduit la population à 4 300, et le chaos de la guerre civile l'a réduit à moins de 500 en 2010.

 

 

Des rangers étaient tués, des animaux massacrés en grand nombre, et il semblait que les éléphants de Zakouma étaient menacés d'extinction. 

 

 

Mais au cours des dernières années, une transformation incroyable a eu lieu. 

 

En moins d'une décennie, une organisation privée à but non lucratif a inversé cette tendance. 

African Parks gère certains des parcs les plus difficiles du continent, et à Zakouma, au moins, il a fait des progrès incroyables.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Jeune Afrique - Tribune Libre - Alain Karsenty, CIRAD : Du bon usage de la fiscalité́ pour protéger les forêts

Aujourd’hui, de nombreux produits sont exemptés de droits de douane à l’entrée dans l’UE (soja, cacao...) ou faiblement taxés (huile de palme). Bruxelles devrait augmenter le niveau de ces droits pour les productions « à risque » qui ne seraient pas labellisées « zéro déforestation » .... Relire aussi sur le site du PFBC : CIRAD-Réduction de la fiscalité forestière pour les concessions certifiées avec compensation aux États.

En savoir plus...

RFI- Congo-Brazzaville: Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans le Nord

Dans une enquête publiée conjointement avec le journal en ligne Mediapart et le quotidien allemand Der Spiegel, l'ONG britannique Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans la zone des tourbières située au nord du Congo, la zone dite de la Cuvette centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020