CABAG-USFWS: Lancement du Groupe de Travail PFBC sur le renforcement des capacités de conservation de la faune sauvage en Afrique centrale

 

 

Bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

CBFP Capacity Development-Malabo Side Event Report __French.pdf

 

 

Le mercredi 12 juin 2019, 22 participants de 15 institutions participantes à la réunion du Conseil du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) et au Dialogue de haut niveau à Malabo, Guinée équatoriale, se sont réunis pour discuter d'une série de questions concernant le renforcement des capacités de conservation de la faune en Afrique centrale.  Cet événement parallèle faisait suite aux discussions de la table ronde sur le développement des capacités du PFBC de novembre 2019 à Bruxelles, en Belgique. Les participants étaient des agences gouvernementales centrafricaines et internationales, des ONG, le secteur privé et des donateurs.

 

 

Le renforcement des capacités pour la conservation de la faune sauvage en Afrique centrale doit être continuellement renforcé

Pour faire face aux menaces croissantes qui pèsent sur la faune sauvage et ses habitats. Les agences gouvernementales, les bailleurs de fonds, les organisations non gouvernementales (ONG) et les universités d'Afrique centrale soutiennent régulièrement les efforts des individus, des équipes, des organisations et des groupes d'intérêt pour développer, améliorer et organiser leurs systèmes, leurs ressources et leurs connaissances afin de remplir leurs fonctions, résoudre leurs problèmes et atteindre leurs objectifs de conservation de la faune. 

 

 

La conservation est une proposition à long terme.

Nous mesurons notre succès dans la conservation des espèces et de leurs habitats. Les longs cycles de vie de nombreuses espèces sauvages que nous protégeons exigent de penser non pas en cycles de subvention de 1 à 3 ans, mais plutôt en décennies. Le renforcement des capacités est également une proposition à long terme. Les capacités humaines et institutionnelles ne sont pas créées et soutenues par l'obtention d'un seul diplôme ou l'achèvement d'une formation d'une semaine.  Au contraire, nous avons tous besoin d'un apprentissage et d'une formation continus tout au long de notre carrière, et ce, pour de nombreuses raisons évidentes. Malheureusement, les donateurs financent souvent des projets à court terme pour atteindre des objectifs précis à court terme ; cependant, la planification systématique à long terme des effectifs est essentielle pour renforcer les capacités des organisations, tant au sein des ONG et du gouvernement que du secteur privé. En partageant les efforts collectifs, les partenaires peuvent éviter le chevauchement des efforts et apprendre les uns des autres sur les nouvelles approches et les meilleures pratiques en matière de renforcement des capacités.

 

 

Le but de l'événement parallèle du PFBC de juin 2019 à Malabo était de :

  • Lancer le groupe de travail du PFBC sur le développement des capacités de conservation de la faune sauvage en Afrique centrale et élargir la participation.
  • Discuter de ce que le groupe prévoit de réaliser
  • Discuter des priorités, des lacunes et des possibilités de développement des capacités de conservation de la faune dans la région.
  • Déterminer les méthodes les plus efficaces de communication et de partage de l'information entre les membres du groupe de travail du PFBC.
  • Partager le soutien actuel et les efforts prioritaires.

 

 

La déclaration de bienvenue a été faite par Francis TARLA, Directeur du Groupe d'Action pour la viande de brousse en Afrique Centrale (CABAG), qui a noté qu'il existe de nombreuses opportunités de développement des capacités en Afrique centrale avec des exemples comme celui de Garoua Wildlife College, de nombreux autres sous le RIFFEAC (Le Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale de l'Afrique Centrale), le réseau des institutions de formation en conservation et exploitation des ressources naturelles dans le bassin du Congo ainsi que des initiatives en formation des ONG. Cependant, les ressources humaines dans le domaine de la conservation dans la région étaient encore insuffisantes (en quantité et surtout en qualité). Il est très stratégique pour le PFBC d'avoir un groupe d'experts qui se réunit régulièrement pour réfléchir sur les besoins, les priorités et les opportunités de renforcement des capacités en matière de conservation de la faune sauvage en Afrique centrale.

 

 

Le développement des capacités peut-être défini comme " la capacité des individus, des équipes, des organisations et des groupes d'intérêt de développer, d'améliorer et d'organiser leurs systèmes, leurs ressources et leurs connaissances ; tout cela se reflète dans leur capacité, individuellement et collectivement, d'accomplir des fonctions, de résoudre des problèmes et d'atteindre des objectifs ".

(Adapté de l'UICN et de l'OCDE)

 

 

Le développement des capacités dépendra de la façon dont il sera appliqué aux niveaux suivants :

  1. De l’individu
  2. De l'équipe
  3. De la circonscription
  4. De l’organisation
  5. Systémique.

 

 

Il existe de nombreux exemples d'acteurs du renforcement des capacités de conservation en Afrique centrale, ainsi que de nombreuses organisations différentes qui organisent des formations, notamment : WWF, WCS, AWF, ZSL, GIZ, UCLA.  De nombreux bailleurs de fonds ont soutenu le renforcement des capacités dans la région, tels que l'Union européenne, la Coopération allemande, le U.S. Fish and Wildlife Service, l'Agence des États-Unis pour le développement international, le Programme des Nations Unies pour le développement, la Coopération belge au développement, la Banque africaine de développement, des fondations (par exemple Jean-Paul II, Prince de Monaco), des gouvernements nationaux, des organismes régionaux (par exemple la CEEAC, PACEBCO, RAPAC), etc.

 

 

Les conclusions de la table ronde sur le développement des capacités de conservation de la faune sauvage du PFBC de novembre 2018 à Bruxelles ont été les suivantes :

  • Mettre les donateurs et les partenaires au défi de travailler ensemble à long terme pour soutenir le développement des capacités de la main-d'œuvre.
  • Recommander la création d'un groupe de travail du PFBC sur le développement des capacités de conservation de la faune sauvage pour discuter des synergies, partager les opportunités et les ressources.
  • Conseiller au PFBC de créer une page Web pour partager les possibilités de formation.

 

 

Depuis que la Table ronde s’est tenue, il y en a eu :

  • La circulation bimensuelle des possibilités de financement
  • Le partage régulier des publications et des rapports sur les activités de renforcement des capacités de conservation.

 

 

Recommandations de l'événement parallèle de juin 2019 :

  • Les experts devraient travailler ensemble à l'élaboration et à la mise à l'essai de stratégies et à l'intensification des succès dans le domaine du renforcement des capacités dans l'ensemble de la région.
  • Le renforcement des capacités nécessite un financement pour la mise en œuvre des activités. Les experts de la faune sauvage devraient s'efforcer de solliciter des financements conjoints pour de longues périodes et avec une couverture plus large.
  • Il est nécessaire d'approcher les décideurs, qui ne sont pas dans le domaine, pour faciliter la formation du personnel de la faune.
  • Une formation conjointe des responsables de la faune sauvage de différents pays de la région est nécessaire pour leur permettre de travailler ensemble et d'apprendre à relever les défis transfrontaliers (par exemple, en envoyant des responsables ensemble au Collège de faune de Garoua pour une formation).
  • Les possibilités de formation devraient être partagées suffisamment tôt, car il faut beaucoup de temps pour obtenir l'autorisation de certaines administrations gouvernementales.
  • Il est nécessaire de renforcer les capacités des populations locales à gérer leurs propres ressources.
  • Les aspects anthropologiques doivent être pris en considération car de nombreux projets n'ont pas atteint les objectifs fixés parce que les aspects culturels ont été négligés.
  • Il est important d'organiser la traduction des informations sur le renforcement des capacités en espagnol, portugais, français et anglais pour les rendre accessibles dans toute la sous-région.

 

 

Les attentes des participants du groupe de travail sur le renforcement des capacités du PFBC sont les suivantes :

  • Faciliter le financement des projets de renforcement des capacités
  • Réflexion sur des formations adaptées à des défis tels que les conflits armés
  • Veiller à ce que les programmes de conservation soient adaptés aux situations de la vie réelle.
  • Renforcer les actions de renforcement des capacités dans le domaine des droits de l'homme, la situation devenant de plus en plus complexe
  • Renforcer la formation des populations à la gestion de leurs ressources
  • Tenir des sessions régulières lors des réunions du groupe de travail sur le développement des capacités du PFBC.

 

 

Liste bimensuelle des possibilités de formation :

Pour vous inscrire à la liste bimensuelle informelle des possibilités de formation, veuillez communiquer avec : nancy_nancy_gelman@fws.gov ; francis.tarla@cabag-network.org

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 novembre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

OIBT - Plus de professionnels forestiers nécessaires dans le Bassin du Congo

Les marchés de consommation exigent de plus en plus la preuve de la légalité du bois, mais les pays du Bassin du Congo manquent encore de personnel qualifié pour mettre en place des mesures de durabilité et de légalité, selon Claude Kachaka Sudi, coordinateur régional du Réseau des institutions de formation forestière et environnementale en Afrique centrale (RIFFEAC).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019