Le Facilitateur du PFBC en route pour l’Afrique Centrale « Bassin du Congo »

 

 

Le Facilitateur du PFBC accompagnée du Facilitateur Délégué visiteront 5 pays du Bassin du Congo afin d’expliquer la vision et les objectifs des deux années de Facilitation américaine du PFBC.

 

docs/news/Juin-Aout-2013/Photo1-Facilitateurcbfp-026.jpg

 

Du 27 juin au 19 juillet 2013 - Le Facilitateur du PFBC et son délégué se rendront dans 5 pays d’Afrique centrale : Tchad, République Démocratique du Congo, Congo Brazzaville et Cameroun. Ils rencontrent les partenaires du PFBC présents dans la capitale de chacun de ces pays. Cette visite leur permettra de rencontrer des acteurs de la société civile, notamment les réseaux de femmes, de jeunes et de peuples autochtones, de même que des réseaux de formation et de parlementaires.

 

 

 

docs/news/Juin-Aout-2013/Photo-Facilitateur-Delegue-DSC03891.jpgL’objectif de cette première visite du Facilitateur des États-Unis et son Délégué dans la région est d’engager les partenaires locaux en leur expliquant les objectifs et la vision des deux années de Facilitation américaine (consulter la feuille de route). « Nous comptons échanger avec aux sur les messages clés, notamment les efforts de renforcement des capacités par les États-Unis dans les institutions régionales, la mobilisation d’action en faveur de la gestion durable des forêts de la biodiversité, l’appui aux efforts d’adaptation et de lutte contre les changements climatiques, la promotion d’une participation accrue des parties prenantes clés et futurs leaders et le partage de ressources d’information de pointe pour la planification et une prise de décision éclairée. ».

 

Nature des rencontres : L’équipe américaine entend engager les autorités des états partenaires et des groupes de la société civile de la région, en mettant un accent particulier sur les réseaux de femmes, de jeunes et sur les populations autochtones (groupes ruraux).

 

Interview du Facilitateur du PFBC à VOA Africa 54

 

Bien vouloir visionner la vidéo : Interview du Facilitateur du PFBC à VOA Africa 54

 

Les forêts du Bassin du Congo s’étendent sur la majeure partie de l’Afrique centrale et constituent le deuxième massif forestier tropical du monde. Le Partenariat pour les Forêts du Basin du Congo (PFBC) est une initiative dirigée par les États-Unis dans le but de promouvoir la conservation et la gestion durable des forêts tropicale du bassin du Congo. Dans les jours à venir, le Facilitateur américain du partenariat conduira une délégation dans le cadre d’une importante visite dans la région d’Afrique centrale.

 

Monsieur Mathew Casseta est le nouveau Facilitateur du PFBC. Il nous rejoint sur ce plateau pour parler du PFBC.

M. Casseta, bienvenue à Africa 54

- Merci

docs/news/Juin-Aout-2013/Photo-Facilitateur-cbfp-028.jpgPeut-on savoir pourquoi les États-Unis se montrent intéressés par cette initiative ?

- Les États-Unis font partie des membres fondateurs. En 2002, M. Powell a conduit une délégation au Sommet de la terre qui s’est tenu à Johannesbourg et avec les gouvernements partenaires dans la région, nous avons compris qu’il fallait une plateforme pour coordonner et promouvoir la collaboration dans la région. Comme vous le savez, il s’agit d’une région qui regorge de biodiversité, mais qui fait aussi face à d’énormes difficultés.

- Concernant justement les difficultés, nous parlons d’une région où prévalent la mauvaise gouvernance et l’instabilité. Comment les États-Unis entendent-ils mettre en œuvre ces grandes idées dans un tel environnement ?

- En effet, le Partenariat ne se limite pas aux États-Unis. Il comprend aussi des organisations et des institutions partenaires, notamment des gouvernements, mais aussi des universités, des entités du secteur privé et certaines ONG d'envergure qui interviennent dans le cadre de projets de développement. Les États-Unis pensent qu’il s’agit d’une opportunité d’améliorer la gouvernance à travers une variété de différents programmes comprenant la formation et la fourniture d’amples opportunités de participation et de collaboration.

à qui vous adressez-vous dans cette région où des gouvernements ont du mal à contrôler la totalité de leur territoire

- Absolument, nous travaillons avec des partenaires à tous les niveaux, notamment des institutions d'ordre national dans de nombreux pays, par exemple des ministères des forêts, des responsables de parcs nationaux, et également des ministères de la santé, de l’éducation, ainsi que les communautés locales, des gouverneurs de province, des acteurs à divers niveaux, qui sont tous des parties prenantes qui soutiennent la gestion durable des forêts pour les générations futures.

 

- Beaucoup d’entités sont intéressées, y compris des puissances telles que la Chine, elles s’imposent dans la région et exploitent les ressources du bassin du Congo

- Effectivement. Tout d’abord, parlant des parties prenantes locales. Nous devons comprendre que les forêts et la biodiversité sont un réservoir de ressources, de moyens de subsistance, de plantes médicinales qui sont utilisées par les communautés locales pour qui ils sont très importants. Le bois par exemple, reste la seule importante source d’énergie dans la majeure partie de la région du Bassin du Congo. D’autres pays plus grands tels que la Chine et d’autres, sont également de plus en plus intéressés par ces ressources et s’engagent dans l’exportation de ces matières premières et d’autres ressources.

- Mais en réalité, en ce qui concerne la sécurité dans cette région, comment les États-Unis peuvent-ils contribuer à la stabiliser afin d’assurer l’efficacité des programmes? Vous savez que la présence de rebelles ne peut que compromettre les efforts consentis ?

- C’est vrai qu’il existe des problèmes de sécurité à plusieurs endroits dans le Bassin, mais Vincent, ne perdons pas de vue qu'il s’agit d’une vaste région qui couvre dix pays, pour plus de deux cents millions d’hectares de terres. Elles couvrent des États aussi divers que le Gabon dont le niveau de vie est l’un des plus élevé d’Afrique subsaharienne; la République centrafricaine qui depuis quelques temps fait face à des difficultés. Il faut aussi considérer la diversité des interventions des partenaires varie des formations villageoises aux techniques agricoles et piscicoles et au renforcement des capacités des autorités.

 

Merci Monsieur Casseta. J’espère que vous reviendrai nous voir pour nous parler de votre voyage.

- Tout à fait. Avec plaisir.

- Merci beaucoup. Monsieur Mathew Casseta est le nouveau facilitateur américain du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo. Merci beaucoup d’avoir été des nôtres.

 

Bien vouloir visionner la vidéo : Interview du Facilitateur du PFBC à VOA Africa 54

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

UNESCO: Fonds d'intervention d'urgence (RRF) - Parc national des Virunga en RDC

Suite aux événements tragiques au Parc national des Virunga en RDC qui est un site du patrimoine mondial et dans le cadre du projet UNESCO de Rapid Response Facility, une subvention d'urgence d’un montant de 40 000 $ a été octroyée au Parc national des Virunga en RDC.

En savoir plus...

Étude sur l'interaction entre la sécurité et la conservation des espèces sauvages en Afrique subsaharienne – Europa

Cette étude rassemble des informations solides tirées de plus de 20 sites marins et terrestres en Afrique subsaharienne et met en lumière la nature et l'étendue des liens entre la sécurité, y compris la sécurité socio-économique, et la vie sauvage (protection des espèces et des écosystèmes, interactions entre l'homme et la nature, et trafic).

En savoir plus...

Le FVC est le plus grand fonds mondial consacré à la lutte contre le changement climatique.

Le Fonds vert pour le climat (FVC) est le plus grand fonds dédié au monde qui aide les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à renforcer leur capacité à répondre au changement climatique. Il a été mis en place par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 2010.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020