Clinton Global Initiative (CGI) : Formation d'un partenariat mondial pour sauver les éléphants d’Afrique

 

Des groupes de conservation et six pays africains ont mis sur pied un plan d’action triennal de 80 millions USD financé par la Clinton Global initiative pour renforcer la sécurité des éléphants.Ce plan d’action permettra de fédérer les efforts des ONG, des pouvoirs publics et des citoyens concernés pour mettre un terme à l’extermination des éléphants d’Afrique motivée par le braconnage pour l’ivoire.

 

Le Partenariat pour sauver les éléphants d’Afrique a été rendu public lors d’un évènement organisé par la Clinton Global Initiative (CGI) à New York. Ce partenariat est dirigé par cinq acteurs majeurs.  Wildlife Conservation Society, African Wildlife Foundation, Conservation International, International Fund for Animal Welfare et World Wildlife Fund – avec des partenaires à l’engagement, et le soutien de National Geographic Society, African Parks Network, Association of Zoos and Aquariums, Frankfurt Zoological Society, Freeland Foundation, Howard Buffett Foundation, International Conservation Caucus Foundation, Save the Elephants, TRAFFIC, WildAid et WildLifeDirect. Les nations qui rejoignent l’engagement comprennent le Botswana, la Cote d’Ivoire, le Gabon, le Kenya, le Sud Soudan, le Malawi et l’Ouganda.

 

Les parties qui ont formulé l’engagement et leurs partenaires s’engagent à financer et à faciliter des partenariats permettant de promouvoir une nouvelle stratégie à trois volets qui catalyseraun mouvement mondial. Cette mobilisation contribuera à coordonner et à capitaliser l’influence, les communes et les ressources afin de protéger les principales populations d’éléphants du braconnage tout en réduisant le commerce illicite et la demande d’ivoire. Le financement de cet engagement a été fourni par de multiples sources publiques et privées, notamment les gouvernements américains, européens et africains, conjointement avec des institutions multilatérales, des fondations et des particuliers concernés.

 

Ces fonds constitueront un appui aux gouvernements nationaux dans l’accélération de la lutte contre le braconnage sur les 50 sites d’éléphants prioritaires, y compris le recrutement et l'appui de 3 100 gardes forestiers supplémentaires.  En outre, les efforts anti-braconnage vont s’accentuer avec le renforcement des réseaux de renseignement et les sanctions pour les cas de violation, en plus de la formation et de l'utilisation d’équipes de chiens renifleurs au niveau de 10 principaux points de transit.  Les efforts de réduction des nouvelles demandes seront mis en œuvre sur 10 marchés de consommation au cours des trois prochaines années.

 

En plus, les dirigeants des pays africains ont appelé les autres pays à adopter un moratoire commercial sur toutes les importations, exportations et ventes domestiques de produit à base d’ivoire jusqu’à ce que les populations d’éléphants ne soient plus menacées par le braconnage.

 

L’engagement a été annoncé lors de la Réunion annuelle de la Clinton Global Initiative à New York. Mobilizing for Impact (Mobiliser pour un Impact), le thème 2013 de la CGI, explore comment les membres et organisations membres de la CGI peuvent être plus percutantes en mobilisant les individus, les organisations partenaires et les ressources clés dans leurs efforts d’engagement.

 

L’annonce de ce jour est la résultante des efforts du Secrétaire Clinton tandis qu’elle était Secrétaire d’État, ainsi que de l’engagement de la Vice-présidente de la Clinton Foundation, Chelsea Clinton, qui a visité des sites de conservation dans le cadre d’une tournée en Afrique avec l’équipe de la Fondation cet été. Ils ont ensemble encouragé les ONG et les nations à assurer la recherche rapide d’une solution pour éviter l’extinction des éléphants d’Afrique et la prolifération des violences causées par les groupes criminels qui les déciment.

 

En plus des fonds déjà engagés, le partenariat recherche de toute urgence d’autres partenaires pour mobiliser des apports en espèces ou en nature à hauteur de 70 millions de dollars au cours des trois prochaines années afin de mettre un terme à la baisse des populations d'éléphants d'Afrique.

Les éléphants d’Afrique sont en voie d’extinction à une vitesse fulgurante tandis que la demande d’ivoire se maintient. Des dizaines de milliers d’éléphants sont assassinés illégalement chaque année en Afrique. Quelques 35 000 éléphants ont été tués en 2012 seulement.

 

Source:

(1) Global Partnership Formed to Save Elephants in Key Protected Areas – Publié par David Braun de National Geographic dans “A Voice for Elephants” le 26 septembre 2013 :  HERE

 

(2) Global partnership formed to save African elephants in protected areas by Staff Writers - New York (UPI) 27 sept. 2013 : HERE

 

Lire aussi :

Opinion: Comment la Chine peut déterminer l’avenir des Eléphants d’Afrique –Par John Frederick Walker- Les Chinois ont toujours été habiles dans l’utilisation de l’ivoire

 

Les artisans de la Dynastie Qing ont travaillé d’arrache-pied sur les « boules du travail du diable », réalisant des sculptures en sphères concentriques imbriquées les unes dans les autres, toutes tirées d’une seule défense d'éléphant, avec une patience extrême et de petits coups répétés à l’aide de leurs outils. Ces chefs-d’œuvre en ivoire ont émerveillé les commerçants occidentaux en visite qui ne comprenaient rien du tout à ces œuvres. Le marché chinois actuel de l’ivoire est également complexe mais beaucoup plus troublant. Des entreprises publiques rivalisent avec des sociétés privées, sculptant et vendant légalement des objets en ivoire sur un marché en plein essor rempli d’ivoire illicite en provenance d’Afrique. Contrairement au Japon, où il existe aussi un marché légal, la Chine est engagée sur deux fronts – un vaste marché illégal alimenté par la majorité des défenses arrachées des carcasses d’éléphants et exportées en contrebande d’Afrique. John Frederick Walker est l’auteur de Ivory’s Ghosts: The White Gold of History and the Fate of Elephants – Le braconnage d’éléphants, apparemment alimenté par une demande mondiale d’ivoire insatiable, est la cause directe du décès de 25 000 éléphants chaque année. Ce fléau pousse les pouvoirs publics africains et les groupes internationaux de protection des espèces sauvages à investir les ressources qui devraient contribuer à la conservation des éléphants dans des unités anti-braconnage invariablement mal équipées. En savoir plus... 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SYNTHESES DES RAPPORTS D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - CAMEROUN - [Rapports produits en Septembre-Novembre 2019] via les procédures du SNOIE (SYSTEME NORMALISE D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - SNOIE)

Le Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), et ses délégations régionales de l’Est et du Centre ont depuis le 10 décembre 2019, sur leur table quatre rapports de dénonciations des cas d’exploitation forestière illégale dans les régions du Centre et de l’Est. Dans ces rapports produits par les OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015, plusieurs infractions présumées ont été relevées.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC