CIFOR-Beaucoup de promesses, beaucoup de risques : formaliser le commerce de ressources naturelles

 

 

 

BOGOR, Indonésie : Il faut être prudent dans la démarche de formalisation du commerce de ressources naturelles (bois, rotin, chicle, noix de cajou) dans les pays en développement, suggère une nouvelle étude consacrée aux lois sur les ressources naturelles à travers le monde.

 

Bien que la plupart du commerce de ressources naturelles soit régi par des lois nationales et internationales, une large variété de règles, pratiques et coutumes informelles persistent.

 

Ces secteurs informels sont souvent très organisés et prospères, mais ils peuvent aussi mener à utiliser les terres et les ressources de manière non durable et à renforcer la pauvreté que de nombreux gouvernements et institutions cherchent à réguler. « On retrouve de tels systèmes dans toutes les zones de forêt tropicale où nous travaillons », témoigne Louis Putzel, scientifique chevronné du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) et auteur invité d’une édition spéciale sur la formalisation dans la revue Society & Natural Resources.

 

Des règles locales peuvent précéder les lois reconnues par l’état de plusieurs années voir siècles. Beaucoup de systèmes informels sont complexes et variés, et ils constituent souvent la base de la structure sociale des communautés qui les utilisent.

« Là où l’accès et le commerce des ressources n’ont pas du tout été réglementés tout en étant très actifs, il faut comprendre les pratiques existantes et leur fonctionnement – comment les personnes interagissent ensemble, quel type de structure locale gouverne qui, où et prend quoi – avant de mettre des règles en place. »

 

L’édition spéciale de la revue explore des contextes aussi divers que les concessions boisières d’Indonésie, l’industrie de la pêche au Brésil, les systèmes de propriété en Amazonie péruvienne et équatorienne et les mines d’or artisanales au Zimbabwe. Les résultats montrent ce qui peut fonctionner, et où sont les risques.

 

 

PERMIS D’ECHOUER

Des efforts de formalisation sont en cours depuis longtemps, en foresterie et dans la plupart des autres régimes de ressources naturelles.

Bien souvent, l’objectif est de lutter contre le commerce criminel ou non éthique, comme dans le cas des cornes de rhinocéros ou des diamants de la guerre. Dans d’autre cas, il s’agit d’augmenter la contribution du secteur informel à la réduction de la pauvreté, par exemple en fournissant un titre légal aux terres coutumières.

 

NOTE DE L’EDITEUR :

 

Retrouvez l’édition spéciale de la revue la revue Society & Natural Resources ici.

Mais la formalisation est plus délicate que le simple fait de créer et appliquer une nouvelle loi.

« Des règles locales peuvent précéder les lois reconnues par l’état de plusieurs années voir siècles », explique Putzel. « Beaucoup de systèmes informels sont complexes et variés, et ils constituent souvent la base de la structure sociale des communautés qui les utilisent ».

 

Il cite en exemple le commerce aux multiples facettes du bois tropical, qui s’opère souvent traditionnellement dans les zones grises de la loi ou par des systèmes d’accès et de commerce coutumiers, et qui contribue à faire vivre des millions de personnes dans les pays producteurs de bois tropical.

Ce qui inquiète notamment, c’est l’interaction entre les systèmes informels et les efforts plus larges visant à éliminer les ventes illégales de bois, qui concernent de plus en plus le marché international.

 

« Un peu de bois et, dans certains cas, beaucoup de bois, provenant de marchés à petite échelle, arrivent jusqu’au marché international », explique Putzel.

« Par exemple, des Chinois vivant sur le continent s’efforcent d’accéder aux marchés locaux pour exporter le bois à l’international. »

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC