Action ! Ouverture du Congrès mondial de la nature de l’UICN

 

 

Alors que s’ouvre aujourd’hui le Congrès mondial de la nature de l’UICN à Honolulu, Hawai'i, des milliers de représentants de gouvernements et d’ONG se préparent à débattre et à agir sur des questions essentielles comme la conservation des océans, les changements climatiques et le rôle de l’investissement privé dans la conservation de la nature.

 

Au cours des dix prochains jours, les 1300 États et ONG Membres de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) voteront sur diverses propositions soutenues par les Membres de l'UICN, afin de participer à l’orientation de la politique de la conservation pour les années à venir.

 

La cérémonie d’ouverture était axée sur l’importance d’agir. La Secrétaire de l’intérieur des Etats-Unis, Sally Jewell, a ainsi déclaré : « Toute la délégation américaine rassemblée ici est au septième ciel, et se réjouit de la décision du Président Barack Obama d’ajouter le monument national marin de Papahānaumokuākea, la plus grande aire protégée du monde, à son réseau de monuments nationaux.

 

L’agrandissement de Papahānaumokuākea quadruple la taille du monument existant, qui est lui-même un site du Patrimoine mondial de l’UNESCO. »

 

La conservation des océans est l’un des principaux thèmes sur lesquels se prononcera le Congrès de l'UICN, avec notamment des motions sur l’accroissement de la couverture des aires marines protégées pour une conservation efficace de la biodiversité marine, sur la promotion de la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale, ou sur la haute-mer.

 

Le gouverneur d’Hawai'i, David Hige, s’est adressé au public : « Je m’engage à protéger 30% de nos bassins versants les plus prioritaires d’ici à 2030. Les récifs coralliens approvisionnent une vie marine spectaculaire et nous nourrissent, c’est pourquoi je m’engage à gérer efficacement 30% de nos eaux océaniques près des côtes d’ici à 2030. »

 

Le Président des îles Palaos, Tommy Remengesau, a souligné l’importance de lutter contre les changements climatiques et de protéger les océans pour des nations insulaires comme les Palaos.

 

« Aujourd’hui, seulement environ 2% de la superficie totale des océans est protégée. Les scientifiques affirment que ce chiffre devrait être d’au moins 30% » déplore-t-il. « C’est pourquoi les îles Palos parrainent une motion à l’Assemblée de l’UICN, afin d’adopter un objectif de création de réserves marines qui protège totalement au moins 30% de nos océans. Et j’appelle toutes les nations du monde à s’engager avec nous et à soutenir cette motion essentielle pour les océans. »

 

Une réponse de l’UICN à l’Accord de Paris sur les changements climatiques propose de faire progresser les solutions fondées sur la nature pour l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets, et une autre motion du Congrès vise à prendre davantage en compte l’océan dans le régime climatique.

 

Le trafic d’espèces sauvages est un autre thème essentiel qui sera débattu parmi les Membres de l'UICN, avec une motion destinée à fermer le marché intérieur de l’ivoire d’éléphant.

 

Les représentants des organisations Membres de l'UICN originaires de plus de 160 pays voteront sur les motions du Congrès les 7 et 9 septembre.

 

Le Président de l’UICN Zhang Xinsheng a déclaré lors de l’ouverture du Congrès de l'UICN : « Nous avons les bonnes personnes, réunies ensemble dans cet endroit inspirant, disposant des connaissances, des outils et de l’influence pour faire une différence transformatrice et prendre des mesures audacieuses pour que la planète ne soit plus à un point de bascule, mais à un tournant. »

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019