Le projet GIZ COMIFAC APA : Placer les femmes au cœur du Processus APA dans les pays de l’espace COMIFAC

 

 

Les femmes du Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD) sont désormais outillées pour participer au Processus d’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA) dans leur pays respectif et à élaborer des projets locaux APA. Elles soutiennent les actions de leurs pays en faveur de la définition des régimes APA grâce aux cahiers de charges qu’elles se sont définis.

 

 

L’APA revêt une importance particulière pour les pays en voie de développement, en particulier ceux de l’espace de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), dépositaires d’une des plus grandes diversités biologiques au monde, mais ne bénéficient d’aucune compensation lorsque ces ressources sont exploitées. Les parties prenantes en particulier les femmes ne sont pas encore toutes conscientes des opportunités de développement qu’offre l’APA. D’où il est important de renforcer les capacités des femmes afin qu’elles participent pleinement à ce processus. C’est à cette fin que, le Programme GIZ d’Appui à la COMIFAC appuie l’implication des femmes au processus APA. A travers le Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD), les points focaux nationaux et les femmes des organisations membres de la base dudit réseau ont été formés dans le cadre de plusieurs ateliers sur les thèmes suivants :  

  • Femmes et processus APA en Afrique Centrale : Comment influencer la mise en œuvre au niveau national du 21 au 22 février 2013 à Brazzaville au Congo ;
  • les mécanismes de mobilisation des fonds APA, du 17 au 20 novembre 2015 à Libreville au Gabon ;
  • les aspects fondamentaux de l’Accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (APA) prévus par le protocole de Nagoya du 16 au 18 mai 2017 à Brazzaville au Congo.

 

 

Ces formations ont permis aux femmes du REFADD d’acquérir des connaissances entre autres sur : la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), les mécanismes d’application, le Protocole de Nagoya, les mesures d’accès aux ressources génétiques, les connaissances traditionnelles, le partage des bénéfices, l’utilisation des ressources génétiques, les fournisseurs et les utilisateurs, le respect des mesures, les outils de communication, éducation et sensibilisation, le mécanisme de mobilisation de fonds de la CDB et les opportunités financières en cours dans les pays de l’espace COMIFAC.

 

 

Grâce à ces connaissances, les femmes du REFADD participent à tous les niveaux du processus décisionnel relatif à l’APA dans les pays de l’espace COMIFAC. Elles ont élaboré des cahiers de charges définissant leurs contributions aux niveaux international, sous régional et national à l’issue de chaque atelier de formation. C’est ainsi que plusieurs activités ont été menées par elles pour honorer les engagements pris. Il s’agit entre autres du plaidoyer sur le rôle de la femme en matière d’APA au niveau international, sous régional et national avec la production d’un article sous forme de Poster présenté lors du Congrès Mondial de la Nature de l’UICN à Hawaii aux USA en Septembre 2016 sur le thème : L’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation : le cas du Cameroun. La participation du REFADD à la mise en place des cadres nationaux d’APA tels qu’au Cameroun, au Congo et au Gabon qui intègrent les préoccupations des femmes; la contribution du REFADD à l’élaboration des plans d’action nationaux du Cameroun, Congo et du Gabon ; la restitution des acquis des trois formations reçues sur APA et la sensibilisation au niveau de la base ; l’élaboration des projets locaux APA tel que celui relatif à la production de 150.000 plants de Prunus africana au Burundi. Ce projet important pour l’industrie pharmaceutique constitue à la fois une activité génératrice de revenus pour les femmes. Les écorces du Prunus africana constituent la matière de base pour la fabrication industrielle des médicaments contre le cancer de la prostate.

 

 

Le renforcement du dialogue permanent entre les différentes parties prenantes encourage la sensibilisation et la prise en compte des intérêts mutuels et communs non seulement dans la mise en place des cadres règlementaires, mais aussi dans leur mise en œuvre.

 

 

Pour d'amples informations bien vouloir contacter :

Bernadette Chantal, Edoa Epse WANDJA

Projet GIZ d’appui à la COMIFAC

bernadette.wandja@giz.de

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

ATIBT -PFBC: Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC

L’ATIBT a co-facilité la mobilisation du secteur privé de la filière bois pour participer à la première réunion du collège du secteur privé du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo avec le nouveau facilitateur Dr Christian Ruck et son équipe de la Facilitation allemande.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020