COP15 UNFCCC: les forêts tropicales au centre des négociations

Copenhague, 11 décembre 2009. Photos: Michael Wahl, GTZ -  Prés de 350 participants se sont pressées pour atteindre la salle Victor Borg à la 15ième Conférence des Parties UNFCCC à Copenhague vendredi 11 décembre 2009. La COMIFAC avec l'appui de la CEEAC, de GAF, de la GTZ et de la facilitation du PFBC, y avait organisé sur la base des initiatives pilotes en cours dans la sous-région, un évènement parallèle sur les opportunités et défis du REDD dans le Bassin du Congo. C'était sans doute l'évènement parallèle qui a suscité le plus d'intérêt au cours de cette première semaine de la conférence, où les discussions sur REDD commençaient à atteindre le grand écran et les négociations avec les différents groupes des pays en développement ouvraient sur les premières propositions concrètes.

 

Louis Goma, Emanuel Bizot et Dirk Niebel sur le podium d'ouverture

L'évènement parallèle de la COMIFAC offrait non seulement la possibilité d'assister à des présentations techniques ayant comme but de sensibiliser le grand public sur les expériences pilotes pour faciliter la mise en œuvre du mécanisme REDD, il mettait aussi quelques invités de marque au cœur des débats. Les ministres membres de la COMIFAC José Endundo (RDC), Henri Djombo (Congo), Emmanuel Bizot, RCA et Président en exercice de la COMIFAC, et aussi le Secrétaire général de la CEEAC, M. Louis Sylvain Goma, se présentaient pour des échanges sincères sur fonds d'une vulgarisation des réalités du terrain en Afrique centrale. La présence de la Lauréate Prix Nobel Wangari Maathai co-présidente du Fonds Forestier pour le Bassin du Congo, et Dirk Niebel, Ministre pour la Coopération Économique et du Développement de l'Allemagne a encore rehaussé l'importance de ce rendez-vous dont la modération était assurée par Hans Schipulle, Facilitateur PFBC.

 

Emmanuel Bizot a d'abord attiré l'attention des participants sur l'enjeu des négociations REDD pour les pays du Bassin du Congo. « Le mécanisme REDD doit être considéré comme une approche essentielle, structurante et transversale des stratégies de développement de nos pays. La mise en œuvre d'une stratégie REDD est par conséquent beaucoup plus que la protection des forêts; elle va de pair avec la reconnaissance de la valeur globale des ressources forestières dans le contexte d'un développement économique et social des pays». Dirk Niebel a ensuite affirmé que l'Allemagne œuvrait pour l'inclusion d'un mécanisme REDD+ dans le nouvel accord pour la protection du climat car il « convient de tenir compte de l'ensemble des mesures dont le caractère additionnel en termes climatiques est prouvé ». Se réjouissant du vaste consensus international en la matière il rappelle que les négociations se font désormais dans les détails. Le Ministre allemand a d'ailleurs confirmé en discussion avec les ministres de la COMIFAC son intention de faire de la sous-région la première destination de visite de son jeune mandat.

 

Wangari Maathai et Serge Bounda en première rangéeLa deuxième partie de l’évènement fut constituée d’un panel d’experts dont les membres présentaient les initiatives de préparation pour la mise en œuvre d'un mécanisme REDD dans le Bassin du Congo. En portant l’attention de l’audience à des questions méthodologiques, concernant l’établissement des scénarios de référence pour mesurer le dégrée de dégradation forestière effectivement évitée ainsi que des techniques de MRV (Monitoring, Reporting, Vérification), les points focaux climats et d’autres personnes de ressources parlant pour les pays membres de la COMIFAC étaient capable de démontrer le très haut niveau de maitrise des dossiers techniques acquis dans la sous-région. Finalement, les présentations concluantes des ministres Endundo et Djombo, résumant les opportunités et défis d’un mécanisme REDD pour l'ensemble des pays de l'espace COMIFAC/CEEAC, ont souligne la volonté des décideurs politiques de rendre cet évènement parallèle en une occasion solennelle pour les pays du Bassin du Congo, prêts à communiquer leur position en dehors des négociations proprement dites.

 

A la fin de la réunion, personne n'aurait douté des conclusions exprimées par Wangai Maathai, qui a rappelé aux participants et aux experts que les pays du Bassin du Congo pourront renforcer leur poids dans les négociations à venir en se faisant peser d'« une voix commune » . L'heure est actuellement à espérer que la communauté internationale suivra la position commune des pays d'Afrique centrale et par conséquent de l'Afrique au sujet du REDD.

 

-----------

 

Documentation évènement parallèle de la COMIFAC à la 15ième COP CNUCC: « Dévéloppement de l'inititiative REDD en Afrique Centrale - opportunités et défis »

11 décembre 2009, 16h30 - 18h00

Dépliant info COMIFAC avec agenda

 

Ouverture et exposés liminaires

Mot de bienvenu et introduction sur la vision régionale relative au REDD et le Groupe de Travail Climat de l'espace COMIFAC/CEEAC (Emmanuel Bizot, Président en exercice de la COMIFAC)

Mot introductif dur le positionnement des pays d'Afrique Centrale à la Conférence de Copenhague Sylvain Goma, Secrétaite Général de la CEEAC)

Mot de circonstance de Dirk Niebel,Ministre de la Coopération Économique et du Développement de la République Fédérale de l'Allemagne)

 

Les présentation techniques sur les initiatives REDD dans le Bassin du Congo

 

Résultats préliminaires et perspectives du projet pilot REDD (GAF-AG/MINEP) Joseph Amougou, point focal climat Cameroun / Thomas Haeusler, GAF)

Etat de mise en oeuvre du projet pilote ONU-REDD en République Démocratique du Congo (Vincent Kasulu, Point Focal climat RDC)

Résultats préliminaires et perspectives de l'étude régionale sur la modélisation des futures tendances de la déforestation dans le Bassin du Congo et des émissions de gaz à effet de serre associés (Michael Obersteiner - IIASA)

Projet REDD ESA - Extension: République du Congo et Gabon (Georges Ousonga, Directeur climat du Congo

Pour des raisons techniques non inclus dans l'agenda: Présentation des initiatives et études REDD/MRV au Gabon 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019