La dynamique des relations CHINE-COMIFAC se consolide –Une délégation forte COMIFAC-PFBC en Chine

 

La COMIFAC et le PFBC participent à Shanghai  (Chine)  à la 4ème Conférence internationale sur le développement durable des  forêts et les marchés des produits forestiers. Ils renouent avec le dialogue COMIFAC/PFBC Office national des Forêts (SFA) et dressent avec M. SU Ming, Directeur Général-Adjoint, Centre International de la Coopération de SFA, une feuille de route pour les prochaines étapes.

 

Shanghai (Chine), 22 – 23 juin 2011 -  S’est tenue la 4ème Conférence internationale sur le développement durable des  forêts et les marchés des produits forestiers. La COMIFAC et le PFBC étaient représentés à cette Conférence par : M. Ndaukila Godefroid, Coordinateur de la COMIFAC en RDC et Représentant du Président  en Exercice de la COMIFAC, M. Makon Samuel, Conseiller Technique Régional au Bureau d’appui à la COMIFAC et M. Schipulle Hans, Ancien Facilitateur du PFBC , Représentant du PFBC. Plus de 300 participants au Symposium ont suivi, en deux jours, une trentaine de communications et d’exposés faits et modérés par d’éminentes personnalités de Chine, de Russie, du Canada, des Etats Unis d’Amérique et de certains pays d’Asie triés sur le volet, suivis des contributions et des échanges sur des sujets ci-après : (1) La gouvernance et la politique forestière globales (2) Les tendances et les perspectives des marchés des produits forestiers (3) Les solutions pour sécuriser les marchés légaux et durables du bois (4) La gestion de la chaîne de l’offre en produits forestiers (5) L’avenir soutenable de l’industrie (6) Synthèse des tendances globales et des résultats de la Conférence.

 

Rappelons que dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route  de la facilitation du PFBC 2010-2012, les partenaires ont confié à l’Allemagne  le lead sur le dialogue Chine Afrique.

 

La participation de la COMIFAC et du PFBC à cette  rencontre avait aussi pour principal but de consolider  les relations entre la Chine et les Pays d’Afrique centrale en matière de gestion durable des ressources forestières et renouer le dialogue et la concertation commencés depuis 2007 dans le domaine de la gestion forestière durable  dans le Bassin du Congo où la présence de la Chine est en forte croissance, 12 entreprises forestières représentant les intérêts financiers chinois y opérant actuellement. Pour amener ces entreprises à se conformer aux principes  de gestion durable, la Chine a élaboré à leur intention des directives  qu’il convient maintenant de voir comment les mettre en place. Il était également question de faire partager l’expérience de la sous-région d’Afrique centrale dans la conservation et la gestion durable de ses écosystèmes forestiers en conformité avec la stratégie régionale (plan de convergence) qui est la traduction opérationnelle de la Déclaration de Yaoundé faite en 1999 par les Chefs d’Etat. Ces pays du Bassin du Congo, faut-il le rappeler, semblent avoir compris en effet que des mesures qui n’ont que des motivations macro-économiques et  qui ignorent totalement les principes écologiques et des intérêts économiques et sociaux des communautés qui vivent de la forêt et dans la forêt, n’apportent pas de solution à long terme aux problèmes de gestion et de conservation des forêts.

 

 docs/news/mars_avril2009/beijing_forestdepartment_forestsociety_pic.JPGIl ressort cependant des présentations à Shanghai que les marchés de bois ont enregistré un changement profond dans les deux dernières années qui pourrait influencer l’orientation des entreprises chinoises concernant leur conformité avec les exigences de la légalité et des certifications écologiques et sociales de leurs produits (et le rôle des instruments comme FLEGT avec l’Union Européenne  et Lacy-act avec les USA). Le renforcement du pouvoir d’achat d’une population accrue et l’urbanisation en Chine va augmenter en effet d’une façon drastique la demande en produits du bois. Beaucoup dépend maintenant d’une meilleure responsabilisation des producteurs et commerçants, ainsi que de la sensibilisation des consommateurs en Chine, ce qui explique les démarches des autorités Chinoises dans ce domaine. Désormais pour ces autorités, il ne s’agit plus comme avant de sécuriser les marchés pour les produits en bois en Europe et aux USA avec leurs exigences strictes de légalité bien documentée, mais plutôt de promouvoir la réputation de la Chine comme un pays engagé pour la cause du développement durable, notamment concernant la lutte contre le réchauffement climatique et  la préservation de la biodiversité. Photo (Hans Schipulle): Visite au Beijing Forest Department / Beijng Forest Society (2010) - LUAN Shenqiang (GTZ), WANG Xiaoping (BFDIC/BFS), Samuel Makon (PFBC), Hans Schipulle (PFBC), WANG Yingchong (Interprète), LI Hao (BFDIC).

  

Le  partenariat stratégique Chine - COMIFAC se renforce

 

docs/fotos/2009-02-PFBC-Moderator-PFBC.jpg

En marge de la participation à cette conférence, la délégation COMIFAC/PFBC a eu une rencontre de travail avec M. SU Ming, Directeur Général-Adjoint du Centre International de la Coopération forestière, qui est le département responsable pour les relations extérieures de l’Office national des Forêts/SFA de la Chine. Depuis quatre ans, M. Su Ming a participé à plusieurs réunions du PFBC comme interlocuteur principal côté Chinois dans le dialogue COMIFAC/PFBC – SFA.   Se situant dans la continuité des efforts entrepris par la Facilitation allemande du PFBC, la délégation COMIFAC/PFBC a rappelé la présence croissante de la Chine dans l’économie mondiale et également observée dans les forêts africaines où 85% de toutes les exportations africaines de bois rond sont expédiées vers le marché chinois. S’agissant de la lutte sans merci que les pays de la COMIFAC entendent mener contre l’exploitation forestière illégale, la délégation a souligné que plusieurs ont déjà négocié les Accords de Partenariat Volontaire (APV) avec la Commission Européenne dans lesquels et ils se sont engagés à ne plus expédier vers l’Union Européenne que du bois dont la traçabilité de l’origine peut être légalement prouvée. Une recommandation forte reste  que la Chine s’engage dans ce type d’accord avec les pays de la COMIFAC. Pour ce qui est de la certification, les représentants de la COMIFAC et du PFBC ont rappelé que la COMIFAC soutient les efforts du secteur privé forestier dans l’élaboration progressive de normes de certification forestière au niveau régional et national. Ces dernières années, ont t-ils éclairé,  ces mesures ont permis de faire certifier par le FSC près de cinq millions d’hectares, ce qui représente un record mondial en matière de certification des forêts naturelles. Le dialogue ouvert avec les sociétés chinoises implantées dans le Bassin du Congo et l’engagement marqué de l’administration chinoise à encourager ces sociétés et  à respecter les principes de gestion durable dans leurs concessions, semblent aussi les prédisposer à se conformer à ces exigences. « Il n’est donc pas question d’abandonner ces démarches en si bon chemin, au contraire, il faudrait trouver les voies et moyens pour les continuer en les renforçant » ont-ils conclu sur la certification. Par ailleurs, la délégation COMIFAC/PFBC a informé M. SU Ming de la volonté ferme de certains partenaires PFBC, tels que l’ITTO, l’Allemagne, la France/AFD, UK/DFID, CE/EFI, IUCN, WWF… de s’associer avec un appui technique et financier à de telles initiatives.

 

docs/news/Aout-Septembre 11/M-SU-Ming -.jpgM. SU Ming a, dans son intervention, fort apprécié les efforts déjà déployés et la fréquence croissante des rencontres dans la sous-région africaine et a recommandé que l’heure soit actuellement aux activités concrètes de terrain. Il a souligné la nécessité d’une nouvelle dynamique des relations CHINE-COMIFAC et proposé  que cette dernière  fasse des démarches officielles auprès de l’Union Africaine pour l’inclusion de la thématique  « forêts » dans le dialogue à haut niveau Chine-Afrique dans le cadre du FOCAC d’un côté et auprès du Ministère chinois des Affaires Etrangères de l’autre. Cela permettre  d’obtenir l’aval officiel du Gouvernement chinois qui ouvrirait à la pour SFA la voie au travail de terrain dans l’adaptation au contexte sous-régional, la vulgarisation à travers des ateliers et la mise en œuvre des directives élaborées à l’intention des opérateurs chinois, sans oublier le renforcement des capacités du personnel chinois et local de terrain . « Cet aval officiel permettrait également d’organiser en Chine ou – de préférence – en Afrique centrale une conférence sur le développement durable et les marchés du bois, à l’exemple de celle organisée à Shanghai avec les pays d’Asie » a-t-il conseillé.(Photo montrant il y a un an M SU Ming à Berlin lors d'une intervention de débat@ Dr Hans Schipulle)

 

« Les Chinois, qui sont les adeptes du jeu de tennis de table, semblent avoir jeté la balle de notre côté. A nous donc de la jouer » a conclu M. Samuel Makon dans son rapport de mission.

 

Pour de plus amples information concernant cet article, bien vouloir télécharger le rapport officiel de la mission de la COMIFAC-PFBC en Chine et le Guide d’exploitation et de valorisation durables des ressources forestières d’outre-mer pour les entreprises chinoises

 

Relire :

 

PFBC et Chine - déjà ensemble?

Les Facilitateurs du PFBC en route pour la Chine (20-27 avril 2009)

Rapport de mission à Beijing du Facilitateur et du Facilitateur Délégué du PFBC (20 – 27 avril 2009)

"Congo Basin Forest Partnership – Options for Fostering the Dialogue on Sustainable Forest Management and Trade between China and the Congo Basin", Hans Schipulle et Makon Samuel, PFBC.
"China-Africa Timber Trade – Surveys of Chinese Enterprises and Trade Chain Analysis", Li Hong Fan, China Wood International.
Communication de la Commission UE sur la coopération trilatérale UE - Afrique – Chine (COM(2008)654 et SEC(2008)2641 (17.10.2008)
Mécanisme bilatéral UE-Chine de coordination relatif à FLEGT (30.01.2009)

Directives SFA Chine sur la gestion durable des forêts naturelles

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Jeune Afrique - Tribune Libre - Alain Karsenty, CIRAD : Du bon usage de la fiscalité́ pour protéger les forêts

Aujourd’hui, de nombreux produits sont exemptés de droits de douane à l’entrée dans l’UE (soja, cacao...) ou faiblement taxés (huile de palme). Bruxelles devrait augmenter le niveau de ces droits pour les productions « à risque » qui ne seraient pas labellisées « zéro déforestation » .... Relire aussi sur le site du PFBC : CIRAD-Réduction de la fiscalité forestière pour les concessions certifiées avec compensation aux États.

En savoir plus...

RFI- Congo-Brazzaville: Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans le Nord

Dans une enquête publiée conjointement avec le journal en ligne Mediapart et le quotidien allemand Der Spiegel, l'ONG britannique Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans la zone des tourbières située au nord du Congo, la zone dite de la Cuvette centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020